Navigation – Plan du site
Dossier central

Mesures et démesure du présent chez William Faulkner et Ghassan Kanafani

Nada Nader

Résumés

En comparant « Des hommes dans le soleil » et « L’horloge et le désert » de Ghassan Kanafani à Light in August et Intruder in the Dust de William Faulkner, nous parvenons à extraire une nouvelle dynamique du présent : lorsque l’urgence est à son summum, le temps ralentit sa marche, l’action se prête au regard du lecteur. Le présent se déclame alors en trois parties. Il est d’abord temps mesuré qui permet au lecteur une meilleure préhension, ensuite temps arrêté et finalement temps dilapidé, puisque le trop-plein de stagnation fait éclater le système temporel.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Interview with Jean Stein Vanden Heuvel », Lion in the Garden: Interviews with William Faulkner: (...)

There is no such thing as was- only is. If was existed there would be no grief or sorrow1

  • 2 Ghassan Kanafani, « Des hommes dans le soleil », Des hommes dans le soleil, Paris, Sindbad, 1977, ( (...)

1William Faulkner et Ghassan Kanafani dévoilent dans leurs écrits une terre en feu ou en cendres, et des êtres en quête perpétuelle, suspendus à l’étrange cruauté de leur monde. Dans ces moments d’épreuve les heures se figent, ou du moins s’astreignent-elles, à un mouvement plus lent. Les verbes se déclinent parfois au passé, mais surtout au présent, et les indices temporels, le caractère pressant de la narration, transposent le récit dans l’immédiateté de la perception. L’action est sans cesse en devenir, et dans l’angoisse de l’accomplissement imminent, naît le présent. Il traduit la crise, puisqu’il est temps de l’urgence, des péripéties impérieuses. Et dans la mesure où il est otage d’un axe temporel déstructuré, ce présent est lui-même en péril. Les récits envisagés nous révèlent alors les enjeux du présent dans le périple des personnages : « L’horloge et le désert », « Des hommes dans le soleil », deux nouvelles longues de Ghassan Kanafani face à deux romans de William Faulkner : Intruder in the Dust et Light in August. La lecture s’est parfois attardée sur des extraits2 qui condensent l’état d’urgence et reproduisent l’impératif de ce présent qui jalonne l’ensemble des œuvres. Il est d’abord présent gravé dans les pages, mesuré, parfois stigmatisé. Mais lorsque l’instant perdure, le présent est infligé par un temps qui ne passe plus. Alors toute mesure, tout système deviennent inutiles : le présent se répand dans le fatras temporel.

Sur la cadence du cadran

2« Hamed, Maryam, Zacharia, l’horloge et le désert : les cinq personnages de cette nouvelle. » Ainsi s’amorce le prologue de la nouvelle « L’horloge et le désert ». L’accent est mis sur l’importance du temps, et ceci se précise au fil de la lecture. Mais si l’horloge scande le récit, le rythme n’est pas bien allègre. D’emblée, l’objet apparaît dans la nouvelle sous le signe de la mort : « Il a jeté un coup d’œil sur l’objet insolite : ". Ça ? Une horloge. Elle fait un peu cercueil, non ? " » (p.110). Malgré son caractère dépréciatif, l’horloge possède une fonction structurante puisqu’elle sonne les différentes étapes du récit qui s’étend sur moins de vingt-quatre heures. De gong en glas s’égrène la ritournelle d’un présent haletant où espace et temps s’enchevêtrent dans la même nuit :

  • 3  Kanafani, Ghassan, « L’horloge et le désert », Des hommes dans le soleil, Paris, Sindbad, 1977, p. (...)

Il est loin maintenant. Depuis trois heures au moins il marche et ses pas, je peux les compter, un à un, comme ces battements métalliques qui se perdent dans le mur. Les battements du cercueil.3 

  • 4  L’attachement de Hamed à sa sœur Maryam, son effarement devant ce qu’il considère comme une souill (...)

3Le récit est marqué, hanté par les battements de l’horloge. C’est la pendule qui, avec le même entêtement insuffle la vie au récit et mène les personnages à la mort. Pour Hamed, le personnage principal de « L’horloge et le désert », le battement de la pendule l’enfonce de plus en plus dans sa folle nuit d’errance dans le désert. Fuyant la faute d’une sœur4 qui s’est donnée au « premier salaud », il tente de traverser le désert séparant Gaza de la Jordanie afin de se réfugier dans les bras de sa mère dont il a été séparé au cours du « Désastre de 1948 ».

