Navigation – Plan du site
Dossier central

Du chaos domestique à l’impossible domesticationdu chaos dans House of Leaves de Mark Z. Danielewski

Anaïs Guilet

Résumés

Cet article étudie l’expérience particulière du chaos que propose Mark Z. Danielewski dans "House of Leaves". En effet, le roman fait d’un objet chaotique, la maison, son thème de prédilection et son modèle poétique et esthétique. Toutefois, le choix d’un tel sujet n’apparaît pas sans conséquence puisque à travers lui, c’est tout un pan du langage et toute une perception de la société qui sont mis à mal. Le chaos, de prime abord thématique, contamine la mise en page et la textualité au profit d’une réflexion plus large sur la place que ce paradigme contemporain peut prendre dans notre société et les conséquences que cela engendre.

Haut de page

Texte intégral

1House of Leaves, le roman culte de Mark Z. Danielewski paru en 2000, débute par les confessions de Johnny Truant, un antihéros à la vie dissolue que le hasard fait entrer en possession du manuscrit d’un vieil original nommé Zampano. Ce dernier a remisé dans une malle l’intégralité de son œuvre : un interminable essai, prodigalement annoté, portant sur un film qui n’existe pas : Le Navidson Record. Ce document inclassable raconte l’emménagement du photoreporter Will Navidson et de sa famille dans une maison qui s’avère posséder des dimensions intérieures supérieures à ses dimensions extérieures, et qui laisse apparaître de mystérieux couloirs où les protagonistes tenteront diverses explorations.

2La maison au cœur du roman peut apparaître sous bien des aspects chaotiques. Elle est à la fois la figure d’un chaos mythique et d’un chaos plus scientifique. Ce dédale torturé, aux imbrications inextricables contamine la structure typographique même du roman qui devient à son tour chaotique. Il s’agira ici d’interroger comment l’auteur parvient à exprimer le chaos et comment, à vouloir décrire un objet chaotique, il laisse le langage et sa compréhension s’étioler au profit d’une réflexion sur l’état actuel de nos modes de connaissance.

3Pour exprimer le chaos inhérent à son roman, Danielewski a recours à de multiples procédés d’écriture, eux-mêmes métonymiquement chaotiques et marqués par les nouveaux médias. Ainsi, l’auteur crée une mise en page tout à fait originale, alternant trop pleins et vides. À travers un usage extensif des notes de bas de page, il opère une fragmentation du texte et met en place une esthétique du collage, qui apparaît comme le symbole de l’aspect rhizomique et labyrinthique du récit. La maison, en tant que figure du chaos, s’accompagne dans sa transcription textuelle, d’une expérience à la limite de la lisibilité. L’écriture de Danielewski prend le risque d’égarer le lecteur en confinant au non-sens. Le chaos thématisé et traduit de manière typographique s’impose alors comme une métaphore du monde contemporain et de ses modes de connaissance. Par son emploi subversif de l’érudition, Danielewski décrit le nouveau mode de connaissance qui est le nôtre, hautement influencé par la culture Internet.

  • 1  Ollivier Dyens, « Le Web et l’émergence d’une nouvelle structure de connaissance », Les défis de l (...)

Une nouvelle culture qui gère de façon efficace l’aléatoire, l’incertain et le passager ; une culture qui comprend les mouvements et les courants et pour laquelle la stabilité n’est pas un but à atteindre mais simplement un état précaire dont l’équilibre est nourri par le chaos1.

4House of Leaves, dans sa complexité,devient alors l’incarnation du gouffre ontologique qui menace d’engloutir la société technologique du XXIe siècle, saturée d’informations.

La maison comme figure du Chaos

5Dans la mythologie grecque, Χαος, « chaos », signifie littéralement « Faille, Béance ». Il désigne à la fois le gouffre sans fond où a lieu une chute sans fin et le milieu sans orientation possible où l’on erre dans tous les sens. Le chaos s’oppose ici radicalement à la Terre (Gaïa) qui, elle, offre une assise stable et des points de repère. Dans la tradition judéo-chrétienne et par amalgame avec le concept grec, le chaos signifie l’informe, l’état primitif du monde avant l’intervention organisatrice de Dieu. Sous bien des aspects, la maison des Navidson, telle qu’elle est décrite à travers le Navidson Record et les écrits de Zampano, semble posséder des caractéristiques propres au chaos décrit dans la mythologie. Elle apparaît d’abord comme le lieu de la désorientation par excellence.

  • 2  « C’est comme si je me déplaçais sur une surface toujours inclinée quelle que soit la direction qu (...)
  • 3  « Comment puis-je savoir où aller si je ne sais pas où nous sommes ? Enfin quoi, franchement où se (...)
  • 4  « Tout ce qu’il reste c’est la dalle noire de cendre sur laquelle il se tient, apparemment support (...)
  • 5  « Je n’ai plus d’autre sens que celui de moi-même », (Trad. Claro, La Maison des Feuilles, op. cit (...)

