Navigation – Plan du site
Dossier central

Quelle politique de (la) crise d’après la critique littéraire française à partir de 1980 ? Une enquête bibliographique

Robert Rakocevic

Résumés

La littérature est en crise, les critiques n’ont de cesse de l’annoncer. Cependant, de la signification même du mot « crise » jusqu’aux théories les plus sophistiquées, rien ne semble donner lieu à un consensus. Suivant les principales interrogations de la critique française, notamment dans la presse, à partir des années 1980, nous insisterons dans cet article sur la considérable divergence des jugements et des analyses. Car, en prenant acte de cette crise profonde de la littérature en général et du roman en particulier, une partie de la critique actuelle semble poursuivre une réflexion constructive sur la mission de la littérature d’aujourd’hui et de demain.

Haut de page

Texte intégral

1Nous nous attacherons ici à saisir les enjeux essentiels de la question de la « crise » et du « déclin » de la littérature, entraînant une remise en cause, fréquente dans la critique française durant les deux dernières décennies du vingtième siècle, du rôle même de la littérature dans le monde contemporain. Sans toutefois écarter des références à d’autres types de textes, nous étudierons en particulier des articles parus dans les périodiques et les ouvrages collectifs.

2Si les années 1980 et 1990 présentent à nos yeux un intérêt majeur, nous ne pouvons négliger des textes écrits au cours de la décennie précédente, ni nous empêcher d’envisager les années à venir. D’un point de vue plus technique, l’étendue de la présente analyse étant limitée, il convient de s’entendre d’emblée sur les objectifs à atteindre et de prendre quelques précautions. En effet, laissant volontairement de côté des conceptions théoriques complexes, nous présenterons ici tout au plus un commentaire bibliographique, profitable à ceux qui souhaiteront se risquer dans des études plus approfondies. Ce commentaire, bien entendu, ne peut prétendre à l’exhaustivité.

  • 1  Voir Jean Blankoff, « La littérature contemporaine de la France. Les années soixante de L. G. Andr (...)
  • 2  Philippe Lejeune, « Nouveau Roman et retour à l’autobiographie », dans L’Auteur et le manuscrit (p (...)
  • 3  Se référer, entre autres, au Jeunes auteurs de Minuit (textes réunis par Michèle Ammouche-Kremers (...)

3La question primordiale est de savoir pourquoi notre attention s’est portée sur la période allant des années 1980 à nos jours. Au moins deux réponses sont envisageables. La première tiendrait dans le nombre d’études ayant pour problématique la périodisation de la littérature de la deuxième moitié du vingtième siècle. En effet, dans les années 1970 et au début des années 1980, le terme littérature contemporaine1 se rapporte, chez plus d’un auteur, aux œuvres créées à partir des années 1950 et tout au long des années 1960. La raison principale en est la prépondérance du Nouveau Roman. Au cours des décennies 1990 et 2000, les études usant de la catégorie littérature contemporaine renvoient systématiquement à la période qui débute au tournant des années 1980 et prennent pour point de départ des faits différents, tels que le remarquable glissement du Nouveau Roman vers l’autobiographie2 ou encore l’apparition des « jeunes auteurs de Minuit »3.

4Le relatif consensus actuel quant à la périodisation de l’époque contemporaine dépasse, bien entendu, la simple question de chronologie. Tout en faisant de la production littéraire du vingtième siècle, et à plus forte raison de l’après-guerre jusqu’aux années 1960, un phénomène homogène, nombre de critiques conviennent que le tournant des années 1980, puis celui des années 1990, constituent le lieu des changements essentiels de l’esthétique littéraire. Il s’agit de la seconde réponse relative à notre choix de sujet, réponse que nous allons essayer de développer par la suite. Contentons-nous pour l’heure de constater une considérable disparité de thèses.

  • 4  Pierre Jourde, La Littérature sans estomac, Paris, Pocket, « Agora », 2003 (L’Esprit des péninsule (...)
  • 5  Jean Bessière, Qu’est-il arrivé aux écrivains français ? D’Alain Robbe-Grillet à Jonathan Littell, (...)

5D’une part des travaux s’inscrivent dans une optique que l’on pourrait presque qualifier de « décliniste » et qui semble avoir envahi bien des domaines de l’esthétique. Derrière des jugements affichant souvent une grande fermeté envers l’écriture contemporaine, les critiques s’appliquent en effet à faire revivre la notion de valeur littéraire mise à mal par l’éclatement des critères de jugement. Il en est ainsi de Pierre Jourde, qui affirme sans ambages que « l’effacement des genres, la dissipation des personnages, l’éclatement de la narration au profit de la solitude de la voix narrative servent souvent aujourd’hui d’alibis à la simple absence d’exigence et de talent, […] [tandis que] des signes d’intelligence et de littérarité […] se substituent à l’invention4 ». D’autres s’affranchissent de toute tendance pessimiste, sans toutefois se départir de la sévérité de leurs jugements. Ainsi, usant d’un discours à la fois plus académique et moins intransigeant, Jean Bessière critique le principal courant de la production littéraire française pour son « passéisme » – son obsession du canon moderniste directement issu de la littérature des années 1950, 1960 et 1970, et son refus de l’actualité5.

  • 6  Tiphaine Samoyault, « La littérature contemporaine n’est pas un oxymore », Studi di Letteratura Fr (...)
  • 7  Lionel Ruffel, Le Dénouement. Essai, Lagrasse, Verdier, « Chaoïd »,106 p.
  • 8  Dominique Viart et Jan Baetens, « Etats du roman contemporain », puis Dominique Viart, « Filiation (...)
  • 9  Dominique Viart et Bruno Vercier (avec la collaboration de Franck Evrard), La Littérature français (...)
  • 10  Idem.

