Navigation – Plan du site
Université invitée

Le roi, la reine, et le nègre d’or

Narjess Outreligne-Saidi.

Résumés

Pour perpétuer une « tradition » littéraire, Michel Georges Michel invente un nouveau rôle à Shéhérazade, l’héroïne des Mille et Une Nuit. Il s’agit d’une transposition du conte-cadre dans laquelle le poète, qui est aussi peintre et dessinateur, nous peint un tableau d’un Orient paradisiaque qui se transforme rapidement en une scène tragique, en un massacre. Il s’agit aussi d’une interrogation sur la relation du couple homme-femme.

Haut de page

Texte intégral

­

Chant II. Le Triomphe des Nègres

(Le roi, de retour, surprend l’orgie)
Quand ils sont tous couchés dans le sérail immense
des jardins, les esclaves arrivent en cortège.
Les nains porteurs de fruits, élèvent sur leurs têtes
des plateaux surchargés comme des jardins du ciel.
Sous le martèlement des porteurs d’amphores
le lourd tapis sanglant des roses mutilées
Palpite.
Les pétales volent aux chevilles.
Les frappeurs de cymbales suivent ces serviteurs
et précèdent encor des charmeurs de gypaètes.
Mais le vin, la senteur des chairs jeunes et chaudes
fait bondir un Nubien au milieu du tapis.
Un Nègre gris le suit, que rejoignent les autres et toutes leurs compagnes, épouses,
Odalisques
Bayadères
Almées.
Les esclaves couchés au milieu des coffrets, des oiseaux, des parfums
se reposent
tandis que frénétiquement
de plus en plus
Nègres et favorites, ivres de toutes les joies
tournoient dans la musique, qui rôde en lourds effluves
et grondent
comme un orage tout strié de lueurs,
comme dans une torride jungle, parfois éclate
le cristal frémissant d’une goutte de pluie.
Les barbares mélopées
fièvres, râles
chants d’amour
exacerbent les danses
une odeur de sang tiède apportée par le vent
se mêle à la transpiration des roses.
Les porteuses d’amphores roulent parmi les coupes
et le vin répandu
et les nains dans les fleurs…
Shéhérazade debout, au centre de l’orgie,
est nouée dans les bras puissants du nègre d’or
et tourne dans le tapis dansant des couleurs
des deux cents favorites, qui
leurs voiles déployés
Flottent dans les fumées des parfums de haschich
jettent vers les plafonds des vols de pierreries.
Tandis que tels des animaux fardés
les nègres fous
secouent leurs bras chargés, leurs ventres cuirassés
hurlent et chantent et piétinent
comme s’ils s’agitaient pour leur éternité.

Chant III. Le massacre des favorites

Tout à coup, derrière la tenture d’Assyrie
deux yeux noirs étonnés ont lui.
Déjà ne croyant plus au rêve qui les mène
les brutes et les pâles danseuses se sont tus.
(Le roi et les janissaires (sic) se jettent sur eux, arme à la main
Laissant sur tapis les coupes et les fleurs, les coffrets, les colliers
tout le troupeau hagard recule pêle-mêle, en se rétrécissant
les femmes serrées entre Nègres haletants et crispés
les esclaves écrasés
Prompt
le maître, d’un coup, lance dans ces chairs nues
son yatagan
si affilé qu’il coupe sans heurt
au vol, les cornes de gazelles…
Les chasseurs rejoignent les danseuses défaillantes.
Ceux-ci, les pieds aux reins des victimes surprises
arrachant les chevelures dont le henné dore leur main.
L’éclair courbe des lames s’éteint dans les entrailles,
Les seins dont le lait blanc rosit la chair coupée
la lance heurte des dents fardées pour le sourire
et perce avec effort les ventres impubères.
Ils frappent à la gorge sans même
Regarder les yeux
sans même être émus de l’amour…

Chant IV. La mort de Shéhérazade

  • 1  Michel Georges Michel, Shéhérazade, (programme de l’Opéra, 1906).