6Le Navidson Record est un long documentaire du photoreporter William Navidson qui décide de filmer l’emménagement de sa famille en Virginie. Très vite Karen et Will découvrent que leur maison est différente. Tout d’abord ils constatent l’apparition d’un placard. Là où, quelques jours auparavant il n’y avait qu’une cloison, s’ouvre désormais un réduit aux murs d’un noir cendreux. Lorsque Navidson entreprend d’en mesurer la profondeur exacte, il ne peut que constater que sa maison est plus grande d’un demi-centimètre à l’intérieur, qu’à l’extérieur. Puis ce sont des couloirs qui apparaissent. Will appelle alors son frère et quelques amis pour entreprendre l’exploration de la maison. À la suite d’une expédition catastrophique qui se solde par la mort de trois explorateurs, Navidson, mécontent des vidéos tournées lors du périple, décide de retourner une dernière fois dans la maison. Après quelques heures de descente à vélo des couloirs, il décide de rebrousser chemin mais s’aperçoit alors qu’au lieu d’avoir affaire à une montée il se trouve de nouveau confronté à une descente. La géographie de la maison n’obéit ni à la logique ni à l’ordre naturel du monde. Aux montées ne succèdent pas de descentes: « It’s as if I’m moving along a surface that always tilts downward no matter which direction I face2» La maison change sans cesse de physionomie si bien qu’il est complètement impossible de s’y orienter, aucune carte de la maison ne peut être dessinée et les boussoles ne fonctionnent plus. Comme le remarque Jed, un personnage pourtant caractérisé par son sens de l’orientation : « How can I know where to go when I don’t know where we are ? I mean, really, where is that place in relation to here, to us, to everything? Where ?3 » La maison est monstrueuse dans la mesure où elle ne correspond à aucune expérience ordinaire. Elle semble abriter un gouffre sans fond dont Navidson fera l’expérience singulière. En effet, lors de son ultime exploration, ce dernier se retrouve suspendu dans le vide, la pièce dans laquelle il se trouvait ayant disparue : « All that remains is the ashblack slab upon which he is standing, now apparently supported by nothing : darkness below, above, and of course darkness beyond4. » Quelques pages plus loin la dalle disparaît, il semble alors flotter ou tomber. Cette image de la chute de Navidson à travers le néant témoigne de l’état de chaos qui règne dans la maison. Cerné par l’obscurité, sans rien pour le supporter, Navidson est complètement désorienté : « I have no sense of anything other than myself5. » La maison en tant qu’espace obscur, vide, illimité et indéfini correspond ainsi à l’état de chaos primitif du monde. Cette maison n’a pas d’histoire : elle semble avoir toujours existé. La matière dans laquelle elle est construite n’est ni identifiable, ni datable. On ne peut la décrire tant elle est mouvante, on ne peut l’épuiser, ni véritablement la parcourir : elle incarne l’informe par excellence.

  • 6  Pierre Bergé, « Chaos, hasard et prédictibilité », Revue “Études” no Octobre, Institut du manageme (...)
  • 7  « La maturité, s’aperçoit-on, est intimement liée au fait de reconnaître “qu’on ne sait pas”. Bien (...)

7D’un point de vue plus scientifique, la maison, puisque informe, n’obéit à aucun déterminisme, elle abolit les conceptions de Newton et de Laplace et semble liée à la théorie du chaos moderne. D’après la conception déterministe : « Tout le futur est […] entièrement contenu, déterminé par le présent : connaissant les lois du mouvement et les conditions initiales, nous déterminons avec certitude le mouvement futur pour un avenir aussi lointain que nous le souhaitons6.» Cela signifie qu’en ayant une parfaite connaissance de tous les éléments constitutifs, de toutes les relations existantes dans un système, il serait possible de prévoir l’évolution de ce dernier. Seulement la maison reste imprévisible. House of Leaves témoigne de ce bouleversement des sciences en décrivant une maison qui n’obéit à aucune loi physique. Danielewski lui-même emploie le mot chaos pour qualifier l’incongruité physique de la maison : Karen, lors de l’emménagement à Ash Tee Lane, décide d’installer des étagères dans le salon et constate qu’il est pratique qu’elles se trouvent entre deux murs afin d’empêcher les livres de tomber. Zampano se lance alors dans une étude psychologique du désir de Karen que tout soit en ordre : « Maturity, one discovers, has everything to do with the acceptance of “not knowing”. Of course not knowing hardly prevents the approaching chaos7. » Ici le chaos désigne l’impossibilité physique de l’existence d’une telle maison. Mais quelques pages plus loin l’impensable se produit :

  • 8  « Tom se tourne vers les étagères de Karen et tend la main vers le plus gros volume qu’il peut tro (...)

Tom turns to Karen shelves and reaches the largest volume he can find. A novel. Just as with Karen, its removal causes an immediate domino effect. Only this time, as the books topple into each other, the last few do not stop at the wall as they had previously done but fall instead to the floor, revealing at least a foot between the end of the shelf and the plaster.
[…]
Which is exactly when Karen screams8.

  • 9  « Au centre de la théorie du chaos réside la découverte que, cachées au sein de l’imprédictibilité (...)
  • 10  « Les espaces fractaux ne sont pas des grilles cartésiennes mais des formes complexes, caractérisé (...)

