Navigation – Plan du site

Appel à communication du n° 21 de la revue TRANS-« L’Illisible »

Si la littérature constitue en quelque sorte le lieu qui nous offre la possibilité d’expérimenter les configurations possibles de notre vie et peut même nous permettre de mieux la comprendre, parfois elle génère de la non-compréhension, une impression d’illisibilité tant au niveau des récits racontés qu’au niveau du langage.

Mais que se passe-t-il réellement lorsque nous sommes confrontés à des lectures dites « difficiles » ? Que peut-on tirer de ces expériences souvent symbole de lutte, de souffrance, voire d’abandon ? Quelle est la frontière au-delà de laquelle on commence à apprécier ce que Rilke appelle « ce sage ne-pas-comprendre de l’enfant » ?

Cet appel vous invite à réfléchir sur l’expérience de la difficulté associée à la non-compréhension ou à l’illisible d’une œuvre/création, la première mettant l’accent sur le manque de capacités ou d’outils de la part du récepteur, pour assimiler une information, un évènement, un élément de langage (un échec de la cognition), et le deuxième impliquant un manque voire un caractère fautif chez la chose non-comprise ; dans le cas de la littérature on considère souvent qu’une telle incompréhensibilité est imputable à l’intention de l’auteur.

Par ailleurs, on peut se demander en quoi ces expériences de non-compréhension peuvent de fait mener à une compréhension, et même nous mener à nous demander que signifie « comprendre ». Si Joyce nous offre l’expérience par excellence du non-comprendre linguistique, il ne s’agit peut-être que d’une question d’exigence et d’implication de la part du lecteur. D’une autre perspective, Kafka ou Beckett nous offrent l’expérience du non-lisible à travers la difficulté éprouvée (ou non-éprouvée) par leurs personnages de comprendre leurs mondes. Tous deux sont des exemples à partir desquels nous vous invitons à approfondir et à penser d’autres formes de non-compréhension et d’illisibilité que nous propose la littérature.

Il est également possible d’envisager le défi de la lecture comme l’expérience et la transgression de limites : limites du lisible pour une société (en fonction de ses langues, son histoire, etc.), limites d’un individu selon ses compétences et ses prédispositions. Nous pouvons également penser avec Philippe Sollers à des œuvres « limites » qui marquent l’histoire littéraire peut-être par les effets du non-comprendre qu’elles peuvent générer. Où situer alors le seuil de lisibilité et comment l’expérimenter ?

Ce sujet n’est exclusif d’aucune période ni d’aucun genre : il exige en revanche une approche comparatiste. Les propositions de communication (3000 signes), accompagnées d’une brève bibliographie et d’une courte présentation du rédacteur doivent être envoyées avant le 4 octobre 2016 en fichier .DOC ou .RTF à l’adresse lgcrevue@gmail.com. Les articles retenus seront à envoyer pour le 30 novembre 2016. Nous rappelons que la revue de littérature générale et comparée TRANS- accepte les articles rédigés en français, anglais et espagnol.