Navigation – Plan du site
Dossier central

L’image de la pensée. L’image, « la minute la plus orgueilleuse de l’histoire universelle »

Diana Andrasi

Résumés

A partir d’un fragment de Nietzsche, cet article sur l’image de la pensée (la paternité du syntagme « image de la pensée » est d’habitude attribuée à Walter Benjamin) interroge les valences linguistiques et philosophiques du terme allemand Bild, qui est parfois inexactement traduit par l’imago latin. Entre la « force d’imaginer », la « représentation » et « le moment le plus orgueilleux de l’histoire humaine », l’image de la pensée devient l’axe de toute réflexion sur la temporalité et la chronologie. Elle ne représente pas une sous-catégorie de l’image en un sens général ou une énonciation philosophique ayant au centre l’idée du spectacle, mais une réalité linguistique qui traverse comme un spectre les domaines de la connaissance humaine.

Haut de page

Texte intégral

1Par les voies énigmatiques qu’elle emprunte, l’image soulève le problème de la relation entre pensée et subjectivité humaine. Elle échappe à toute définition et semble en contradiction avec l’idée même de définition. Dans tous les domaines où elle intervient, la problématique de l’image interroge en particulier le statut du sujet humain dans ce qui fonde son identité : le rapport à l’histoire. Paradoxalement, parler d’image signifie donc, au premier abord, parler d’un objet qui s’oppose à la sémantique de l’image : la temporalité.

2Le jeu incessant dans lequel l’image est engagée pourrait donner l’impression d’un aller-retour permanent, comme d’une balle de tennis. Mais l’image ne reste pas figée dans une cinématique vide et schématique : on ne peut réduire l’image à une simple mécanique.

  • 1  Friedrich Nietzsche, Vérité et mensonge au sens extra-moral. Œuvres philosophiques complètes. Ecri (...)

3Au début d’un texte connu et fréquemment cité (Vérité et mensonge au sens extra-moral1), Nietzsche pose de façon métaphorique la question de l’image :

  • 2  Idid., p. 277.

Au détour de quelque coin de l’univers (…), il y a eut un jour une planète sur laquelle des animaux intelligents inventèrent la connaissance (das Erkennen). Ce fut la minute la plus orgueilleuse et la plus mensongère de l’«  histoire universelle », mais ce ne fut cependant qu’une minute2.

4La connaissance apparaît dans l’histoire universelle avec la vitesse d’une flèche. En un moment, en une minute, on pourrait presque dire en une seconde, une inspiration subite, une lumière soudaine se fait dans l'esprit. Or chaque image, en tant que Bild, vient au monde en un instant. Cet instant, c’est la seule détermination constante de ce qu’on appelle « image ».

  • 3  Ibid., p. 280.

5Peu importe si le contexte nietzschéen conduit à aborder le problème de l’image par le biais du langage, de la vérité ou de la connaissance humaine ; ce qui justifie ce rapprochement, c’est le caractère instantané de l’image. D’après Nietzsche, l’image occupe une place médiane, quant au langage, entre l’excitation nerveuse et le son : « Transposer une excitation nerveuse en une image ! Première métaphore. L’image à son tour transformée en un son ! Deuxième métaphore3 ». On assiste à une sorte de processus chimique qui donne à l’image le rôle de catalyseur. La succession « première métaphore » « deuxième métaphore » resterait tout à fait stérile si l’action de l’image ne permettait pas de les différencier : tout concept d’image surgit à partir d’une intrusion de la deuxième métaphore dans la première.

  • 4  Bien que la traduction française utilise le même radical sémantique pour transposer, le texte alle (...)
  • 5  Friedrich Nietzsche, Vérité et mensonge au sens extra-moral, Œuvres philosophiques complètes, op.  (...)

6Cette logique dérivative exige que l’on résume en un mot le vocabulaire nietzschéen lié au Bild : il faut en effet distinguer l’image – das Bild, le créateur du langage – der Sprachbildner, la transposition (sonore d’une excitation nerveuse) – die Abbildung4. Le passage de niveau de la métaphore X à celui de la métaphore Y passe toujours par le Bild. Le langage devient langage parce que l’image rend possible la construction de métaphores, qui, à leur tour, ouvrent la voie aux concepts. « Nous croyons posséder quelque savoir des choses elles-mêmes lorsque nous parlons d’arbres, de couleurs, de neige et de fleurs, mais nous ne possédons cependant rien d’autre que des métaphores des choses, et qui ne correspondent absolument pas aux entités originelles5 ».