4Le temps est encore moins un adjuvant dans « Des hommes dans le soleil ». Il s’agit pour Marwan, Asaad et Abou-Qays de traverser la frontière dans le désert entre Basra et le Koweit, cachés dans une citerne d’eau (vidée pour l’occasion). Sous le soleil qui chauffe la tôle du récipient funèbre, chaque minute de moins est un gage de survie. Les indications temporelles foisonnent, les récits étudiés apparaissent comme des récits minutés. La narration est proche d’un procédé de retransmission qui estampillerait les événements advenant minute par minute. Dans les deux extraits de « Des hommes dans le soleil », la durée de l’expérience est annoncée auparavant : « Vous allez prendre une bonne suée, mais six ou sept minutes pas plus, j’irai le plus vite possible »(p.81). Et de fait, l’urgence suinte de tous les gestes d’Aboul‑Khaizaran. Les verbes au présent dévalent les phrases : « Très vite, il rabat le couvercle. Deux tours de manettes… Il saute sur son siège et, avant même qu’il ait refermé la portière, le camion repart, cahotant sur la tôle ondulée. » (p.83). Phrases inachevées, verbes échevelés, autant d’éléments qui traduisent le caractère impérieux de ce présent de fuite. Les six minutes promises par Aboul-Khaizaran s’étendent sur deux pages et demie au terme desquelles vient le moment de remettre les pendules à l’heure :

  • 5  « Des hommes dans le soleil », op. cit., p. 86.

Six minutes, je vous le jure ! Ta montre Asaad, regarde : six minutes tout juste. Mais regarde ! Pourquoi tu ne veux pas regarder ? Je vous l’avais bien dit, depuis le début je vous l’ai dit […] Prends une montre. Regarde. Mais regarde donc !
[…]
– As-tu déjà essayé de t’asseoir là-dedans pendant six minutes ?
– Regarde ta montre. Pourquoi tu ne la regardes pas ? Et cesse de me fixer comme ça… C’est à croire que tu es devenu fou.5

5Le deuxième épisode prend place quelques pages plus loin. A l’instar du précédent, il débute par une estimation du temps de l’action : « Marwan hésite un instant et le suit : à plat ventre, jambes d’abord, et il s’enfile dans la trappe, l’air tragique. Abou-Qays : – Sept minutes ? – Pas une de plus ! » (p. 91).

6S’ensuit l’enchaînement mécanique des mouvements du meneur :

  • 6 Ibid. p. 91-92.

Très vite Aboul-Khaizaran ferme la trappe, donne deux tours de manette, saute à terre et grimpe sur son siège. Une minute et demie plus tard, le camion pénètre dans l’enceinte de barbelés du poste de Mitla6

7Les minutes s’écoulent au compte-gouttes. Le temps du présent est étroit, il est limité par la condition des trois hommes enfermés dans l’acier fumant. L’arrêt au deuxième poste frontière prend plus de temps que prévu, et Aboul-Khayzaran essaie d’endiguer le flot de plaisanteries grasses commis par le douanier : « La prochaine fois, quand je reviendrai… Je resterai une heure entière. Mais maintenant laisse-moi partir je t’en prie, pour l’amour du ciel. » (p.93) La réponse de Aboul-Khaizaran se scinde en deux plans temporels et étaie bien la différence entre le contexte futur (La prochaine fois) et la situation présente (Maintenant). Les phrases sont saccadées et scandent impitoyables les minutes létales qui s’écoulent :

  • 7 Ibid. p. 96.

Un coup d’œil à sa montre : midi moins le quart. En moins d’une minute, les derniers papiers sont signés […] encore une minute, une minute et demie, pour arriver au premier virage, là-bas on est caché de Mitla. […] Il s’arrête en catastrophe, pose le pied sur la route, et saute sur le toit de la citerne. Impossible de poser les mains sur cette ferraille en fusion. Il rampe sur les coudes jusqu’à la trappe, empoigne la manette avec ses manches de chemise, tourne, soulève. Midi moins neuf. 7

8Le meneur a failli à sa promesse. Les vingt minutes de trop, les quatre pages de surcroît, ont coûté la vie à son équipage.

