Navigation – Plan du site
Dossier central

La référence philosophique aux mondes, une mise en scène de la vérité

Marie-Noëlle Doutreix

Résumé

L’ouvrage philosophique mobilise l’idée de monde pour inscrire son lecteur dans un certain cadre de référence. De cette façon, le monde, ou les mondes, invoqués par l’auteur valent comme fondement épistémologique. Ainsi, la référence à une pluralité de mondes peut être tantôt la garante d’une vérité objective et absolue, justifiant par la même l’incertitude de nos savoirs supposés, tantôt l’argument d’un relativisme philosophique. Il s’agit dans cette présente recherche, d’analyser comment la question des mondes se pose et ce qu’elle autorise d’un point de vue théorique. L’étude des thèses de Platon, Karl Popper et Nelson Goodman fait apparaître à travers la divergence de leur contenu, une fonction commune de la référence aux mondes. Celle-ci, oscillant entre la vérité et la fiction, le littéral et le métaphorique, servirait de matrice au récit philosophique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, (1978), Gallimard, 2006, p. 16.
  • 2 Concernant les différentes théories littéraires qui portent sur le fonctionnement de l’œuvre par sa (...)

1Les mondes en philosophie sont à l’image des théories qui s’en saisissent : une multiplicité de thèses plus ou moins réductibles les unes aux autres que nous pouvons comprendre comme formant un ensemble pluriel, ou un unique positionnement que nous pouvons considérer sous un nombre non défini de variantes. Si l’un et le multiple se comprennent tous deux1, s’agissant de mondes comme de théories, les théories des mondes résulteraient-elles d’une fausse question ? Peut-être, la référence aux mondes pluriels, en philosophie, possède-t-elle plutôt une valeur figurative. Le lecteur doit consentir à la théorie des mondes, que ce soit en un sens littéraire ou ontologique. Se distingue, par exemple, quelque chose de l’ordre du contrat communicationnel dans la méthode dialectique platonicienne. À chaque étape, l’assentiment de l’interlocuteur est requis explicitement, mais celui-ci peut être symbolique ou formel. En outre, ce processus peut présenter certaines similitudes avec celui des œuvres fictionnelles : pour que celles-ci fonctionnent, l’adhésion du lecteur est nécessaire2.

  • 3 Karl Popper, La connaissance objective, (1972) Flammarion, 1998, p. 91.

2Se dégage une première thèse : la théorie des mondes est une sorte de principe métaphysique qui joue le rôle de cadre de référence. Popper souligne, dans son ouvrage La connaissance objective, que le réalisme et l’idéalisme ne sont des théories ni démontrables ni réfutables3. De la même façon, la théorie des mondes en tant que principe métaphysique relève d’une argumentation tout en restant conjecturale.

3L’idée que les cosmologies philosophiques sont « non-sérieuses » résulte ici de l’ambiguïté des philosophes quant à la question de la pluralité des mondes. C’est dans ce cadre que la question de la référence cosmologique rejoint celle du pluralisme philosophique. Quel est alors le mode d’existence des mondes dénotés dans les théories philosophiques ? Cette question sera posée au regard des théories de Platon, de Karl Popper et de Nelson Goodman, telles qu’elles apparaissent respectivement dans La République et Timée, dans La connaissance objective et dans Manières de faire des mondes. La façon de renvoyer aux mondes détermine leur existence. Nous essaierons ainsi de déterminer comment s’établit la référence aux mondes : dans quels contextes théoriques est-elle élaborée et pour quelles fonctions ? Alors que les trois auteurs exposent des positions tout à fait distinctes quant au contenu des mondes et à leur fonctionnement, les usages philosophiques qu’ils en font se ressemblent singulièrement. La seconde thèse est que la manière de référer aux mondes et la fonction de cette référence leur sont communes, alors même que les contenus divergent. Si, d’un point de vue pragmatique, les manières sont plus importantes que les contenus car ce sont elles qui construisent, quelque chose sera dit de la façon dont la philosophie réalise ses théories.

