Navigation – Plan du site

Discours du Président sortant

AILC (Association Internationale de Littérature Comparée). Volume XXI • no. 1 • 2002
Jean Bessière
Traduction(s) :
Retiring President’s Address
Discurso del Presidente saliente

Texte intégral

1Je vais vous parler un peu de Littérature comparée. Ce qui devant cet auditoire, sera un sujet bien banal. Je vais le faire en partant de ce que j’ai entendu dire dans l’AILC. Je ne vais pas essayer de donner une définition de la Littérature comparée ou des prescriptions pour la Littérature comparée. Demander que l’on donne des définitions, que l’on propose des prescriptions est finalement un piège tendu par les autres - les représentants des autres disciplines. Je n’essaierai pas non plus d’entrer dans les débats sur la crise de la littérature comparée, des études littéraires, car les diagnostics de la crise sont trop divers. Je vais essayer de vous dire ce que peut être aujourd’hui la fonction de la littérature comparée. Je vous livrerai seulement quelques opinions.

I

2Dans ce que j’ai entendu dire dans les différentes réunions de l’AILC, il me semble que quatre thèmes prévalent :

  • identités et transferts culturels, littéraires,

  • lectures synchrones de diverses périodes littéraires, de diverses aires linguistiques, de diverses cultures ;

  • histoire littéraires et culturelles de diverses régions,

  • métacritique.

3Je vais préciser la position de chacun de ces thèmes pour définir la spécificité dont je crois avoir été témoin.

4S’agissant d’identités et transferts culturels, littéraires, la question n’est pas un doute sur les identités, mais une interrogation sur la relation des identités. A ce titre, le métissage dans telle culture n’est qu’un type d’identité existante et non pas la récusation, comme on le dit souvent, des identités. Les littératures peuvent être ainsi les représentations de relations d’identité. Le métissage apparaît comme ce qui porte en soi, illustre en soi des relations d’identité. (Cf. Literary and Cultural Identity Committee)

5S’agissant des lectures synchrones de diverses périodes littéraires, de diverses cultures, de diverses aires linguistiques, la question n’est pas tant d’arriver à des conclusions à caractère positif ou empirique, mais de construire les catégories qui rendent possible une lecture commune de ces périodes, de ces cultures. On élabore des modèls virtuels qui sont les moyens de cette lecture commune. (Cf. Modernism Committee)

6S’agissant des histoires culturelles et littéraires de diverses régions, la question est ici de dépasser les stricts partages nationaux des régions pour comprendre les histoires littéraires comme celles d’ensembles régionaux. Ces ensembles régionaux commandent le dessin de nouveaux paradigmes critiques, culturels, sociologiques. Ces histoires littéraires sont indispensables parce que la réalité et notre perception des régions changent. Une histoire littéraire comparée est la meilleure introduction à une réflexion littéraire vraiment actuelle sur ces régions. (Cf. Coordinating Committee et Committee on Intercultural Studies)

7S’agissant de la métacritique, on le sait, l’époque n’est plus nécessairement encline à développer le cœur de la théorie littéraire. Cela n’entraîne pas qu’il faille abandonner toute métacritique. La question est double. Y a-t-il une théorie qui soit vraiment transversale aux diverses littératures ? Est-il possible de rendre compte, dans une même théorie, de l’artefact littéraire et de la reconnaissance de l’artefact littéraire ? On sait que ces deux questions traversent le champ de l’esthétique contemporaine. L’esthétique n’offre pas de réponses claires. Nous pouvons voir quelles sont les réponses dans les diverses cultures, littératures, à ces deux questions pour dessiner le savoir commun (common knowledge) que portent ces questions : le savoir qui nous permet de traiter les diverses réponses à ces questions.

8Ce que je viens de dire impose un premier constat. Nous construisons des modèles transversaux, culturels, historiques, métacritiques, de la littérature, des littératures. Nous savons que ces modèles sont révisables dans la mesure où ils doivent rendre compte de la diversité des littératures, des cultures, dans la mesure où ils doivent nous permettre de passer d’une différence à une autre. Traiter de la différence pour elle-même n’a pas de sens. Ce serait la traiter en dehors de toute relation et, en conséquence, défaire le constat de la différence même. Ainsi quoi de plus difficile à modéliser que la littérature de voyage, sauf à réduire sa caractérisation à une tautologie : le littérature de voyage est la littérature qui parle du voyage, et aux banalités du discours sur la rencontre de l’autre. Il est cependant possible d’échapper à cette banalité. Nous pouvons éviter cette tautologie et cette banalité si nous considérons la littérature de voyage comme la représentation du savoir mutuel que les voyageurs doivent dégager de leur rencontre avec l’autre. (Cf Travel Literature Committee)

9Si l’on se tient dans la voie que je viens de dire, on évite trois fausses généralisations qui sont communes aujourd’hui et dont je vais donner trois exemples.