9Dans Light in August et Intruder in the Dust, la distribution des minutes est notée avec moins de scrupules. Néanmoins, les indices temporels abondent. Dans Intruder in the Dust, le jeune Chick se donne pour mission de sauver Lucas Beauchamp, un homme noir accusé injustement d’avoir tué le fils Gowrie et menacé de lynchage par la « mob ». Ne l’oublions pas, nous sommes à Jefferson… L’extrait qui relate son voyage nocturne à dos de mule en direction de la tombe de Gowrie est particulièrement intéressant dans son traitement du temps. Même si le récit s’écrit au passé, l’action est ramenée au présent par l’utilisation récurrente de « now » : « thinking how it was too late to think now, not one of the three of them dared think now ». (p.94). Les différentes indications temporelles servent à poser les limites du présent qui se constitue en référent par rapport à une situation antérieure : « since last Monday at daylight » (p. 96), « forty-eight hours » (p.96), « for twenty-four hours » (p.96), « arrived a good thirty minutes ago » (p.95). C’est cependant l’apparition de « tonight » qui donne au texte un irrévocable goût de présent : « but not now, not tonight » (p.96).

10Light in August met en scène l’un des damnés préférés de William Faulkner : Joe Christmas. Orphelin (à plusieurs reprises) il vit comme un paria, ramenant ses angoisses et ses malheurs à sa possible mixité raciale (son père serait mexicain. Encore une fois, bienvenue à Jefferson). Les deux extraits indiqués à la première page de cet article entourent chronologiquement le meurtre de Joanna. Elle meurt sous la lame d’un Joe Christmas très enragé qui avant même d’avoir perpétré l’acte répète « I had to do it. » Dans la citation qui suit, Joe erre dans les rues désertes dans les heures qui précèdent la mort de Joanna. Le récit s’attarde sur l’horloge qui sonne dix heures :

  • 8 Light in August, op. cit. p. 90.

« It must be near ten now, » he thought; and then almost with the thought he heard the clock on the courthouse two miles away. Slow, measured, clear the ten strokes came. He counted them, stopped again in the lonely and empty road. « Ten o’clock, » he thought. « I heard ten strike last night too. And eleven. And twelve. But I didn’t hear one. Maybe the wind had changed. » When he heard eleven strike tonight he was sitting with his back against a tree inside the broken gate. He was not thinking Maybe she is not asleep tonight.8

11« The clock » fait écho à l’horloge qui fascine et terrorise Maryam dans la nouvelle de Kanafani. Mais ce qui fascine le lecteur ici, c’est la quasi simultanéité de la pensée et du son, la supposition de Joe Christmas « It must be near ten now » qui se concrétise en dix battements créant ainsi un impressionnant amalgame entre la conscience du temps et le temps.

12La répétition de « tonight » est une flagrante indication du présent. De plus, la deuxième occurrence du mot dans la phrase tranche avec ce qui précède. « Maybe she is not asleep either » appartient au mode du discours indirect libre . « Tonight » est saisissant de sobriété : le mot n’étant pas en italiques, c’est bien le narrateur qui ancre le récit dans le présent.

Le dur désir de durer : l’instant arrêté

  • 9  Soeren Kierkegaard, Le Journal du Séducteur, Paris, Gallimard, 1965, p. 250.

13« Un instant avant je ne m’en serais pas occupé, un instant plus tard ce me sera bien égal ; mais maintenant –maintenant –cet instant qui pour moi est une éternité. »9 Il ne suffit pas de marquer le présent pour le maîtriser. Les secondes ont cette existence folle qui leur permet de ne pas toujours obéir au même référent. C’est ce qu’indique la réponse d’Abou-Qays face à l’insistance d’Aboul-Khayzaran : « Abou-Qays : – Ça fait bien six minutes. J’ai compté tout le temps, de 1 à 60, une minute, et comme ça six fois. La dernière fois j’ai compté len-en-en-te-ment, trè-è-è-s len-en-en-te-ment » (« L’horloge et le désert » p. 86 ). Ainsi comptée, la sixième minute se retrouve investie de plus de valeur, d’une plus grande durée. Une autre seconde s’étire dans l’esprit agile de Chick dans Intruder in the Dust :

  • 10 Intruder in the dust, op. cit p. 90.

Because–almost there now; Aleck Sander and Miss Habersham had already arrived probably a good thirty minutes ago and he took a second to hope Aleck Sander had had forethought enough to drive the truck off the road where anybody passing would not see it, then in the same second he knew that of course Aleck Sander had done that and it was not Aleck Sander he had ever doubted but himself for even for one second doubting Aleck Sander10

14Seconde prodigue dont le jeune héros dispose à sa convenance : commencer par la prendre, l’étirer jusqu’à y caser deux pensées consécutives (he took a second to hope/ then in the same second he knew), l’utiliser afin d’investir Aleck Sander de confiance. Une vertigineuse mise en abyme s’opère, puisqu’au sein même de cette seconde il s’octroie le temps de regretter d’avoir pour une seconde douté du bon sens d’Aleck Sander. L’espace d’une seconde, c’est bien la durée de ce dialogue qui commence à dix heures et finit… à dix heures.