4Les théories des mondes semblent comporter une part fictionnelle. La troisième thèse est que la manière philosophique consiste à utiliser l’hypothétique pour construire le vrai. Les philosophes imaginent et racontent des systèmes théoriques qui confortent parallèlement leurs propos respectifs sur l’agencement du réel. Nous verrons ainsi que dans les œuvres de Platon, de Popper et de Goodman, la théorie des mondes permet d’expliquer, de fonder ou de justifier une certaine conception de la vérité. Platon développe ainsi, sur la base de l’autonomie du monde intelligible, la conception d’une vérité absolue, éternelle, et surtout indépendante des hommes. Popper, par la distinction des mondes, affirme quant à lui l’objectivité de la vérité, tout en qualifiant les théories scientifiques d’hypothétiques. Enfin, Goodman évoque la multiplicité des mondes pour substituer à la vérité d’autres valeurs plus pragmatiques telles que la correction et la justesse.

5La référence aux mondes semble fonder un système conceptuel qui précisément explique et légitime cette même référence. Le paradoxe porte sur le fait que la conceptualisation de la vérité est fondée par la référence à des mondes spéculés. Nous essaierons d’en tirer les conclusions, d’une part quant à la question de la référence fictionnelle, d’autre part quant à la théorie de la correspondance entre vérité et monde.

La théorie des mondes est une sorte de principe métaphysique qui joue le rôle de cadre de référence

  • 4 Platon, La République, Œuvres complètes, Les Belles Lettres, 2002, 508c-509b.
  • 5 Platon, Timée, Œuvres complètes, Les Belles Lettres, 2002, 28.
  • 6 Platon, Timée, op.cit., 29.

6Dans La République, Platon invoque un ordre cosmologique pour justifier sa conception de la cité idéale. En quoi consiste celle-ci et comment la mobilise-t-il ? Platon distingue un monde intelligible, monde des Idées, invisible et immuable et un monde sensible, le monde visible des choses particulières et changeantes4. L’idée de monde sert ici à marquer la différenciation entre le modèle éternel et ce qui participe de lui. Dans Timée, le personnage éponyme propose ainsi de commencer sa réflexion sur le Monde en divisant l’être éternel de « celui qui naît toujours et n’existe jamais5 ». L’intellection et le raisonnement peuvent appréhender le premier alors que c’est de l’opinion jointe à la sensation irraisonnée que relève le second. Ce qui naît et meurt n’existe jamais réellement mais, étant réalisé selon un modèle immuable, des choses qui sont nées, le Monde est la plus belle. Timée avance alors :« Mais s’il en est ainsi, il est aussi absolument nécessaire que ce Monde-ci soit l’image de quelque autre monde6 ». Quel est le statut ontologique de ces mondes ?

  • 7 « Afin donc que ce Monde-ci fût semblable, par son unité, au Vivant absolu, celui qui a fait le Mon (...)
  • 8 Ibid., 29c.

7Dans l’œuvre de Platon, la question de la pluralité des mondes peut s’entendre de plusieurs façons. D’un point de vue métaphysique, il n’y a qu’un Monde dans le sens où il ne peut y avoir qu’un Tout et que le monde est à l’image de son modèle. Ainsi, s’il y avait deux mondes il en faudrait nécessairement un autre pour les englober7. Pourtant, il y a bien un Monde qui sert de modèle et un autre qui en est la copie, mais seul ce qui est toujours identique est réel. Le monde matériel est ainsi subsumé. D’un point de vue ontologique, le monde visible représente l’image de l’être8.

  • 9 « […]il n’a laissé en dehors du Monde aucune portion d’aucun élément, ni aucune qualité », Ibid., 3 (...)
  • 10 Platon, La République (Livre V), op.cit., 476c, 476d.
  • 11 Cette véritable science étant la philosophie, dans ce cadre théorique, le philosophe a, seul, la co (...)

8L’unité du monde dans la théorie de Platon est indissociable, en tant que cause ou conséquence, de sa conception de la vérité. Le tout est un9, unique et immuable, car il est nécessairement vrai et que le vrai ne saurait être multiple et mouvant. Platon fonde sa théorie de la connaissance sur l’idée que l’essence, qui est invisible, ne peut être vue que par l’intelligence. La connaissance consiste à apercevoir l’essence et les choses qui en participent sans les confondre10. La véritable science est celle de la vraie réalité, celle qui ne change pas11. La conception de la vérité est ainsi justifiée par la référence cosmologique. Dans le Livre X de La République, Platon parachève l’exclusion de la poésie imitative de la cité par des arguments métaphysiques là où, dans le Livre III, il invoquait précédemment des arguments politiques. Aussi, la référence consiste-t-elle ici à mobiliser une théorie plus forte, un principe métaphysique, qui représente alors la source ou l’autorité sur laquelle se fonde la légitimité des autres théories.