8Les dimensions de la demeure des Navidson ont encore une fois changé de manière inexplicable. La maison incarne le hasard tant elle est mouvante et évolue de manière impromptue. Navidson a beau essayer de cartographier ce dédale de couloirs et de pièces, d’insérer des balises, d’effectuer des prélèvements des substances présentes, la maison reste inconnaissable. Si Navidson arrive à définir une configuration C à un moment T, celle-ci devient obsolète en l’espace de quelques secondes. La maison, en tant que système né d’une forme de hasard, révèle, ainsi que la théorie du chaos le démontre, une impossibilité de la prédiction à long terme, due à l’incapacité de contrôler toutes les perturbations pouvant exister au niveau d’un système et de son environnement. Elle peut être conçue de manière métaphorique comme une incarnation de la physique quantique. Par exemple, la porte qui donne sur le couloir de 5 minutes et demie pourrait être considérée comme la matérialisation de la constante de Planck, c’est-à-dire de la limite au-deçà de laquelle les théories physiques établies (principalement newtoniennes) ne sont plus applicables, ouvrant sur un monde où théorèmes et logique deviennent inopérants. Si le chaos n’obéit pas aux logiques de la physique classique, il n’est cependant pas dépourvu d’ordre ainsi que le remarque Katherine N. Hayles : « At the center of chaos theory is the discovery that hidden within the unpredicatbilty of chaotic system are deep structures of order9. » Le chaos tel que le décrit le physicien Ilya Prigogine est ponctué de points de bifurcation pouvant être provoqués par une succession d’événements. Le non-équilibre aboutit à une nouvelle cohérence, un nouvel état avec des propriétés nouvelles. Ainsi théorisé, le chaos possède une capacité autorégulatrice, comme dans le cas des fractales. Et la maison détient bien une dimension fractale en tant qu’objet fini de l’extérieur mais constitué à l’intérieur d’un espace toujours changeant, s’auto-produisant à l’infini : « Fractal spaces are not Cartesian grid but complex forms characterized by multiple or unfinite levels of similarity10. » La fractalité de la maison correspond en effet à un espace emblématique de notre époque postmoderne, comme peut l’être le labyrinthe.

La difficile expression du chaos

9La maison des Navidson peut figurer à la fois le chaos mythologique et scientifique. Si bien que la tentative de description d’un tel objet apparaît comme une entreprise pour le moins paradoxale. Mais Danielewski, l’auteur d’un roman sur un film qui n’existe pas, est loin d’être à une aporie près, et c’est avec tous les moyens de communication contemporains qu’il se lance dans cette nouvelle exploration du chaos, à l’image de Will et ses acolytes.

  • 11  « Une métaphore matérielle est un terme qui met en relief la relation entre les mots et les objets (...)

10Pour décrire la maison, Danielewski emploie ce que Katherine N. Hayles appelle une métaphore matérielle : « Material metaphor, a term that foregrounds the traffic between words and physical artifacts11. » Il crée alors de manière métonymique une mise en page qui cherche à reproduire le chaos qui caractérise la maison des Navidson. Le chaos reproduit dans l’espace paginal n’est alors plus seulement métaphorique mais calligrammatique.

  • 12  « L’interaction dynamique entre les mots, les marques non verbales, et les propriétés physiques de (...)

The dynamic interplay between words, non verbal marks, and physical properties of the page work together to construct the book’s materiality so that it functions as a mirror to the mysterious house, reversing, reflecting and inverting its characteristics even as it foregrounds its own role as a container for the fictional universe in which such an impossible object could exist12.

  • 13  Gilles Deleuze et Félix Guattari, Capitalisme et schizophrénie 2 : Mille Plateaux, Paris, Éd. de M (...)

11Il suffit de feuilleter le roman pour se rendre compte de l’originalité de sa mise en page : le texte est fragmenté, parfois divisé en colonnes, il peut se retrouver en registre, dans les angles, formant des calligrammes… Danielewski opère une véritable « déterritorialisation13 » du texte, au sens deleuzien du terme, puisqu’il s’agit ici de détourner le texte de son usage matériel et spatial habituel, pour permettre une activité inédite, spatiale elle aussi. En épuisant l’espace paginal, il déjoue les contraintes de mise en page au profit de la découverte d’un nouvel espace, potentiellement plus libre. Cette mise en page chaotique met en parallèle l’expérience du lecteur et celle des explorateurs : la désorientation et l’expérimentation de l’espace sont les maîtres mots. Danielewski cherche à faire prendre conscience à son lecteur de la spatialité du texte : il s’agit d’une quête de l’exhaustivité et de l’épuisement des possibilités offertes par la page. Grâce à ce nouveau mode d’appréhension du texte, le livre, ce cahier de pages, n’est plus perçu comme le support neutre du texte. Cette pratique de l’espace paginal n’est pas seulement un exercice de style, mais le reflet d’une expérience visuelle contemporaine qui se configure par la mise en relation du roman avec la culture Internet. La textualité d’House of Leaves est foisonnante et variée. Elle multiplie les typographies, l’enchevêtrement des paragraphes, les instances narratives : l’hétéroclisme fait loi. Ce bariolage typographique se rapproche de l’éclectisme des mises en pages que l’on peut trouver dans les hypertextes sur le Web, où chaque site visité possède son esthétique particulière.

  • 14  « La non-linéarité peut produire un ordre à partir du chaos des processus fondamentaux et pourtant (...)