Seule Shéhérazade, au milieu du carnage
est demeurée sur son coussin d’argent
épouvantée
deux janissaires jaunes
lèvent sur elle aigus
les couteaux.
Ils hésitent.
Le maître
en caressant sa barbe où sa lèvre trop rouge
se tord
dédaigneuse du goût ou de la mort
a vu la préférée…
Il la regarde
seule demeurée de toutes ses femmes aimées
la tuerie est finie.
Vers lui, elle se dresse
les seins tremblants, la gorge pâle, les yeux clos…
Il hésite.
Son regard
sous ses paupières prolongées de longs cils
erre sur le tapis
où palpitent encore des seins
sous le frémissement des voiles teintés de sang.
Il s’attendrit. Voilà son harem !
A chacune il prend un souvenir
et s’attarde parfois sur des lèvres figées.
Mais effroi : il a vu !...
Sur les trois courtisanes aux chairs déchiquetées
le grand nègre doré qu’aime Shéhérazade
sourit
le nez saignant, les dents ouvertes, son poing serrant
un peu d’étoffe qui fut de sa ceinture…
Shahriar porte à ses yeux ses deux mains et attend…
Shéhérazade a compris, elle tourne la tête
vers les couteaux déjà plus près de son cœur vierge
et sa nuque sauvage et brune se contracte.
Deux larmes d’amour
sont deux ruisseaux clairs sur les roses de son visage.
Et le maître n’ayant pas détourné la tête
soudain elle arrache à ses bourreaux un poignard.
D’un coup elle se frappe et se traîne aux pieds rouges
du superbe empereur.
Le bras tombé, la tête penche, le sein monte
elle meurt.
Tandis que la roideur du muscle fait frémir
l’œillet d’or tatoué sur sa peau triomphale…
Et traînant avec elle sur les roses foulées
la musique finit comme le dernier orage de l’été… 1      

1Depuis la traduction d’Antoine Galland, Les Mille et une Nuits ne cessent d’être une source féconde d’inspiration pour de nombreux écrivains, poètes et artistes en Orient comme en Occident. L’œuvre a ainsi fait rêver les auteurs lecteurs occidentaux, excité leur imagination et inspiré des formes artistiques et littéraires variées comme la peinture, la musique, le théâtre ou l’opéra.

2Nous nous proposons d’analyser ce poème dans cette optique. C’est une vision dramatique qui se dégage à travers l’œuvre de Michel Georges Michel, poète, peintre et dessinateur français (1768-1843). Il s’inspire de l’œuvre arabe et orientale pour créer Shéhérazade. Le poème est composé de trois chants intitulés successivement « Le triomphe des nègres, Le massacre des favorites, La mort de Shéhérazade ». La matière thématique qui s’y fixe, non pas au hasard mais selon un schéma bien déterminé, nous révèle des traits spécifiques aisément décelables sous des ajustements imposés par les circonstances. Il s’agit, en effet, d’une transposition du conte-cadre des Mille et une Nuits : le retour du roi Shahriar qui surprend la tromperie de son épouse et de tout son harem avec des nègres. Meurtri par la douleur et touché dans son honneur, ce dernier se venge d’une façon atroce. Nous assistons alors à un passage d’Orient en Occident avec toutes les transformations nécessaires pour répondre au goût spécifique d’une époque et d’un espace. Le renvoi à un monde imaginaire soustrait aux règles bien établies de l’univers puise sa source dans une matière traditionnelle. C’est en corrélation avec l’émergence d’œuvres s’inspirant des Nuits que l’opéra de notre auteur prendra racine.

3À partir du deuxième chant, Michel Georges Michel nous révèle une image d’un Orient rêvé. Cette image se manifeste à travers l’ambiance festive de l’orgie. Définie comme une partie de débauche et de plaisir licencieux, l’orgie est un phénomène social oriental qui s’attache à la classe aisée. Il est question dans cette transposition d’une « fureur génésique qui dépasse les simples limites affabulatrices » des contes. Elle ne relève d’aucun registre de morale ou de transgression connu dans le monde arabo-islamique.

4Deux transgressions parcourent le poème, la première est une transgression de l’interdit, le zinâ, pêché à caractère sexuel et l’autre transgression du rapport sexuel conventionnel, l’orgie. Les deux sont bannies et interdites dans toutes les civilisations humaines. L’orgie se veut ici " anti-système, contre ordre et négation des vertus" élémentaires qui fondent la morale sociale. C’est en fait un aspect de liberté qui se dégage de ces transgressions. Une liberté qui donne un dynamisme ardent, un frémissement vital incomparable. Non pas un esprit de révolte, mais une générosité à l’égard de cette femme-reine. C’est aussi un départ pour une œuvre dramatique.

5Le poète nous peint une orgie en décrivant minutieusement la fête privée organisée par la reine au sein du harem. Le cadre spatial répond à ce cliché d’un Orient immensément riche « Le sérail immense, le jardin, les plateaux surchargés, les tapis. » où le luxe et la volupté sont les deux maîtres mots. Un grand nombre d’esclaves « deux cents » mâles et femelles, les mâles n’étant pas des eunuques, est indispensable au bon déroulement de l’orgie.

