Navigation – Plan du site

Traduire l’inquiétante étrangeté, traduire l’étrange familiarité – de la langue et dans la langue

Fleur Kuhn-Kennedy, Naomi Nicolas-Kaufman et Cécile Rousselet

Texte intégral

1Ce séminaire, proposé par Carole Matheron (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) dans le cadre des activités du Centre d’Études et de Recherches Comparatistes (CERC) en 2015-2016, a été conçu comme espace de discussion élargi à partir d’une interrogation sur l’inquiétante étrangeté de l’histoire, notamment liée à des textes portant sur la modernité et la violence historique. Le séminaire, conduit en collaboration avec plusieurs doctorants et membres du CERC, ainsi qu’avec des intervenants extérieurs, s’est proposé de prolonger la réflexion à partir de l’idée de traduction, compliquée par la nature éventuellement contradictoire de la notion d’inquiétante étrangeté ou d’étrange familiarité, selon deux traductions possibles de la notion freudienne d’Unheimlich. Cette extension a l’avantage d’inclure des approches plus spécifiquement centrées sur la traduction, au sens propre comme au sens figuré. Elle permet d’aborder des langages qui ne seraient pas uniquement littéraires, mais éventuellement liés à l’image. Les textes issus de ce séminaire, ici réunis, explorent non seulement l’étrangéisation, les effets de dédoublement et de spectralisation présents dans l’acte de traduire au sens littéral du terme, mais aussi les espaces où le familier se défait au sein de l’œuvre « originale » elle-même : passage de l’informulé à la verbalisation, d’une grammaire intérieure à la langue partagée, du mot à l’image, d’un espace culturel à un autre.

2L’inquiétante étrangeté peut se comprendre comme résurgences dans la langue d’une histoire traumatique refoulée : c’est dans une perspective comparatiste que l’envisagent les interventions d’Elara Bertho « Spectralités et ancêtres : traces de l'inquiétante étrangeté dans les représentations de la guerre de libération nationale au Zimbabwe » ou de Sarah Gruzska et Cécile Rousselet « Inquiétante étrangeté, inquiétante familiarité à l’ère soviétique ». Elle se profile aussi dans la mise au travail des mécanismes de traduction : dans l’article « Le témoin et son double. La traduction comme ressource poétique chez David Boder, Claude Lanzmann et Jean Hatzfeld » de Fleur Kuhn-Kennedy, c’est un outil stylistique visant à rendre sensible l’étrangéité de la langue du survivant. L’Unheimlich se pense donc à la fois par les jeux de dialogues, les processus narratifs, les latences intertextuelles, celles qu’Erik Leborgne analyse dans son étude de « L’Afrique fantôme de Leiris : un colonialisme unheimlich ? » tout en s’ancrant fondamentalement dans un questionnement qui déborde l’espace du signe. Il émane alors de la mise en sens d’un référent insondable, gravitant autour du corps tel qu’analysé par Marie-Christine Delauche à travers le « Langage du Mime et écriture de l’étrangeté » et par Béatrice Munaro dans son texte « Inquiétante étrangeté et expérience du corps dans Si c’est un homme de Primo Levi ». Enfin, l’article de Sadia Agsous « Histoire, traduction et réappropriation identitaire : le cas de Yehouda Shenhav Chahrabani », permet d'appréhender la question de l'inquiétante étrangeté de la Nakba dans son déploiement entre représentation dans le roman arabe palestinien, et sa traduction en hébreu israélien par Yehouda Shenhav Chahrabani, traducteur de la littérature arabe moderne en hébreu.

3Corps du texte, corps des personnages, hantises de l’Histoire : les destins de l’inquiétante étrangeté freudienne sont eux-mêmes étrangéisés, dans une approche comparatiste invitant à repenser les points de fuite faisant de cette notion un concept véritablement heuristique dans l’étude des modernités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fleur Kuhn-Kennedy, Naomi Nicolas-Kaufman et Cécile Rousselet, « Traduire l’inquiétante étrangeté, traduire l’étrange familiarité – de la langue et dans la langue  », TRANS- [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 05 avril 2017, consulté le 29 juin 2017. URL : http://trans.revues.org/1577

Haut de page

Auteurs

Fleur Kuhn-Kennedy

Articles du même auteur

Naomi Nicolas-Kaufman

Cécile Rousselet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page