Navigation – Plan du site
Dossier Central

What’s in a name ? : Réécriture et lutte pour le nom

Jeanne Weeber

Résumés

Lorsque Jean Rhys décide de narrer, dans Wide Sargasso Sea (1966), l’histoire de la première femme de Rochester, elle cherche à réhabiliter l’image, qu’elle estime salie, de la femme antillaise telle que la dépeint Charlotte Brontë dans Jane Eyre (1847). Aimé Césaire, dans Une Tempête (1969), procède d’une démarche analogue en transposant dans l’Amérique esclavagiste, The Tempest de Shakespeare (1611). Aujourd’hui, le roman d’Albert Camus, L’Etranger (1942), se voit opposer un droit de réponse dans Meursault, contre-enquête de Kamel Daoud (2014). Le petit frère du personnage de l’Arabe rétablit l’innocence et l’identité du mort et met en accusation tout à la fois le narrateur camusien, la France colonialiste et l’Algérie actuelle. Ces romans ont en commun l’importance accordée à la nécessité de nommer des personnages restés des « types ». Ces trois œuvres, souvent qualifiées de « post-coloniales », prouvent le pouvoir de la Littérature dans la marche de l’Histoire en tant qu’arme de la lutte pour le Verbe. L’idée de résistance à la littérature suppose de lui reconnaître une certaine nocuité, une faculté, alors même qu’elle se fantasme souvent comme un contre-discours, volontiers subversif, de contribuer à un ordre injuste. De plus, il apparaît qu’elle impose la forme de sa « résistance », le combat ne pouvant se faire efficacement que par la seule littérature.

Haut de page

Texte intégral

« Être de papier » ou ne pas être

1Lorsque l’écrivain dominicaine Jean Rhys décide de narrer, dans Wide Sargasso Sea (1966), l’histoire de la première femme de Rochester, elle cherche à réhabiliter l’image, qu’elle estime salie, de la femme antillaise telle que la dépeint Charlotte Brontë dans Jane Eyre (1847) :

  • 1 Je traduis, « I had always wanted to write about her… I was annoyed about the poor lunatic West Ind (...)

 J’ai toujours voulu écrire sur elle… J’étais agacée par la pauvre folle Antillaise, ce n’est pas du tout un personnage authentique comme Jane Eyre ou Mr Rochester, alors j’ai écrit sa vie. Jane et Rochester prennent vie dans Jane Eyre mais pas elle, elle est juste un horrible personnage1

  • 2 Je traduis, « I was concerned that Charlotte Brontë must have had something against the West Indies (...)

2Elle sous-entend une certaine vision colonialiste de la part de l’écrivain anglaise : « J’étais préoccupée par la pensée que Charlotte Brontë devait avoir quelque chose contre les Antilles, et cela m’irritait. »2 Il faut dire que le texte de Charlotte Brontë n’est pas flatteur pour Bertha Mason :

  • 3 Charlotte Brontë, Jane Eyre, chapitre XXVI : « What it was, whether beast or human being, one could (...)

 au premier abord, on ne pouvait pas dire si c’était une créature humaine ou un animal ; elle paraissait marcher à quatre pattes et elle faisait entendre un rugissement de bête sauvage ; mais elle portait des vêtements, et une masse de cheveux noirs et gris retombaient sur sa tête comme une épaisse crinière3 .

  • 4 Catherine Rovera, Genèse d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre, Paris, Hermann, 2015, p. 90.

3Si la comparaison avec un animal ne suffisait pas, l’utilisation du pronom personnel « it » pour la désigner lui dénie toute qualité humaine. Les exemples sont légion dans le roman Jane Eyre. Pour la critique Catherine Rovera, Bertha est le prétexte à une histoire périphérique « aux accents gothiques et mélodramatiques », passés de mode en 1847 : « La première Mrs Rochester trouve donc sa place dans l’esthétique visuelle de Jane Eyre, mais elle y joue un rôle purement décoratif4. »

  • 5 Ahmed Hanifi, « Les écrits d’Albert Camus » [en ligne]. Disponible sur :
  • 6 Mouloud Feraoun, Lettres à ses amis, Paris, Le Seuil, 1969, p. 203.
  • 7 Kamel Daoud, Meursault , contre-enquête, Paris, Actes Sud, 2014, p. 58.