  • 6  Paul De Man, Blindness and Insight. Essays on the Rhetoric of Contemporary Criticism, Minneapolis, (...)

7En tant qu’élément mouvant du langage, l’image introduit un ingrédient actif dans l’ensemble des forces qui constituent la vérité. Ainsi s’élabore une construction en réseau, dont le centre est constitué par l’image. Autour de l’image, toutes les formes du langage, tous les concepts humains, toutes les formes de représentation se réunissent en un espace « de coagulation ». A propos de la place de l’image dans la pensée, il peut être intéressant de voir comment Paul de Man problématise l’opposition entre symbole et allégorie: « Allegory appears as dryly rational and dogmatic in its reference to a meaning that it does not itself constitute, whereas the symbol is founded on an intimate unity between the image that rises up before the senses and the supersensory totality that the image suggests6 ».Il y a dans la définition du symbole une interrogation indirecte sur la nature de l’image, parce que l’image se définit par l’élément du sensible (« rises up before the senses ») mais qu’en même temps, elle suggère l’existence d’une unité qui ne se laisse pas comprendre par les « récepteurs sensoriels ». Donc, l’image se rend visible par son invisibilité…

  • 7  Friedrich Nietzsche, Vérité et mensonge au sens extra-moral, Œuvres philosophiques complètes, op.  (...)

8Il faut donc revenir à la relation assez étrange établie entre image et métaphore, mais au-delà de la théorie du style. La métaphore n’est pas une figure de style, ni l’image un reflet de la métaphore. Les métaphores sont « des pièces de monnaie qui ont perdu leur effigie et qu’on ne considère plus désormais comme telles mais seulement comme du métal7 ». L’allégorie de Nietzsche est alors plus facile à décoder : l’image, en tant qu’effigie disparue, ne garde en elle-même que le caractère primaire, l’essence. Bien que l’image soit perdue, elle est là comme trace. Qu’est-ce donc qu’une métaphore ? Une image dissoute dans un concept. Le rapport entre métaphore et concept s’établit sur l’axe de l’image.

9Cet emplacement de l’image au centre d’une construction en réseau produit l’espace du langage. Aucun langage sans métaphore, aucune métaphore sans image. Mais, le plus pertinent pour une possible théorie du langage c’est la puissance de l’image en tant que moment unique, que minute, qu’instant.

10Tandis que l’homme est poussé par l’instinct de créer des métaphores (Trieb zur Metapherbildung), le processus même de Metapherbildung se déroule à l’infini ; l’homme, créateur-de-métaphores, est un Sisyphe. Ensuite, seul cet instinct rend concevable la prolifération de métaphores. Si on essaie de percevoir la totalité des métaphores, on a une immense image formée par la participation de toutes les figures possibles.

11Donc, si on accepte avec Nietzsche que l’image représente le moment unique, l’instant mystérieux au « détour de quelque coin de l’univers » où se produit quelque chose d’essentiel pour la connaissance humaine, on a les termes d’une définition acceptable du « Bild » : l’intervalle du temps, où la trace (l’essentiel pour la connaissance humaine) devient saisissable.

  • 8  Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, L’absolu littéraire. Théorie de la littérature du roma (...)

12Dans cette perspective qui implique la présence disséminée de l’image, le sujet est une entité qui se dérobe à toute logique du « je » et se cache sous le masque de l’écriture collective. La mesure du « je » tend vers zéro, c’est-à-dire, vers un point où il n’est « presque rien » ; en même temps, il participe, par multiplication, à la construction d’une unité qui veut devenir « presque tout » : « […] Du moment où le sujet se vide de toute substance, la forme pure en quoi désormais il consiste, si l’on peut dire, se réduit à n’être qu’une fonction d’unité ou de synthèse8 ».

  • 9  On utilise le terme “collectif” à propos du sujet pour faire glisser le sens vers une acception pl (...)

13Si l’on revient à la remarque de Nietzsche à propos de l’invention instantanée de la connaissance (au détour de quelque coin de l’univers), on peut remarquer que trois éléments interviennent dans ce processus : le moment, le sujet « collectif »9 et la connaissance. Le sujet, vidé de toute substance, (réduit donc au statut d’animal intelligent) se réduit à la seule fonction (qu’elle soit d’unité ou de synthèse) d’inventer la connaissance.