Façons de référer aux mondes et fonction de la référence

  • 12 Karl Popper, La connaissance objective, op. cit., p. 90.
  • 13 En une formulation différente, la philosophie reste comme chez Platon, la plus apte à distinguer le (...)
  • 14 Ibid., p. 444.

9Karl Popper se définit comme un réaliste dans le double sens où il défend la thèse à la fois de la réalité du monde physique et de la réalité du monde des entités théoriques. Aussi existe-t-il selon lui toutes sortes de réalités extrêmement différentes12. Les apparences forment ainsi une réalité de surface que le sens commun éclairé distingue d’une réalité plus profonde13. Cependant, contrairement à la théorie platonicienne, même une illusion est, en tant qu’illusion, une illusion réelle14. Dans Une épistémologie sans sujet connaissant, Popper développe sa théorie des mondes en défendant l’indépendance de la réalité vis-à-vis de la subjectivité humaine. Sa thèse porte ainsi sur l’idée que les systèmes théoriques et les problèmes scientifiques ne sont pas les expressions symboliques ou linguistiques d’états mentaux subjectifs. C’est-à-dire qu’ils existent en eux-mêmes, en dehors de l’esprit de ceux qui les conçoivent. Aussi Popper différencie-t-il trois mondes, le monde 1 correspondant aux corps vivants ou non ; le monde 2 aux vécus conscients ou inconscients ; le monde 3 aux productions objectives de l’esprit humain. Ce dernier contient des œuvres, théories, propositions langagières et problèmes philosophiques mais aussi des théories fausses et des conjectures.

  • 15 Ibid., p. 255.
  • 16 Le pluralisme prend ici la forme d’une distinction entre les états physico-chimiques, les états men (...)
  • 17 Ibid., p. 202-203.
  • 18 Ibid., p. 58.

10Popper considère le monde 3 comme une sorte de troisième monde platonicien qui serait un produit humain, autonome du point de vue de son statut ontologique15. Il est ainsi possible de contribuer au développement du monde 3 mais celui-ci possède son propre mode d’existence. Popper interprète la théorie platonicienne comme une ouverture sérieuse vers un pluralisme philosophique, dans lequel se distingueraient trois sortes d’états ou d’évènements16. Selon lui, Platon a découvert le monde 3, et l’a théorisé pour son pouvoir explicatif.17 Les théories des mondes seraient-elles des hypothèses ad hoc, ajoutées aux théories pour expliquer les manquements de celles-ci ? Popper critique les explications ad hoc car elles ne sont pas testables indépendamment de l’effet à expliquer18. Il existe une forme de circularité dans les hypothèses ad hoc, particulièrement lorsque la seule preuve de l’explication est l’état de chose à expliquer. Bien que Popper reconnaisse que le réalisme est une question métaphysique non vérifiable et non réfutable, les mondes 1, 2 et 3 semblent fonctionner comme une hypothèse ad hoc du réalisme poppérien.

Une manière philosophique qui consiste à s’appuyer sur l’hypothétique pour construire le vrai

  • 19 Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, op. cit., p. 17.
  • 20 Ibid., p. 37.

11 Nelson Goodman interroge la multiplicité des mondes au regard de la multiplicité des vérités19. Néanmoins, la distinction entre le vrai et le faux ne correspond pas à celle entre les versions du monde correctes et incorrectes. Les sciences et les arts participent au même titre à la création de mondes et utilisent des procédés communs. Ainsi, le scientifique ajuste la vérité à sa mesure. Il décrète en découvrant, dessine en discernant20. De plus, la vérité ne constitue pas une notion satisfaisante pour évaluer les mondes car ceux-ci ne consistent pas uniquement en propositions verbales. Goodman analyse les fonctions référentielles sans les hiérarchiser. Montrer et exemplifier peuvent être aussi importants que dénoter verbalement. De même, la vérité métaphorique acquiert sa valeur propre, indépendamment de la vérité littérale.

  • 21 Ibid., p. 136.
  • 22 Ibid., p. 137.