4Ce reproche n’est pas si éloigné de celui qui est fait à Albert Camus au sujet du traitement des autochtones d’Algérie dans son œuvre, un simple décor, une foule indistincte. L’écrivain Ahmed Hanifi fait remarquer que les rares autochtones parlant, le font au style indirect : « Exemple de la Mauresque qui parle à travers la voix de Raymond : « elle me disait que c'était juste, qu'elle n'arrivait pas », ou Meursault reprenant les Arabes : « ils m'ont demandé ce que j'avais fait… Ils m'ont expliqué comment il fallait arranger la natte où je devais coucher. » […] ou bien ils parlent indirectement, ou bien encore parlent, mais sans que nous sachions, comprenions de quoi il relève : « Leur murmure sourd, parti de plus bas, formait comme une basse continue… Le murmure des Arabes continuait au-dessous de nous5. » Le grand écrivain kabyle Mouloud Feraoun n’hésita pas à écrire à Albert Camus dont il admirait l’œuvre pour regretter « que parmi tous ces personnages il n’y eût aucun indigène et qu’Oran ne fût pour [vous] qu’une banale préfecture française6 ». Kamel Daoud, lui, écrit : « Moussa est un Arabe que l’on peut remplacer par mille autres de son espèce, ou même par un corbeau ou un roseau7. »

5L’Etranger (1942) voit l’expression « l’Arabe », utilisée vingt-cinq fois pour désigner celui sur lequel Meursault tire à cinq reprises, soit trente coups portés à un être de papier qui n’accède jamais vraiment au rôle de personnage à cause d’une caractérisation nulle : pas de traits distinctifs, de singularités, pas de voix et même pas de nom. Il rejoint ainsi la fosse où gisent les soldats inconnus de luttes asymétriques : « homme invisible », « vanishing indian »…

6Du fait même de l’identité ambigüe de son auteur, L’Etranger permet toutes les interprétations, même les plus polarisées. Si beaucoup ont critiqué la représentation sans conséquence ni remords du meurtre d’un « Arabe », d’autres ont pu y lire la dénonciation de l’indifférence française au sort des Algériens. Cette réserve de sens qu’est le roman en prévient toute exégèse fixe, totalitaire, mais n’empêche pas une certaine nocuité.

7Alors même qu’elle se fantasme souvent comme un contre-discours volontiers subversif, l’agacement, la révolte, la frustration provoqués par la lecture invitent à considérer dans certains cas la littérature comme une contribution à un ordre injuste. Le portrait lacunaire et partial d’un Autre incite des écrivains à combler les vides d’une œuvre.

Droit de réponse

8Ainsi, Kamel Daoud, dans Meursault, contre-enquête (2014) se propose-t-il d’offrir une identité à « l’Arabe » de L’Etranger. Le récit se situe des années après la mort du jeune homme. Son petit frère, Haroun, entreprend de donner sa version de l’histoire et d’exposer les conséquences sur sa vie de cet épisode, le décès du frère adoré et la publication du roman L’Autre par Meursault où son frère n’est pas identifié. La structure du texte reprend celle de La Chute : Haroun livre son expérience à un interlocuteur anonyme dans un bar. Cependant, clins d’œil, allusions, rectifications, entretiennent un dialogue avec le roman de Camus. Au célèbre incipit camusien répond celui de Kamel Daoud : « Aujourd’hui M’ma est encore vivante », au meurtre de « l’Arabe » sans nom, celui du « roumi » Joseph Larquais, au procès qui condamne l’absence de larmes aux funérailles de la mère, l’interrogatoire par l’officier de Libération qui réprouve que le meurtre du colon ait eu lieu après le 5 juillet 1962. Des éléments sont recontextualisés, tel le voisin qui ne hurle plus après son chien mais prie toute la nuit. Les deux œuvres donnent une impression de symétrie, deux côtés d’une même maison, d’un même habitus, Marengo/Hadjout. Mais si le projet énoncé par Haroun est de rendre justice à la mémoire de son frère, une fois de plus celui-ci se voit voler sa vie. Au moins se voit-il caractérisé : son physique « il était de grande taille, oui, il avait un corps maigre et noueux à cause de la faim et de la force que donne la colère », une généalogie, le goût des femmes, une personnalité taiseuse. Un vrai personnage de roman restitué par le regard plein d’amour de son petit frère. Mais il disparait rapidement et laisse Haroun poursuivre la narration de sa propre existence.