  • 10  Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, L’absolu littéraire. Théorie de la littérature du roma (...)
  • 11  ibid., p. 43.
  • 12  Immanuel Kant, Kritik der reinen Vernunft, Hamburg, Felix Meiner Verlag, 1956, B 181, p. 200.

14Dans un livre consacré au préromantisme allemand10, Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy définissent l’imagination transcendantale comme une « fonction qui doit former (bilden) l’unité et qui doit la former comme Bild, comme représentation et tableau11 ». Cette Einbildungskraft (l’imagination transcendantale) joue un rôle essentiel dans la constitution du sujet préromantique. En effet, c’est elle (die Einbildungskraft) la force substantielle (donnant substance au sujet) qui saisit tout moment de l’image. Traduite d’habitude par « imagination », « force d’imaginer », « pouvoir de créer des images », « faculté de représentations mentales » ou « activité cognitive qui consiste à ré-assembler les images pour former une nouvelle représentation », l’Einbildungskraft n’a pas véritablement d’équivalent adéquat, même si elle possède toutes les délimitations théoriques énumérées. Lorsque le terme persiste à rester ambigu, on a recours à la logique kantienne. Pour Kant l’Einbildungskraft constitue la faculté responsable de la production d’images, qui à leur tour sont responsables de la production de concepts. Il faut cependant préciser que, chez Kant, ainsi chez les autres philosophes idéalistes allemands, l’image n’est pas tout à fait image en tant que Bild, mais Bild en tant que Vorstellungsbild, donc image qui rend possible la représentation (Vorstellung). „Das Bild ist ein Produkt des empirischen Vermögens der produktiven Einbildungskraft, das Schema sinnlicher Begriffe ein Produkt und gleichsam ein Monogramm der reinen Einbildungskraft a priori, wodurch und wonach die Bilder allererst möglich werden [...]12“.

15Le mot Einbildungskraft, répertorié par les frères Grimm dans le Dictionnaire allemand, est mentionné pour la première fois par Christian Wolff, qui lui donne le sens de « fantaisie » ou d’« imagination ». Le champ du concept change de limites avec Kant : la Critique de la raison pure donne à l’Einbildungskraft le rôle de « médiateur » entre intuition et raison, alors que la troisième critique, La Critique de la faculté de juger, met en scène le rapport entre Einbildungskraft et raison comme un rapport de libre jeu.

16Fichte aussi manifestait un intérêt pour le concept d’Einbildungskraft, qu’il a développé dans la théorie de la représentation du « moi ». Plus tard, chez Schelling, l’Einbildungskraft reprend sa caractéristique de base, en devenant une force esthétique créatrice. Dans sa philosophie de l’identité, le pouvoir d’imaginer représenterait une faculté divine, dont l’hypostase humaine serait la fantaisie. Dans cette perspective, Schelling donne à l’Einbildungskraft un nouveau nom : In-Eins-Bildungs-Kraft, c’est-à-dire, la force de (se) former en soi-même.

17Il est vrai que l’histoire du concept n’épuise pas son contenu, mais elle pourrait justement signifier que les limites d’un tel concept ne peuvent jamais être établies avec certitude. La philosophie romantique semble « obsédée » par tout ce qui est lié au Bild. C’est pour cette raison que la problématique de la force créatrice d’images tombe sous l’incidence du Bild. C’est sans doute la force formatrice (die bildende Kraft) capable de produire des images. Le jeu de significations entre bildende Kraft et Einbildungskraft fonde les deux dimensions de la question : d’une coté, le pouvoir d’imaginer (Einbildungskraft) et de l’autre coté la mise en forme (bilden en tant que „former l’unité“ et Bildung en tant que „formation“). Il faut, en outre, préciser que Bildung n’est pas toujours employée au sens de « formation », mais que le mot peut signifier aussi « figure » : métaphoriquement parlant, une figure allongée, prolongée (Bild-ung).

18Quant au sujet préromantique, il se constitue (se forme, bilden) en unité ou essaie de se constituer en unité par la force créatrice des images. Il en résulte que ce qu’on appelle « sujet préromantique », c’est la Figure Allongée de la Force Créatrice des Images (Einbildungskraftbild(ung)).