1. La construction du modèle critique et la réflexion sur le modèle, lorsqu’elles se prennent pour leurs propres fins, deviennent un mouvement réflexif qui ne désigne finalement que lui-même. Cela est illustré par toutes les thèses déconstructionnistes. Ces thèses ne disent une généralité que par l’infini de leur propre démonstration.

2. La construction d’un modèle critique peut conduire à la réification de ce modèle. Il faudrait citer les modèles critiques qui mettent en œuvre les notions de pouvoir et d’aliénation et qui conduisent à une réification de ces notions. Dans cette perspective, on pourrait multiplier les exemples. Je n’en retiendrai qu’un. L’identification de la modernité au seul pouvoir de la raison fait de nous les héritiers et les esclaves cognitifs du XVIIIe siècle. Il s’agit d’une réification qui rend difficile de penser une rationalité cognitive, esthétique et littéraire aujourd’hui. Une telle critique de la rationalité, lorsqu’elle devient un support de la critique littéraire, est, de fait, une fausse généralisation.

3. Il est difficile de nier l’intérêt et l’importance des formalismes littéraires, de l’approche de la littérature per se. Mais il faut noter que ces formalismes, dans la mesure où ils ont été réifiés, conduisent soit à un positivisme - ce que j’appelle, par exemple, le positivisme de la narratologie littéraire -, soit à un subjectivisme - une fois les constats formels faits, la littérature s’appréhende subjectivement. Gérard Genette est une belle illustration de ce double mouvement, qui finit donc dans l’impasse du subjectivisme. Cette réification et ce paradoxe d’une approche per se de la littérature ont une origine : la difficulté à penser la littérature alors que nous devons faire un constat simple : nous n’écrivons plus, nous ne lisons plus, nous n’étudions plus la littérature à l’intérieur de traditions fixées et donnés pour homogènes. Nous devons décider de ce qu’est un objet littéraire et de la façon dont nous le lisons. La réification et la fausse généralisation sont les conséquences du fait que cette contradiction de la critique littéraire formaliste et ses causes ne sont pas examinées.

II

10Ce rappel de ce dont j’ai pu être témoin dans l’ailc et cette petite récusation de quelques courants dominants de la critique littéraire contemporaine ont pour but de nous faire voir ce que peut être la construction de modèles en Littérature comparée.

11Une des caractéristiques des quatre thèmes de recherche que j’ai caractérisés est qu’ils traitent des littératures à partir des limites des littératures, des identités à partir des limites des identités, des thèses critiques à partir de leurs limites. Limite se comprend comme la frontière entre des objets, et comme une limitation en un sens logique. Limitation parce que nous ne pouvons pas achever une analyse sur nos objets d’étude, qui rende pleinement compte d’elle-même.

12Ce jeu des limites des littératures, des cultures, des thèses critiques, ne se confond pas avec quelque inter-littérature, inter-culture, inter-critique. Les pratiques qui sont apparentées à cet ‘inter’ correspondent souvent à une manière de syncrétisme critique. Dans bien des travaux, les références à Bakhtine se résolvent dans d’infinies citations des mots inter-discours et inter-culture.

13Dans notre construction à partir des limites déjà dites, nous partons d’une présomption de pertinence de notre modèle et nous nous efforçons de trouver le contexte qui le valide. Le contexte qui le valide est celui des limites des littératures, des cultures, et celui de la recomposition de ces limites.

14La Littérature comparée dessine de fait des environnements cognitifs qui ont des intersections et qui, par ces intersections, désignent la possibilité d’un savoir commun (mutual knowledge) sur la littérature. Ce savoir commun est, au total, le contexte cognitif qui permet de rendre compte de diverses littératures simultanément. Ce contexte cognitif est révisable suivant de nouvelles intersection des environnements cognitifs, tels qu’ils caractérisent les diverses approches des littératures, des cultures.