  • 8 Voir Sandra M. Gilbert, Susan Gubar, The Madwoman in the Attic : The Woman Writer and the Nineteeth (...)

9Jean Rhys, au contraire, relate avec force détails la vie du spectre de Jane Eyre. Sous sa plume, le monstre effrayant du grenier (« the mad woman in the attic8 ») se révèle une femme torturée, à l’identité complexe entre ses origines sociales, spatiales, son genre et ses désirs. Charlotte Brontë la montre laide, masculine, les traits horrifiants à la fin de sa vie. Jean Rhys décrit la superbe jeune femme qu’elle était. Alors que Brontë moralise sa folie en liant symptômes hystériques et vice, débauche, Rhys, à la faveur de l’antipsychiatrie des années soixante et des recherches de Ronald Laing ou Gregory Bateson sur les milieux schizophrénogènes, imagine que son héroïne est rendue folle par le malheur : le manque de père, l’indifférence maternelle et la solitude. Elle donne voix aux personnages qui rappellent la folie de sa mère et penchent pour un atavisme mais le dernier mot est offert à Christophine, la vieille nourrice, voix de la sagesse dans le roman :

  • 9 « ʻThey drive her to it. When she lose her son she lose herself for a while and they shut her away. (...)

 On la rend folle. Quand elle perd son fils, elle a l’esprit égaré pendant quelques temps et on l’isole, on l’enferme. On lui dit qu’elle est folle, on agit comme si elle est folle. Des questions, des questions. Mais pas un mot gentil, pas d’amis, et son mari, y part, y l’abandonne. On veut pas me laisser la voir. J’essaie, mais non. On veut pas laisser Antoinette la voir. À la fin -folle peut-être, j’en sais rien- elle cède, tout lui est égal. Cet homme qui est chargé de s’occuper d’elle, y la prend chaque fois qu’il en a envie et sa femme bavarde. Cet homme et d’autres. Alors elle est à leur merci. Ah ! Y a pas de Dieu9 ! 

10La nymphomanie de Bertha devient pure diffamation d’un mari froid et distant, intéressé uniquement par sa fortune et jaloux de l’amour d’enfance de sa femme.

11À travers le conflit de Rochester et Christophine, ce sont deux systèmes de valeur qui s’opposent : la société antillaise traditionnelle, matriarcale, où règne l’occulte, et l’Angleterre victorienne patriarcale dominée par la Raison et l’argent. Deux espaces symboliques aussi, celui des colonies esclavagistes et celui des colons dominant. Ils ne peuvent coexister, chacun portant en germe la fin possible de l’autre. Cette lutte d’influence, violente et mortifère, aura raison de Bertha, en proie aux paradoxes de son identité antillaise, méprisée comme sa mère par les Blancs continentaux et abhorrée par les Noirs, tenant donc la place privilégiée de la folle comme lieu de l’altérité totale.

  • 10  Selon l’Encyclopædia Britannica [en ligne]. Disponible sur :
  • 11  Voir le site de la bibliothèque de l’université de Virginie :
  • 12 Maryse Condé, Moi, Tituba sorcière…noire de Salem, Paris, Gallimard, 1986, p. 13.