6Tous les ingrédients de l’orgie sont réunis : le palais, le nombre d’hommes et de femmes, leur égale jeunesse, leur disponibilité, l’appétit miraculeux dont ils font preuve, tous ces éléments situent le poème dans « un territoire autre » celui de « l’anomie, de la contestation et du dépassement ».

7Le caractère grandiose du lieu ouvert reflète l’absence de limites. Tout est permis dès l’instant où nous sommes en présence d’un cadre royal ou de classe aisée. Le statut princier ou nobiliaire des participants ou des organisateurs joue un rôle prépondérant dans la réalisation et le déroulement des festivités.

8Cette idée se dégage aussi à travers l’exagération de la fête orgiaque :

Les nains, porteurs de fruits, élèvent sur leurs têtes des plateaux surchargés / les pétales volent aux chevilles / le vin, la senteur de la chair jeune et chaude, nègres, favorites, ivres de toutes les joies… .

9L’orgie présente ainsi un trait singulier : la fascination de la durée de copulation. Image allusive au fait que les mâles et les femelles qui sont conviés à de telles ripailles ont des capacités génésiques qui dépassent la moyenne. L’ambiance, exagérée, nous donne l’impression d’émerger d’un rêve qui cherche à se définir par rapport au monde oriental paradisiaque. La démesure gustative renforce l’idée de l’excès « plateaux surchargés [comparés aux] jardins du ciel ». Ces lieux renvoient aux jardins de Babylone, symbole de la richesse orientale et du faste par excellence. L’image de la luxure caractérise cet univers orgiaque qui évoque un plaisir double. Au plaisir de la vue des espaces splendides et harmonieux s’ajoute le plaisir olfactif relatif à l’odeur « des parfums et des pétales de roses ». Mais ce plaisir ne tarde pas à se transformer en une « odeur de sang tiède apportée par le vent [qui] se mêle à la transpiration des roses ». Ce mélange entre le plaisir sexuel, le plaisir visuel et olfactif est très vite sanctionné car il est interdit et découvert. Il est aussi sanctionné car la démesure et l’excès ne sont pas permis. Le poète focalise sur cette ivresse charnelle non seulement de la reine mais aussi de ses esclaves pour montrer à quel point le personnage de la reine s’abaisse pour assouvir un plaisir éphémère.

10L’image de la nudité et « les senteurs des chairs jeunes et chaudes » montre le personnage dans un état d’animalité. Cette image montre la femme comme personnage de débauche qui ne cherche que le plaisir instantané.

11La nudité est un état antinomique par excellence. Il s’agit de l’évocation des tabous vestimentaires touchant déjà à la société. La levée des tabous a une signification de déchaînement des forces primordiales, seule condition de recomposition et de renouveau.

12Michel Georges Michel décrit un univers paradisiaque, imaginaire et rêvé relatif à l’Orient. Cet univers va se transformer en bain de sang puisque la morale sociale n’admet aucun excès et surtout pas le plaisir de la chair.

13Cette fête orgiaque qui reflète la luxure met aussi l’accent sur le statut que prennent les nègres. Elle est bannie car elle est initiée par une femme, une reine avec ses esclaves et ses odalisques. Le coup d’envoi donné par la reine remet en question l’ordre sexué masculin. En fait l’habitude ne peut être qu’un alibi à la jouissance masculine, elle doit se contenir dans tout temps et tout lieu. Lorsque l’homme conjoint sexuellement plusieurs femmes, ce n’est ni un pervers ni un débauché ; lorsque la femme éprouve un appétit sexuel plus fort, elle ne peut être qu’une nymphomane, qu’une possédée, jamais possédante.

14La présence des nègres, au centre du tableau, est significative (« Un Nubien au centre du tapis ») : ils prennent la place du roi. « Le nègre d’or » paraît comme le préféré de la reine, sa couleur est rehaussée pour le distinguer des autres nègres « gris » ; il est de ce fait plus gai, plus lumineux. C’est une valorisation d’un personnage généralement rabaissé, qui s’accentue par « le triomphe » de ces nègres. Ils participent à créer une atmosphère perfide, déséquilibrée par le rôle qu’ils occupent. Leur « triomphe » les débarrasse de cette image dégradante qui leur colle à la peau ; ils prennent la place de personnages nobles et ayant un pouvoir ; c’est ainsi qu’ils sont « ivres de toutes les joies, exacerbent les danses, flottent dans les fumées des parfums de haschich »

15L’excès de débauche, l’orgie et l’érotisme rendent compte de la relation qu’entreprend Shéhérazade avec les nègres. L’auteur met en relief la croyance en la puissance sexuelle des nègres et il s’inspire ainsi de la littérature arabe et des Mille et une Nuits pour renforcer cette image et ce « triomphe » dans le deuxième chant.