12Le rôle joué par ces différentes catégories dans la pensée scientifique est affirmé par Goodman. Aussi peut-on également les considérer au regard de la pensée philosophique. La référence aux mondes peut-elle être envisagée en tant que processus fictionnel ? Goodman souligne que les mondes sont faits en créant des versions à partir de symboles, mais les multiples mondes autorisés dans sa théorie sont réalisés à partir de versions correctes et correspondent exactement aux mondes réels21. Est discernable ici le rôle métaphysique joué par les théories des mondes. Pourtant, Goodman affirme ne pas soutenir l’existence d’une pluralité de mondes, ni même d’un seul22. Peut-être la question de l’un et du multiple se dissout-elle en étant assimilée à une manière d’appréhender. En effet, il est possible de considérer, ou non, que les différentes versions créées s’appliquent au même monde.

La question de la référence fictionnelle

  • 23 « En réfléchissant à tout ce qui précède, on pourrait logiquement se demander, s’il faut affirmer q (...)

13À travers Timée, Platon questionne son affirmation d’un unique univers23 mais clôt ainsi la question :« Toutefois, en ce qui nous concerne, le Dieu nous fait signe, semble-t-il, que vraisemblablement un Monde unique est né ». Est-ce à dire que la théorie cosmologique n’est qu’une question de point de vue ? Cela semble être suggéré :« Pourtant, peut-être un autre observateur, tenant compte d’autres faits, en jugera-t-il différemment ». La théorie des mondes étant ce qui supporte celles de la vérité et de la connaissance, la vérité philosophique serait-elle, comme la fiction littéraire, un récit ?

  • 24 Ibid., p. 147.
  • 25 Bertrand Russell, « De la dénotation » (1905), Écrits de logique philosophique, PUF, p. 203.

14Si les théories des mondes constituent une sorte de récit philosophique, comment ceux-ci opèrent-ils ? À travers des processus référentiels, les œuvres de fiction, notamment en littérature, jouent un rôle déterminant dans la construction du monde24. Cependant, comme le constate Bertrand Russell, une proposition peut être dénotante alors même qu’elle ne dénote rien25. Dans quel sens les versions qui ne réfèrent à rien peuvent-elles participer à l’élaboration du monde ? Cette question concerne à la fois les cas où l’objet dénoté n’existe pas mais également les cas où l’œuvre symbolise autrement que par la dénotation littérale.

  • 26 Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, op. cit., p. 148.
  • 27 Platon, La République (Livre X), op. cit., 600e-601c.
  • 28 Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, op. cit., p. 149.

15Selon Goodman, fiction et non-fiction agissent d’une manière similaire sur les mondes réels. Les œuvres abstraites fonctionnent en référant par l’expression ou l’exemplification. Quant à la fiction, elle s’applique aux mondes réels de manière métaphorique26. Quels liens les mondes de fiction et ceux dits « réels » entretiennent-ils ? Dans la théorie platonicienne, la fiction est très éloignée de la vérité et ne possède aucune existence propre27. Elle appartient au monde des simulacres. En revanche, pour Goodman, les mondes de fiction qui sont des mondes possibles, sont compris à l’intérieur du monde réel28.

La théorie de la vérité-correspondance

  • 29 Roger Pouivet in Jean-Pierre Cometti, Jacques Morizot, Roger Pouivet, Esthétique contemporaine ; Ar (...)

16La problématique ontologique liée aux références non dénotantes et au statut de la fiction recouvre le problème plus fondamental de la conception de la vérité comme correspondance et du langage comme représentation du monde29. Que devient cette théorie au sein de la cosmologie conjecturée par chacun des auteurs ? Dans la théorie platonicienne, la vérité ne peut en aucun cas être évaluée par sa correspondance avec le monde puisque le vrai n’est pas accessible aux sens. Celui-ci est appréhendable à travers le raisonnement et la méthode dialectique. Popper et Goodman font tous deux référence à la théorie conventionnelle de la vérité d’Alfred Tarski dans leur ouvrage respectif, mais en des sens différents. Popper déclare :

  • 30 Karl Popper, La connaissance objective, op. cit., p.99. Concernant Alfred Tarski, voir Logic, Seman (...)

17J’accepte la théorie du sens commun (défendue et affirmée par Alfred Tarski) selon laquelle la vérité consiste dans la correspondance avec les faits (ou avec la réalité) ; ou plus précisément, selon laquelle une théorie est vraie si et seulement si elle correspond aux faits30.

  • 31 Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, op. cit., p. 36.

18Au contraire, Goodman, tout en mettant de côté la théorie de Tarski, affirme que la vérité ne peut pas être définie ou évaluée seulement par sa concordance avec le monde31. Aussi, la question est de savoir si une version créée correspond effectivement à un monde. Ceci rejoint le problème du rapport entre théorie et faits : l’un et l’autre sont emprunts l’un de l’autre, de telle manière qu’ils se forment tous deux. Enfin, les vérités différant selon les mondes, quel monde servirait de référence pour établir la vérité ?