12Il n’est pas exclu de voir dans le récit de Jean Rhys l’ombre d’un épisode historique fameux, celui des « Sorcières de Salem » que nous rappelons brièvement. En 1692, une poignée d’adolescentes du Massachusetts se met soudainement à agir de manière étrange. Les jeunes filles parlent des langues inconnues, entrent en transe. Pressées par leur entourage, elles dénoncent bientôt l’influence d’une esclave. La folie se répand dans toute la colonie. En quelques mois, c’est près d’une centaine de personnes qui sont accusées, incarcérées et pour certaines, pendues. De l’esclave au cœur du scandale on ne sait presque rien, à peine un nom, Tituba10. Elle travaillait pour le révérend Samuel Parrish et gardait souvent ses filles adolescentes qu’elle amusait avec des divinations et des recettes de philtres d’amour. Son origine est sujette à caution : certains pensent qu’elle était une Amérindienne comme semblent l’attester les archives du procès11. Mais aujourd’hui beaucoup s’accordent à voir dans ses pratiques magiques l’Obi, le vaudou des Antilles ramené d’Afrique. L’écrivain antillaise Maryse Condé suit cette version, lorsqu’elle écrit Moi, Tituba sorcière… noire de Salem12 puisqu’elle l’imagine née à la Barbade, fruit du viol d’une esclave africaine par un marin anglais sur un bateau négrier, initiée à l’Obi par une vieille esclave.

13À l’instar de Jean Rhys ou Kamel Daoud, elle entreprend de lui restituer une histoire afin de replacer à la place de la victime un être condamné par la littérature au rôle de coupable, dans une démarche postcoloniale de réhabilitation.

  • 13 « Long, sad, dark alien eyes », Jean Rhys, op. cit., p.37 et trad. p. 77.
  • 14 « Creole of pure English descent she may be, but they are not English or European either. », Ibid.
  • 15 « Great mistake to go by look », Ibid., p. 17.
  • 16 « did I notice it before and refuse to admit what I saw ? », Ibid., p. 37 et trad. p. 78.
  • 17 « the girl is thought to be beautiful, she is beautiful. And yet…», Ibid., p. 39 et trad. p. 82.
  • 18 « They all knew », Ibid., p. 63 et trad. p. 126.
  • 19 « For a moment she looked very much like Amélie. Perhaps they are related, I thought. It’s possible (...)

14D’ailleurs, dans Wide Sargasso Sea, Jean Rhys introduit subtilement un soupçon de Rochester sur les origines de sa femme. Ses sourcils sont noirs et épais, ses yeux foncés et étrangers, alien dit Rochester dans le texte original : « Des yeux en amande, tristes, sombres, étrangers13 », qui ajoute qu’ils ne correspondaient pas à ses origines officielles européennes : « Elle a beau être une créole et pure descendance anglaise, ces gens-là ne sont pas anglais ni non plus européens14 ». Car sur l’île, « on se trompe grandement si l’on se fie aux apparences15 ». Reste que le mari laisse progressivement le soupçon l’envahir sans que jamais la narration ne révèle le sujet de ce soupçon : « l’ai-je remarqué auparavant et me suis-je refusé à admettre ce que je voyais16 ? », « On trouve la jeune fille belle, et elle l’est, belle. Et cependant17… » Sa beauté n’est « accessible », « familière », ni pour les Noirs, ni pour les Blancs. « Ils savaient18 », ajoute-t-il soudain paranoïaque. Le lecteur tente de forcer les ellipses, ainsi lorsque Rochester voit une ressemblance entre sa femme et la servante noire : « Durant un instant, elle ressembla beaucoup à Amélie. Peut-être sont-elles parentes, pensais-je. C’est possible, c’est même probable dans ce fichu pays19. »

15Dès lors, le lecteur peut relire Jane Eyre avec l’idée que la séquestration subie par Bertha était un moyen de la cacher, de dissimuler un mariage interracial. Jamais le roman de Charlotte Brontë ne donne la possibilité à Bertha de s’exprimer. Or chez Rhys, elle assume à la première personne le récit de son enfance alors qu’elle est encore Antoinette, dénonçant le portrait de Bertha comme pure création de Rochester et condamnant à travers lui, un regard stéréotypé et idéologique sur les Antilles. Rhys imagine donc que c’est Rochester qui se met progressivement à la nommer Bertha.