  • 13  Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, L’absolu littéraire. Théorie de la littérature du roma (...)

19« Du reste la réflexion, en tant qu’elle s’opère dans le jugement de goût comme libre jeu de l’imagination (c’est-à-dire comme la fonction de la synthèse à l’état pur, ne donnant plus lieu à production d’objet), n’effectue l’unité du sujet que dans la mesure où celle-ci s’offre dans l’image (Bild) de ce qui est à la foi sans concept et sans fin13». D’une part, le sujet « fait » des images parce qu’il possède la faculté d’imaginer et d’autre part, l’image, elle-même, ramasse les « traces » du sujet en lui donnant l’unité. Mais, l’unité manque toujours, et l’image aussi, d’une certaine manière.

20Etant donné que le sujet préromantique est vidé de toute substance et que la seule fonction qui lui reste est l’Einbildungskraft, l’unité re-trouvée, re-construite, re-imaginée, re-formée, ne devient unité qu’à partir du Bild, de la Vorstellung. Tout cela, en somme, ne représente que le but de la démarche philosophique préromantique, qui serait de « former » (bilden) et dont le résultat serait le Bild/Vorstellung. Il s’agit en effet de concevoir un concept (celui de l’image) à double détermination et à double hypostase. Il est en lui-même quelque chose qui est en dehors de lui-même.

21Etre en dehors et au dedans de soi-même, voilà la double hypostase de l’image. Mais cela n’est possible que si l’image apparaît en un instant et que si elle n’existe qu’un instant. Donc, on revient à la « minute la plus orgueilleuse et la plus mensongère de l’histoire universelle ». Ce qui est ici et maintenant – hic et nunc – la présentation de l’imprésentable, c’est l’image ; parce qu’elle a laissé la trace de son existence « éphémère », d’une « minute », l’image est présente par son caractère manquant. Elle existe lorsqu’elle manque.

  • 14  Walter Benjamin, Origine du drame baroque allemand, Paris, Flammarion, 1985, p. 231.

22D’où vient le mystère qui pré-figure le lien emblématique entre ce qui apparaît clairement, extérieurement – l’image – pour un instant et ce qui est caché, intérieurement gardé dans la trace ? Pour Walter Benjamin, « toute image n’est qu’une image écrite »14, c’est-à-dire que toute image nécessite la présence d’une trace, d’un indice qui montrerait que « la minute » est passé, mais, dans un certain sens, encore présente. Et on pourrait définir l’image comme le rapport entre la trace de la « minute la plus orgueilleuse et la plus mensongère » et la forme que prend cette trace.

  • 15  Ibid.
  • 16  Hans Georg Gadamer, Vérité et méthode : les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Pari (...)

23« L’image, dans le contexte de l’allégorie, n’est qu’un signe, un monogramme de l’essence, et non l’essence voilée15 ». Dans le vocabulaire benjaminien, la famille sémantique du Bild a généré toute une série de concepts, Sprachbild, Schriftbild, Lautbild, etc., qui sont dominés par Denkbild. L’image présuppose la pensée. C’est pour cela que toute forme d’images comporte une matérialité (écriture, parole, son) qui renvoie à la pensée – denken. Tout ce qui lie l’image (Bild) à sa fixité matérielle (son, écriture, parole) – voire le monogramme ou l’emblème – se manifeste en deux directions diamétralement opposées : l’une soumise à l’agencement historique (la trace en tant que forme) et l’autre qui résiste à toute inscription temporelle (l’instant, le hic et nunc gardé dans la trace). Si on accepte les distinctions de Gadamer16 entre le symbole et l’allégorie (d’après Gadamer, le symbole est quelque chose d’« essentiellement et intérieurement porteur de sens », tandis que l’allégorie se manifeste « extérieurement et par artifice »), on voit que l’image dans la théorie de Benjamin a un statut plus proche de celui de l’allégorie, mais qu’elle ne s’oppose pas brutalement au symbole ; l’image porte un sens comme le symbole et, en même temps, garde le caractère d’artifice de l’allégorie. Par exemple, le monogramme n’est qu’un accident identitaire, porteur d’une signature artificielle, destiné à substituer une présence. Le monogramme est une trace allégorique d’un symbole historique.

