Navigation – Plan du site

Éditorial

Émilie Lucas-Leclin

Texte intégral

1Le choix de la thématique de ce numéro, Est / Ouest, est né de la prise en compte du dynamisme des East-West Studies aux Etats-Unis, qui ont pour but d’analyser les convergences et les divergences entre les littératures occidentales et celles de l’Extrême Orient, notamment de la Chine et du Japon. Selon les aires culturelles envisagées, l’Est et l’Ouest renvoient à des constructions culturelles et conceptuelles complexes qui ne se réduisent pas à une dimension géographique, mais constituent les pôles d’une opposition aussi bien esthétique qu’idéologique. Comment la dichotomie Est / Ouest contribue-t-elle à structurer le champ littéraire et quelles sont ses implications formelles et imaginaires ? La mise en jeu de la notion de « frontière » ouvre un espace complexe où échanges, influences, et stratégies de différentiation coexistent : écritures en écho ou en écart, processus de transfert, d’appropriation ou d’« exotisation », voire de caricature ou de négation - le chantier est vaste. A travers les communications proposées dans ce numéro, trois échelles pertinentes se sont dégagées pour interroger cette polarité Est / Ouest : les échelles mondiale, continentale et nationale.

2Deux articles de ce numéro analysent cette question à partir du rapport Occident – Extrême Orient, région représentée par la Chine et le Japon. Le jeu et l’ironie y apparaissent comme la clé d’un décentrement fécond qui permet de prendre ses distances vis à vis d’un imaginaire stéréotypé de l’autre et implique un renouvellement du regard et des choix esthétiques.

3Juliette Salabert s’appuie sur le cas singulier du bilinguisme chinois dans René Leys de Victor Segalen pour montrer que la duplicité de la traduction, qui joue du faux et de la contrefaçon, vise ici à désorienter le lecteur et l’esthétique romanesque occidentale, qu’il s’agisse de l’école naturaliste ou du roman « exotique » à la Pierre Loti. La dérision généralisée y sert « une mise à mort bouffonne et burlesque du roman occidental ».

4L’article de Linda Koiran explore pour sa part la littérature d’une femme écrivain d’origine japonaise, Yoko Tawada, dont l’œuvre est écrite à la fois dans sa langue maternelle et dans la langue de l’autre, l’allemand : la rédactrice étudie ici les stratégies narratives et linguistiques qui permettent à l’écrivain de mettre en question l’imaginaire figé des européens sur la culture extrême-orientale, et de leur révéler l’étrangeté de leur propre langue et de leur culture. L’expérience qui consiste à lire ou interpréter Celan à partir des traductions en idéogrammes de ses poèmes, dont Tawada déchiffre visuellement les formes pour renouveler la compréhension de l’œuvre, est un exemple radical de ces processus de transferts et de transformation d’une œuvre, d’une langue et d’une culture à l’autre.

5L’article de Velichka Ivanova explore la thématique Est / Ouest à l’échelle continentale de l’Europe, et dans le contexte politique de la Guerre Froide. L’article s’inscrit dans trois espaces géographiques, l’Europe de l’Est, l’Europe Centrale et l’Occident pour interroger l’opposition idéologique et politique qui a marqué l’Histoire du continent. A la croisée de trois œuvres, celle du bulgare Viktor Paskov, celle du tchèque Milan Kundera et celle de l’américain Philip Roth, qui permet un brusque décentrement du regard, cet article analyse comment se constitue, puis s’effondre, l’imaginaire de l’Occident chez les écrivains est-européens et celui du socialisme dans l’œuvre de Roth. De part et d’autre d’une frontière historique et politique, ces écrivains se retrouvent dans un commun refus des constructions idéologiques, qu’elles appartiennent à l’un ou l’autre « camp ». L’ironie, la parodie voire le burlesque sont des armes efficaces contre « le pathos de l’Histoire » dans le cadre d’esthétiques « anti-réalistes », où le fantasme et le rêve s’immiscent dans les failles des discours idéologiques pour les subvertir.

6Les articles d’Adrienne Orssaud et Vanessa Besand enfin interrogent la frontière Est / Ouest à partir de deux espaces nationaux, l’Argentine et les Etats-Unis.

7Dans le contexte argentin, cette frontière renvoie à l’histoire coloniale : la partie est du pays autour de la ville « blanche » de Buenos Aires, où vivent nombre des descendants des immigrés européens, entretient des liens privilégiés avec l’Europe tandis que s’est développée à l’ouest une littérature régionaliste qui affirme l’identité nationale argentine. Adrienne Orssaud appuie son analyse sur Zama, roman d’un auteur du mouvement régionaliste, Antonio Di Benedetto, qui se déroule peu avant l’indépendance politique de l’Argentine, au XVIIIe siècle : ce récit, qui joue avec les codes du roman historique tout en les réfutant – notamment par un travail de l’anachronie qui superpose passé et présent - permet de mettre en question une identité nationale « déchirée entre ses influences européennes et ses origines américaines ».

8Aux Etats-Unis, c’est aussi l’histoire qui fonde cet imaginaire de la frontière, opposant une côté est habitée et domptée et l’ouest sauvage, conquis plus tardivement par les pionniers. A travers l’analyse de romans de la seconde moitié du XXe siècle (notamment On the Road de Jack Kerouac et Moon Palace de Paul Auster) et d’œuvres cinématographiques comme celle de Woody Allen, Vanessa Besand tente d’esquisser les « mythes de représentation » que cristallisent chacun de ces pôles.

9Au regard de ce numéro, la polarité Est / Ouest apparaît bien comme un élément structurant du champ littéraire, en Amérique, en Europe ou en Asie. L’imaginaire, et parfois l’expérience de l’autre « côté » alimente l’écriture, l’enrichit tout en déstabilisant son e/ancrage : des jeux de traduction créatrice ou de transformance, qui malmènent les « frontières » langagières et culturelles, à l’investissement critique des clichés et « mythes de représentation » liés à l’idéologie ou à l’histoire, les enjeux esthétiques de ces relations Est / Ouest sont multiples.

10Le Dossier Université Invitée est consacré dans ce numéro à l’université du Texas à Austin, qui possède une solide tradition comparatiste notamment autour des études latino-américaines. Nous tenons à remercier tout particulièrement Oswaldo Zawala, professeur assistant à la City University of New York et correspondant de la revue, pour la réalisation de ce dossier, à la fois riche et diversifié, qui dessine un état des lieux récent de la recherche comparatiste dans cette université.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Lucas-Leclin, « Éditorial », TRANS- [En ligne], 5 | 2008, mis en ligne le 31 janvier 2008, consulté le 27 juin 2017. URL : http://trans.revues.org/218

Haut de page

Auteur

Émilie Lucas-Leclin

Emilie Lucas-Leclin est agrégée de Lettres Modernes, et A.T.E.R. en littérature générale et comparée à l’université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Sa thèse de doctorat, soutenue sous la direction de Philippe Daros en décembre 2011, s’intitule "L’ouverture de l’image dans les œuvres de Claude Simon, Peter Handke et Richard Powers". Cofondatrice de la revue TRANS-, elle en est actuellement la rédactrice en chef. Elle est membre de la Société Française de Littérature Générale et Comparée depuis 2005.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page