  • 20 « Bertha is not my name. You are trying to make me into someone else, calling me by another name. I (...)

 Bertha n’est pas mon nom. Vous essayez de me transformer en quelqu’un d’autre, en m’appelant d’un autre nom. Je le sais ; ça aussi, c‘est de l’obi 20

16Le roman de Rhys met en avant la tentative de destruction de sa femme par Rochester qui annihile son nom initial pour lui en substituer un sensé la contrôler. Le nom enfermant, déterminant celui qui le porte dans une inversion du signifiant et du signifié.

Auto-onomaturgie

  • 21 Aimé Césaire, Une Tempête, d'après La Tempête de William Shakespeare : adaptation pour un théâtre n (...)
  • 22 Octave Mannoni, Psychologie de la colonisation, Paris, Le Seuil, 1950, d’ailleurs réédité sous le t (...)

17A peine trois ans après la publication de Wide Sargasso Sea de Rhys, paraît Une Tempête21, récriture par Aimé Césaire de La Tempête (1611) de Shakespeare. Centrée sur la relation entre Prospero et Caliban, Une Tempête relit leur rapport comme celui d’un maître à son esclave, d’un oppresseur à un opprimé. La pièce est aussi une réponse indirecte au concept de « complexe de Prospero » formulé par l’ethnologue et psychiatre Octave Mannoni dans son ouvrage de 1950, Psychologie de la colonisation22. Entre autres théories, Mannoni désignait le colonisé comme un individu désirant inconsciemment être dominé. Césaire déconstruit cette vision en recentrant le récit autour du personnage de Caliban. L’intrigue est transposée dans un espace américain où Prospero est un propriétaire blanc autoritaire, Caliban un esclave noir luttant comme il peut pour sa liberté. Ariel apparaît sous les traits d’un mulâtre, convaincu que son émancipation passe par le dialogue avec l’oppresseur. Cependant, pour Caliban, la lutte se fait pied à pied, œil pour œil et commence par le nom :

  • Caliban : Si tu veux, je te dis que désormais je ne répondrai plus au nom de Caliban.

  • Prospero : D’où ça t’es venu ?

  • Caliban : Eh bien, y a que Caliban n’est pas mon nom. C’est simple !

  • Prospero : C’est le mien peut-être !

  • Caliban : C’est le sobriquet dont ta haine m’a affublé et dont chaque rappel m’insulte.

  • Prospero : Diable ! On devient susceptible ! Alors propose… Il faut bien que je t’appelle ! Ce sera comment ? Cannibale t’irait bien, mais je suis sûr que tu n’en voudras pas ! Voyons, Hannibal ! Ça te va ! Pourquoi pas ! Ils aiment tous les noms historiques !

    • 23 Aimé Césaire, op. cit., acte I, scène 2, p. 28.

    Caliban : Appelle-moi X. Ça Vaudra mieux. Comme qui dirait l’homme sans nom. Plus exactement, l’homme dont on a volé le nom. Tu parles d’histoire. Eh bien ça, c’est de l’histoire, et fameuse ! Chaque fois que tu m’appelleras, ça me rappellera le fait fondamental, que tu m’as tout volé et jusqu’à mon identité23 ! 

  • 24 « that damn devil my father », Jean Rhys, op. cit., p. 77 et trad. p. 151.
  • 25 Bible, Epîtres de Paul, Romains, 12.19 : « Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laisse (...)

18Un épisode du roman de Rhys présente une scène comparable lorsque Rochester rencontre un jour un demi-frère illégitime de sa femme. Celui-ci explique que « ce maudit démon, [mon] père24 » l’a nommé Esaü. Dans l’Ancien Testament, Esaü était le frère jumeau de Jacob, fils d’Isaac et de Rebecca. Il est dit roux et hirsute, fort et chasseur, à l’opposé de son frère glabre, intellectuel et végétarien. Il est la figure-même de la victime, du spolié puisque Jacob profite de son absence pour lui ravir la bénédiction de leur père et lui soutirer son droit d’aînesse. Son aspect physique le rapproche par ailleurs de l’image du Sauvage que le demi-frère d’Antoinette porte lui, aux yeux d’un monde raciste, dans son sang noir. Ce destin de sauvage-victime inscrit dans le nom qu’on lui a donné, il l’abolit en se rebaptisant Daniel, du nom du prophète aux visions, qui par son intelligence a toujours su s’attirer l’attention des puissants (les rois Nabuchodonosor et Darius). D’ailleurs, malgré son mépris affiché pour Daniel, Rochester ne peut s’affranchir de son influence. Mais chez Rhys, Daniel est un personnage trouble, loin de l’idéal biblique du saint dans la fosse aux lions. Le récit émouvant de ses souvenirs d’enfance nous donne à voir la genèse d’une vie où il a dû, lui, se battre comme un lion pour arracher nourriture, instruction et dignité. Sa haine pour sa demi-sœur Antoinette est sans limite, fondée sur le sentiment d’injustice. Il jalouse son destin de petite fille riche et met tout en place pour la perdre s’appropriant les mots de la Bible affichés sur son mur « Vengeance is mine » (« La vengeance est mienne »), phrase initialement attribuée au Créateur, seul juge25.

Littérature contre littérature, le réveil de Sycorax

  • 26 Coran, Sourate 20 « Lettres Ta-Ha »

19Dans Meursault, contre-enquête, des références coraniques ont trait également à l’identité. Kamel Daoud choisit en effet de nommer les deux frères de son récit, Moussa et Haroun, soit les deux frères prophètes Moïse et Aaron dans la Bible. Haroun est désigné par Dieu comme porte-parole de son frère et c’est cette charge que semble assumer le narrateur de Kamel Daoud. En convoquant le texte coranique, en l’occurrence la sourate Ta-Ha26, l’écrivain fait surgir l’image du « duel de magie » opposant Pharaon et ses mages à Moïse. Cela nous rappelle également le face à face de Rochester et Christophine, la manipulation linguistique de l’un contre l’Obi contestataire de l’autre. Il y a de cela dans l’entreprise de Kamel Daoud, la nécessité de résister à la littérature par la littérature, dans le même langage, celui du roman. Depuis Edward Saïd, nombreux sont les commentaires, et nous en avons évoqué certains, qui ont voulu s’opposer à la réduction de la victime de Meursault à un type. Or, il nous apparaît que la logomachie n’est nulle part plus efficace que sur le terrain même de la littérature sur un champ de bataille nommé palimpseste, telle une réponse de la sorcière d’Alger Sycorax à la magie paternaliste de Prospero dans The Tempest :

  • 27 Kamel Daoud, op.cit., p. 58

 En vérité, il aurait fallu tout reprendre depuis le début et par un autre chemin, celui des livres, par exemple, d’un livre plus précisément27

20Aujourd’hui, les romans de Camus et Kamel Daoud sont définitivement liés. Ils peuvent se lire comme un dyptique alors que les réserves de Mouloud Feraoun sont tombées dans l’oubli. La parole littéraire est plus puissante que le paratexte, la critique à la réception de l’œuvre. Elle est d’ailleurs si puissante qu’elle est performative. En nommant « L’Arabe » « Moussa », Kamel Daoud élève son personnage au rang de prophète d’une colère contre l’injustice et l’absurde de la condition coloniale. Il lui permet d’ouvrir la lettre camusienne en deux pour s’y inscrire, lui et son frère, de toute leur encre, tâche de Rorschach d’un esprit apaisé « non [par] la justice des tribunaux, mais celle des équilibres ».