15La construction de modèles critiques inter-littéraires, interculturels, inter-linguistiques n’a d’autre fonction que de désigner les limites de nos savoirs, les intersections de nos environnements cognitifs et de proposer la figure du savoir commun qui nous permet de revenir vers les diverses littératures de manière spécifique. La validité du modèle est dans l’envergure même de ses applications, de ses effets contextuels. Le contexte, c’est à la fois les divers objets littéraires, culturels, et les divers chercheurs.

16Je suis en train d’abandonner la notion de comparaison. Je préfère dire que la littérature comparée est la méthode qui construit les modèles qui donnent le plus d’implications contextuelles, à partir même des limites des contextes.

17On peut alors préciser la notion de savoir commun (mutual knowledge) : le savoir que nous partageons ; le savoir qui fait que nous pouvons partager épistémiquement des contextes ; le savoir qui laisse ces contextes à leurs différences.

18Bien sûr, ce savoir commun est constamment révisable, pour deux raisons : l’une qui a déjà été dite - de nouvelles limites des objets, de nouvelles intersections des environnements cognitifs sont toujours à noter ; une seconde que je précise : ce savoir commun ne peut être validé réflexivement. Entreprendre une telle validation nous ferait revenir aux fausses généralisations que j’ai dénoncées. Ce savoir commun est donc contraint à son propre exercice et à sa propre réforme. Je propose, de fait, une solution très sage à la validation des études de Littérature comparée. Il ne s’agit pas de valider la Littérature comparée par un positivisme, ni de la récuser parce qu’elle ne peut pas revenir à des objets de manière aussi stricte qu’une étude littéraire plus locale.

19Il s’agit de la valider par son pouvoir contextualisant et par la coordination la plus large des études littéraires qu’elle implique en conséquence.

20Je donne de ce que je viens de dire une formulation plus large : faire que chaque modèle critique permette de lire le plus grand nombre de contextes littéraires ; faire que les divers contextes constituent une interrogation du savoir commun. Faire que nos modèles critiques, qui résultent de ce mouvement, nous permettent, par inférence, de dégager de nouveaux contextes - les plus étendus possibles.

III

21Ce que je vous propose peut être compris comme la part d’une réflexion méthodologique. On peut aussi le comprendre comme le moyen, pour la Littérature comparée, de faire face à quelques réalités littéraires, culturelles, contemporaines.

22Ainsi le jeu des limites de la littérature ne cesse aujourd’hui de varier et de se recomposer largement.

23Il suffit de dire la globalisation et sa converse qui est aussi réelle que la globalisation - la multiplication des états-nations et la multiplication des affirmations identitaires, souvent indissociables d’espaces géographiques et culturels. C’est là simplement constater que l’hypothèse d’une possible homogénéité culturelle ne va pas sans la multiplicité des limites des cultures, des littératures.

24Il y a une traduction littéraire de tout cela. Il suffit de penser à l’Afrique et de s’interroger sur ce qu’est, dans ces conditions, une littérature comparée africaine. On peut donner beaucoup d’autres exemples. Je n’en donnerai qu’un second. Il est évident que la littérature comparée des littératures européennes doit être en partie repensée dès lors que l’Europe s’est constituée comme une communauté et se constituera peut-être en une fédération. La géopolitique peut suggérer ici un autre dessin des limites mutuelles des littératures.

25Qu’il s’agisse de l’Afrique ou de l’Europe, cette réorganisation de nos savoirs est une réorganisation qui n’abolit pas les savoirs précédents. Cette réorganisation est d’abord la recherche de nouvelles possibilités de lectures contextuelles. Ces nouvelles possibilités supposent ce savoir commun qui exclut la réification des savoirs, des dessins, des contextes cognitifs.

26De fait, je suis en train de dire une fonction de la littérature comparée : dessiner l’articulation des contextes littéraires aujourd’hui, dans le paradoxe que j’ai indiqué - globalisation et multiplication des états-nations, états-nations et multiplication des reconnaissances régionales à l’intérieur des états-nations -, de telle manière que ces limites soient mutuellement lisibles et sans que soit faite une réification de la globalisation ni une réification de la différence. Il y a là la fonction critique de la littérature comparée - de ce savoir mutuel dont j’ai déjà parlé.