16Ce « triomphe » est provisoire. Il est vite brisé par l’entrée en scène du roi Shahriar. La locution adverbiale « tout à coup » renverse les situations et oppose les réactions ; le rythme s’accélère, les phrases sont courtes, parfois monosyllabiques, les verbes d’action s’enchaînent « lance, coupe, perce… ». Ce dénouement se fait par la décision attendue et prévisible du roi.

17La rupture avec l’ambiance festive et heureuse est immédiate : la scène du massacre commence. Le changement brusque de situation se perçoit dans le passage d’un état d’émerveillement, d’ivresse et d’agitation à un silence : « Déjà ne croyant au rêve qui les mène / les brutes et les pâles danseuses se sont tus ». Les images de luxe et de luxure cèdent la place à « un tapis sanglant ».

18La trahison de Shéhérazade, femme et reine, appelle la vengeance du roi. Il s’agit d’un massacre collectif des danseuses et des esclaves. Tous les acteurs doivent disparaître pour ne pas laisser de témoin. Il faut tout anéantir pour ne pas laisser de trace vivante de ce déshonneur. A l’aide de « ses janissaires », le roi a exterminé tout le groupe.

19L’image est terrible. Il s’agit aussi d’un excès dans la vengeance. Par ce bain de sang, l’auteur joue sur la sensibilité du lecteur et du spectateur (puisqu’ il s’agit d’un opéra). C’est une image de la mort qui se manifeste à travers « la chair coupée, la courbe de lames qui s’éteint dans les entrailles ».

20La focalisation sur la description minutieuse des organes sexuels est symbolique :

« Le maître, d’un coup, lance dans ces chairs nues son yatagan / si affilé qu’il coupe sans heurt au vol, les cornes de gazelles […] Les seins dont le lait blanc rosit la chair coupée ».

21Le roi extériorise ainsi sa rancune et extrapole les organes du mal. Il cherche à laver son honneur de mari cocu et à effacer toute trace de salissure en tranchant les organes du mal.

22Malgré sa beauté, sa tendresse et la noblesse de son âme, le roi est trompé par sa propre épouse et tout son harem, ce qui confère à la femme, représentée par Shéhérazade, un caractère pervers et ignoble. Elle brave ainsi tous les codes moraux et religieux.

23La trahison de la reine crée un sentiment de frustration chez le roi qui met tout son effort dans l’extermination du mal.

24Cette réaction est une conséquence à l’acte de son épouse qui le dévalorise aux yeux de tout le monde et surtout aux yeux des nègres. C’est la réaction légitime de l’homme, du mari tiraillé entre son amour propre et sa passion.

25Il tue tout le monde sauf la reine qui occupe encore le centre de la scène. Son hésitation à tuer Shéhérazade reflète le déchirement entre l’homme et l’amoureux.

26Le roi se sent sali du triomphe des nègres et le sourire du  « grand nègre doré qu’aime Shéhérazade » accentue son humiliation . "L’objet" d’amour de la reine qui ne se rattache à aucun code moral ni social met le roi en position délicate, une position d’infériorité, une position dégradante créée par sa propre épouse. Le sourire esquissé montre la joie maligne qu’éprouve ce personnage au moment de rendre l’âme, comme s’il voulait montrer au roi qu’enfin, il pouvait mourir heureux d’avoir possédé sa reine.

27Le roi joue ici la seule possibilité que lui a laissée la reine ; il n’avait aucun autre choix que celui qu’il a entrepris.

28Le suicide de Shéhérazade qui « arrache à ses bourreaux un poignard » symbolise le triomphe de cette dernière sur le roi, sur l’homme. Elle choisit de se tuer par ses propres mains et rejoint ainsi son « nègre d’or ».