Haut de page

Bibliographie

Brontë (Charlotte), Jane Eyre, Paris, Gallimard, coll. « Folio », 2012, 848 p.

Camus (Albert), L’Etranger, Paris, Gallimard, 1942, 191 p.

-- La Chute, Paris, Gallimard, 1956, 152 p.

Cesaire (Aimé), Une Tempête, d'après La Tempête de William Shakespeare : adaptation pour un théâtre nègre, Éd. du Seuil, Paris, 1969, 91 p.

Conde (Maryse), Moi, Tituba sorcière…noire de Salem, Paris, Gallimard, 1986, 288 p.

Daoud (Kamel), Meursault, contre-enquête, Paris, Actes Sud, 2014, 152 p.

Feraoun (Mouloud), Lettres à ses amis, Paris, Éd. du Seuil, 1969, p. 203.

Gilbert (Sandra), Gubar (Susan), The Madwoman in the Attic : The Woman Writer and the Nineteeth-Century Literacy Imagination, New Haven, Yale University Press, 1979, 762 p.

Hanifi (Ahmed), « L’Arabe dans les écrits d’Albert Camus » [en ligne] ; Disponible sur :

http://www.africultures.com/php/ ?nav =article&no =11872

Labaune-Demeule (Florence), « Le Double visage de Christophine Dubois, nourrice et Obeah woman dans Wide Sargasso Sea de Jean Rhys », Revue électronique Cercles, n° 15, 2006, p. 29- 43, p. 37. Diposnible sur : www.cercles.com

Rhys (Jean), Wide Sargasso Sea, Londres, Penguin, 1966, 168 p. [La Prisonnière des Sargasses, trad. Y. Davet, Paris, Gallimard, 2004, 252 p.].

-- Smile please : an unfinished autobiography, Oxford, Isis, 1979.

Rovera-Amandolese (Catherine), Genèse d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre, Paris, Hermann, 2015, 158 p.

Saïd (Edward), L’Orientalisme. L’Orient créé par l’Occident, Paris, Éd. du Seuil, 1978, 422 p.

-- « Representing the Colonized : Anthropology’s Interlocutors », Critical Inquiry, 15, Hiver 1989, p. 205-225.

Shakespeare (William), The Tempest, éd. bilingue, Paris, Flamarrion, coll. « GF-Flammarion », 1991.

Spivak (Gayatri), "Can the Subaltern Speak ?" Marxism and the Interpretation of Culture, éd. Cary Nelson and Lawrence Grossberg, Urbana, University of Illinois, 1988, p. 271-313.

Haut de page

Notes

1 Je traduis, « I had always wanted to write about her… I was annoyed about the poor lunatic West Indian, she’s not a true character at all, unlike Jane Eyre and Mr Rochester, so I wrote her life. Jane and Mr Rochester come completely to life in Jane Eyre, she doesn’t, she’s just such a horrible character. », « Jean Rhys interviewed by Peter Burton », in : The Transatlantic Review, n°36, été 1970, p. 109-115.

2 Je traduis, « I was concerned that Charlotte Brontë must have had something against the West Indies, and I was angry about it », Jean Rhys, Smile please : an unfinished autobiography, Londres, Penguin classics, 1979, 176 p.

3 Charlotte Brontë, Jane Eyre, chapitre XXVI : « What it was, whether beast or human being, one could not, at first sight tell : it groveled, seemingly, on all fours ; it snatched and growled like some strange wild animal : but it was cover with clothing, and a quality of dark, grizzled hair, wild as mane, hid its head and face. »

4 Catherine Rovera, Genèse d’une folie créole : Jean Rhys et Jane Eyre, Paris, Hermann, 2015, p. 90.

5 Ahmed Hanifi, « Les écrits d’Albert Camus » [en ligne]. Disponible sur :

http://www.africultures.com/php/?nav=article&no=11872

6 Mouloud Feraoun, Lettres à ses amis, Paris, Le Seuil, 1969, p. 203.

7 Kamel Daoud, Meursault , contre-enquête, Paris, Actes Sud, 2014, p. 58.

8 Voir Sandra M. Gilbert, Susan Gubar, The Madwoman in the Attic : The Woman Writer and the Nineteeth-Century Literacy Imagination, New Haven, Yale University Press, 1979, 762 p.