12Cette volonté se manifeste aussi tout au long du roman à travers l’esthétique du collage, hissée au rang de paradigme poétique. Le collage est présent, de manière non seulement métaphorique, mais aussi iconographique dans les annexes du roman. On y trouve deux photographies, où se côtoient des éléments aussi variés que des allumettes, une image des yeux de Borges, une plaquette de sigles d’un manuel d’aviation, autant d’objets qui au-delà de leur juxtaposition désordonnée, révèlent une esthétique propre au roman. Chaque élément du collage possède une fonction intratextuelle ou intertextuelle. Par exemple, les allumettes rappellent l’épisode durant lequel Navidson doit brûler les pages d’House of Leaves pour créer la lumière nécessaire à sa lecture. Ce lieu de convergence, de quête herméneutique peut être rapproché du rhizome. Le collage, le chaos, le roman sont rhizomiques : tout en leur sein est inter-relié. Le rhizome, formé d’excroissances adventices se créant à l’infini, formant des nœuds, bifurquant, est lieu de désorientation. Au travers de l’intertextualité et de l’usage des notes, Danielewski opère une véritable délinéarisation de son texte. « Non linearity may produce an order out of the chaos of elementary processes and still, under different circumstances, be responsible for the destruction of his same order, eventually producing a new coherence beyond another bifurcation14. »

  • 15  Robert Sasso et Arnaud Villani, « Le vocabulaire de Gilles Deleuze », Les Cahiers de Noesis n° 3, (...)
  • 16  Gilles Deleuze et Félix Guattari, Capitalisme et schizophrénie 2 : mille plateaux, Paris, Éd. de M (...)
  • 17  « […] affirment que nous devons abandonner les systèmes conceptuels fondés sur les idées de centre (...)
  • 18  « Un réseau distribué de manière chaotique (le rhizome) plutôt qu’une hiérarchisation régulière de (...)

13Le mot rhizome, emprunté à la botanique et proche de la notion de réseau, est un « système ouvert de “multiplicités” sans racines, reliées entre elles de manière non arborescente, dans un plan horizontal (ou “plateau”) qui ne présuppose ni centre ni transcendance15 ». House of Leaves,par l’accumulation de modules adventices tels que les notes de bas de page ou le jeu d’intertextualité, forme un rhizome. Par exemple, dans le chapitre IX, nous n’avons pas affaire à la construction d’un texte hiérarchique ou simplement arborescent, mais à la création d’un tissu de conjonctions de notes. Dans ce labyrinthe, mais aussi dans certaines notes qui font références à un autre chapitre ou à une annexe du livre, ou encore dans le cas des références intertextuelles, on peut voir que tout élément semble relié à un autre : c’est que « n’importe quel point d’un rhizome peut être connecté avec n’importe quel autre et doit l’être16 ». Le rhizome apporte une dynamique au texte qui semble proliférer à l’infini, formant un tout sans centre où tout est inter-relié. C’est à travers ce rhizome que l’expression d’une écriture chaotique a véritablement lieu. Cette tendance au rhizome est aussi celle de notre culture contemporaine en général et des hypertextes en particulier, dont les précurseurs que sont Nelson et Van Damm « argues that we must abandon conceptual systems founded upon ideas of center, margin, hierarchy and linearity and replace with ones of multilinearity, nodeslinks and networks17 ». House of Leaves incarne véritablement ce changement de paradigme par sa volonté de créer « a chaotically distributed network (the rhizome) rather than a regular hierarchy of trunk and branches18 ». Cette structure rhizomatique est à mettre en parallèle de la figure du labyrinthe, omniprésente tout au long du roman, à la fois de manière thématique et structurelle.

  • 19  « Dès le début du Navidson Record, nous sommes entraînés dans un labyrinthe, et errons d’une cellu (...)

From the outset of the Navidson Record, we are involved in the labyrinth, meandering from one celluloid cell to the next, trying to peek around the next edit in hopes of finding a solution, a centre, a sense of whole, only to discover another sequence, leading in a completely different direction, a continually devolving discourse, promising the possibility of discovery while all along dissolving into chaotic ambiguities too blurry to ever completely comprehend19.

  • 20  « […] Les labyrinthes sont simples (il n’existe qu’une seule structure physique) et doubles : ils (...)

14Le mot chaos n’est présent qu’à cinq reprises dans le roman : la dernière occurrence se trouve page 115 lors d’une citation de Penelope Reed Doob tirée de L’idée du Labyrinthe : de l’Antiquité classique au Moyen Âge : « […]Labyrinths are single (there is one physical structure) and double: they simultaneously incorporate order and disorder, clarity and confusion, unity and multiplicity, artistry and chaos20. » Cette réflexion a lieu dans le cadre du chapitre IX mettant en scène de manière à la fois thématique et typographique la figure du labyrinthe. La citation de Penelope Reed Doob apparaît à la suite d’une réflexion sur la notion de centre qui met en scène les voix de Derrida et de Norberg-Schulz. Le labyrinthe est décrit comme un objet dépourvu de centre, le lieu de la désorientation et de la complexité : un lieu chaotique s’il en est. À la réflexion sur le labyrinthe s’ajoute l’imbrication des notes qui rendent difficile la compréhension, celles-ci multipliant les points de vue qui s’entrecroisent et se contredisent, comme si dire une chose et son contraire n’avait plus aucune importance. Par ailleurs, certaines citations sont pour le moins incompréhensibles et parodiques pour le commun des lecteurs.

  • 21  « Grâce au léger tremblement de l’endolymphe sur la crête ampullaire dans le canal semi-circulaire (...)

Thanks to the slight waver of endolymph on the ampullary crest in the semicircular duct of the rise and fall of cilia on maculae in the utricle and saccule, gravity speaks a language comprehensible long before the words describing it are ever spoken or learned21.