6Quoique moins nombreuses, des thèses plus positives existent également, stipulant parfois avec vigueur que le syntagme littérature contemporaine « n’est pas un oxymore6 », comme l’écrit Tiphaine Samoyault. À titre d’exemple, Lionel Ruffel estime que l’idée de la crise (voire de la fin) de la littérature, de la modernité et de l’histoire, récurrente à la fin du XXe siècle, dissimule en effet un élan de renouveau, les deux sentiments contradictoires participant d’un phénomène plus complexe nommé « dénouement7 ». Le « minimalisme » et le « maximalisme » littéraire constitueraient alors deux types de rapports positifs envers le monde et notamment à l’égard de la politique. Dominique Viart se propose, quant à lui, de montrer que la littérature française manifeste une vitalité certaine depuis l’époque du Nouveau Roman, que confirme en partie l’apparition de nouvelles formes et de nouvelles esthétiques, citées sous les noms de minimalisme ou de récit de filiation8 ou encore d’autofiction, de néo-lyrisme et d’impassibilité9. Selon l’auteur, nous serions à présent dans une période littéraire assez homogène, étant donné que « la littérature (une partie de littérature) qui se constitue aux alentours de 1980 se développe aujourd’hui autour des mêmes enjeux »10.

Les « déclins » de la littérature et de la critique

  • 11  Henri Mitterand, La Littérature française du XXe siècle, Paris, Nathan Université, « Lettres 128 » (...)
  • 12  Ibid., p. 105.
  • 13  Ibid., p. 103.

7Dire que la littérature actuelle traverse une crise profonde, c’est aux yeux de la majorité rappeler une évidence. Le paysage critique devient cependant plus varié dès lors que l’on compare les divers éléments censés être symptomatiques de la crise, ou que l’on cherche à en déterminer les causes. La réflexion menée par Henri Mitterand semble en être emblématique. Échappant à la facilité qui consiste à faire le catalogue des « déclins », l’auteur prétend que la littérature française des dernières décennies du XXe siècle traverse une période d’attente et de transition, après avoir subi plusieurs tensions successives venant généralement des domaines non littéraires. Parmi celles-ci, on retient surtout la disparition de nombreux maîtres à penser de la génération précédente, une crise globale des discours de certitude entraînant un « déficit d’espoir et d’utopie11 », et le fait que la clientèle du Nouveau Roman ait « fondu » et que « la critique littéraire ne se porte plus très bien12 ». Au bout du compte, la crise littéraire est indissolublement attachée au bouleversement des idéaux politiques, dont la détérioration ne fait aucun doute : « “quelque chose” s’est brisé entre 1975 et 1980, et a volé définitivement en éclats en 1989-199013 ».

  • 14  Françoise Giroud, « La culture a toujours fait peur aux politiques » (propos recueillis par Jean-M (...)
  • 15 Jacques Brenner, « Le monde littéraire a bien changé » (propos recueillis par J.-L. Pinard-Legry), (...)
  • 16  Jean-Paul Goux, « Et si la critique française revenait ? », La Quinzaine littéraire, n° 554, 1er m (...)

8Force est de constater que la pratique consistant à souligner le lien entre la crise idéologique lato sensu d’un côté et la crise littéraire de l’autre est assez répandue dans la critique française. Elle reprend de fait la tradition discursive bien connue et particulièrement palpable en France à l’époque des avant-gardes historiques de la première partie du XXe siècle et des néo-avant-gardes des années 1960 et 1970, qui revendiquaient toutes, quoique de manière parfois divergente, un rôle émancipateur de la littérature. De ce point de vue, constater le déclin équivaut à remettre en cause non le devoir contestataire et émancipateur de la littérature, mais sa volonté ou sa capacité de le mettre en œuvre. Il est vrai que le tournant des années 1980 a vu cette remise en question s’amplifier considérablement. Significativement, à la fin des années 1970, il a toujours été possible à Françoise Giroud d’affirmer que la culture, en tant que forme de contestation, mettait les politiques dans l’embarras : « Les hommes qui s’occupent de culture font peur, on craint qu’ils soient de redoutables agitateurs. La réconciliation de la politique et de la culture n’est pas pour demain14 ». Quelques années plus tard, Jacques Brenner s’exprima sur l’état actuel de la critique et de la création littéraire en employant des mots d’une teneur bien différente : « La critique littéraire s’est terriblement affaiblie et elle n’est plus capable de désigner les meilleurs livres […]. Si les écrivains ont pu jouer autrefois le rôle de “maîtres à penser”, cela n’avait rien de commun avec ce que veulent être les intellectuels d’aujourd’hui15 ». Au début des années 1990, la polémique ne cesse d’enfler. On va même jusqu’à considérer que la critique « est partie », voire qu’elle a démissionné, et qu’il est donc temps qu’elle « revienne »16.

  • 17  C. La Menardière, « Considérations sur la littérature actuelle », Ecrits de Paris, n° 382, juillet (...)

9Le discours sur la crise dans la littérature actuelle constitue alors, paradoxalement, une manière d’acclamer le pouvoir de la littérature tout court. Telle est la conséquence directe de l’idée que l’on se fait de l’écrivain-intellectuel, dès lors doublement responsable de la crise des idéaux. Il l’est d’abord en tant que « maître à penser » parmi d’autres, en tant qu’il fait partie de ceux qui présentent les idéaux à suivre, mais aussi analysent leur dégradation. Cependant, il l’est aussi parce qu’il est supposé être à même de dépasser la crise et d’en imaginer l’issue. Car, si l’on s’accorde à dire que « la plupart de nos plus importantes réformes sociales viennent du roman », il s’en suit la nécessité de chercher » dans la masse des écrivains modernes, ceux qui ont apporté à notre civilisation mourante l’étincelle qui va la raviver17 ».

  • 18  Béla Köpeczi, « Les courants idéologiques de notre époque et la littérature française contemporain (...)
  • 19  Voir, par exemple, Pierre-Robert Leclercq, Où est passé l’esprit critique ?, Paris, Éditions Anne (...)

10Crise littéraire et crise idéologique vont donc de pair dans la quasi-totalité des discours contemporains ; leurs rapports demeurent toutefois très différents d’un texte à l’autre et le degré de leur mutuelle dépendance fort variable. Les perspectives ouvertement marxistes semblent être les plus confiantes quant à leurs exigences envers la littérature et quant à leurs diagnostics. L’affaissement généralisé des idéologies de la modernité se manifesterait comme un défaut presque total d’élan prolétarien en littérature, et ce dès la fin des années 1970 : « […] dans la littérature, après la réponse utopique donnée par l’expérience d’une culture prolétarienne en 1968, nous n’avons pas trouvé jusqu’à ce jour de phénomènes révélant un développement parallèle18 ». Dans une optique plus large, l’impasse de la littérature est due au fait qu’elle semble de plus en plus faire fi d’un « esprit critique »19, celui-ci ne se résumant pas à la stricte critique sociale.

