Navigation – Plan du site
Université Invitée : Cheikh-Anta-Diop

Etude comparative des formes de courtoisie verbale et comportementales entre le wolof et l´espagnol

Dame Ndao et Abdou Khadre Bop

Résumés

Le wolof et l’espagnol sont deux langues génétiquement éloignées qui présentent des systèmes d’expression différents. Cependant, comparativement, s’agissant de l’expression de la courtoisie, ces deux langues offrent des stratégies de communication intéressantes, contrairement aux études sur le français et l’espagnol. De manière générale, les pratiques de courtoisie sont présentées comme des rituels, c’est-à-dire une reproduction conforme à une norme sociale. Nous explorons dans cette réflexion les formes linguistiques de la courtoisie verbale mobilisées par les locuteurs wolofs et espagnols afin de faire apparaître les stratégies relevant de cette pratique qui permettent de gérer les rapports avec autrui. Dans ces deux sociétés, la production du discours est organisée et redistribuée par des procédures de courtoisie qui ont pour rôle de conjurer, d’esquiver et de respecter les règles sociales.

Nous nous basons sur la compétence communicative en nous appuyant sur la dimension relationnelle pour dégager des régularités ou similitudes dans les comportements des locuteurs hispanophones et wolophones. Dans les deux contextes culturels, à savoir l’Espagne péninsulaire et le Sénégal, nous affichons les rituels de la courtoisie en exploitant les stratégies et manifestations. C’est ainsi que nous allons d’abord questionner les théories mises en place qui aideront à mieux appréhender la nécessité d’une approche qui caractérise la fluidité des usages de la courtoisie. Pour ce faire, nous allons nous inspirer du modèle développé par Brown et Levinson, qui est en linguistique le modèle le plus connu. Enfin, nous mettons en relief les différentes manifestations des stratégies discursives en vue d´étudier les contextes dans lesquels les locuteurs les utilisent.

Haut de page

Texte intégral

INTRODUCTION

  • 1 « Fais de sorte que ta contribution soit aussi informative que nécessaire en évitant une expression (...)
  • 2 « Fais de sorte que ta contribution soit vraie en évitant l´ambigüité dans l´expression ».
  • 3 « Sois pertinent, ne dis pas quelque chose qui ne vient pas à propos ; en d´autres termes, sois bre (...)
  • 4 « Sois clair, logique et bref ».
  • 5 Les maximes (1) et (2) ont une fonction préventive dans la mesure où elles permettent d´éviter une (...)
  • 6 E. Goffman, (1973) : La mise en scène de la vie quotidienne. (2 vol.).

1La courtoisie se manifeste par des formules consacrées et par un ensemble de gestes et attitudes. Elle est donc fondée sur des concepts, des dires et des faits. En linguistique, Brown et Levinson ont théorisé des modèles bien connus où ils avancent l’idée que la courtoisie intervient pour minimiser les risques symboliques des faces. Il existe une abondante littérature sur ce concept. Sans être exhaustif, nous nous contenterons de mentionner quelques exemples. D´abord, avec le Principe de la coopération de P. H. Grice (1975), il s´agit d´une transmission effective de l´information entre locuteurs et interlocuteurs par le biais des maximes de quantité1, de qualité2, de pertinence3 et de manière4. Le modèle gricéen, bien qu´il n´envisage pas la relation interpersonnelle, a pu inspirer les théories de la courtoisie (verbale). Ensuite, R. Lakoff (1973) théorise le Principe de courtoisie qui repose sur les maximes (1) : N´impose pas ta volonté à l´interlocuteur, (2) : Propose des options et (3) : Fais de sorte que ton interlocuteur se sente à l´aise et sois aimable5. Puis, une fois cette distance sociale réduite, le vis-à-vis devient intéressant et en ce sens, Brown et Levinson (1987 & 1978) ont une approche théorique qui envisage la courtoisie en termes de face ; une notion sociologique empruntée à Goffman (1973 & 1967)6. Dans leur modèle de courtoisie, ils envisagent la fonction stratégique d´atténuation des menaces des faces par l´adoucissement. Enfin, B. Fraser (1980) a analysé la courtoisie partant du Contrat conversationnel qui repose sur les droits et les obligations des interlocuteurs dans le cadre du commerce social. Il rejoint plus ou moins Lakoff : le Contrat conversationnel est en quelque sorte une synthèse du Principe de la courtoisie.

  • 7 Dans le contexte espagnol, le linguiste hollandais Haverkate, H. (1994, 1979) a étudié le concept d (...)

