Navigation – Plan du site

Éditorial

Émilie Lucas-Leclin

Texte intégral

1Le Dossier Central de ce numéro interroge l’idée persistante d’une « crise de la littérature », que William Marx, dans une récente étude, fait naître au milieu du XIXe siècle, dans le prolongement d’un mouvement d’autonomisation du littéraire qui aurait signifié à la fois une rupture avec le réel et un divorce d’avec la société. Que signifie cette étrange pérennité du discours du déclin, dans la critique et chez les écrivains eux-mêmes ? La littérature du XXe siècle aura été marquée par l’aveu d’une forme d’impuissance, par l’échec à dire, le constat du retrait du réel hors du langage – ce que certains désignent aussi sous le terme de « minimalisme », dans le prolongement des littératures du soupçon et de l’indicible. La crise de la littérature est-elle une obsession propre aux vieilles littératures occidentales ou, au contraire, un thème qui traverse tous les pays et toutes les époques ? La littérature a-t-elle encore une prise sur le monde d’aujourd’hui, et si tel est le cas, quels modes de connaissance ou de « refiguration » met-elle en œuvre ?

2Il nous a paru intéressant, en ce début de millénaire, d’interroger les réponses singulières que la littérature – les littératures – et la critique apportent à cette « crise », qui semble trouver une nouvelle formulation à partir des années 80.

3L’article de Robert Rakocevic, qui ouvre ce numéro, propose un commentaire bibliographique « des » discours de la crise à travers un aperçu de la critique littéraire française des dernières décennies du XXe. Derrière un phénomène apparemment unifié se révèlent des divergences d’analyse considérables, à la fois dans l’étude des causes de cette crise et dans les conceptions en creux du littéraire qui s’en dégagent : mise en cause de l’héritage des avant-gardes, critique de la « tentation du rien », de « l’euphorie du minuscule » ; appel à un « retour au réel » ou à une littérature « réengagée », etc.

4Il semble que les discours de « la fin » et du déclin s’accompagnent de plus en plus aujourd’hui d’un discours du « retour » (au réel, au sens, au personnage) qui n’est pas sans danger dans la mesure où il menace de mettre entre parenthèse l’héritage « critique » d’une pensée et d’une pratique de la littérature ancrées dans le questionnement et la mise en question des pouvoirs de la représentation. Nous avons choisi de rassembler dans la suite de ce numéro des propositions qui échappent à ce discours consensuel du « retour » et explorent les voies d’une littérature créatrice de mondes et de singularités, une littérature qui contourne à la fois une forme de postmodernisme ludique ou désenchanté et la nostalgie d’une écriture transitive qui signerait un retour inquestionné au réel.

5Camillo Bogoya fait justement de la « fonction critique » du littéraire l’enjeu majeur de son analyse : s’appuyant sur Shelley, Baudelaire et Fuentes, il souligne la capacité de la littérature, et en premier lieu de l’imagination, à remettre en question aussi bien la civilisation bourgeoise dans laquelle elle est née que son propre statut.

6Dans une perspective davantage contemporaine, Jean-Paul Engélibert répond à la question de « l’efficace » du roman en soulignant sa fonction « métapolitique » et critique : non par sa nature directement « engagée » mais, comme l’évoque J. Rancière, en tant qu’« art de suspendre ou critiquer les évidences de l’ordre de l’ordinaire et de la domination ». À travers quatre romans français contemporains (de François Bon, François Emmanuel, Aurélie Filipetti et Lydie Salvayre), il analyse comment ces récits reconfigurent le partage du sensible et du dicible, « soustrayant ainsi les sujets à ce qui les détermine pour ouvrir le champ des possibles ».

7Les articles de Clélie Millner, Anne-Laure Rigeade et Tobias Vincent Powald interrogent quant à eux « le mode du connaître » littéraire. Le roman d’A. Tabucchi, Notturno Indiano, reprend le modèle de l’enquête policière pour mieux le mettre à distance : l’objet à découvrir est moins important que la quête elle-même qui met en jeu une « éthique sceptique » de l’approche toujours recommencée et différée. Phénoménologie de la trace et poétique de l’écart permettent à Clélie Millner de nouer ensemble heuristique et scepticisme.

8Réinvestissant la notion de « roman d’apprentissage », Anne-Laure Rigeade analyse pour sa part comment l’œuvre ouvre à « une expérience de la multiplicité des discours » : elle permet à la fois de reconfigurer les savoirs sur le monde et de produire un « savoir propre » à la littérature, notamment à travers le travail de la métaphore.

9L’article de Tobias Vincent Powald, enfin, explore la capacité de l’écrivain-chroniqueur à « rendre conte de l’expérience » de son temps, aussi « inimaginable » soit-elle : il tisse ainsi un parallèle entre les Essais de Montaigne et La Chronique des sentiments d’Alexander Kluge, deux œuvres en proie à l’horreur de l’Histoire (la Saint Barthélémy dans l’œuvre de Montaigne, Stalingrad et Auschwitz dans celle de Kluge). Dans ces deux textes, la littérature permet de faire « l’épreuve du réel » à travers « l’examen des sentiments », le travail d’une subjectivité qui ne cherche pas à « enseigner » mais à faire l’inventaire d’histoires « réceptacles de l’expérience humaine ».

10Sans doute n’y a-t-il pas une seule réponse à cet « à quoi bon ? » : chacune de ces propositions esquisse des pistes, fraye des voies, le dossier proposant une lecture « traversière » des littératures françaises et étrangères, et de la pensée critique de la modernité (de P. B. Shelley à M. Blanchot et J. Rancière).

11Le dossier Université Invitée est consacré dans ce numéro à l’Universidad Nacional Autónoma de México (Université Nationale Autonome du Mexique, UNAM) : il dessine un aperçu des études comparatistes au Mexique, notamment autour des rapports entre littérature et image. Nous tenons à remercier le responsable de ce dossier, Ivan Salinas Escobar, qui a accepté de consacrer à ce travail une part de son séjour à Puebla et Mexico.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Lucas-Leclin, « Éditorial », TRANS- [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://trans.revues.org/186

Haut de page

Auteur

Émilie Lucas-Leclin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page