Navigation – Plan du site

Éditorial

Émilie Lucas-Leclin

Texte intégral

1Le thème du Dossier Central, « Ecrire le présent », constitue en soi un paradoxe : comment représenter ce qui par définition ne se représente jamais ? Comment traduire le présent, et plus encore la fulgurance de l’instant, à travers la durée propre de l’écriture ? Nous avons choisi de regrouper autour de cette problématique une série d’articles parcourant différents genres littéraires et artistiques : le récit, la poésie, le théâtre et le cinéma. Chacune de ces « écritures » possède à la fois ses contraintes et ses ressources face au défi que constitue la représentation du présent. Cette traversée des genres est aussi traversée des continents : l’Europe, l’Amérique et le Moyen-Orient sont représentés dans ce dossier.

2A l’encontre de l’idée d’un primat du passé, lié à la définition même de la représentation, Isabelle Benguigui fait du présent la condition de l’écriture comme volonté de se détacher d’une mémoire littéraire qui menace la création : la lecture parallèle des Essais de Montaigne et du Don Quichotte de Cervantès atteste que l’héritage est toujours aussi travail d’oubli.
La modernité, celle qui naît avec Baudelaire, a fait de la quête du présent l’enjeu majeur du fait littéraire. C’est peut-être R. Barthes qui incarne le mieux la conscience du paradoxe d’une telle quête : à travers le projet d’un « roman du présent », il s’affronte à la difficulté de transposer l’expérience fragmentaire de l’instant dans la forme longue du récit. « Peut-on faire du Récit (du Roman) avec du Présent ? » : Frédéric Martin Achard explore cette quête en suivant les détours de Barthes par le haïku et l’esthétique de la « notation » - cette « tierce forme » qui caractérise La Préparation du Roman qui n’aura pas lieu. « Ecrire le présent » relèverait alors moins d’un débat sur la « radicalité » moderne que d’un problème de composition, de « configuration ». C’est un défi formel que tente ainsi de relever P. Auster dans la trilogie newyorkaise : prenant à son compte la phrase de Beckett, « trouver une forme qui réserve une place à la confusion », l’écrivain tente d’échapper au paradigme aristotélicien du récit « achevé ». Dans son impossibilité même, cette aspiration est rapprochée par Pau Sanmartin Orti du mythe de Sisyphe. Anne-Laure Rigeade nous invite à son tour à réfléchir sur le « mythe » moderne du nouveau à travers les propos de Baudelaire qui évoque, dans Le peintre de la vie moderne, une « mémoire du présent » : l’analyse de la place centrale qu’a pris dans les années 20 l’écriture de l’instant (chez Joyce, Musil, Woolf, etc.) permet d’explorer le lieu de cette paradoxale « mémoire du présent - où l’instant se creuse d’une « réserve de temps ». Enfin, dans l’œuvre de Faulkner et de Kanafani, c’est l’épaisseur de la peur et de l’angoisse qui donne au présent la distension nécessaire à sa représentation : Nada Nader analyse dans cet article l’écriture d’un présent arrêté, comme « somme perpétuellement recommencée ».

3La poésie et le théâtre possèdent d’autres ressources face au défi d’une représentation du présent. Blandine Margoux, dans un essai de formalisation poétique de l’œuvre de Pierre Chappuis, analyse comment la discontinuité et la fulgurance des images parviennent à rendre l’expérience de l’instantanéité.
Leïla Adam évoque quant à elle le théâtre de C. Bene qui pousse à son extrême la logique de l’actualisation scénique : « Le théâtre ne peut se foutre de l’instant présent ». Le parti-pris du dramaturge est radical : pratiquer un théâtre sans représentation. La « séance », qui ne se répète jamais, présente la réécriture « instantanée » d’une pièce du répertoire, que l’auteur s’emploie à « trouer » pour y faire entrer le présent.

4Nous proposons enfin, pour clore cette réflexion, une ouverture sur le septième art : le bref article d’Hélène Sempéré analyse le cinéma de Peter Watkins, entre documentaire et fiction. L’anachronie et le procédé de la métalepse apparaissent ici comme une « clé d’écriture du présent » qui permet de sortir de « la crise représentationnelle ».

5Le dossier Université(s) Invitée(s) est consacré dans ce numéro à la TUNISIE. Cette rubrique, nous le rappelons, a pour but d’esquisser un état des lieux des études comparatistes à l’étranger. Les cinq articles qui la composent dessinent plusieurs axes de recherche autour d’une discipline, la littérature comparée, pour laquelle les chercheurs tunisiens montrent un intérêt croissant. Nous tenons à remercier chaleureusement la responsable de ce dossier, Sihem Sidaoui, qui accompagne depuis ses commencements la revue TRANS-.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Lucas-Leclin, « Éditorial », TRANS- [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 04 février 2007, consulté le 28 mars 2017. URL : http://trans.revues.org/131

Haut de page

Auteur

Émilie Lucas-Leclin

Emilie Lucas-Leclin est agrégée de Lettres Modernes, et A.T.E.R. en littérature générale et comparée à l’université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Sa thèse de doctorat, soutenue sous la direction de Philippe Daros en décembre 2011, s’intitule "L’ouverture de l’image dans les œuvres de Claude Simon, Peter Handke et Richard Powers". Cofondatrice de la revue TRANS-, elle en est actuellement la rédactrice en chef. Elle est membre de la Société Française de Littérature Générale et Comparée depuis 2005.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page