15Dans le cadre d’une telle insertion, les signifiants s’accumulent sans produire de signifiés, en une sorte de logorrhée déconstructiviste. Les opinions, les notes, les mots s’enchaînent, tels les embranchements du labyrinthe, infinis, indéfinis, décrivant un monde chaotique où tout peut être dit, où il n’y a aucun centre, aucune vérité : un labyrinthe toujours recommencé.

16Un autre élément propre à l’écriture de Danielewski permet de retranscrire le chaos inhérent à la maison, il s’agit de la liste. Dans le cas des notes de Zampano qui renferment de longues accumulations, il semblerait que l’on ait affaire à une forme de destruction du langage dans sa dimension signifiante. Dans la note 146 se trouve une accumulation de bâtiments auxquels la maison ne ressemble pas :

  • 22  « Par exemple il n’y a rien dans la maison qui ressemble même de loin aux ouvrages du XXe siècle q (...)

For example, there is nothing about the house that even remotely resembles the 20th century works whether in the style of Post-modern, late modern, […] to name but a few, with examples such as the Western Savings and Loan Association in Superstition, Arizona, Animal Crackers in Highland Park, […] the Laussel pre-historic rock-cut Venus, or the notion of the Terra Armata hut which is also a good place to end though of course it cannot end there either22.

  • 23  Christian Vandendorpe, Du papyrus à l’hypertexte essai sur les mutations du texte et de la lecture(...)

17Par sa longueur et sa forme négative, cette liste, qui s’étend des pages 120 à 134, peut paraître complètement absurde. Doit-on lire une telle liste ? Le lecteur peut croire que celle-ci détient un quelconque secret ou des indices pouvant éclairer son interprétation du roman, mais elle peut aussi être vue comme une facile déclinaison de mots générés par un moteur de recherche sur Internet. Danielewski ne connait probablement pas l’intégralité de ces bâtiments, et il lui aura suffi de faire une recherche sur Google™, en tapant des mots comme « Architecture + XXe » pour obtenir un aussi grand nombre de références. On peut alors s’interroger sur la valeur d’une telle liste, résultat d’une succession de « copier-coller ». Le lecteur peut, en effet, se satisfaire de sa présence seule, manifestation critique d’une érudition facile, et ainsi se dispenser de la parcourir du début à la fin, ou bien il peut faire l’effort de lire chaque mot. La liste, dans sa forte discontinuité, apparaît comme le « degré zéro du texte », en ce sens qu’elle ne contraint pas la lecture et ne la « porte pas comme peut le faire la syntaxe textuelle23 ». L’usage érudit de la référence perd ainsi tout son sens et l’attention reste portée sur l’accumulation en elle-même. Le lecteur ne peut connaître tous ces noms : la note n’est donc plus référentielle. La liste reste sur le plan informatif et non cognitif car elle n’utilise aucune coordination de subordination, elle ne forme qu’une énorme masse d’abstraction. Le paradoxe réside alors dans le fait que ces noms sont, malgré tout, référentiels. Par leur juxtaposition absurde, ils basculent dans la fiction et contribuent à fabriquer la tour de Babel rêvée par Zampano, ce personnage avide de toute connaissance et en quête de vérité absolue. Quand on se penche sur une telle liste, on voit, au-delà de l’absurdité de sa présence, ce qu’elle implique d’aporie et de relativisme. Grâce à Internet toute information peut naître en un clic et la connaissance est réduite à une succession infinie de liens. Il s’agit donc pour le lecteur de reconsidérer sa vision de l’érudition mais aussi de la connaissance en général :

  • 24  Ibid., p. 218.

Tant que les livres étaient circonscrits dans des dimensions physiques limitées, on pouvait encore caresser l’idée que le savoir était composé de compartiments bien délimités et aux cloisons étanches, à la façon de ces parallélépipèdes alignés sur les rayons des bibliothèques. Avec l’hypertexte, il devient évident que tout élément de connaissance est relié à une quantité d’autres, dans un maillage infini24.

18Si Danielewski conserve la forme du livre pour son roman, il semble posséder la pleine conscience de ce bouleversement de la conception de la connaissance. L’intertextualité, l’érudition, est à portée de clic, facile comme la lecture d’une note, voire même comme son écriture. Figure du chaos, la maison s’accompagne d’une expérience à la limite de la lisibilité. L’écriture de Danielewski prend le risque d’égarer le lecteur en confinant au non-sens.

Du chaos au chaosmos : réflexion sur la société contemporaine et ses modes de connaissance

  • 25  « Étant donné que le texte est ouvert à une infinitude de lectures et que le sens devient équivoqu (...)
  • 26  « Le vertige caractéristique de la déconstruction apparait quand nous réalisons que les textes son (...)

19Le chaos dans sa tentative de retranscription textuelle ne parvient donc pas à être domestiqué sans provoquer la déconstruction même du langage qui le décrit : House of Leaves est alors poussé aux limites de la lisibilité. Le chaos est l’informe dont on ne peut faire l’expérience sans provoquer l’étiolement du langage. Leroman, dans sa tendance au rhizome, pousse le lecteur non pas à intégrer la forme du chaos, mais à s’y perdre. « As the text is open to an infinitude of readings and as meaning becomes indeterminate or disappears altogether, chaos apparently reigns supreme25. » L’aspect déconstructiviste et postmoderne, très présent dans l’œuvre, partage avec la théorie du chaos le désir de produire de manière illimitée des connaissances plutôt que de les ordonner, de les hiérarchiser ou de les classifier. Pour décrire son objet chaotique, Danielewski a recours à des modes d’écriture hautement influencés par les nouveaux médias. Le roman tend vers une surenchère d’éléments de bifurcation. « The vertigo characteristic of deconstruction appears when we realize that texts are always already open to infinite dissemination, far from being ordered sets of words bounded by book covers, they are reservoirs of chaos26. »

  • 27  Gille Deleuze, Différence et Répétition, Paris, PUF, 1968, p. 382
  • 28  « En littérature comme en science, le chaos a été conceptualisé comme une information extrêmement (...)