2Ces théories, qui définissent la courtoisie comme l’ensemble des pratiques langagières qui renvoient à un jeu de positionnement entre les interlocuteurs, traitent de la courtoisie dans les espaces occidentaux7, asiatiques et états-unien. Cependant il existe très peu d’études orientées sur les langues africaines. C’est dans cette perspective que s’inscrit cet article sur les manifestations de la courtoisie en wolof en essayant de les comparer avec une langue occidentale qui développe des stratégies diverses et variées. Le wolof est la langue véhiculaire du Sénégal et appartient au groupe ouest-atlantique de la famille Niger-Congo. Il est parlé essentiellement au Sénégal, en Gambie, en Mauritanie et dans la diaspora. Quant à l’espagnol péninsulaire, ou castillan, il s’agit de celui qui sert de medium vernaculaire ou de lingua franca dans les quinze Communautés Autonomes espagnoles avec ses variétés géolinguistiques. Il présente des nuances légèrement décelables par rapport à l´espagnol des Îles Canaries et celui de l´Amérique hispanophone.

  • 8 BOP, A. KH. (2012) pour l’espagnol et le français, Nuria Lorenzo-Dus. & Patricia Bou-Franch (2003)  (...)

3Dans ce travail, nous allons essayer autant que possible de combiner le volet linguistique avec le volet pragmatique de la langue. Il faut souligner toutefois que les formes de courtoisie sont directement liées au contexte social. Par conséquent, il n’est pas étonnant qu’il existe une variation d’une culture à l’autre. L’analyse comparée des emplois et des valeurs des formes de courtoisie va nous fournir d’autres éléments qui viennent élargir les conclusions des études faites sur la question dans une étude « intralinguale ». Cette étude, qui utilise une approche essentiellement comparative, se situe donc dans le prolongement des recherches sur la problématique des formes de courtoisie dans les langues et cultures que nous avons effectuées auparavant.8 Notre objectif ici est de mettre en avant les caractéristiques des formes et des manifestations de la courtoisie appartenant à ces cultures.

1. Le concept de courtoisie

4L´origine du mot politesse ou courtoisie est désormais (supp) historiquement liée à la notion de cour royale. Selon Henk Havercate, “la codification de normes pour les mariages et les enterrements” d’une part et d’autre part “pour le traitement social” (1994: 11) constituent des références illustratives qui ont abouti aujourd’hui au concept de politesse ou de courtoisie. Le Dictionnaire de la “Real Academia Españolaˮ (RAE) définit la courtoisie comme la “Démonstration ou l’acte avec lequel se manifeste l’attention, le respect ou l’affection que quelqu’un a envers une autre personne”9 ; tandis que le dictionnaire María Moliner propose un “Ensemble de règles entretenues dans le traitement social, avec lesquelles règles les personnes manifestent entre elles considération et respect”10. Quant au dictionnaire Cambridge, il définit le concept de la manière suivante: “Behaving in a way that is socially correct and shows understanding of and care for other people's feelings”11 alors que pour le Larousse, c’est l’ “Ensemble des usages sociaux régissant les comportements des gens les uns envers les autres”12.

5Parmi ces quatre définitions, celle de María Moliner, celle du Cambridge et celle du Larousse semblent offrir plus de précision et de clarté car elles marquent explicitement la référence aux normes sociales qui déterminent la courtoisie.

6Les nouvelles considérations sociopragmatiques envisagent le principe de la courtoisie en termes de fonctions ou de stratégies conversationnelles positives ou négatives. Déjà, en 1853, l’Abbé Boilat, dans son livre intitulé Esquisses Sénégalaises (vid. p. 363), attirait l’attention sur le fait que les Wolofs attachent une importance capitale aux pratiques de la politesse admises dans leur état social. Il énumère les principales formules utilisées, en évoquant également le caractère rhétorique de celles-ci. On peut citer ce passage où il écrit :

Quand le malade sent son état, il peut seulement faire une réponse évasive, comme ces mots : « Je remercie Dieu ». Cette réponse équivoque fait entendre qu’il est en danger; il peut encore dire il a la paix, mais que si la Providence daignait l’augmenter il en serait reconnaissant.

7D´un autre point de vue historique, Brown et Gilman (1960: 253 – 276) envisagent le concept de courtoisie sous l’angle du tutoiement et du vouvoiement pour rendre compte du “túˮ et du “vous” en espagnol:

  • 13 Le latin de l´Antiquité avait seulement le tu au singulier. Le pluriel vos en tant que terme d´adre (...)

In the Latin of antiquity there was only tu in the singular. The plural vos as a form of address to one person was first directed to the emperor […].The reverential vos could have been directly inspired by the power of an emperor. There was much inexplicable fluctuation between T and V in Old French, Spanish, Italian and Portuguese (Schliebitz, 1886), and in Middle English (Kennedy, 1915; Stidston, 1917).13

8Contrairement à l’espagnol, le wolof n’a pas de vouvoiement et il n’y a pas de marqueurs de l’allocutif pluriel qui sert de marque de politesse. Cependant, comme il existe beaucoup de wolofs dans la diaspora principalement en France, en Italie, en Espagne et aux Etats-Unis, nous assistons de plus en plus, dans la langue, à une acquisition du vouvoiement probablement fruit de leur assimilation. Il semble bien que cette mutation se soit accomplie seulement en milieu religieux, surtout au niveau de la diaspora, et qu’elle y soit d’un emploi courant.