  • 11  « L’Horloge et le désert », op.cit., p. 118.

Dix heures. Elle bat. Elle bat. Comme une misérable béquille abandonnée, frappant toujours le même coup, répété à l’infini, sur ce petit cercueil soigneusement fermé. Quatre heures qu’il marche, sans s’arrêter. Et toi qui me laisses toute à lui, à compter ses pas sur le mur. […]
– Non, mais dis-moi Zacharia, combien de temps faut-il pour aller de Ghaza en Jordanie à pied ?
– Je te l’ai déjà dit dix fois.
– Non tu ne me l’as pas dit.
– Douze heures…
[…] Il s’est assis, s’est passé les doigts dans les cheveux et a regardé sa montre.
– Quelle heure est-il ?
– Dix heures viennent de sonner.11

15La régularité des battements de l’horloge investit l’instant d’une nouvelle dimension. La perception du temps selon Maryam dilate à l’infini la seconde, génère un présent qui se distend jusqu’à écraser toute velléité de changement. La répétition du verbe battre au présent, mais surtout le terrible « même coup, répété à l’infini » induit un présent gargantuesque qui s’étend et qui déborde. La relation étroite entre Maryam et l’horloge trouve sa consécration à la page 146 de « L’Horloge et le désert ». Les battements sourds ne proviennent plus exclusivement de l’inquiétant boîtier de bois ; ils se nichent dans le sein de la jeune femme :

– Écoute Maryam, si c’est cette maudite horloge qui t’empêche de dormir, il suffit de la pencher un peu pour que le balancier s’arrête. […]
– Non, non ce n’est plus la peine. Je ne peux plus dormir, c’est trop tard… Et puis il n’y a pas que l’horloge qui bat… Je m’étais mise en travers de la porte de la cuisine pour l’empêcher de passer. Il avait l’air ahuri. Je lui ai montré mon ventre en baissant les paupières.

  • 12  Dans la version originale l’effet est plus percutant puisque le même mot dans la langue arabe dési (...)
  • 13  « L’Horloge et le désert », op. cit., p. 146.

 – Lui aussi bouge12… Dedans 13

16Dans « Des hommes dans le soleil », la mort des trois hommes étouffés dans la citerne sous le soleil du désert agit comme une métaphore de l’impuissance et du temps arrêté. Aboul‑Khayzaran hurlera son désespoir et sa rage à la fin de la nouvelle :

  • 14  « Des Hommes dans le soliel », op.cit.

Alors qu’il grimpe sur le marchepied, une pensée le fige sur place […] Il ne peut se le cacher plus longtemps ; les yeux grand ouverts dans la nuit, il gueule :
– Pourquoi n’ont-ils pas frappé sur les parois ?
 Dans le camion, la tête sur le volant :
– Pourquoi n’ont-ils pas crié ?14

17Par le biais de ces hommes morts en comptant silencieusement, le présent devient synonyme d’immobilisme, de piétinement.

Le temps déborde

18Les personnages se retrouvent donc pris dans un présent qui dure, qui n’en finit plus. Le marasme temporel va encore plus loin dans Intruder in the Dust :

  • 15 Intruder in the Dust, op.cit., p. 94.

and he thought with a kind of ghastly amusement that at last he would have time to think, thinking how it was too late to think now, not one of the three of them dared think now, if they had done but one thing tonight it was at least to pull all thought ratiocination contemplation forever behind them.15

19Nous assistons à une altercation entre des mouvances contradictoires. Une proposition réfute l’autre, temps et modes s’emmêlent pour se fondre dans un marécage d’actions inabouties. Le verbe « to think » est décliné sous des formes diverses, verbe conjugué, infinitif, gérondif, substantif, tout en oscillant entre valence positive et valence négative. Le présent apparaît comme une entité indéfinissable, incertaine et insaisissable. Une monstruosité, comme l’affirme Sartre dans son étude de la temporalité dans Le Bruit et la fureur :

  • 16  Jean-Paul Sartre, « À propos de "Le Bruit et la Fureur". La temporalité chez Faulkner », Situation (...)