  • 20  C’est l’opinion exprimée par Stephen Bann, « “L’an 2000 n’aura pas lieu”. The avant-garde past and (...)
  • 21  Pierre Milot, « La légitimité offensée de l’avant-garde littéraire des années 70 », Voix et Images(...)

11Le terme le plus présent dans l’analyse de la crise de la littérature reste sans doute celui d’avant-garde – son fractionnement et sa décrépitude n’ont de cesse d’être proclamés. En plus d’un nombre relativement insuffisant de travaux sur l’avant-garde20, on est amené à reconnaître que sa légitimité même est constamment « offensée21 » dans la société d’aujourd’hui (de telle sorte que l’on peut se demander si les propos sur les « querelles » suscitées par l’avant-garde sont dépourvus de toute malice).

  • 22  La même ambiguïté inspire, par exemple, le titre de Roland A. Champagne, « Anti-structuralist stru (...)
  • 23  Voir Gérard Grivel, « Inventaire des avant-gardes », Rapports, L, 1980, p. 162-174. Également, Jea (...)

12En d’autres termes, la question est de savoir si ces propos se réfèrent, comme c’était le cas jusqu’aux années 1960, aux luttes entre les différentes avant-gardes ou bien s’ils visent désormais à souligner une agonie du projet d’avant-garde en tant que tel22. Il y aurait alors comme deux types de fractionnement : d’une part la prolifération des avant-gardes d’autrefois, et d’autre part la dévalorisation actuelle du concept d’avant-garde. Quoi qu’il en soit, dès lors qu’il y a fractionnement et dévaluation, il y a aussitôt périodisation et classement – comme le montrent bien les « penser/classer » perecquiens et les « taxinomies » foucaldiennes. Par conséquent, toutes sortes d’« inventaires23 » des avant-gardes sont à l’ordre du jour.

  • 24  Voir Sophie Bertho, « La dernière avant-garde », RHFB (Rapports Het Franse Boek), « Littérature mé (...)
  • 25  Elie Durig et David Rabouin, « Présentation » dans « La relève des avant-gardes », Le Magazine lit (...)

13En ce qui concerne les discours sur la présumée fin de l’avant-garde, force est de remarquer qu’ils manifestent ordinairement un caractère partiel. S’il est vrai que les commentateurs choisissent dans la plupart de leurs ouvrages un moment précis de l’histoire pour symboliser la disparition de l’entreprise avant-gardiste, en tant que projet esthétique et politique complexe, ils laissent pourtant souvent en suspens la période qui advient après ladite disparition (ainsi d’un possible « après-Tel Quel » chez bien des auteurs24). À la fin du siècle, la situation ne semble guère différente. Lorsqu’un dossier spécial du Magazine Littéraire paru courant 2000 pose la question de « la relève des avant-gardes », les toutes premières phrases de l’argumentaire annoncent justement la complexité de la problématique : « Que veut et que peut la littérature ? Depuis la crise des “avant-gardes” historiques, au début des années 1980, il est devenu particulièrement difficile de répondre à cette question25 ».

  • 26  Nous renvoyons aux textes ayant pour mérite de problématiser le dualisme souvent simpliste des dis (...)
  • 27  Michel Collomb, « Jugements post-modernes sur l’avant-garde », Avant-garde et modernité (travail c (...)
  • 28  Michel Coutu, « L’idéologie de la modernité ou le fantasme du nouveau », Voix et Images, XI, 1985/ (...)

14Néanmoins, des visions à la fois plus confiantes et plus radicales ne manquent pas. Il y a en effet, notamment sous l’emblème d’une prétendue postmodernité, qui est certes nettement moins répandue en France que dans les milieux anglo-saxons, une fausse évidence de la fin de la modernité, de l’esthétique, des idéologies, voire de l’histoire26. Une formule de Michel Collomb illustre bien ce type de réflexion : « Il est vrai qu’aujourd’hui, ce thème d’une révolution par l’art est presque entièrement désenchantée […]27 ». Une méthode non moins drastique consiste à invalider, au nom d’une certaine désillusion, tout ce qui en littérature de près ou de loin rappelle les idéaux assignés d’ordinaire à une politique de gauche radicale, allant de l’hypothétique rôle émancipateur de la littérature à beaucoup d’autres liens entre littérature et politique. Ainsi la critique de l’« idéologie de la modernité28 » esthétique que tente Michel Coutu est-elle ramenée à une critique intransigeante des idéologies tout court.

  • 29  Gilles Lipovetsky, « La société humoristique », Débat, 1981, n° 10, reproduit dans L’Ère du vide. (...)
  • 30  Jean Galard, « Déclin des mythes ? », dans Mythes et idéologies. Nouvelles approches dans l’étude (...)

15Il existe toutefois des exemples d’analyse faisant preuve de davantage de perspicacité, à l’instar de Jean Galard, qui oppose au discours de la crise toute une métacritique, c'est-à-dire une critique de la critique du déclin. Pour lui, la démystification généralisée en tant que lieu commun de l’esthétique et des sciences humaines (au moins depuis la parution en 1957 des Mythologies de Roland Barthes), court à présent un danger appréciable du fait de sa récupération médiatique. Autrement dit, ayant intégré en son sein l’ironie et l’autocritique, la publicité parvient aujourd’hui à discréditer à coup sûr toute critique sérieuse des mythes. S’inspirant de Gilles Lipovetsky29, l’auteur s’inquiète de l’effacement (tout médiatique) des discours démonstratifs jugés « fastidieux », avec pour conséquence directe la prépondérance d’une « parodie légère30 » dans notre société.

  • 31  Alain Nadeau, « Malaise dans la littérature », Quai Voltaire,n° 6, automne 1992, p. 6-22. Un chapi (...)
  • 32  Jacques Rancière, Malaise dans l’esthétique, Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 2004, 17 (...)
  • 33  Alain Nadeau, « Une crise exemplaire », Quai Voltaire, n° 10, hiver 1994, p. 62-78.

16Au risque d’une simplification abusive, on pourrait considérer que les théories concernant la crise contemporaine de la littérature, se fondent, durant la décennie 1980, sur des points de vue relativement excessifs, tandis que les années 1990 donnent généralement lieu à une vision hétérogène et parfois délibérément contradictoire. À titre d’exemple, désapprouvant avec vigueur la banalité et la médiocrité générale du roman contemporain, Alain Nadeau insiste en particulier sur les processus de marchandisation dans lesquels la production littéraire est toujours plus ancrée, y compris celle des néo-avant-gardes. Or, en vertu d’une relève dont l’auteur ne livre pas tous les mystères, la littérature demeure malgré tout une forme contestataire. Au même auteur revient également le mérite d’avoir instauré la notion de « malaise31 », exploitée plus récemment par Jacques Rancière32, dans laquelle se trouve une des principales composantes de l’expérience esthétique moderne. Ici, le malaise dans la littérature contemporaine (qui n’en est pas moins sa force) vient du fait qu’elle est susceptible de prendre en charge la déception politique. C’est la raison pour laquelle l’état réel de l’écriture actuelle, directement liée aux aventures des années 1960 et 1970, est, toujours selon Alain Nadeau, celui d’une « crise exemplaire »33.

Les « déclins » du roman

  • 34  Jan Baetens, « Crise des romans ou crise du roman ? », dans « États du roman contemporain », Revue (...)
  • 35  Voir, parmi de nombreux exemples : François Mora, « Le roman renaîtra-t-il ?, Écrits de Paris, n°  (...)

17Nous nous attacherons à présent à analyser quelques problèmes liés plus particulièrement au roman contemporain. La question découle naturellement du précédent propos, la crise de la littérature signifiant avant tout une crise du roman, qui demeure la forme littéraire suscitant au plus haut point l’intérêt des commentateurs et faisant apparaître les stigmates de cette crise d’une manière exemplaire. En effet, si un consensus est peu probable sur la question de savoir laquelle des deux formules – « crise des romans » ou « crise du roman34 » – est plus à même d’exprimer la situation actuelle de la production romanesque en France, le constat de la crise ne semble pas faire de doute. Ce n’est ici, bien entendu, qu’une première approche du problème. Tant s’en faut qu’une évidence de la crise implique le règne des certitudes : l’omniprésence de titres sur le mode interrogatif en est tout à fait symptomatique35.

  • 36  Voir Pascal Quignard, « Le mot contemporain » Le Français aujourd’hui, n° 75, op. cit., p. 93-95, (...)
  • 37  Jude Stéfan, « D’un extrême contemporain ? », Le Français aujourd’hui, n° 75, op. cit., p. 104-106 (...)
  • 38  Claude Prévost, « Une nouvelle modernité romanesque ? », La Pensée, n° 258, juillet-août 1987, p.  (...)
  • 39  Jean Bessière, « Synchronie et contemporain. L’actualité démocratique du littéraire », Œuvres et C (...)
  • 40  Henri Meschonnic, « Le moderne et le contemporain, aujourd’hui », Français aujourd’hui, n° 75, op. (...)

18Il est peut-être nécessaire d’évoquer en premier lieu un problème d’ordre général. En effet, les critiques littéraires français semblent parfois hésiter sur la pertinence même du terme roman contemporain36. Certains vont jusqu’à le déclarer impertinent37. D’autres cependant s’appliquent à mesurer le bien-fondé de la notion à l’aune de celles de « modernité » et de « roman moderne »38. Enfin, plusieurs raisons sont mises en avant afin de prouver sa validité : le lien entre l’écriture de la « contemporanéité » et l’expérience démocratique39, ou encore, à l’instar d’Henri Meschonnic, le caractère anhistorique du contemporain. Celui-ci serait alors « de tous temps […] comme la renaissance », car « […] le contemporain est “une rencontre” »40.

  • 41  Le terme a été fréquemment utilisé par Jérôme Lindon (même si l’inventeur en fut un autre critique (...)
  • 42  Pierre Brunel, « Où va la littérature française ? », Revue des Sciences morales et politiques, 199 (...)
  • 43  Idem.
  • 44  Jean-Pierre Énard, « Le roman réengagé », dans » Débats sur le roman d’aujourd’hui. Colloque du 30 (...)
  • 45  Olivier Bessard-Banquy, inversement, essaie de montrer que le « ludisme » romanesque représente, t (...)
  • 46  Benoît Duteurtre, « Les ravages du style : quelques livres en 1992 », L’Infini, 1993, n° 41, (p. 7 (...)

19Parmi les phénomènes relevant du roman contemporain qui se trouvent à l’origine d’une attention accrue des critiques, l’un nécessite en particulier d’être évoqué. En critiquant, parfois sévèrement, un « minimalisme » et une « impassibilité »41 romanesques, certains auteurs dressent en effet divers arguments contre le fréquent usage d’un style dépouillé, jugé parfois « vétille »42 dans le roman, à la mode notamment à partir de 1980. On reproche aux écrivains d’être victimes d’une véritable « euphorie du minuscule », qui va de pair avec une vision du monde imprégnée d’une certaine « tentation du rien, ou du presque-rien »43. Les noms fréquemment cités sont ceux de Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint, François Bon, Éric Chevillard, parmi d’autres. Jean-Pierre Énard espère ainsi l’avènement d’un « roman réengagé » qui viendra contester la vulgate actuelle dont la caractéristique essentielle serait soit un « triomphe du rien44 », soit un ludisme45 quelque peu futile. On parle même, à l’instar de Benoît Deteurtre, des « ravages » du style et d’une morosité latente chez les romanciers. Comme le dit l’auteur à propos du roman des années 1990, « de même que l’absurde fut l’infini des générations d’après-guerre, l’ennui constitue bel et bien l’emblème esthétique des quadragénaires fin de siècle, épris de tout ce que l’œuvre d’art peut comporter de triste et fastidieux46 ».

  • 47  Christian Michel, « Le réel dort aussi. Un panorama du jeune roman français », Esprit, n° 225, oct (...)
  • 48  Pierre Mayol dans Jean-Yves Guérin, Pierre Mayol et Maurice Mourier, « Y a-t-il encore du roman fr (...)

20Quant aux remèdes possibles à cet état de choses, on est à nouveau amené à observer une considérable disparité d’opinions. D’aucuns estiment qu’il est grand temps de réintroduire le réel dans la fiction, voire de le raviver47. Pour d’autres, le roman français souffre d’un problème plus large encore, qui concerne le statut du réalisme tout entier en France. En effet, ouvrant la voie à maints types d’écriture de soi, qui tend à s’ériger peu ou prou en modèle littéraire dominant, un déséquilibre patent s’installe dans le roman français entre le sujet et l’objet de l’écriture. Voici comment Pierre Mayol décrit cette tendance : « […] on arrive à un croisement progressif où l’objet de l’écriture se rapproche de plus en plus du sujet écrivant […] Le sujet n’est plus qu’un “on” quelconque et n’a plus aucune importance en tant qu’ayant autorité sur la ligne qu’on est en train de lire »48.

  • 49  Pierre Bourgeade, « Idées sur le roman… en 1989 », L’Infini, n° 27, automne 1989, (p. 6-10), p. 9.
  • 50  Maurice Maurier dans Jean-Yves Guérin, Pierre Mayol et Maurice Mourier, « Y a-t-il encore du roman (...)

21Cependant, bien que les partisans du retour au réel apparaissent de plus en plus sur le devant de la scène, ils sont loin d’y être seuls. Pierre Bourgeade, entre autres exemples, regrette la disparition du « vrai » roman – ce dernier, aux yeux du critique, donne matière à une analyse qui reste, in fine, formaliste. Ladite disparition se produirait alors au profit d’œuvres écrites pour répondre à des systèmes de valeurs extérieurs à la littérature, c'est-à-dire, à des « critères sociologiques, moraux, médiatiques, politiques devenus règles »49. Cet argument, poussé à ses extrêmes limites, aurait alors pour conséquence un véritable retour au formalisme de la critique française. Beaucoup d’ailleurs s’avèrent catégoriques sur ce point : « on ne peut nommer “écrivain”, qu’on le veuille ou non, que celui qui se définit d’abord par un projet formel ; réaliste ou pas, cela ne compte guère »50.

22Le débat autour du « réalisme » et du « formalisme » dans le roman contemporain ne peut que demeurer ouvert, compte tenu du caractère abstrait de ces concepts. C’est la raison qui amène les critiques à chercher pour leurs analyses des repères plus concrets. Deux types doivent être mis en exergue : les uns proviennent du domaine esthétique ; les autres ont pour référence principale un événement politique.

  • 51  Voir Charles A. Porter (éd. spéc.), After the Age of Suspicion. The French Novel Today, New Haven, (...)
  • 52  Michel Tilby (éd. par), Beyond the Nouveau Roman. Essays on the Contemporary French Novel, New Yor (...)
  • 53  Georges Gusdorf, « Savoir du roman ou roman du savoir. Grandeur et décadence du nouveau roman », d (...)

23De fait, la fameuse formule inventée par Nathalie Sarraute en 1956, « l’ère du soupçon », emblème de toute une période romanesque en France, mais aussi, plus largement, d’un rapport entre le roman et la réalité, apparaît dans plus d’un titre portant sur le roman contemporain51. Vérifier sa pertinence à l’heure actuelle équivaudrait tout d’abord à mettre à l’épreuve la capacité du genre romanesque à demeurer, comme à son apogée, à la tête de l’« art critique ». Ensuite, cela reviendrait à prendre la mesure de l’écart qui se creuse au fil du temps entre l’écriture contemporaine et le roman écrit par la génération Sarraute. Il va sans dire que le Nouveau Roman représente alors un repère particulièrement important52. Force est de constater que depuis la fin des années 1980, on parle de plus en plus souvent de la décadence, voire du déclin non seulement du Nouveau Roman mais également de son héritage esthétique dans la fiction actuelle53.

  • 54  Pierre Masson, « La littérature engagée depuis mai 1968. Impasses et voies nouvelles », Littératur (...)
  • 55  Guy Coq, « Mai 68, un héritage impossible », Esprit, n° 117-118, août-septembre 1986, p. 25-29.
  • 56  Michel Besnier, « Le roman français des années 80 », Les Langues Modernes, 1992, 86e, n° 2, (p. 17 (...)
  • 57  Alain Nadeau, « Une crise exemplaire », op. cit., p. 74.

24Si, parmi les jalons littéraires que l’on privilégie lorsqu’il s’agit d’évaluer le roman d’aujourd’hui, figurent notamment « l’ère du soupçon » et le Nouveau Roman, le principal repère politique reste sans doute mai 1968. L’idée même de littérature critique, « engagée », se voit désormais inéluctablement attachée à cette période. À nouveau, il est vrai, apparaissent des divergences de points de vue, d’autant plus que l’événement et sa portée finale échappent encore aujourd’hui à une claire analyse historique. C’est pourquoi le désaccord devient généralisé dès que l’on s’interroge sur les effets de ce phénomène sur l’engagement dans la littérature54. Le constat le plus répandu est certes celui d’un héritage impossible55. Mais l’on touche au fond du problème lorsque l’on pose la question de savoir en quoi consiste cette « impossibilité ». On en arrive alors à des conclusions aussi différentes que celles de Michel Besnier et d’Alain Nadeau. Dans l’esprit des discours sur le « désenchantement » et afin de mesurer le passage « de 1968 au bicentenaire de la Révolution française », le premier affirme que l’on est passé « de l’âge de l’idéologie à l’âge de l’anti-idéologie, de l’âge de l’utopie à l’âge de l’anti-utopie », en remplissant par là-même les conditions « pour produire une littérature de dépression »56. Le second, au contraire, trouve inquiétante une certaine capacité de « réenchantement » inhérente aux événements de mai. Il convient alors de se demander si son « très grand coefficient “déréalisant” », ainsi que sa « puissance justement hallucinatoire et utopiste », « n’ont pas contribué en retour à décoller une partie de la littérature française du réel, sur l’orbite des illusions perdues, comme en état d’apesanteur »57.

  • 58  Guy Astic, « Crises du roman depuis les années 1980. Peut-on finir avec la nécro(idéo)logie du gen (...)
  • 59  Philippe Muray, « Aux sources de la romanophobie contemporaine », L’Atelier du roman, n° 36, décem (...)

25Une chose demeure cependant certaine : les principales références esthétiques et politiques observées précédemment donnent lieu, dans les discours critiques, aux réexamens permanents des critères d’évaluation du roman contemporain. Dans certains cas, il s’agit simplement d’inventer de nouveaux garde-fous contre le pessimisme critique, en discréditant la « nécro(idéo)logie »58 du genre romanesque ou encore la « romanophobie »59 contemporaine.

  • 60  Charles Grivel, « Choses vues écrites. Pour un état présent de la littérature ou non », Rapports L (...)
  • 61  Jacques Brenner, Mon histoire de la littérature française contemporaine, Paris, Grasset, 1987, 319 (...)
  • 62  Christian Pons, « Les récents prix littéraires et l’évolution du roman contemporain », Le Cerf-vol (...)
  • 63  Voir, à ce propos, le dossier dans Le Français aujourd’hui, n° 75, op. cit., intitulé « Le contemp (...)

26Néanmoins, la situation la plus courante reste celle d’une considérable multiplication, parmi les histoires littéraires et les autres types de commentaires, des titres mettant en avantl’indécision quant aux critères de jugement60, le caractère subjectif de ces derniers61 ou encore la liberté pleinement assumée dans le choix des critères62. Il n’est pas surprenant, enfin, que l’enseignement du roman contemporain soit, à l’heure d’une telle multiplicité de jugements, lui aussi en crise63.

Haut de page

Notes

1  Voir Jean Blankoff, « La littérature contemporaine de la France. Les années soixante de L. G. Andreev », compte rendu paru dans Marginales XXXXIII, n° 71-72, Janvier-Mars 1978, p. 179-180. Il n’est pas moins significatif que le livre de John Ernest Flower, publié à la fin des années 1970, limite le modernisme littéraire français à l’intervalle entre 1909 et 1961 (Writers and Politics in Modern France : 1909-1961, Londres/Sydney/Toronto, Hodder and Stoughton, 1977, 78 p.), de même que l’histoire littéraire du XXe siècle d’Henri Lemaître se clôt sur les années 1960 (L’aventure littéraire du XXe siècle. Tome II : Deuxième époque [1920-1960], Paris, Bordas, « Littérature », 1984, 901 p.)

2  Philippe Lejeune, « Nouveau Roman et retour à l’autobiographie », dans L’Auteur et le manuscrit (présenté par Michel Contat), Paris, PUF, « Perspectives critiques », 1991, (197 p.), p. 51-70.

3  Se référer, entre autres, au Jeunes auteurs de Minuit (textes réunis par Michèle Ammouche-Kremers et Henk Hillenaar), Amsterdam, Atlanta, GA : Rodopi, 1994, 144 p.

4  Pierre Jourde, La Littérature sans estomac, Paris, Pocket, « Agora », 2003 (L’Esprit des péninsules, 2002), (412 p.), p. 187.

5  Jean Bessière, Qu’est-il arrivé aux écrivains français ? D’Alain Robbe-Grillet à Jonathan Littell, Loverval, Labor, « Liberté j’écris ton nom », 2006, (89 p.), notamment à partir de la page 33.

6  Tiphaine Samoyault, « La littérature contemporaine n’est pas un oxymore », Studi di Letteratura Francese, Florence, XXIII, 1998, p. 151-162.

7  Lionel Ruffel, Le Dénouement. Essai, Lagrasse, Verdier, « Chaoïd »,106 p.

8  Dominique Viart et Jan Baetens, « Etats du roman contemporain », puis Dominique Viart, « Filiations littéraires » dans Revue des Lettres Modernes (« Ecritures contemporaines 2 »), Paris, 1999, p. 3-7, puis p. 115-139.

9  Dominique Viart et Bruno Vercier (avec la collaboration de Franck Evrard), La Littérature française au présent. Héritage, modernité, mutations, Paris, Bordas, « La Bibliothèque Bordas », 2005, (511 p.), à partir de la page 5.

10  Idem.

11  Henri Mitterand, La Littérature française du XXe siècle, Paris, Nathan Université, « Lettres 128 », 2001 (1ère édition 1996), (128 p.), p. 104.

12  Ibid., p. 105.

13  Ibid., p. 103.

14  Françoise Giroud, « La culture a toujours fait peur aux politiques » (propos recueillis par Jean-Marie Borzeix), Les Nouvelles Littéraires, n° 2627, 16 mars 1978, (p. 3-4), p. 4.

15 Jacques Brenner, « Le monde littéraire a bien changé » (propos recueillis par J.-L. Pinard-Legry), La Quinzaine littéraire, n° 370, 1er mai 1982, (p. 13-14), p. 14.

16  Jean-Paul Goux, « Et si la critique française revenait ? », La Quinzaine littéraire, n° 554, 1er mai 1990, p. 19-20.

17  C. La Menardière, « Considérations sur la littérature actuelle », Ecrits de Paris, n° 382, juillet-août, 1978, (p. 110-117), p. 113.

18  Béla Köpeczi, « Les courants idéologiques de notre époque et la littérature française contemporaine », Acta litteraria. Academiae scientiarum Hungaricae, Budapest, XIX, 1977, p. 135-146.

19  Voir, par exemple, Pierre-Robert Leclercq, Où est passé l’esprit critique ?, Paris, Éditions Anne Carrière, « Conviction », 2001, 125 p. Aussi, David Rabouin, Pierre Jourde et Bertrand Leclair, « Esprit critique, es-tu là ? Débat », Le Magazine littéraire, n° 445, septembre 2005, p. 26-28. Se référer enfin, pour une critique particulièrement virulente envers la production actuelle, à Maurice Nadeau, « L’État des lieux », La Quinzaine littéraire (« Où va la littérature française ? »), n° 532, 16 mai 1989, p. 3-4.

20  C’est l’opinion exprimée par Stephen Bann, « “L’an 2000 n’aura pas lieu”. The avant-garde past and future », Comparative Criticism, VII, 1985, p. 265-278.

21  Pierre Milot, « La légitimité offensée de l’avant-garde littéraire des années 70 », Voix et Images, XI, 1985/1986, p. 521-527.

22  La même ambiguïté inspire, par exemple, le titre de Roland A. Champagne, « Anti-structuralist structures. The avant-garde struggles in French Fiction », Studies in Twentieth Century Literature I, 1977, p. 135-155.

23  Voir Gérard Grivel, « Inventaire des avant-gardes », Rapports, L, 1980, p. 162-174. Également, Jean Weisgerber, « Les avant-gardes littéraires. Essai de classification », Komparatistik. Theoretische Überlegungen und südosteuropäische Wechselseitigkeit. Festschrift für Zoran Konstantinovic. Innsbruck, am. 5, juin 1980, Heidelberg, Hrsg. von Fridrun Rinner und Klaus Zerinschek, hiver 1981, (512 p.), p. 55-62.

24  Voir Sophie Bertho, « La dernière avant-garde », RHFB (Rapports Het Franse Boek), « Littérature médiévale. Roman contemporain », 1995, 65e, n° 3, p. 136-141. De même, Philippe Sollers,« De la “fin du littéraire” (réponses à des questions de Yanick Haenel et François Meyronnis) », L’Infini, n° 86, printemps 2004, p. 21-30.

25  Elie Durig et David Rabouin, « Présentation » dans « La relève des avant-gardes », Le Magazine littéraire, n° 392, novembre 2000, (p. 18-57), p. 18.

26  Nous renvoyons aux textes ayant pour mérite de problématiser le dualisme souvent simpliste des discours de la postmodernité : René Payant, « Les guerriers postmodernes », Etudes littéraires XIX, tome 2, Québec, automne 1986, p. 45-65 ; Pierre Milot, « Pourquoi je n’écris pas d’essais postmodernes ? », Tangence, n° 39, mars 1993, p. 102-111 ; Pierre Ouellet, « Le “temps d’après” l’histoire et le postmodernisme », Tangence, n° 39, mars 1993, p. 111-131.

27  Michel Collomb, « Jugements post-modernes sur l’avant-garde », Avant-garde et modernité (travail collectif), Paris, Champion, « Littérature moderne », Genève, Slatkine, 1988, 209 p. (p. 177-184), p. 179.

28  Michel Coutu, « L’idéologie de la modernité ou le fantasme du nouveau », Voix et Images, XI, 1985/1986, p. 507-520.

29  Gilles Lipovetsky, « La société humoristique », Débat, 1981, n° 10, reproduit dans L’Ère du vide. Essai sur l’individualisme contemporain, Paris, Gallimard, « Les Essais », 1983, 246 p.

30  Jean Galard, « Déclin des mythes ? », dans Mythes et idéologies. Nouvelles approches dans l’étude de la civilisation (textes réunis par Ruud Meijer), Groningen, Institut des langues romanes, 1987, (p. 111-119), p. 119.

31  Alain Nadeau, « Malaise dans la littérature », Quai Voltaire,n° 6, automne 1992, p. 6-22. Un chapitre dans le texte de Nadeau est intitulé « Esthétique du malaise ou malaise de l’esthétique ? ».

32  Jacques Rancière, Malaise dans l’esthétique, Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 2004, 172 p.

33  Alain Nadeau, « Une crise exemplaire », Quai Voltaire, n° 10, hiver 1994, p. 62-78.

34  Jan Baetens, « Crise des romans ou crise du roman ? », dans « États du roman contemporain », Revue des Lettres Modernes (« Écritures contemporaines 2 »), op. cit., p. 9-16.

35  Voir, parmi de nombreux exemples : François Mora, « Le roman renaîtra-t-il ?, Écrits de Paris, n° 626, novembre 2000, p. 53-55 ; Christophe Mercier, « La fin des grands romans ? », Commentaire XVIII, 1995, p. 455-457 ; Tristan Hordé et Bernard Veck, « Lisez-vous les contemporains ? », dans Le Français aujourd’hui (Présentation), n° 75, septembre 1986, 128 p. (p. 5-10) ; Claude Prévost, « Une nouvelle modernité romanesque ? », La Pensée, n° 258, juillet-août 1987, p. 61-104.

36  Voir Pascal Quignard, « Le mot contemporain » Le Français aujourd’hui, n° 75, op. cit., p. 93-95, de même que Jacques Réda, « Deux lettres, à propos du “contemporain” », Le Français aujourd’hui, n° 75, op. cit., p. 96-98.

37  Jude Stéfan, « D’un extrême contemporain ? », Le Français aujourd’hui, n° 75, op. cit., p. 104-106.

38  Claude Prévost, « Une nouvelle modernité romanesque ? », La Pensée, n° 258, juillet-août 1987, p. 61-104. Aussi, Leslie Hill, « Pouvoirs et limites du romancier français contemporain [Conférence inédite de Georges Perec] », dans Parcours Perec. Colloque de Londres - Mars 1988 (textes réunis par Mireille Ribière), Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1990, (162 p.), p. 31-40.

39  Jean Bessière, « Synchronie et contemporain. L’actualité démocratique du littéraire », Œuvres et Critiques. Revue Internationale de la réception critique des œuvres littéraires de la langue française, XII, n° 2, Paris, 1987, p. 77-90. Du même, « Série et répétition. Du romanesque contemporain et de son espace libre », Prace historycznoliterarckie n° 23, 1986, p. 7-15.

40  Henri Meschonnic, « Le moderne et le contemporain, aujourd’hui », Français aujourd’hui, n° 75, op. cit., (p. 86-92), p. 91.

41  Le terme a été fréquemment utilisé par Jérôme Lindon (même si l’inventeur en fut un autre critique), à propos de la jeune génération de romanciers constituée aux Éditions de Minuit vers 1980. Voir à ce propos Jérôme Lindon, « On ne se baigne pas deux fois dans le même fleuve », La Quinzaine littéraire (« Où va la littérature française ? »), n° 532, 16 mai 1989, p. 34-35.

42  Pierre Brunel, « Où va la littérature française ? », Revue des Sciences morales et politiques, 1998, fascicule 3, (p. 95-109), p. 103. L’auteur, toutefois, accorde quelque indulgence aux récits de Jean Echenoz.

43  Idem.

44  Jean-Pierre Énard, « Le roman réengagé », dans » Débats sur le roman d’aujourd’hui. Colloque du 30 juin et du 1er juillet 1984 », Roman,n° 8, Paris, Presses de la Renaissance, septembre 1984, (180 p.), p. 9.

45  Olivier Bessard-Banquy, inversement, essaie de montrer que le « ludisme » romanesque représente, tout compte fait, une poétique « sérieuse » : Le Roman ludique : Jean Echenoz, Jean-Philippe Toussaint, Éric Chevillard, Villeneuve-d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, 2003, 282 p.

46  Benoît Duteurtre, « Les ravages du style : quelques livres en 1992 », L’Infini, 1993, n° 41, (p. 70-78), p. 71.

47  Christian Michel, « Le réel dort aussi. Un panorama du jeune roman français », Esprit, n° 225, octobre 1996, p. 43-67.

48  Pierre Mayol dans Jean-Yves Guérin, Pierre Mayol et Maurice Mourier, « Y a-t-il encore du roman français ? Table ronde », Esprit, n° 101, mai 1985, (p. 111-115), p. 112.

49  Pierre Bourgeade, « Idées sur le roman… en 1989 », L’Infini, n° 27, automne 1989, (p. 6-10), p. 9.

50  Maurice Maurier dans Jean-Yves Guérin, Pierre Mayol et Maurice Mourier, « Y a-t-il encore du roman français ? Table ronde », Esprit, n° 101, op. cit, p. 114.

51  Voir Charles A. Porter (éd. spéc.), After the Age of Suspicion. The French Novel Today, New Haven, Connecticut, Yale University Press, « Yale French Studies, Special issue », 1988, 355 p. ; Claude Prévost, « Au-delà du soupçon », La Quinzaine littéraire (« Où va la littérature française ?”), n° 532, op. cit., p. 28-29 ; Leon S. Roudiez, « After the Age of Suspicion/ The French Novel Today », Modern Philology, Février 1991, Volume 88, Issue 3, p. 359.

52  Michel Tilby (éd. par), Beyond the Nouveau Roman. Essays on the Contemporary French Novel, New York (Oxford, Munich), Berg, « Berg French Studies », VIII, 1990, 259 p. ; Renée A. Kingcaid, « After the “Nouveau Roman”. Some New Names in French Fiction », The Review of Contemporary Fiction, 1988, été, n° 8 (2), p. 300-312 ; « After the “Nouveau roman”. Opinions and Polemics », Contemporary Literature XIX, n° 3, Madison, été 1978, p. 253-507.

53  Georges Gusdorf, « Savoir du roman ou roman du savoir. Grandeur et décadence du nouveau roman », dans Le Roman, le récit et le savoir (textes réunis par Henk Hillenaar, Evert Van der Starre), Groningen, Institut des langues romanes, 1986, 146 p. (C.R.I.N., 15).

54  Pierre Masson, « La littérature engagée depuis mai 1968. Impasses et voies nouvelles », Littératures, n° 3, printemps 1981, p. 109-135 ; Bruno Blanckeman, « Quand cessent les avant-gardes ? Certaines tendances de la littérature française après 1968 » dans Écritures romanesques de droite au XXe siècle. Questions d’esthétique et de poétique (textes rassemblés par Catherine Douzou ; Paul Renard), Éditions de l’Université de Dijon, 2002, 180 p. ; Patrick Combes, « Mai 68 et la littérature. Entretien avec Alain Nadeau », L’Infini, n° 7, été 1984, p. 111-119 ; Jean-Yves Guérin, « Le roman de mai », Esprit, n° 94-95, octobre-novembre 1984, p. 283-286. Voir également Jacques Bersani, Jacques Lecarme et Bruno Vercier, La Littérature en France depuis 1968, Paris, Bordas, 1982, 320 p.

55  Guy Coq, « Mai 68, un héritage impossible », Esprit, n° 117-118, août-septembre 1986, p. 25-29.

56  Michel Besnier, « Le roman français des années 80 », Les Langues Modernes, 1992, 86e, n° 2, (p. 17-23), p. 19.

57  Alain Nadeau, « Une crise exemplaire », op. cit., p. 74.

58  Guy Astic, « Crises du roman depuis les années 1980. Peut-on finir avec la nécro(idéo)logie du genre ? », dans Le Dit masqué. Imaginaires et idéologie dans la littérature moderne et contemporaine, préfacé par Anne Roche, Aix-en-Provence, Presses de l’Université de Provence, 2001, (209 p.), p. 17-30.

59  Philippe Muray, « Aux sources de la romanophobie contemporaine », L’Atelier du roman, n° 36, décembre 2003, p. 17-22.

60  Charles Grivel, « Choses vues écrites. Pour un état présent de la littérature ou non », Rapports LII, 1982, p. 83-93.

61  Jacques Brenner, Mon histoire de la littérature française contemporaine, Paris, Grasset, 1987, 319 p.

62  Christian Pons, « Les récents prix littéraires et l’évolution du roman contemporain », Le Cerf-volant, n° 108, 2e trimestre, 1980, p. 40-42.

63  Voir, à ce propos, le dossier dans Le Français aujourd’hui, n° 75, op. cit., intitulé « Le contemporain à l’école aujourd’hui » (p. 11-29).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Robert Rakocevic, « Quelle politique de (la) crise d’après la critique littéraire française à partir de 1980 ? Une enquête bibliographique », TRANS- [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 25 juin 2017. URL : http://trans.revues.org/188 ; DOI : 10.4000/trans.188

Haut de page

Auteur

Robert Rakocevic

Doctorant en littérature générale et comparée, Paris III - Sorbonne Nouvelle (directeur de recherche : Monsieur Jean-Pierre Morel). Répétiteur de bosniaque/croate/serbe, INALCO, Paris. Membre du Centre d’Étude de l’Europe Médiane, INALCO. Membre de la Société Française de Littérature Générale et Comparée, Paris. Sujet de thèse : Écritures de l’espace commun dans le roman britannique, français et serbe, depuis la fin des années 1970 (Amis, Naipaul, Perec, Echenoz, Albahari, Tasic)

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page