20House of Leaves semble alors s’interroger sur notre société qui a réussi le tour de force, à la suite de la théorie du chaos et des différents courants postmodernes comme le déconstructivisme, d’intégrer paradoxalement le chaos comme nouveau paradigme. En effet la société actuelle a fait du chaos sont cosmos, du désordre son principe organisateur. Si bien que le chaos devient une nouvelle forme : le chaosmos27. Ce terme inventé par James Joyce dans Finnegans Wake a été repris par Deleuze pour signifier l’identité interne du monde et du chaos. Le chaosmosrecouvre l’expression de l’identité complexe et hybride d’une fusion entre chaos et cosmos. « In both contemporary literature and science, chaos has been conceptualized as an extremely complex information rather than an absence of order28. » Par ailleurs, le chaos, comme figure mythologique, relevait déjà du paradoxe du chaosmos puisqu’il était à la fois l’informe et une entité féconde, génératrice de l’univers. Nous pourrions alors reprendre le thème du collage, qui symbolisait l’aspect chaotique du roman. Le collage crée des réseaux d’associations, c’est un nœud dont on ne cesse de tirer les fils. En tant que centre où convergent des liens infinis, il peut être pourvu d’une dimension cosmogonique :

  • 29  Capitalisme et schizophrénie 2 : mille plateaux, op. cit., p. 12.

Soit la méthode du « cut-up » de Burroughs : le pliage d’un texte sur l’autre, constitutif de racines multiples et même adventices […] implique une dimension supplémentaire à celle des textes considérés. C’est dans cette dimension supplémentaire du pliage que l’unité continue son travail spirituel. C’est en ce sens que l’œuvre la plus résolument parcellaire peut être aussi bien présentée comme l’œuvre totale ou le grand Opus29.

  • 30  L’ilinx est un type de jeu défini par Roger Caillois. Il est caractérisé par la disruption momenta (...)

21Ainsi, dans le collage et au-delà de son aspect premier chaotique, se réconcilient chaos et cosmos, désordre et ordre. Le chaos propre à House of Leaves recrée l’ambivalence qui est celle du chaos mythologique, tout à la fois lieu de fragmentation et d’unité, lieu de désorientation et générateur d’une systémique propre. L’aspect chaotique chez Danielewski apparaît comme un jeu, que Roger Caillois qualifierait d’Ilinx30, tant la transgression des frontières et la subversion des catégories établies sont centrales au roman. Un jeu qui poursuit la sensation d’un certain vertige, la destruction momentanée de la stabilité des perceptions.

22Le chaos, à l’image de la tour de Babel et du labyrinthe, est un élément de terreur devenu aujourd’hui paradigme. En tentant de domestiquer le chaos, en faisant de l’informe son modèle, le monde contemporain lui-même se risque à la dégénérescence du langage et de la connaissance, reproduisant l’expérience biblique de la tour de Babel, mais aussi celle d’Icare, voulant s’élever hors du chaos labyrinthique, pour embrasser le Soleil au risque de s’y brûler les ailes. C’est pourquoi finalement le chaos semble impossible à domestiquer, à dire, à décrire. Danielewski, dans son roman, crée un labyrinthe de notes, où se mêlent vraies références, et références fictives : Derrida, Roland Barthes, Kubrick, Schwarzenegger et les Beatles sont cités sur la même page. On peut dire que Danielewski dresse le portrait d’un monde fracturé ou tout se vaut. Il n’y a plus ni haute ni basse culture, plus d’élite intellectuelle. Toutes les informations sont mises sur le même plan, les véridiques comme les fictives si bien que la frontière entre réalité et fiction devient difficile à tracer. Les contradictions se valent, il n’y a aucun arbitrage du beau, du bien, du vrai. Par exemple, on trouve dans la note 15, en page 11, une série de livres et d’articles :

  • 31  « Cf. “Le mécanisme du cœur”, par Francis Leiderstahl, in Science, v. 265, 5 août 1994, p. 741 ; “ (...)

See “The heart’s Device”, by Frances Leiderstahl, in Science, v. 265 August 5, 1994, p 741; Joel Watkin’s “Jewelry box, Perfume, and Hair” in Mademoiselle, v. 101 May, 1995, p. 178-181; as well as Hardy Taintic’s more ironic piece “Adult Letters and Family Jewels” in The American Scholar, v. 65 Spring 1996, p. 219-24131.