Ce qui se découvre alors, c’est le présent. Non pas la limite idéale dont la place est sagement marquée entre le passé et l’avenir : le présent de Faulkner est catastrophique par essence ; c’est l’événement qui vient sur nous comme un voleur, énorme, impensable, – qui vient sur nous et disparaît. Par-delà ce présent il n’y a rien, puisque l’avenir n’est pas. Le présent surgit on ne sait d’où, chassant un autre présent ; c’est une somme perpétuellement recommencée16.

20Or, nous sommes en présence d’un axe temporel amputé. Le présent est le temps par défaut : le personnage se projette difficilement dans l’avenir. Ainsi, les méandres de la pensée de Joe Christmas dans Light in August ne parviennent à couvrir que le présent : « He didn’t even think even then Something is going to happen. Something is going to happen to me ». (p. 91)

21Même le futur immédiat est flou : « When he went to sleep walking or even kneeling in the act of drinking from a spring, he could never know if his eyes would open next upon sunlight or upon stars. » (p.251) Le présent de l’errance de Joe Christmas devient alors celui de la folie. Il se situe désormais à la marge du système temporel :

  • 17  Light in August, op. cit. p. 249.

« When he thinks about time, it seems to him now that for thirty years he has lived inside an orderly parade of named and numbered days like fence pickets, and that one night he went to sleep and when he waked up he was outside of them ».17

22Il devient alors impossible de déchiffrer les limites de la réalité, les parois du présent : « He felt no surprise. Time, the spaces of light and dark, had long since lost orderliness. It would be either one now, seemingly at an instant, between two movements of the eyelids, without warning » (p.251).

23Ce n’est pas seulement le futur qui se refuse dans cette geôle stratifiée. Le passé aussi est inaccessible : « He began to say over and over to himself I have not eaten since I have not eaten since trying to remember how many days it had been since Friday in Jefferson » (p. 249). L’état de Joe Christmas fait écho à celui du jeune Chick qui essaie, hébété de fatigue, de se rappeler le dernier repas décent qu’il a fait : « Perhaps eating had something to do with it, not even pausing while he tried with no particular interest nor curiosity to compute how many days since he had sat down to a table to eat and then in the same chew as it were remembering that it had not been one yet » (p.207). Ces deux personnages Faulknériens succombent à la tentation d’effectuer des agglomérats d’images. Il s’agirait alors de regrouper autour d’un moment M situé dans le temps présent, des moments apparentés mais provenant du passé. Ce travail peut se lire comme une tentative de sauvegarde d’une mémoire individuelle opérant par catégories : sous la case « repas » je réunis un événement se situant aujourd’hui (donc jour j) mais aussi un autre qui se situe à j-1, un troisième à j-3, et même des événements ayant eu lieu des années auparavant. Couronné de succès, ce procédé permettrait alors au personnage de réactualiser les données de son passé, de se le réapproprier, par le biais du présent. Mais Joe Christmas, comme Chick , se heurte à l’échec. L’indisponibilité du passé et l’incertitude du futur induisent un présent bancal, à peine préhensible. Une impasse qui est annoncée dans « L’horloge et le désert » par le biais d’une amorce au début du récit :

  • 18  « L’Horloge et le désert », op. cit. p. 111.

J’ai écouté ses pas dans l’escalier : il a hésité, j’ai cru qu’il allait revenir. J’étais déchirée entre lui, mon passé, et toi, mon futur. Mais je n’ai pas bougé et il n’est pas revenu. Alors tu as claqué la porte, tu as tout fermé et tu es passé dans l’autre pièce. 18

24Si le passé est irrémédiablement perdu, que le futur apparaît violemment fermé, le présent se retrouve isolé, transformé en impasse stérile.

25Il faut aller chercher du côté des écrivains tourmentés par une Histoire meurtrière, passée ou présente, pour trouver des récits qui déclinent l’errance autant sur l’axe spatial que sur l’axe temporel. Entre un passé déplorable et un devenir incertain, les personnages de Faulkner et de Kanafani sont d’abord des consciences tourmentées au présent. C’est de la mémoire que naissent les plaies, ce qui pousse ces personnages à se réfugier dans un présent de fuite qui se révèle bancal, se dérobant sous leur poids, puis fatal, les entraînant dans sa chute vers un égarement éternel. Ils se métamorphosent en présences fantomatiques encastrées dans un moment qui se répète à l’infini. Ils errent de présent en présent.