9Si on examine les choses de plus près, afin d’en déterminer les causes, nous pouvons avancer l’idée d’un calque. Nous savons également que beaucoup d’immigrés wolophones suivent les programmes d’apprentissage de la langue européenne du lieu de résidence, souvent destinés aux grands débutants. De ce fait, on assiste souvent à l’intégration d’éléments d’ordre interculturel destinés à leur permettre d’appréhender les pratiques culturelles diversifiées comme le tutoiement et le vouvoiement. Donc, cet apprentissage pourrait favoriser ce calque.

  • 14 En espagnol ce serait avec le vous individuel, c´est-à-dire l´emploi du “usted”.

10Dans la communauté religieuse mouride, il est fréquent de voir un disciple s’adresser à son guide religieux en utilisant le pronom personnel deuxième personne du pluriel ngeen14, comme pronom de politesse dans l’idée de vouvoyer. C’est un vouvoiement volontaire, dont le but est de valoriser, marquer son estime, montrer sa politesse à son guide religieux :

ñu ngi leen di jaajëfal (en wolof) = « nous vous remercions » (en français) = « os agradecemos » (en espagnol).

Mbaa yeen a ngi si jàmm (en wolof) = « j’espère que vous allez bien » (en français) = « espero que estéis bien » (en espagnol).

11Par conséquent, puisque chaque langue et chaque société ont une mentalité et un système cognitif qui leur sont intrinsèques et propres, en ce sens, la courtoisie, bien qu’elle soit une attitude universelle, doit être comprise et interprétée également de façon plurielle car chaque communauté linguistique a sa manière de l´appréhender, de la manifester et de l’extérioriser. Dans cet ordre d’idées, les délimitations lexicologiques du concept de courtoisie sont nombreuses et parfois, sans doute, elles manquent d'une tentative de définition exhaustive dans la mesure où il existe beaucoup de tentatives de définition et peut-être que certaines passent sous silence des critères fondamentaux comme les facteurs extralinguistiques dans lesquels se déroule la courtoisie. C´est dans cette optique qu´en guise de complément de définition, nous convoquons le Principe de courtoisie tel que l’envisage Lakoff (1973 dans Haverkate, 1994: 16) à travers les maximes préventive (1) et (2) et appréciative (3).

12En d’autres termes, le sujet parlant qui ne s’impose pas et qui offre des options, essaie de « pénétrer dans le domaine intentionnel de l’interlocuteur pour l’inciter à réaliser une certaine action à son actif » (Haverkate, 1994: 16). Le mérite de Lakoff est qu’il va au-delà même des maximes de Grice parce que si son principe de « soit clair » constitue la synthèse du Principe de la coopération, son principe de « soit poli ou courtois » en se développant en (1), (2) et (3), apporte plus de précision à la dichotomie: courtoisie négative (1 et 2) et courtoisie positive (3).

13En ce qui concerne le contexte africain, nous partageons fortement l’idée de Creissels :

  • 15 D. Creissels, Description des langues négro-africaines et théorie syntaxique, Grenoble, Ellug, p. 2 (...)

La distanciation entre l’énonciateur et son partenaire se traduit plutôt par une stratégie globale du dialogue qui est d’éviter de s’adresser directement à une personne envers qui on doit manifester du respect et de faire semblant de s’adresser à une autre personne.15

  • 16 L´ethos communicatif de rapprochement est lié aux normes proxémiques et kinésiques en vigueur dans (...)

14Ceci s’explique pour le cas du wolof par l´existence d’une hiérarchie sociale basée sur l’âge, c'est pourquoi entre en jeu de la relation interpersonnelle dès lors qu´il s´agit de manifester une certaine courtoisie à une personne âgée. Il faut envisager cette relation interpersonnelle selon Catherine Kerbrat-Orecchioni en tenant compte de la relation “horizontale” qui concerne la distance sociale (1992 : pp 71-88), ce qui fait que dans une communauté linguistique donnée, il sera question d´un ethos communicatif de rapprochement ou de distance.16 Les deux communautés linguistiques, l´espagnole péninsulaire et la wolof sénégalaise semblent être plus consensuelles que conflictuelles.

15Partant de ce bref parcours du concept de courtoisie, nous allons voir comment les considérations que nous venons de décrire se répercutent sur le langage pour donner lieu à la notion de courtoisie verbale.

2. La courtoisie verbale

16La théorie d´Antonio Briz (1995, 2009) quant à la courtoisie verbale part de la pragmatique comme perspective et de la conversation comme objectif. Autrement dit, une étude concrète et pertinente des formes de politesse doit se faire en partant de corpus de conversations si elle veut envisager des perspectives concluantes. Celui-ci peut offrir des pistes pour comprendre davantage le profil ou ethos communicatif des deux langues pour rendre compte des comportements courtois de leurs locuteurs lors leurs interactions conversationnelles. Avant de déterminer ce profil communicatif de courtoisie, il serait judicieux de dégager la typologie des courtoisies verbales selon Antonio Briz. Il souligne dans son article principalement la courtoisie de valorisation et la courtoisie d´atténuation, autrement dit la courtoisie positive pour mettre en exergue son image propre ou celle de son vis à vis et la courtoisie négative pour réparer un préjudice ou marquer son « territoire ».

17Par exemple, les actes langagiers de remerciements, de flatteries ou de compliments [I: oye/ cocinas de maravilla] (BRIZ, A. et ALBELDA, M. 2009), (en français : I : « Tu es un véritable cordon bleu. »), (en wolof : I : « Rëgël nga de ! ») ; les actes d´offre et d´invitation :

18[¿tú quieres que vayamos ahora? Yo te acompaño // ¿quieres y así te quedas más tranquila] (BRIZ, A. et ALBELDA, M. 2009), (en français : [tu veux qu´on parte ? Je t´accompagne // Tu veux et ainsi tu restes plus tranquille ?]), (en wolof : Danga bëgg ñu dem leegi leegi ? Ma lay gunge. Bëgg nga te si noonu nga yem benn palaas ? ).

19Puis, les actes langagiers d´affiliation (accord, manifestation d´intérêt et d´attention) : A: ¿sabes lo que hice? (en français : A: Tu sais ce que j´ai fait ?) / (en wolof: Xam nga lan la def?) ; B: tirarlo a la basura (en français : Le jeter à la poubelle) / (en wolof : Sànni ko ci mbaliit ma). A: §coger y romperlo// [y lo tiré=] (en français : le prendre et le détruire// [Je l´ai jeté après.]) / (en wolof : Jël ko yàq ko // [sànniwoon ko]) ; B: [muy bien hecho// muy bien hecho] (en français : [très bien fait// très bien fait]) (en wolof : [ñaw noonu la sax// ñaw noonu na la sax]), constituent des manifestations de la courtoisie de valorisation.

20Il y a aussi les actes langagiers de prévention : No es seguro que lo sepa/ pero parece que Tina se casa porque se ha quedado embarazada/ no sé/ bueno eso es lo que dicen por ahí. (en français : C´est pas sûr que je le sache/ mais il semble que Tina se marie parce qu´elle est tombée enceinte/ je ne sais pas/ bon, c´est ce qu´on raconte par là) / (en wolof : Aw ma lu ma si woor/ wante dafa melne li mu ëmb mo tax ñu takk ko/wooru ma nak/ wante, loolu la nit ñi waax fi) ;

21Enfin, on retrouve les actes langagiers de réparation : Yo a mí me parece que no vamos bien porque tú no quieres. Quizá, me he equivocado al decírtelo, perdona (en français : Moi, je crois que ça ne va pas bien entre toi et moi parce que tu ne le veux pas. Peut-être je me suis trompé en te le disant, excuse-moi) / (en wolof : Man si sama yaakar, sunu digante demewul noonu ginaaw bëggulo. Mën na am si sama njumtela so ma la waxe loolu, nga jegël ma), actes qui sont des manifestations de la courtoisie d´atténuation.

22Des cas similaires sont relevés en wolof. C’est ainsi par exemple que lorsque quelqu’un trébuche et se fait mal, la langue wolof permet au témoin de l’accident de compatir en disant : masa « pardon » ou en invoquant le nom d´un guide religieux. Soulignons que ce terme est toujours utilisé dans des situations d’accidents, de malheurs, afin de compatir.

23Dans la société wolof, la mort est une réalité qui occupe une place importante dans la vie sociale. Tout le monde se mobilise pour accompagner le défunt par la prière et les bénédictions. C'est pourquoi l’on se rend chez la famille touchée par le malheur. Le jour du décès, on se salue par rapport à la douleur, à la souffrance. On formule des souhaits d'abord pour le défunt afin que Dieu l'accueille au paradis. Ensuite pour les vivants, afin qu'ils bénéficient d'une bonne mort. Mais ce souhait ne signifie pas que les vivants sont prêts à mourir. Il est plutôt le signe de l'espérance et de la foi des Wolofs. Et même, ils ne manqueraient pas de dire : « Yàlla na yéex ! », c´est-à-dire souhaiter que la mort ne survienne pas de sitôt pour ceux qui restent. Les formules et les stratégies d´atténuation suivantes sont de mise en de pareilles circonstances : Siggil ndigaale ! (en français : Mes sincères condoléances !) / (en espagnol : ¡Mi más sentido pésame!) ; Yálna suuf sedd si kawam ! (en français: Que la terre lui soit légère !) / (en espagnol : ¡Qué descanse en paz!) ; Yálla na ko Yàlla yërëm te yéexe ñu ! (en français : Que Dieu ait pitié de lui et nous prête longue vie !) / (en espagnol : ¡Qué Dios le perdone y nos dé larga vida!).

24Selon la typologie d´Antonio Briz, il en ressort que les stratégies de valorisation (la courtoisie de valorisation) consistent à mettre en relief le coût et à densifier l´énergie verbale pour que la face ou l´image de notre interlocuteur soit très bien vue et appréciée par lui-même et par les autres. Les stratégies d´atténuation consistent à désamorcer, à dulcifier les actes langagiers menaçants afin que l´amour propre du locuteur ou de l´interlocuteur ne soit pas mal vu, autrement dit afin que sa “face” ne soit pas “vilipendée” dans le commerce socio-communicatif. En fonction de ces considérations de valorisation et d´atténuation, qu´en est-il du profil communicatif des hispanophones péninsulaires et des wolophones partant de leur courtoisie verbale ?

3. Profil communicatif des hispanophones péninsulaires et des wolophones

  • 17 C´est une sorte de résidence universitaire.

25L´étranger qui arrive en Espagne, par exemple à Madrid, est vite frappé par une remarque : « les Espagnols parlent beaucoup ». La courte expérience de l’un d’entre nous, M Bop, comme étudiant dans la capitale espagnole est assez intéressante de ce point de vue. Vivant au Colegio mayor Nuestra Señora de África sis à la rue Ramiro de Maeztu, 8 (campus social), nous remarquions un fait assez curieux vers 11 heures quand les travailleurs des alentours venaient prendre le petit déjeuner à la cafétéria du Colegio.17 On entendait tous ces gens parler de façon simultanée. Le constat étant le même au sein du Colegio avec les adolescents espagnols. Cela semble tout à fait étrange à un étranger wolophone, qui n'a jamais vu pas ce comportement verbal dans sa langue maternelle (wolof).

  • 18 Le matin, du lever du soleil jusqu’à dix heures.

26Tout aussi étrange pour un Espagnol est le rituel de la salutation chez les Wolofs, qui occupe une fonction phatique pour débuter la conversation. Les salutations ont une importance capitale chez les Wolofs car elles traduisent la vie sociale, l’expression de l’identité sociale. Elles sont formulées en fonction du soleil, comme chez les Espagnols plus ou moins. À cet effet, chaque moment de la journée a sa propre formule de salutation. Tout juste après la formule d’introduction c’est-à-dire les mots qui entrent dans le paradigme de ceux permettant d’entrer en contact avec l’interlocuteur (salaamuhaleykum, naka nga def) (en français : Bonjour ou bonsoir ! Comment ça va ?) / (en espagnol: ¡Hola! ¿Qué tal?), le locuteur agence des séries de questions sur des nouvelles de paix, pour s’acquérir surtout de l’état de santé de l’interlocuteur, comme l’illustre bien cet extrait que nous proposons ci-dessous pour établir une communication : Na nga yeewoo ? (en français : Tu as bien dormi ?)18 / (en espagnol littéralement: ¿Cómo te despertaste? ou ¿Dormiste bien?) ; Mbaa jàmm nga am ? (en français, littéralement : Est-ce que tu as la paix ?, Comment vas-tu ?) / (en espagnol littéralement: ¿Tienes la paz? ¿Cómo te va?) ; Mbaa sa yaram jàmm ? (en français, littéralement : Est-ce que ton corps (il a) la paix ?, Tu vas bien ?), (en espagnol, littéralement: ¿Tiene la paz tu cuerpo? ¿ Estás bien?) ; Mbaa sa kër jàmm ? (en français, littéralement : Est-ce ta maison (elle a) la paix ?, Et la famille ?) /(en espagnol littéralement: ¿Tiene la paz tu casa? ¿Qué tal la familia?) ; Mbaa jàmm daal nga am ? (en français, littéralement : Est-ce que la paix seule tu as ?, Tu vas bien, n´est-ce pas ?) / (en espagnol, littéralement: ¿Tiene la paz de verdad? ¿Estás bien de verdad?).

27Dans la société wolof, la salutation débute souvent la rencontre communicative. À travers elle se dégage une fonction première qui est la paix, suivie immédiatement par l’expression de la santé. Généralement, dans les salutations, c’est la gradation (se renseigner par exemple sur l’état de santé de tous les membres de la famille) qui permet de créer un cadre harmonieux. Donc les « salaamaleks » d’usage se caractérisent comme un rituel d’ouverture de la conversation. La salutation constitue une marque de politesse, de respect, de considération envers autrui. À l´inverse, en espagnol, il faut insister surtout sur le fait que la durée des salutations est minime, même si les mêmes fonctions sociolinguistiques dégagées pour le wolof sont plus ou moins valables pour l´espagnol.

28En analysant ces énoncés wolof, d’emblée, nous considérons que nous avons affaire à une question rituelle. Ces énoncés débutent généralement par mbaa « est-ce que », qui annoncent des questions qui, pour l’œil du chercheur ou celui d’une personne extérieure à la tradition, pourrait être interprétée comme une intrusion dans la vie privée. Selon nous, ces formules d’ouverture ont pour but de provoquer un contexte d’échange et s’expliquent par le fait que la confiance est déjà gagnée et qu’on a l’autorisation de s’enquérir de choses intimes comme externes. C’est une manière de montrer que les intentions nourries sont positives, que ces questions témoignent d'un intérêt envers tous les membres de la famille. Les formules sont accompagnées de bénédictions, de vœux ou de souhaits.

29Partant de ce constat, l’on peut affirmer que le profil communicatif chez les Wolofs est caractérisé par une culture de rapprochement – tout comme chez les Espagnols péninsulaires, sauf que ceux-ci ne sont pas avares en propos. Les deux profils communicatifs ont en commun l´aspect accueillant des deux langues et cultures.

30Il n’est pas rare non plus de remarquer que quand les Espagnols conversent, il existe un chevauchement presque naturel des échanges verbaux, une synchronisation verbale qui n’empêche pas le déroulement normal de la conversation.

31Dans cet ordre d´idées, les Espagnols ont une culture de la courtoisie positive au sens où l´autre, c´est-à-dire l´interlocuteur — qui devient aussi locuteur au fil de la conversation — est traité positivement. Cela ne veut pas dire qu´en position de locuteur le sujet parlant manifeste un complexe d´infériorité. Cela ne veut pas dire non plus que l´interlocuteur impose une certaine supériorité au locuteur. Comme les rôles de locuteur et d´interlocuteur changent au cours de la conversation, on pourrait être tenter de penser que les deux bénéficient de cette courtoisie positive. Les digressions verbales entraînant une menace de la « face » de l´autre sont corrigées voire réparées par la courtoisie d´atténuation. Au terme de ces considérations et de ces remarques, nous pouvons déduire que le profil communicatif de courtoisie verbale chez les Espagnols péninsulaires et chez les Wolofs tend vers la culture communicative de rapprochement. Autrement dit, il s´agit d´une courtoisie positive qui sauvegarde l´image du vis-à-vis et vice versa.

32En résumé, nous voyons que le concept de courtoisie est assez complexe et celui de courtoisie verbale l´est encore plus. Elle est au carrefour de la relation interpersonnelle où se négocie le commerce verbal régulé par des droits et des obligations, des coûts et des bénéfices, de l´autonomie et de l´affiliation, de la sauvegarde de l´image de soi-même et celle de l´autre. Bref, la courtoisie verbale est un aspect endogène de la conduite et de la condition humaine, aspect qui a besoin de s´externaliser dans nos rapports sociaux que nous maintenons tous les jours.

CONCLUSION

33Dans cet article nous nous sommes appliqués à montrer les stratégies de courtoisie dans deux langues génétiquement éloignées et deux cultures différentes. A travers cette étude, nous nous sommes rendu compte qu´au Sénégal les pratiques de politesse se présentent comme des rituels, une reproduction conforme à des normes sociales. C’est ainsi que, pour un étranger espagnol qui envisage de visiter le Sénégal, il est très important d’apprendre les formes de politesse en wolof, car c’est un moyen efficace de gagner la confiance des Wolofs. Il en est de même pour les sénégalais qui décident de visiter l´Espagne péninsulaire, caractérisée par son ethos communicatif de proximité ou de rapprochement, dont les spécificités comme le parler simultané constituent une marque différenciatrice par rapport au profil communicatif wolof ; d´où la nécessité pour un wolophone d´essayer d´assimiler ces stéréotypes dans le but de mieux s´adapter en situation de bain linguistique.

34La théorie de Brown et Levinson, à laquelle nous avons soumis notre analyse du phénomène de courtoisie de façon comparative, tente d'être universaliste, mais n´arrive pas à englober toutes les facettes de la courtoisie, comme celle wolof sénégalaise. En effet, des stéréotypes et des facteurs socioculturels bouleversent souvent les paradigmes avancés par ces théoriciens. Ici, par exemple, la question du tutoiement et du vouvoiement est très délimitée en espagnol, mais face à un non répondant du « vous » individuel espagnol (« usted ») en wolof, il faut aller au-delà de la courtoisie pour chercher une autre clef d´interprétation. De ce fait, même si les théories envisagées sont opérationnelles, il faudrait quand bien même les replacer dans leur contexte, ce qui aiderait à mieux analyser la politesse dans une perspective interculturelle.

35REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

36ALBELDA MARCO, M. et A. BRIZ. (2009) : “Estado actual de los corpus de lengua española hablada y escrita: I+D”, Anuario del Instituto Cervantes 2008-2009, Instituto Cervantes/Plaza y Janés / Círculo de Lectores, Madrid.

37BOILAT, D. (1853) : Esquisses sénégalaises, Paris, Karthala.

38BOP, A. KH. (2012) : Análisis contrastivo sociolingüístico del tuteo y trato de usted entre el español peninsular y el francés de Senegal. Relación con E/LE. Trabajo Final de Máster Universitario en Español como Segunda Lengua leído en la Universidad Complutense de Madrid (Septiembre del 2012).

39BRIZ, A. (1995) : “La atenuación en la conversación coloquial: una categoría pragmática” dans Luis María Cortés Rodríguez (coord.), El español coloquial: actas del I Simposio sobre análisis del discurso oral: Almería, 23 – 25 de noviembre de 1994, 1995, pp 101 – 122).

40BROWN, R. y GILMAN, A. (1960) : The pronouns of power and solidarity, En Sebeok, T. A. (ed.) Style in Language Cambridge: MIT press. (pp 253 – 276)

41BROWN, P. & LEVINSON, S. C. (1987) : Politeness: Some universals in language usage, Cambridge, Cambridge University Press.

42______, (1978) : “Universal in language usage: Politeness phenomena”, en Questions and politeness: Strategies in social interaction, ed. E. Goody, Cambridge: Cambridge University Press (pp 56 – 290).

43CREISSELS, D. (1991) : Description des langues négro-africaines et théorie syntaxique, Ellug, Grenoble.

44ESCANDELL VIDAL, Mª. V. (1995) : “Cortesía, fórmulas convencionales y estrategias indirectas” en Revista Español de Lingüística, 25, 1 (pp 31 – 66).

45FRASER, B. (1980) : “Conversational mitigation”, in Journal of Pragmatics, IV-4 (pp 341-350).

46GOFFMAN, E. (1973) : La mise en scène de la vie quotidienne (2 vol.), Paris: Minuit.

  1. La presentation de soi.

  2. Les relations en public.

47______, (1967) : Interactional ritual: Essays on face-to-face behavior. Nueva York:

48Doubleday.

49GRICE, H. P. (1975) : “Logic and Conversation”, in Syntax and Semantics, Vol.3 edited by P. Cole and J. Morgan, Academic Press. Reprinted as ch.2 of Grice (1989) (pp 22-40).

50HAVERKATE, H. (1994) : La cortesía verbal. Estudio pragmalingüístico. Madrid: Editorial Gredos.

51______, (1979) : Impositive sentences in Spanish: theory and description in linguistic pragmatics Linguistic Series: Volume 42, Editor North-Holland: Pub. Co.

52HERNÁNDEZ, F. N. (2002) : La cortesía en la conversación española de familiares y amigos; la búsqueda del equilibrio entre la imagen del hablante y la imagen del destinatario. Aalborg: Institut for Sprog Internationales Kulturstudier, Aalborg Universitet, 37.

53Kerbrat-Orecchioni, Catherine (1992). Les interactions verbales, Tome 2, Paris, Armand Colin.

54LAKOFF, R. (1973) : “The Logic of Politeness, or Minding your P’s and Q’s.” in Proceedings of the Ninth regional Meeting of the Chicago Linguistic Society, (pp 345 –356).

55MILLS, S. (2003) : Gender and Politeness, Cambridge, Cambridge University Press.

56NURIA, L-D. & BOU-FRANCH, P. (2003) : “Gender and politeness: Spanish and British Undergraduates’ Perceptions of Appropriate Requests”. In: Género, lenguaje y traducción, José Santaemilia (ed) Valencia: Universitat de Valencia/Dirección General de la Mujer (pp 187 – 199).

57REFERENCES ELECTRONIQUES

Real Academia Española (L´ACADEMIE ROYALE D´ESPAGNE) [en ligne] : http://dle.rae.es/​?id=B2VXUtC. Diccionariohttp://www.diclib.com/​cgi-bin/​d.cgi?p=cortes%C3%ADa&page=search&vkb=&base=&prefbase=&newinput=1&st=2&diff_examples=1&l=es&category=cat4Cambridge Dictionaries Onlinehttp://dictionary.cambridge.org/​dictionary/​british/​polite?q=politenessDictionnaire Laroussehttp://www.larousse.com/​es/​dictionnaires/​francais/​politesse/​62182
Haut de page

Notes

1 « Fais de sorte que ta contribution soit aussi informative que nécessaire en évitant une expression confuse ».

2 « Fais de sorte que ta contribution soit vraie en évitant l´ambigüité dans l´expression ».

3 « Sois pertinent, ne dis pas quelque chose qui ne vient pas à propos ; en d´autres termes, sois bref et évite d´être prolixe ».

4 « Sois clair, logique et bref ».

5 Les maximes (1) et (2) ont une fonction préventive dans la mesure où elles permettent d´éviter une menace à l´encontre de l´interlocuteur ; le locuteur ne s´impose pas mais plutôt il offre des options. Quant à la maxime (3), elle représente une stratégie appréciative car le locuteur manifeste du respect vis-à-vis de l´interlocuteur et ainsi se forge la solidarité et la camaraderie qui rétrécissent la distance sociale.

6 E. Goffman, (1973) : La mise en scène de la vie quotidienne. (2 vol.).

_______, (1967) : Interactional ritual: Essays on face-to-face behavior. Nueva York: Doubleday.

7 Dans le contexte espagnol, le linguiste hollandais Haverkate, H. (1994, 1979) a étudié le concept de courtoisie dans une perspective interculturelle (Hollande – Espagne). D´autres linguistes également comme Bravo. D et BRIZ. A (2004), Escandell Vidal, María Victoria. (1995), Hernández. F. N. (2002), etc. se situent dans le prolongement des théories classiques sur la courtoisie (verbale) ci-dessus mentionnées.

8 BOP, A. KH. (2012) pour l’espagnol et le français, Nuria Lorenzo-Dus. & Patricia Bou-Franch (2003) pour l’espagnol et l’anglais.

9 La Real Academia Española (l´academie royale d´Espagne) ayant comme répondant en France l´Académie française définit le concept de courtoisie ainsi : «Demostración o acto con que se manifiesta la atención, respeto o afecto que tiene alguien a otra persona. » sur sa page web: http://dle.rae.es/?id=B2VXUtC. [Site consulté le 10 juin 2016].

10 Le Dictionnaire de Maria Moliner est disponible en ligne : http://www.diclib.com/cgi-bin/d.cgi?p=cortes%C3%ADa&page=search&vkb=&base=&prefbase=&newinput=1&st=2&diff_examples=1&l=es&category=cat4 [Site consulté le 10 juin 2016].

11 Selon le Cambridge Dictionaries Online, la courtoisie est définie comme : “Le comportement dans un sens socialement correct avec une compréhension et du respect envers autrui. Disponible en ligne: http://dictionary.cambridge.org/dictionary/british/polite?q=politeness [Site consulté le 10 juin 2016].

12 Le Larousse est disponible en ligne: http://www.larousse.com/es/dictionnaires/francais/politesse/62182 [Site consulté le 10 juin 2016].

13 Le latin de l´Antiquité avait seulement le tu au singulier. Le pluriel vos en tant que terme d´adresse à une personne permettait de vouvoyer l´Empereur. […]. Le révérenciel vos aurait été directement inspiré par le pouvoir d´un empereur. Il y avait beaucoup de fluctuation inexpliquée entre T et V dans le français ancien, l´espagnol, l´italien et le portugais anciens (Schliebitz, 1886), et dans l´anglais and in Middle English (Kennedy, 1915; Stidston, 1917).

14 En espagnol ce serait avec le vous individuel, c´est-à-dire l´emploi du “usted”.

15 D. Creissels, Description des langues négro-africaines et théorie syntaxique, Grenoble, Ellug, p. 212.

16 L´ethos communicatif de rapprochement est lié aux normes proxémiques et kinésiques en vigueur dans une communauté linguistique donnée. La récurrence du tutoiement face au vouvoiement et celle des diminutifs dans l´espagnol péninsulaire et le wolof du Sénégal placent les deux communautés linguistiques dans un ethos d´ouverture et de rapprochement même s´il faut nuancer pour le wolof du Sénégal avec ses particularités proxémiques faisant que les personnes âgées sont traitées avec une déférence qui semble créer une « certaine distance » qui ne signifie pas fermeture.

17 C´est une sorte de résidence universitaire.

18 Le matin, du lever du soleil jusqu’à dix heures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enseignant-chercheur au département de linguistique et des sciences du langage, à l'Université Cheikh Anta Diop, il est titulaire d'un doctorat en Linguistique préparé au LLACAN-CNRS et réalisé dans le cadre d'une cotutelle entre l'INALCO (Institut National des Langues et Civilisations Orientales) et l'UCAD (Université Cheikh Anta Diop de Dakar, préparé au LLACAN (Langage, Langues et Cultures d'Afrique Noire).

Référence électronique

Dame Ndao et Abdou Khadre Bop, « Etude comparative des formes de courtoisie verbale et comportementales entre le wolof et l´espagnol  », TRANS- [En ligne], 20 | 2016, mis en ligne le 27 octobre 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://trans.revues.org/1372 ; DOI : 10.4000/trans.1372

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page