23Ces références sont purement fictives, aucun lecteur ne peut les avoir lues, elles ne valent donc que par leur titre, le nom de leur auteur et leur simple présence. Les trois références ont trait à des domaines très différents, la première est scientifique, la seconde est tirée d’un magazine féminin, la troisième, ironique et grivoise, provient d’un essai. Faire référence à une revue de mode dans un essai apparaît pour le moins incongru, mais quand il s’agit d’appuyer à tout prix son propos, n’importe quoi finit par faire l’affaire. Le clou est planté avec le titre grivois du dernier ouvrage, on passe des revues scientifiques à Mademoiselle sans aucun problème. Cette manière qu’a Danielewski de traiter la connaissance bouscule les habitudes de conception de la culture : tout est pure information qui circule, prête à être employée.

  • 32  André Siganos, Le Minotaure et son mythe, Paris, PUF, 1993, p. 143.

L’homme est devenu une sorte d’homoludens dansant devant une arche vide, parlant comme il écrit, écrivant comme il parle, dans un monde où la loi de l’équivalence pointe son extrême perversion : aucune peine n’est en coure dans cette course au psittacisme dans laquelle le meilleur s’apprécie comme le pire32.

24Les informations procurées par Internet ou par les notes de bas de page appartiennent à une culture dont le paradigme est le chaos. Internet incarne une sorte de boulimie de connaissance, une soif inextinguible d’exhaustivité qui trouve sa manifestation la plus récente dans le projet présenté par Google™ fin 2004, consistant à numériser, d’ici dix ans, les dizaines de millions de livres contenus dans les plus grandes bibliothèques anglo-saxonnes. Comme le remarque Alberto Manguel :

  • 33  Manguel Alberto, « Internet, c’est le cauchemar de Babel », L’Express, 28 mars 2005, propos recuei (...)

Avec ce projet, Google™ tend vers le cauchemar de Borges à propos de la bibliothèque de Babel : tout ce qui peut être dit ou écrit par la combinaison des lettres de l’alphabet y est. Mais impossible de trouver dans ce dédale un seul livre qu’on puisse lire car tout est devenu du charabia. Cette bibliothèque quasi infinie contient le vrai catalogue avec les vrais livres, mais ils sont noyés dans des millions, des milliards de faux catalogues, de faux livres. En un sens, Internet est l’incarnation de ce labyrinthe-là33.

  • 34  Jorge Luis Borges, « La bibliothèque de Babel », Fictions, Paris, Folio Gallimard, 1965.

25Les notes de House of Leaves font de même. Ainsi tout en étant très marqué par la culture Internet de l’hypertexte, de l’hyperlien, du clic et du copier-coller, House of Leaves procède d’un regard critique sur les enjeux de l’Internet : les facilités qu’il suscite, et les dérives qu’il risque d’engendrer. House of Leaves semble alors incarner le danger heuristique qui caractérise la société technologique du XXIe siècle, saturée d’informations. Le rapprochement avec Jorge Luis Borges s’impose. Ce dernier, dans « La bibliothèque de Babel34 », imagine une bibliothèque totale, contenant un nombre infini de livres, en apparence tous plus incohérents les uns que les autres. La bibliothèque est une métaphore de l’univers aux dimensions mystérieuses, inépuisables et à jamais irréductibles à une compréhension totale. On peut considérer du même œil la maison de Navidson, tout comme Internet. Dans la bibliothèque de Borges, chaque livre renvoie à une infinité d’autres livres, dans un jeu de miroir sans fin. Ainsi, Borges, 50 ans avant l’avènement du Web, semble avoir préfiguré le concept d’hyperlien et d’hypertexte, et pressenti l’avènement du monde virtuel. Cette bibliothèque n’est pourtant pas une création positive, dans la mesure où elle rend les hommes fous, eux qui sont vainement, et depuis toujours, à la recherche du livre total, celui qui justifierait l’existence de toutes choses. Borges et Danielewski montrent l’absurdité de cette quête d’omniscience en réécrivant, chacun à sa manière, le mythe biblique de Babel. En développant dans son texte une réflexion sur le chaos et la connaissance, Danielewski signale une nouvelle interprétation du monde actuel et de la littérature : il n’y a plus de systèmes fermés, le monde ne peut plus être compris en termes de destin, de temps, d’espace. Le monde est un système complexe, non linéaire : une expérience du chaos.

  • 35  Edgar Morin, « Pour une réforme de la pensée », Entretiens Nathan, 25 et 26 novembre 1995, Édition (...)

26Mark Z. Danielewski dans House of Leaves propose donc une expérience particulière du chaos. En effet le roman fait d’un objet chaotique, la maison, son thème de prédilection et son modèle poétique et esthétique. Toutefois, le choix d’un tel sujet n’apparaît pas sans conséquence puisqu’à travers lui, c’est tout un pan du langage et toute une perception de la société qui est mise à mal. Le chaos, de prime abord thématique, contamine la mise en page et la textualité au profit d’une réflexion plus large sur la place que ce nouveau paradigme contemporain peut prendre dans notre société et les conséquences que cela engendre. House of Leaves par la tension qu’il opère entre chaos et cosmos incarne ce qu’Edgar Morin appelle la complexité. Une systémique de pensée qui s’évertue à refuser les oppositions binaires, tel qu’ordre et désordre, chaos et cosmos, au profit d’une dialogique. House of Leaves dans sa relation au chaos incarne cette pensée complexe dans laquelle « non seulement la partie est dans le tout mais le tout est dans la partie35 ». Faire du roman le témoin de la destruction du langage et de la dégénérescence de la connaissance pourrait faire croire que nous avons affaire à un texte nihiliste. Toutefois, cette lecture, orientée sur le chaos mythologique, la théorie du chaos et la déconstruction, n’est qu’un axe d’analyse parmi les nombreux proposés par le roman. Celui-ci multiplie les voies et voix, et semble dénoncer aussi bien le relativisme, qu’un certain utopisme de la connaissance. House of Leaves est plus que l’œuvre d’un enfant terrible de la littérature qui se jouerait de tout.