  • 17  Cette langue, parlée pendant environ deux siècles du haut Moyen Age (750- 1050), n’était pas unita (...)
  • 18  Voici un petit texte (en Althochdeutsch) qui traduit “bilidi” en latin par “exemple”. “Aefter dhiu (...)
  • 19  Oscar Bloch, Walter von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, Presses (...)
  • 20  Merveille visible, qui vaut la peine d’être vu.
  • 21  Admirable, étonnant, extraordinaire.
  • 22  Miraculeux, merveilleux, surnaturel.
  • 23  Extraordinaire, étonnant, mirifique.

24L’origine du mot « Bild » cache encore le mystère de ses significations. Employé seulement en allemand et en hollandais, le Bild apparaît pour la première fois dans la plus ancienne forme (attestée) de la langue allemande écrite, l’Ancien Haut Allemand (Althochdeutsch)17. A cette époque-là, « Bilidi-Bild » signifie « copie », « exemple »18, « forme », « imitation », « signe », « effigie », « être humain », etc. On pense que le mot a été originairement lié au domaine de la mystique, parce que la racine « bil » se trouve dans le mot « Bilwiss » (utilisé encore aujourd’hui dans certaines régions) : sorcier, magicien ou bien farfadet. En effet, ce qui renvoie clairement à la mystique c’est l’ancienne signification du « bil » : « Wunderkraft », pouvoir mystique, miraculeux, merveilleux, et « Wunderzeichen », signe miraculeux. Evidement, le rapport établi entre « Bild » et « Wunder » donne aujourd’hui la possibilité d’attribuer à l’image le caractère de la merveille19. Chaque merveille qui se produit dans le monde médiéval a besoin d’une image ; de plus, elle utilise l’image comme support réel d’un évènement divin. Si on observe le glossaire de termes d’Ancien Haut Allemand, « wuntarlîh » (« wunderbar ») est traduit d’habitude en latin par spectabilis20, admirabilis21, miraculis22 ou mirabilis23. « Wuntarlîh » fait sortir du domaine de l’ordinaire pour entrer dans l’espace des mirabilia.

25La catégorie du merveilleux vient de l’Antiquité et s’inscrit entre ce que Jacques le Goff appelle le miraculeux (qui se manifeste par un acte divin défiant les lois de la nature) et le magique (forme de la sorcellerie, attribuée au diable). « Merveille » vient de « mirari » (lat.) et signifiait « ouvrir grand les yeux ». Donc, est merveilleux ce qui fait ouvrir les yeux. Si le miraculeux présuppose une intervention divine et le magique une intervention diabolique, le merveilleux n’implique que la participation humaine.

26En revenant au « Bilidi », on remarque qu’en quelques siècles, le sens du mot a ramassé peut-être toutes les caractéristiques de base de ce que Walter Benjamin va appeler « Denkbild » : « forme d’un contenu mystique qui fait ouvrir grand les yeux ». Bien-sûr, la définition est un peu allégorique. Si on met entre parenthèses « le mystique » et si on interprète « ouvrir grand les yeux » comme un acte de la pensée, on obtient les éléments d’une définition possible. A cela s’ajoute la caractéristique la plus séduisante : l’instant où l’on ouvre les yeux, qui est « la minute la plus orgueilleuse et la plus mensongère de l’« histoire universelle » ».Ce qu’on a décrit jusqu’ici n’est que l’image originaire, l’image-instant : das Urbild.

27Pour revenir à Nietzsche, on observe qu’en contraste avec le désir passionné et exubérant de l’esprit romantique (de refaire l’unité manquante), le moraliste propose une autre formule ; il en vient à l’idée de la lenteur.

  • 24  Friedrich Nietzsche, Aurore- Pensées sur les préjugés moraux, Paris, Gallimard, 1989, p. 18 : « Üb (...)

 (…) En outre nous sommes tous deux des amis du lento, moi et mon livre. On n’a pas été philologue en vain (…), ce qui veut dire professeur de lente lecture :- finalement on écrit aussi lentement. (…) La philologie, effectivement, est cet art vénérable qui exige avant tout de son admirateur une chose : se tenir à l’écart, prendre son temps, devenir silencieux, devenir lent, - comme un art, une connaissance d’orfèvre appliquée au mot, un art qui n’a à exécuter que du travail subtil et précautionneux et n’arrive à rien s’il n’y arrive lento. C’est en cela précisément qu’elle est aujourd’hui plus nécessaire que jamais, c’est par là qu’elle nous attire et nous charme le plus fortement au sein d’un âge de « travail », autrement dit : de hâte, de précipitation indécente et suante qui veut tout de suite « en avoir fini » avec tout (…) : - quant à elle, elle n’en a pas si aisément fini avec quoi que ce soit, elle enseigne à bien lire, c’est à dire lentement, profondément, en regardant prudemment derrière et devant soi, avec des arrière- pensées, avec des portes ouvertes, avec des doigts et des yeux subtils …24   

28La philologie n’est pour Nietzsche qu’un prétexte ; il veut nous faire croire que la « philologie » est responsable de la méthode « lento ». La logique de la lenteur invite à une perception du temps comme temps sans histoire : « se tenir à l’écart, prendre son temps, devenir silencieux, devenir lent » (« bei Seite gehn, sich Zeit lassen, still werden, langsam werden »).

29La méthode de la lenteur commence par une tension, une distance « déclarée » entre la pensée et ce que le temps historique (lire « l’âge de travail ») impose au sujet. Etre conscient de l’écart symbolique institué entre les deux instances signifie posséder le regard « derrière et devant soi ». La lecture (autre mot pour « pensée ») profonde n’est possible qu’à partir de ce regard un peu accablant, un peu mystique, un peu allégorique. Il y a probablement un mélange d’arrière-pensées et d’avant-pensées, qui, lorsqu’on regarde celles-ci avec toute la lenteur possible, se transforme en image, en image de la pensée. Faire passer lentement le temps avec des doigts et des yeux subtils, détruire l’indécence de la hâte renvoie à l’idée de construire des images de la pensée. Cette construction n’est jamais facile, bien qu’on ait « découvert » la méthode ; car on se trouve en face du plus délicat problème : lutter contre l’opiniâtreté de la hâte. Allégoriquement parlant, l’image de la pensée ressemble à une lenta radix.

  • 25  Franz Kafka, Aphorismes, ed. bilingue, Nantes, Joseph K., page. 12 („Es gibt zwei menschliche Haup (...)

30« Chez l’homme les deux péchés capitaux d’où dérivent tous les autres sont l’impatience et la négligence. A l’impatience il doit d’avoir été chassé du paradis, à la négligence de n’y point retourner. Mais au fond il n’existe peut-être qu’un seul péché capital, l’impatience. A cause d’elle il fut chassé, à cause d ‘elle il ne reviendra pas25 ». Cette catégorie – le péché du « trop vite » – empêche l’accès à la pensée. Le désir d’agir rapidement, d’épuiser le temps, de sortir en vitesse de l’état de la lenteur représente probablement le premier signe de la chute. Bien-sûr il ne s’agit pas d’une chute symbolique, biblique, mais du moment de la « perte » de l’image (Urbild) de la pensée : la perte n’est pas une faute humaine, mais simplement une conséquence normale de l’instant de l’image. Le devoir du penseur (Denkbildner), quand il travaille sur l’image, quand il élabore sa pensée, fait de celui-ci une figure du vainqueur, car il oppose à l’impatience (la persévérance de) la lenteur. Autrement dit, il change l’indice de la vitesse où se produit la pensée : la vitesse de l’image d’origine est une fonction exponentielle vers l’infini, alors que la vitesse de l’image de la pensée (en tant que reconstruction) est une exponentielle vers le zéro.

31Toute image vise la pensée, toute pensée cherche l’image. L’image ne peut donc être qu’image de la pensée, liée indestructiblement à sa matérialité : le périssable et l’éternel, conçus dans un moment qui ne se répétera pas et qui fut le moment « le plus orgueilleux et le plus mensonger de l’«  histoire universelle » ». Toute image devient image de la pensée lorsqu‘elle est à la recherche lente, profonde, avec « les yeux grand ouverts » du moment originaire quand la flèche de la connaissance est entrée en histoire et dans l’histoire.

32Ce qu’on appelle à présent « image » ou « image de la pensée » ne représente qu’une ombre, un désir, une figure, une volonté à accomplir, donc « un projet à venir ». L’image n’est qu’un projet, mais un projet à venir, une téléologie.