  • 32 Karl Popper, La connaissance objective, op. cit., p. 101.

19De ce point de vue, la cosmologie de Popper peut être considérée comme un des mondes, avec son propre système de vérité qui lui correspond. Ainsi, à l’intérieur de la cosmologie poppérienne, la théorie de Tarski non seulement fonctionne, mais résout de plus des problématiques propres à ses mondes. Par exemple, les éléments du monde 3 correspondent-ils tous de la même façon aux éléments des mondes 1 et 2 ? En d’autres termes, les propositions verbales et les théories tiennent-elles leur vérité, même conjecturale, du monde 1 et 2 et si oui, peut-on l’affirmer également de la fiction et des œuvres d’art dont le contenu appartient également au monde 3 ? Pour Popper, si un énoncé est faux, ce n’est pas parce qu’il correspond à un « non-fait » mais parce qu’il ne correspond à aucun fait32. Il y a donc des éléments du monde 3 qui ne correspondent à aucun fait. Une théorie fausse serait-elle alors réelle tout en n’étant engagée dans aucune relation de correspondance avec un fait ?

Poïétique de la référence aux mondes

  • 33 Platon, Timée, op.cit., 29d.
  • 34 Karl Popper, La connaissance objective, op. cit., p. 181.
  • 35 Ibid., p. 182.
  • 36 Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, op. cit., p. 105.

20Comme les mondes fictionnels, les mondes philosophiques sont énigmatiques. Leur statut oscille entre proposition théorique et affirmation ontologique. Pourtant, d’une manière paradoxale, les auteurs semblent parfois suggérer qu’il s’agit d’une fiction, d’une image pour planter le décor des théories à venir. Ainsi, pour Socrate et ses interlocuteurs de Timée, il suffit « d’accepter un conte vraisemblable et de ne pas chercher plus loin33 ». La théorie des mondes semble alors bien métaphorique. Popper, également, prévient son lecteur au début de la discussion, qu’il ne s’agit pas de prendre « trop au sérieux » les mots « monde » et « univers »34. Cette requête rappelle le contrat fictionnel du roman ou de la fable entre le narrateur et le lecteur. Il y a ici quelque chose du célèbre avertissement surréaliste « ceci est une image ». Popper avance, de plus, que nous pourrions classer les mondes d’une façon différente, ne pas les classer du tout ou en distinguer plus que trois35. Pour Goodman, les littéraires et les scientifiques manient la vérité selon des procédés communs. À travers certains modes de référence, une œuvre participe à la construction d’un monde36. Ainsi, il est probable que les théories des mondes en philosophie contribuent également à la construction du monde. La référence aux mondes se réalise alors entre dénotation et construction.

21Aussi pouvons-nous considérer que l’invocation des mondes par les philosophes dans leur conception de la vérité est justement ce qui donne aux théories des mondes leur vérité. La théorie de la vérité « performe » la théorie des mondes, elle s’appuie sur elle et la valide en retour. Paradoxalement, ces trois théories des mondes affirment au lecteur que celui-ci n’a pas accès à la vérité. Néanmoins, avec Goodman, le lecteur lui accordant sa croyance, gagne en termes de pouvoir heuristique ce qu’il perd en vérité.

Bibliographie

Cometti Jean-Pierre, Morizot Jacques, Pouivet Roger, Esthétique contemporaine ; Art, représentation et fiction, VRIN, 2005.

Eco Umberto, Lector in fabula ou la coopération interprétative dans les textes littéraires, (1979), Paris, Grasset, 1985.

Goodman Nelson, Manières de faire des mondes, (1978), Gallimard, 2006.

Jauss Hans-Robert, Pour une esthétique de la réception (1975), Paris, Gallimard, 1978.

Picard Michel, La Lecture comme jeu, Paris, Les Éditions de Minuit, 1986.

Platon, La République, Œuvres complètes, Les Belles Lettres, 2002.

Platon, Timée, Œuvres complètes, Les Belles Lettres, 2002.

Popper Karl, La connaissance objective, (1972) Flammarion, 1998.

Russell Bertrand, « De la dénotation » (1905), Écrits de logique philosophique, PUF, 1989.

Tarski Alfred, Logic, Semantics, Metamathematics (1933), Clarendon Press, Oxford, 1956.

Haut de page

Notes

1 Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, (1978), Gallimard, 2006, p. 16.

2 Concernant les différentes théories littéraires qui portent sur le fonctionnement de l’œuvre par sa relation au lecteur voir : Umberto Eco, Lector in fabula ou la coopération interprétative dans les textes littéraires (1979), Paris, Grasset, 1985 ; Hans-Robert Jauss, Pour une esthétique de la réception (1975), Paris, Gallimard, 1978 ; Michel Picard, La Lecture comme jeu, Paris, Les Éditions de Minuit, 1986.

3 Karl Popper, La connaissance objective, (1972) Flammarion, 1998, p. 91.

4 Platon, La République, Œuvres complètes, Les Belles Lettres, 2002, 508c-509b.

5 Platon, Timée, Œuvres complètes, Les Belles Lettres, 2002, 28.

6 Platon, Timée, op.cit., 29.

7 « Afin donc que ce Monde-ci fût semblable, par son unité, au Vivant absolu, celui qui a fait le Monde n’a fait ni deux Mondes, ni un nombre infini. », Platon, ibid., 31b.

8 Ibid., 29c.

9 « […]il n’a laissé en dehors du Monde aucune portion d’aucun élément, ni aucune qualité », Ibid., 32c. Idée que le tout est unique, ibid., 33.

10 Platon, La République (Livre V), op.cit., 476c, 476d.

11 Cette véritable science étant la philosophie, dans ce cadre théorique, le philosophe a, seul, la connaissance. La cosmologie platonicienne justifie entre autres l’idée selon laquelle les philosophes doivent gouverner.

12 Karl Popper, La connaissance objective, op. cit., p. 90.

13 En une formulation différente, la philosophie reste comme chez Platon, la plus apte à distinguer le réel des apparences « Toute science et toute philosophie sont du sens commun éclairé. », ibid., p. 85.

14 Ibid., p. 444.

15 Ibid., p. 255.

16 Le pluralisme prend ici la forme d’une distinction entre les états physico-chimiques, les états mentaux, et ce qui peut être décrit comme les états de la connaissance, ibid., p. 378.

17 Ibid., p. 202-203.

18 Ibid., p. 58.

19 Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, op. cit., p. 17.

20 Ibid., p. 37.

21 Ibid., p. 136.

22 Ibid., p. 137.

23 « En réfléchissant à tout ce qui précède, on pourrait logiquement se demander, s’il faut affirmer qu’il y a des univers en nombre infini ou en nombre limité », Platon, Timée, op. cit., 55c.

24 Ibid., p. 147.

25 Bertrand Russell, « De la dénotation » (1905), Écrits de logique philosophique, PUF, p. 203.

26 Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, op. cit., p. 148.

27 Platon, La République (Livre X), op. cit., 600e-601c.

28 Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, op. cit., p. 149.

29 Roger Pouivet in Jean-Pierre Cometti, Jacques Morizot, Roger Pouivet, Esthétique contemporaine ; Art, représentation et fiction, VRIN, 2005, p. 320.

30 Karl Popper, La connaissance objective, op. cit., p.99. Concernant Alfred Tarski, voir Logic, Semantics, Metamathematics (1933), Clarendon Press, Oxford, 1956. Sur la théorie de la vérité-correspondance voir également Popper p. 99-102, p. 118, p. 395, p. 454 et p. 457-467.

31 Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, op. cit., p. 36.

32 Karl Popper, La connaissance objective, op. cit., p. 101.

33 Platon, Timée, op.cit., 29d.

34 Karl Popper, La connaissance objective, op. cit., p. 181.

35 Ibid., p. 182.

36 Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, op. cit., p. 105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Noëlle Doutreix, « La référence philosophique aux mondes, une mise en scène de la vérité », TRANS- [En ligne], 18 | 2014, mis en ligne le 22 décembre 2014, consulté le 23 août 2017. URL : http://trans.revues.org/1052 ; DOI : 10.4000/trans.1052

Haut de page

Auteur

Marie-Noëlle Doutreix

Doctorante en première année à l’ED 267 Arts et Médias de l’Université Sorbonne-Nouvelle, Marie-Noëlle Doutreix travaille au sein du Centre d’Approches Pragmatiques en Philosophie du Langage et de la Communication dirigé par Marie-Dominique Popelard.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page