9 « ʻThey drive her to it. When she lose her son she lose herself for a while and they shut her away. They tell her she is mad, they act like she is mad. Question, question. But no kind word, no friends, and her husban’ he got off, he leave her. They won’t let me see her. I try, but no. They won’t let Antoinette see her. In the end – mad I don’t know- she give up, she care for nothing. That man who is in charge of her he take her whenever he want and his woman talk. That man and others. Then they have her. Ah there is no God.ʼ », Jean Rhys, Wide sargasso sea, London, Penguin, 1966, p. 102, trad. Y. Davet, Paris, Gallimard, 2004, p. 197.

10  Selon l’Encyclopædia Britannica [en ligne]. Disponible sur :

http://www.britannica.com/EBchecked/topic/519064/Salem-witch-trials#ref55241

11  Voir le site de la bibliothèque de l’université de Virginie :

http://salem.lib.virginia.edu/people?group.num=all&mbio.num=mb29

12 Maryse Condé, Moi, Tituba sorcière…noire de Salem, Paris, Gallimard, 1986, p. 13.

13 « Long, sad, dark alien eyes », Jean Rhys, op. cit., p.37 et trad. p. 77.

14 « Creole of pure English descent she may be, but they are not English or European either. », Ibid.

15 « Great mistake to go by look », Ibid., p. 17.

16 « did I notice it before and refuse to admit what I saw ? », Ibid., p. 37 et trad. p. 78.

17 « the girl is thought to be beautiful, she is beautiful. And yet…», Ibid., p. 39 et trad. p. 82.

18 « They all knew », Ibid., p. 63 et trad. p. 126.

19 « For a moment she looked very much like Amélie. Perhaps they are related, I thought. It’s possible, it’s even probable in this damned place », Ibid., p. 80 et trad. p. 158.

20 « Bertha is not my name. You are trying to make me into someone else, calling me by another name. I know, that’s obeah, too », Ibid., p. 95 et trad., p. 184. Cette sorcellerie transformera d’ailleurs Antoinette en zombie comme le montre Florence Labaune-Demeule, « Le Double visage de Christophine Dubois, nourrice et Obeah woman dans Wide Sargasso Sea de Jean Rhys », Revue électronique Cercles, n°15, 2006, p. 29- 43, p. 37. Disponible sur : www.cercles.com

21 Aimé Césaire, Une Tempête, d'après La Tempête de William Shakespeare : adaptation pour un théâtre nègre, Le Seuil, Paris, 1969, 91 p.

22 Octave Mannoni, Psychologie de la colonisation, Paris, Le Seuil, 1950, d’ailleurs réédité sous le titre Prospero et Caliban en 1984, 217 p. Le « complexe de Prospero » est défini ainsi p. 108 : « ensemble des dispositions névrotiques inconscientes qui dessinent tout à la fois la figure du paternalisme colonial et le portrait du raciste dont la fille a été l'objet d'une tentative de viol (imaginaire) de la part d'un être inférieur ».

23 Aimé Césaire, op. cit., acte I, scène 2, p. 28.

24 « that damn devil my father », Jean Rhys, op. cit., p. 77 et trad. p. 151.

25 Bible, Epîtres de Paul, Romains, 12.19 : « Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère ; car il est écrit : À moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur. »

26 Coran, Sourate 20 « Lettres Ta-Ha »

27 Kamel Daoud, op.cit., p. 58

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jeanne Weeber, « What’s in a name ? : Réécriture et lutte pour le nom », TRANS- [En ligne], 20 | 2016, mis en ligne le 20 octobre 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://trans.revues.org/1266 ; DOI : 10.4000/trans.1266

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page