Haut de page

Bibliographie

Nietzsche, Friedrich, Vérité et mensonge au sens extra-moral. Œuvres philosophiques complètes. Ecrits posthumes, Paris, Gallimard, 1975

Nietzsche, Friedrich, Morgenröthe. Nietzsche Werke. Kritische Ausgabe, Walter de Gruyter, Berlin- New York, Herausgegeben von Giorgio Colli und Mazzino Montinari, 1971, Ve Abteilung, 1er Band, page. 9

Nietzsche, Friedrich, Aurore- Pensées sur les préjugés moraux, Paris, Gallimard, 1989

De Man, Paul, Blindness and Insight. Essays on the Rhetoric of Contemporary Criticism, Minneapolis, 2nd edition, University of Minnesota Press, , 1983, page. 189 (chapitre Rhetoric of Temporality)

Lacoue-Labarthe, Philippe et Nancy, Jean-Luc, L’absolu littéraire. Théorie de la littérature du romantisme allemand, Paris, Editions du Seuil, 1978

Kant, Immanuel, Kritik der reinen Vernunft, Hmburg, Felix Meiner Verlag, 1956, B 181

Benjamin, Walter, Origine du drame baroque allemand, Paris, Flammarion, 1985

Kafka, Franz, Aphorismes, ed. bilingue, Nantes, Joseph K, 1994

Bloch, Oscar, von Wartburg, Walter Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, Presses universitaires de France, 1964

Lexikon des Althochdeutschen 8. Jahrhundert, Isidor ; Paris, BN

Gadamer, Hans Georg, Vérité et méthode : les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, Ed. De Seuil, 1976

Haut de page

Notes

1  Friedrich Nietzsche, Vérité et mensonge au sens extra-moral. Œuvres philosophiques complètes. Ecrits posthumes, Paris, Gallimard, 1975.

2  Idid., p. 277.

3  Ibid., p. 280.

4  Bien que la traduction française utilise le même radical sémantique pour transposer, le texte allemand donne “Abbildung” (transposition) et “übertragen” (transposer) pour exprimer deux concepts différents. Abbildung signifie « reproduction d’une image, copie, représentation », alors que übertragen est plus proche de l’idée de transposition.

5  Friedrich Nietzsche, Vérité et mensonge au sens extra-moral, Œuvres philosophiques complètes, op. cit., p. 280-281.

6  Paul De Man, Blindness and Insight. Essays on the Rhetoric of Contemporary Criticism, Minneapolis, 2nd edition, University of Minnesota Press, 1983, page 189 (chapitre Rhetoric of Temporality).

7  Friedrich Nietzsche, Vérité et mensonge au sens extra-moral, Œuvres philosophiques complètes, op. cit., p. 282.

8  Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, L’absolu littéraire. Théorie de la littérature du romantisme allemand, Paris, Editions du Seuil, 1978, page. 43.

9  On utilise le terme “collectif” à propos du sujet pour faire glisser le sens vers une acception plus large : à la construction du sujet participent toutes les subjectivités possibles (par exemple, dans le cas du sujet préromantique qui caractérise d’une certaine manière l’esprit de groupe d’Iéna), comme à la construction de la Literatur participent toutes les formes de création artistique.

10  Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, L’absolu littéraire. Théorie de la littérature du romantisme allemand, op. cit.

11  ibid., p. 43.

12  Immanuel Kant, Kritik der reinen Vernunft, Hamburg, Felix Meiner Verlag, 1956, B 181, p. 200.

13  Philippe Lacoue-Labarthe et Jean-Luc Nancy, L’absolu littéraire. Théorie de la littérature du romantisme allemand, Paris, Editions du Seuil, 1978, page. 45.

14  Walter Benjamin, Origine du drame baroque allemand, Paris, Flammarion, 1985, p. 231.

15  Ibid.

16  Hans Georg Gadamer, Vérité et méthode : les grandes lignes d’une herméneutique philosophique, Paris, Ed. De Seuil, 1976.

17  Cette langue, parlée pendant environ deux siècles du haut Moyen Age (750- 1050), n’était pas unitaire, ni normative ; particulièrement influencée par le latin, elle différait essentiellement de la langue (un groupe des dialectes) de l’Ouest. Les chansons de Hildebrand représentent la production littéraire la plus connue de cette époque linguistique.

18  Voici un petit texte (en Althochdeutsch) qui traduit “bilidi” en latin par “exemple”. “Aefter dhiu dhazs almahtiga gotes chiruni dhera gotliihhun christes chiburdi chimarit uuard, hear saar after nu mit gareuuem bilidum dhes heilegin chiscribes eu izs archundemes, dhazs ir selbo christ ist chiuuisso got ioh druhtin”. (Lexikon des Althochdeutschen 8. Jahrhundert) Post declaratum christi diuinae natiuitatis mysterium, deinde quia idem deus et dominus est, exemplis sanctarum scribturarum adhibitis demonstremus. (Lexikon des Althochdeutschen 8. Jahrhundert, Isidor ; Paris, BN, Ms. lat. 2326 : 4,3.)

19  Oscar Bloch, Walter von Wartburg, Dictionnaire étymologique de la langue française, Paris, Presses universitaires de France, 1964 donne l’origine suivante : merveille : lat. mirābilia, plur. neutre pris comme subst. fém., utilisé d’habitude dans la langue de l’Église, altéré dans le lat. du Nord de la Gaule en mīrabilia, admirable.

20  Merveille visible, qui vaut la peine d’être vu.

21  Admirable, étonnant, extraordinaire.

22  Miraculeux, merveilleux, surnaturel.

23  Extraordinaire, étonnant, mirifique.

24  Friedrich Nietzsche, Aurore- Pensées sur les préjugés moraux, Paris, Gallimard, 1989, p. 18 : « Überdies sind wir beide Freunde des lento, ich ebensowohl als mein Buch. Man ist nicht umsonst Philologe gewesen, man ist es vielleicht noch das will sagen, ein Lehrer des langsamen Lesens : - endlich schreibt man auch langsam. (…)Philologie nämlich ist jene ehrwürdige Kunst, welche von ihrem Verehrer vor Allem Eins heischt, bei Seite gehn, sich Zeit lassen, still werden, langsam werden -, als eine Goldschmiedekunst und -kennerschaft des Wortes, die lauter feine vorsichtige Arbeit abzuthun hat und Nichts erreicht, wenn sie es nicht lento erreicht. Gerade damit aber ist sie heute nöthiger als je, gerade dadurch zieht sie und bezaubert sie uns am stärksten, mitten in einem Zeitalter der "Arbeit", will sagen : der Hast, der unanständigen und schwitzenden Eilfertigkeit, das mit Allem gleich "fertig werden" will, auch mit jedem alten und neuen Buche : - sie selbst wird nicht so leicht irgend womit fertig, sie lehrt gut lesen, das heisst langsam, tief, rück- und vorsichtig, mit Hintergedanken, mit offen gelassenen Thüren, mit zarten Fingern und Augen lesen [...]. » Friedrich Nietzsche, Morgenröthe. Nietzsche Werke. Kritische Ausgabe, Walter de Gruyter, Berlin- New York, Herausgegeben von Giorgio Colli und Mazzino Montinari, 1971, Ve Abteilung, 1er Band, page. 9.

25  Franz Kafka, Aphorismes, ed. bilingue, Nantes, Joseph K., page. 12 („Es gibt zwei menschliche Hauptsünden, aus welchen sich alle andren ableiten : Ungeduld und Lässigkeit. Wegen der Ungeduld sind sie aus dem Paradiese vertrieben worden, wegen der Lässigkeit kehren sie nicht zurück. Vielleicht aber gibt es nur eine Hauptsünde : die Ungeduld. Wegen der Ungeduld sind sie vertrieben worden, wegen der Ungeduld kehren sie nicht zurück“).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diana Andrasi, « L’image de la pensée. L’image, « la minute la plus orgueilleuse de l’histoire universelle » », TRANS- [En ligne], 2 | 2006, mis en ligne le 22 juin 2006, consulté le 28 avril 2017. URL : http://trans.revues.org/161 ; DOI : 10.4000/trans.161

Haut de page

Auteur

Diana Andrasi

Doctorante, de nationalité roumaine, en Littérature comparée à l’Université de Montréal. Maîtrise en Littérature comparée à l’Université de Montréal : mémoire de maîtrise « D’une théorie du fragment à la fragmentation. Un essai sur les formes d’écriture fragmentaire ». Maîtrise en Théorie de la littérature à l’Université de Bucarest (Département de littérature comparée) : mémoire de maîtrise « L’imaginaire. Gaston Bachelard et la puissance de l’image »

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page