Navigation – Plan du site
Université invitée

Présentation des articles du dossier « Université invitée » : Toronto

Jeanne Mathieu-Lessard et Mathilde Savard-Corbeil

Texte intégral

1 Plutôt que de se vouloir un panorama exhaustif et distancié de la littérature comparée, les cinq articles des auteurs torontois sont une démonstration de la variété des approches et des styles de notre discipline. Les textes de Hay, Schwartz, Huberman, Viselli et Mathieu-Lessard (une onomatisque qui, déjà, évoque la mixité des origines), se rejoignent peu dans le ton ou l’approche, mais partagent le même désir d’éclairer notre perception des œuvres littéraires et plus généralement artistiques.

2Natasha Hay nous amène dans le monde du cinéaste Terrence Malick, éclairant l’expérience de deuil des personnages de L’arbre de la vie par la voie des œuvres philosophiques de Martin Heidegger. Son texte relance et magnifie la beauté des images de Malick et nous laisse témoins de la naissance d’une transcendance. L’atmosphère – et le mot est juste – se transforme dans l’article de Catherine M. Schwartz, qui chamboule notre conception de l’air qui nous entoure pour montrer tout ce qu’implique la conception dix-neuvièmiste de l’atmosphère comme fluide. Son étude de Vingt mille lieues sous les mers indique de fait de quelle façon la compréhension de soi de l’humain se modifie selon la perception de ce qui l’entoure. La façon dont l’espace – urbain, cette fois – est envisagé, est aussi en jeu dans l’article d’Isabella Huberman, qui souligne les divers types d’intertexte entre le roman The Passion of New Eve d’Angela Carter, et la poésie de Baudelaire. Revisiter, modifier, pervertir le canon; Carter passe l’esthétique baudelairienne au filtre de sa science fiction féministe, elle-même habillement interprétée par Huberman. La poésie française est aussi revisitée dans l’article d’Antonio Viselli, qui nous propose de relire les Romances sans paroles de Verlaine comme fugues poétiques, formes selon lui particulièrement aptes à rendre la fragmentation identitaire moderne et à repenser les pouvoirs du langage. Enfin, les intersections texte et musique sont aussi étudiées par Jeanne Mathieu-Lessard, qui voit dans la musique dite « minimaliste » du compositeur Philip Glass un prolongement et une incarnation de la vision nietzschéenne de la tragédie. La violence particulière propre à ce style de musique basée sur la répétition de courtes formules permet selon elle de faire vivre les tensions entre sensibilité dionysiaque et sensibilité apollinienne.

3 La recherche de la transcendance, le poids de l’atmosphère qui nous entoure, la récupération des classiques de la littérature, l’intervention de la musique en poésie et de la philosophie en musique, ne sont pas sans être représentatifs des divers sujets et approches de la littérature comparée dans un centre d’études comme celui de Toronto, et c’est avec plaisir que nous vous invitons à explorer ces voies en compagnie de nos cinq auteurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Mathieu-Lessard et Mathilde Savard-Corbeil, « Présentation des articles du dossier « Université invitée » : Toronto », TRANS- [En ligne], 18 | 2014, mis en ligne le 08 novembre 2014, consulté le 27 juin 2017. URL : http://trans.revues.org/1044 ; DOI : 10.4000/trans.1044

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page