26Cependant, si le traitement infligé au présent par les deux auteurs est par moment le même, la différence essentielle réside dans la teneur de ce présent. Titulaire de l’héritage d’une Amérique pourfendue par la guerre de Sécession, Faulkner ne finit pas d’actualiser ce passé. Ce sont ces blessures d’antan qui se déguisent en présent stérile. Pour Kanafani, le présent demeure prisonnier d’une situation politique qui a accompagné son existence. Dans ses récits écrits au milieu du XXème siècle, le marasme temporel reflète l’immobilisme et l’impuissance des palestiniens dans les années cinquante. Son oeuvre, profondément ancrée dans son époque, tente de réveiller un présent fossilisé.

Haut de page

Bibliographie

Faulkner, William, Intruder in the dust, London, Chatto and Windus, 1962.

Faulkner, William, Light in August, London, Chatto and Windus, 1971.

Kanafani, Ghassan, « Des hommes dans le soleil », Des hommes dans le soleil, Paris, Sindbad, 1977, p. 40-99, « L’horloge et le désert », Ibid. p. 105-153.

Kamila, Al-AŤar Al, vol. 1, Al-Riwayat, Beyrouth, Mou’assasat al’abhat al arabiyya, 1994.

Kierkegaard, Soeren, Le Journal du Séducteur, Paris, Gallimard, 1965.

« Interview with Jean Stein Vanden Heuvel », in Lion in the Garden : Interviews with William Faulkner : 1926-1962, London, University of Nebraska Press, 1980, p. 237-256.

Sartre, Jean-Paul, « A propos de "Le Bruit et la Fureur". La temporalité chez Faulkner », Situations. I , Gallimard, 1947, (p.65 - p. 75).

Haut de page

Notes

1  « Interview with Jean Stein Vanden Heuvel », Lion in the Garden: Interviews with William Faulkner: 1926-1962, London, University of Nebraska Press, 1980, p. 255.

2 Ghassan Kanafani, « Des hommes dans le soleil », Des hommes dans le soleil, Paris, Sindbad, 1977, (p.118‑23 ; p. 133-141).

William Faulkner, Intruder in the dust, London, Chatto & Windus, 1962, (p.93-97). Light in August, London Chatto and Windus1971, (p. 83-91 ; p. 248-255).

3  Kanafani, Ghassan, « L’horloge et le désert », Des hommes dans le soleil, Paris, Sindbad, 1977, p. 11-112.

4  L’attachement de Hamed à sa sœur Maryam, son effarement devant ce qu’il considère comme une souillure, rappellent en tous points l’attitude de Quentin Compson dans Le Bruit et la fureur face à la « faute » de Caddie avec Dalton Ames, et la grossesse qui en résulte.

5  « Des hommes dans le soleil », op. cit., p. 86.

6 Ibid. p. 91-92.

7 Ibid. p. 96.

8 Light in August, op. cit. p. 90.

9  Soeren Kierkegaard, Le Journal du Séducteur, Paris, Gallimard, 1965, p. 250.

10 Intruder in the dust, op. cit p. 90.

11  « L’Horloge et le désert », op.cit., p. 118.

12  Dans la version originale l’effet est plus percutant puisque le même mot dans la langue arabe désigne les verbes battre et bouger utilisés dans ce contexte. Il s’agit du verbe « دَق ».

13  « L’Horloge et le désert », op. cit., p. 146.

14  « Des Hommes dans le soliel », op.cit.

15 Intruder in the Dust, op.cit., p. 94.

16  Jean-Paul Sartre, « À propos de "Le Bruit et la Fureur". La temporalité chez Faulkner », Situations. I, Gallimard, 1947, p. 66.

17  Light in August, op. cit. p. 249.

18  « L’Horloge et le désert », op. cit. p. 111.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nada Nader, « Mesures et démesure du présent chez William Faulkner et Ghassan Kanafani », TRANS- [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 04 février 2007, consulté le 23 août 2017. URL : http://trans.revues.org/141 ; DOI : 10.4000/trans.141

Haut de page

Auteur

Nada Nader

Est née à Beyrouth (Liban) en 1981. Titulaire d’une maîtrise en littérature française, d’une maîtrise en littérature anglophone et d’un DEA de littérature générale et comparée, elle est doctorante à Paris 3 en littérature générale et comparée sous la direction de Monsieur Jean-Pierre Morel. Sujet de thèse : L’Autre et ses représentations chez William Faulkner, Ghassan Kanafani et Georges Schehadé

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page