27Je conclurai ces points avec un petit commentaire à partir de Derrida. Derrida a dit un jour que la littérature comparée est une discipline incertaine. Ce qui était bien sûr une condamnation de la littérature comparée. La condamnation est étrange qui vient de quelqu’un qui a développé une philosophie de l’indécidable. Mais peut-être reprochait-il à la littérature comparée de prendre de mauvaises décisions - par exemple de constituer de quasi-essences de la littérature. Nous devons reconnaître que la littérature comparée n’a pas hésité à réifier ses objets - qu’il s’agisse des études thématiques ou de l’abus des références à la nation, qui a souvent viré à une sorte de critique nationaliste.

28Il vaut cependant la peine de reprendre les notions d’incertain et d’indécidable. La littérature comparée est incertaine si elle s’attache à réifier ses objets, ses méthodes, parce qu’elle manque alors le jeu des limites des littératures et des intersections des domaines cognitifs. La littérature comparée est indécidable, non pas au sens où la déconstruction entend le terme, mais au sens où la littérature comparée sait qu’elle ne peut pas construire des modèles validables des littératures et des cultures. Son efficacité est alors entièrement dans cette indécidabilité qui est une indécidabilité dynamique. C’est-à-dire une indécidabilité qui ne cesse de relancer le constat de l’intersection des contextes cognitifs, et, par là la coopération que suppose le savoir mutuel. Nous n’avons besoin ni de l’indécidabilité radicale ni de la réification des savoirs et des objets littéraires, culturels.

29Je donne ces explications pour indiquer finalement deux choses. L’une qui est relative à la manière dot on peut traiter la diversité littéraire. L’autre qui est relative à la manière dont on peut situer la Littérature comparée, les études littéraires, les humanités.

30Première chose. Contre les divers positivismes et contre les diverses réifications, que j’ai dits, contre une vision hiérarchisée des littératures - que ce soit celle de la domination ou celle de la résistance à la domination, contre le mouvement réflexif auquel correspond une approche de la littérature per se, qui finalement ferme le jeu réflexif et conduit à des paradoxes, contre l’infini réflexif de la déconstruction qui défait la pertinence de toute contextualisation d’une analyse, il faut dire que chaque littérature, chaque culture, chaque objet littéraire, chaque objet culturel constituent un point fixe et qu’à partir de ces points fixes, on peut faire varier les modèles critiques. L’expression point fixe renvoie au "raisonnement non monotone", qui est une partie de la logique. Un point fixe est une valeur que les opérations logiques et cognitives ne peuvent altérer quelles que soient les normes de l’opération. En assimilant les objets littéraires et culturels à des points fixes, la diversification des modèles critiques ni n’ignore ni n’altère ces objets. Elle désigne ces objets et les rapporte à l’environnement cognitif que nous dessinons. Ce type de désignation et le caractère non-conclusif des modèles critiques sont le propre des démarches cognitives ouvertes.

31Deuxième chose. Ainsi redéfinir l’indécidable apporte un autre bénéfice : pouvoir donner une place la Littérature comparée dans les débats critiques actuels. Ce qu’on appelle dans beaucoup d’endroits la crise des études littéraires ou la crise des humanités, n’est que l’effacement progressif du modèle d’études littéraires établi au XIXe siècle en Europe. Ce modèle était symboliquement et idéologiquement un mélange de tradition, d’universalisme, de nationalisme et de positivisme. La plupart des écoles critiques contemporaines travaillent sur cet héritage. Pour le modifier, pour essayer de s’en défaire - ainsi de la déconstruction. Le pas au-delà de tout cela appartient peut-être à la Littérature comparée. La crise des humanités correspond au fait qu’elles ne peuvent plus décider de leur propre cohérence, dès lors que l’organisation de leurs composantes, idéologiques, symboliques, cognitives, n’est plus fonctionnelle. Le choix de l’indécidabilité par la déconstruction n’est qu’une réponse à cela. Une manière de sortir de la crise et de préserver nos objets d’études nombreux et variés est de promouvoir l’idée d’une indécidabilité dynamique. Cette indécidabilité dynamique qui sait qu’elle n’est pas dissociable du savoir commun, de la recherche, par inférence, des contextes littéraires les plus larges. Celle qui sait qu’elle n’est pas dissociable de la manière dont la Littérature comparée traite des littératures et des cultures - en retenant les limites des littératures et des cultures. Vous comprenez pourquoi j’ai commencé cette adressé en caractérisant les thèmes de recherche des comités de l’AILC.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Bessière, « Discours du Président sortant », TRANS- [En ligne], 1 | 2005, mis en ligne le 08 janvier 2006, consulté le 23 août 2017. URL : http://trans.revues.org/117 ; DOI : 10.4000/trans.117

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page