Navigation – Plan du site
Dossier central

Editorial

Émilie Lucas-Leclin

Texte intégral

1Mise à l’index par les tenants de l’autoréférence, à l’instar de Jean Ricardou qui va jusqu’à la qualifier de « part obscurantiste de la représentation », la référence a longtemps été utilisée comme contre-modèle et associée à l’illusion stérile d’une lecture bovaryste. Bien que souvent pensée comme simple support de la relation mimétique, notamment par l’entremise de la « fonction référentielle » de Jakobson, la référence ne peut cependant pas négliger le fonds d’emprunts sur lequel elle repose. Qu’elle prenne la forme de la citation ou de l’allusion, qu’elle fasse figure d’autorité ou qu’elle permette de dénoter un monde, la référence nécessite le rapport à un objet extérieur, la construction d’une relation de connivence mais aussi le partage d’un contexte commun. Ce sont ces relations multiples entre le lecteur, le(s) monde(s) et le livre qu’explore ce numéro, par delà la définition retreinte de la référence comme représentation d’un réel empirique.

2Marie-Noëlle Doutreix analyse pour commencer la référence aux "mondes" en philosophie : l’idée d’une pluralité de mondes, dans les théories de Platon, Popper ou Goodman, "oscille entre vérité et fiction" et sert à justifier les thèses philosophiques des auteurs, sans que ces derniers ne confèrent un statut ontologique aux mondes possibles. « Le paradoxe porte ici sur le fait que la conceptualisation de la vérité est fondée sur des mondes spéculés ».

3La réflexivité complexe du processus référentiel est également saisie par Cyril Verlingue et Jeanne Weber. Tous deux démontrent en effet comment la référence, au lieu de renforcer le pacte de lecture, peut servir à le déstabiliser. Cyril Verlingue analyse ainsi comment la référence érudite dans Essais fragiles d’aplomb de Pierre Senges et Abrégé d’histoire de la littérature portative d’Enrique Vila-Matas « fissure » la référence au réel, la dénotation devenant dans ces œuvres purement « spéculative ». Jeanne Weber étudie à son tour la référence à Alice in Wonderland dans la production culturelle (littéraire et cinématographique) depuis les années 1960 : l’onirisme carrollien agit ici sur le mode de « la contamination paranoïaque », à la manière d’une « micro-substance virale » qui « infecte le pacte de lecture ».

4Thomas Carrier-Lafleur interroge quant à lui la référence par rapport au champ de l’intermédialité. Il s’intéresse à la référence cinématographique dans l’œuvre polymorphe de Blaise Cendrars : l’écriture de reportage, à la frontière de trois pratiques d’écriture, celles de la littérature, du journalisme et du cinéma, interroge « le maillage paradoxal » de la référence, entre préexistence et construction.

5Le dossier se clôt par la réflexion d’Antoine Constantin-Caille sur « la persistance du sens de la référence au monde réel » dans la fiction : loin d’être le fait d’auteurs naïfs, la « défense » de la référence, dans l’œuvre de Ponge ou Le Clézio, implique une conscience critique aiguë de la douloureuse difficultés à « dire » les choses.

6Nous tenons à remercier tout particulièrement Jeanne Mathieu-Lessard et Mathilde Savard-Corbeil qui ont pris en charge le dossier « Université invitée », consacré dans de numéro à l’université de Toronto.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Lucas-Leclin, « Editorial », TRANS- [En ligne], 18 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2015, consulté le 23 août 2017. URL : http://trans.revues.org/1054

Haut de page

Auteur

Émilie Lucas-Leclin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page