  • 36  « Si le langage est reconnu non comme une occasion neutre pour le déplacement direct du sens, mais (...)

If language is recognised not as a neutral occasion for the direct transferral of meaning, but as a chaotic generator of significance whose interpretations are multiple, then the determinacy of the text it occasions becomes somewhat troubled. In effect the text ceased to transmit the exterior world, and interrogates its own medium of transmission instead36.

27En effet Danielewski ne se contente pas d’exprimer l’éclectisme, le relativisme, le postmodernisme, il ajoute sans cesse un mouvement réflexif, parodiant ses parodies, critiquant ses critiques, dans une réflexion intellectuelle complexe qui semble être la véritable clé d’accès à son œuvre et à sa vision de la littérature, de la connaissance et de la société. Sa subversion apparaît donc autoréflexive : House of Leaves incarne alors le texte métafictionnel par excellence.

Haut de page

Bibliographie

Bergé, Pierre, « Chaos, hasard et prédictibilité», in Revue “études”, n° Octobre, Institut du management EDF/GDF, 1994, http://im.edfgdf.fr/im/html/fr/agora/a2.htm, consulté le 23 mars 2008.

Borges, Jorge Luis, « La bibliothèque de Babel », in Fictions, Paris, Folio Gallimard, 1965.

Caillois, Roger, Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1958.

Danielewski, Mark Z., House of Leaves, Londres, Second Edition, Doubleday, 2000.

—, La Maison des Feuilles, Trad. Claro, Paris,Denoel, « Denoël & D’ailleurs », 2002.

Deleuze, Gilles, Différence et Répétition, Paris, PUF, « coll. Épiméthée », 1968, p. 382.

—, et Guattari, Félix, Capitalisme et schizophrénie 2 : mille plateaux, Paris, Éd. de Minuit, « Coll. Critique », 1980.

Dyens, Ollivier, « Le Web et l’émergence d’une nouvelle structure de connaissance », Les défis de la publication sur le Web : hyperlectures, cybertextes et méta-éditions, coordonné par Jean-Michel Salaün et Christian Vandendorpe, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 2004.

Hayles, N. Katherine, Chaos Bound, Ithaca & London, Cornell University Press, 1990.

—, “Introduction: Complex Dynamics in Literature and Science”, in Chaos and Order: Complex Dynamics in Literature and Science, N. Katherine Hayles (ed.), Chicago and London, The University of Chicago Press, 1991.

—, et Burdick, Anne, The Writing Machines(Mediaworks Pamphlets), MIT Press, Cambridge & London, 2002.

Landow, George P, Hypertext 2.0: The Convergence of Contemporary Critical Theory and Technology, Baltimore & London, The John Hopkins University Press, 1997.

Manguel ? Alberto, « Internet, c’est le cauchemar de Babel » in L’Express, 28 mars 2005, propos recueillis par Olivier Le Naire, http://www.lexpress.fr/info/high-tech/dossier/google/dossier.asp ?ida =432337, consulté le 10 mars 2008.

Morin, Edgar, « Pour une réforme de la pensée », in Entretiens Nathan, 25 et 26 novembre 1995, Alain Bentolila (éd.), Éditions Nathan, « Nathan Pédagogie », 1996.

Moulthrop, Stuart, “Rhizome and Resistance: Hypertext and the Dreams of a New Culture”, in Hypertext and Literary Theory, George P Landow (ed.), Baltimore and London, The John Hopkins University Press, 1994.

Prigogine, Ilya et Stengers, Isabelle, Order out of Chaos: Man’s New Dialogue with Nature, Toronto, Bantam,1984.

Sasso, Robert et Villani, Arnaud, « Le vocabulaire de Gilles Deleuze », in Les Cahiers de Noesis no 3, Nice, Vrin, Printemps 2003.

Siganos, André, Le Minotaure et son mythe, Paris, PUF, 1993.

Stoicheff, Peter, “The Chaos of Metafiction”, in Chaos and Order: Complex Dynamics in Literature and Science, N. Katherine Hayles (ed.), Chicago and London, The University of Chicago Press, 1991.

Vandendorpe, Christian, Du papyrus à l’hypertexte essai sur les mutations du texte et de la lecture, Paris, La Découverte, 1999.

Haut de page

Notes

1  Ollivier Dyens, « Le Web et l’émergence d’une nouvelle structure de connaissance », Les défis de la publication sur le Web : hyperlectures, cybertextes et méta-éditions, coordonné par Jean-Michel Salaün et Christian Vandendorpe, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 2004, p. 213.

2  « C’est comme si je me déplaçais sur une surface toujours inclinée quelle que soit la direction que je prends », (Trad. Claro, La Maison des Feuilles, Paris, Denoël & D’ailleurs, 2002, p. 439), Mark Z. Danielewski, House of Leaves, Londres, Second Edition, Doubleday, 2000, p. 425.

3  « Comment puis-je savoir où aller si je ne sais pas où nous sommes ? Enfin quoi, franchement où se trouve cet endroit par rapport à ici, par rapport à nous, à tout le reste ? