Navigation – Plan du site
Université invitée

Dossier Université Invitée du N° 4 : UNAM (Mexique)

Ivan Salinas Escobar

Texte intégral

1Le lecteur de ce dossier, dédié à la recherche et l’étude de la Littérature Comparée à l’Universidad Nacional Autónoma de México (Université Nationale Autonome du Mexique), UNAM, aura l’étonnante impression de se trouver face à un dossier préparé dans un centre de recherches voué aux relations qui entretiennent la littérature et l’image. Au moins quatre articles ici publiés axent leur analyse autour d’un corpus où tous types d’image sont imbriqués de manière intrinsèque –ou très prononcée. Peinture, photographie, cinéma, même un courant esthétique, toutes ces formes interagissent principalement par le biais de la méthode ekphrastique –mais non seulement –, avec des romans, un poème, une tradition littéraire. C’est surtout le regard et l’intérêt d’interroger les textes littéraires ce qui met à l’œuvre ces chercheurs, très jeunes pour la plupart. Ils sont étudiants en master, en doctorat, ou ont-ils très récemment eu accès à l’Académie.

2Dans les autres textes du dossier on aperçoit une autre face assez importante des études faites au Mexique : l’influence que produit la proximité de son voisin du Nord, les Etats-Unis. Cette proximité entre américains (je parle ici de ceux qui habitent le continent, et non seulement de ceux qu’on appelle couramment « Américains », c'est-à-dire, les « Etats-uniens ») produit des échanges plus assidus et rétroactifs, c’est pourquoi les articles de la « Decana », la « Doyenne » de la discipline comparatiste, Luz Aurora PIMENTEL, et de Nattie GOLUBOV sont en anglais.

3Dans le premier article qui ouvre ce dossier, « Comparative Literature in Mexico », en guise de réponse à la Conférence de Djelal KADIR, prononcée au mois d’avril dans le cadre du congrès de l’American Comparative Literature Association (ACLA) à Puebla, Mexique, nous lisons un condensé de l’histoire de la Littérature Comparée dans ce pays. La Discipline, qui a connu ses débuts aux années 50 et 60, n’a pas eu sa reconnaissance –et son indépendance– à l’Université et l’Ecole doctorale qu’avec la création, en 1989, d’un programme spécifiquement comparatiste. L’article, en outre, donne quelques repères afin de comprendre comment les recherches évoluent dans cette Ecole Doctorale.

4L’essai de Mme Golubov, « Feeding on Alterity : Reading in the Knowledge Society” plus théorique, est aussi en anglais. Dans sa contribution, elle reprend un terme élaboré par J. Hillis Miller, slow reading, et énonce les « armes » que ce type de lecture apporterait au lecteur contemporain face à la conception que le capitalisme a du savoir comme marchandise. En répondant à la question « comment doit-on lire », elle avance une réponse implicite à la question du dossier central de ce quatrième numéro : “a quoi bon la littérature ?”

5Et cette proximité avec le monde anglo-saxon se prolonge avec les essais, en espagnol, d’Alberto CHIMAL et d’Irene ARTIGAS.

6Le jeune écrivain et chercheur, Alberto CHIMAL, analyse quelques séquences du film Monty Python et le Saint Graal (Monty Python and the Holy Grail). En comparant les œuvres anciennes, le roman de référence La mort d’Arthur (écrit par Thomas Malory), et le filme, le mexicain montre le travail de détournement que les comédiens et scénaristes anglais ont fait de la légende arthurienne dans leur adaptation cinématographique.

7Dans une autre voie, celle de la poésie, Madame Artigas fait l’analyse d’un poème de Joseph Brodsky qui a comme penchant une photo de Stephen White. Dans le droit fil de ses recherches sur l’ekphrasis, elle essai de réfléchir dans ce texte sur l’exile du russe aux Etats-Unis, son choix d’écrire entre la langue mère et celle apprise en exile, et le regard « autre » que l’étranger peut apporter sur une culture grâce à sa conception et l’utilisation d’un langage qui n’est pas le sien au départ.

8Aussi, dans ce dossier, pouvons-nous trouver les articles des jeunes chercheuses Laura GONZALEZ et Patricia REVELES. La première s’interroge sur la manière comme l’italien Alessandro Baricco façonne un monde régit par une esthétique concrète : le cas du suprématisme russe en Mer Océane. La deuxième analyse dans Farabeuf, roman mythique de Salvador Elizondo, une conception de l’existence qui s’interroge sur la valeur des images, l’importance de leurs empreintes dans la mémoire et sa réactualisation dans et grâce au discours. En mettant en relation les éléments visuels inclus dans le récit avec les personnages et quelques situations itératives dans lesquelles ils participent, REVELES réussit à dégager les qualités et la complexité littéraires de la structure de Farabeuf. Le résultat permet alors de saisir l’importance de l’intention d’Elizondo dans son intention d’auteur.

9Laura GONZÁLEZ, de son côté, fait un parallèle analytique entre l’esthétique suprématiste, notamment à l’aide du tableau “Blanc” de Malevitch, et Mer Océane. Dans son essai, elle reprend le mouvement du début du XX siècle afin de déceler à quel point Baricco reprend-il l’intention créatrice du peintre russe –et à quel point le détourne-t-il grâce à la fiction d’un peintre qui réussit à rebours ce que Malevitch proposait comme idéologie. Comme si elle proposait de répondre à la question, est-il possible d’attendre un but créatif personnel sans que cela ne soit pas une « défaite » existentielle, vitale ?

10Du récit de la création du comparatisme au Mexique, à la mise en place de la Discipline par les nouveaux chercheurs, ce numéro espère attirer l’attention non seulement d’autres chercheurs ayant les mêmes sujets de travail ici présentés, mais aussi de ceux qui souhaitent apprendre un peu plus de ce pays non à cause de son « exotisme », mais tout simplement de, comme dit Mme Pimentel, « its rich multicultural nature ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ivan Salinas Escobar, « Dossier Université Invitée du N° 4 : UNAM (Mexique) », TRANS- [En ligne], 4 | 2007, mis en ligne le 18 juillet 2007, consulté le 22 août 2017. URL : http://trans.revues.org/201 ; DOI : 10.4000/trans.201

Haut de page

Auteur

Ivan Salinas Escobar

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page