29Dans ces tableaux confus, Shéhérazade n’est évoquée que vers la fin. Toutefois elle occupe la place centrale. « Debout, au centre de l’orgie », elle » est nouée dans les bras puissants du nègre d’or / et tourne dans le tapis dansant des couleurs / des deux cents favorites ». Cette mise en scène théâtrale met en valeur Shéhérazade, seul personnage nommé dans le poème. Sa posture « debout », « les tapis » rehaussés de couleurs, et le nombre de femmes qui ont répondu à l’appel de la reine soulignent son rôle important dans l’organisation et le bon déroulement de la fête. Cette image n’est pas différente de celle des Mille et une Nuits en ce sens que la charpente des contes, le contenu des histoires, la délivrance du royaume de l’injustice du roi incombent au personnage principal, Shéhérazade. Elle a toujours joué le rôle de maîtresse, de celle qui détient son destin en main.

30Mais, il ne s’agit que d’une transposition littéraire du conte-cadre de l’oeuvre orientale en donnant à Shéhérazade le rôle de la reine, première femme du roi. Si dans les Nuits, Shéhérazade est la conteuse qui met son intelligence au service de ses congénères, si elle incarne l’image de la femme vertueuse, elle devient ici le symbole du charme, de la sensualité et surtout de la perfidie et de la perversion. Elle s’apparente à un signifiant vidé de son sens et auquel on attribue une nouvelle signification.

31Elle devient l’incarnation du plaisir « nouée dans les bras puissants du nègre d’or », l’image de la femme débauchée et corrompue qui ne cherche que le plaisir de la chair. « À l’empereur superbe et beau », elle choisit « le nègre d’or » symbole de la puissance sexuelle et de l’animalité qui se substitue à « l’esclave noir » dans l’œuvre originale.

32Elle organise une fête orgiaque en l’honneur des nègres où le plaisir de la bouche se mêle au plaisir sexuel. Elle choisit un nègre exceptionnel, le « nègre d’or » pour tromper le roi.

33Apparemment, Shéhérazade de Michel Georges Michel n’a rien à voir avec celle des Nuits. Cependant elle est aussi distinguée par sa beauté, par la place qu’elle occupe dans la scène, « le centre ». Elle assiste aussi au massacre et choisit de mettre fin à ses jours par ses propres mains. Le poète lui garde un caractère exceptionnel qui la distingue des autres.

34Elle est la seule survivante face à laquelle « les janissaires hésitent ». « Shahriar porte à ses yeux ses deux mains et attend », touché dans son honneur, blessé, le roi ne peut voir le spectacle.

35Le poète semble reprendre à son goût et au goût de son époque le conte-cadre des Mille et une Nuits qui raconte la trahison de la femme du roi Shahriar. Ce dernier décide de se venger de toutes les femmes et c’est Shéhérazade qui se « propose » pour sauver son sexe. Dans ce poème, Shéhérazade est substituée à la reine. Elle devient un personnage littéraire à part entière, un personnage mythique. La scène de la tuerie semble être un prétexte au lyrisme mais aussi au pathétique et au dramatique. Il faut punir la femme coupable d’adultère. Tel est le cas dans toutes les civilisations humaines. Et pour garder le côté mythique de ce personnage, Michel Georges Michel lui laisse le soin de choisir sa fin.

36Il convient de mettre en évidence, au terme de ce travail, une interpénétration de culture orientale et occidentale par le biais d’un personnage hors du temps, Shéhérazade, inventée par un conteur anonyme, découverte par un traducteur occidental et remise en scène par des écrivains talentueux. On peut donc conclure que l’exotisme de Shéhérazade, s’il n’est pas destiné à créer une atmosphère orientalisante gratuite, n’est pas davantage un badigeon superficiel fait pour amuser le public. Le poème a une portée dans l’ordre des idées de son temps. Ce poème ne serait-il pas une réflexion sur la relation du couple homme-femme et sur la condition de leur coexistence ?

Haut de page

Notes

1  Michel Georges Michel, Shéhérazade, (programme de l’Opéra, 1906).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Narjess Outreligne-Saidi., « Le roi, la reine, et le nègre d’or », TRANS- [En ligne], 3 | 2007, mis en ligne le 04 février 2007, consulté le 25 mai 2017. URL : http://trans.revues.org/184 ; DOI : 10.4000/trans.184

Haut de page

Auteur

Narjess Outreligne-Saidi.

Assistante en littérature française à l’Institut Supérieur de Sciences Humaines de Jendouba, en Tunisie. Elle a publié deux ouvrages de critique littéraire aux éditions l’Harmattan, De l’Orient des Mille et Une Nuits à la magie surréaliste et Les techniques d’expression dans Zayni Barakat

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page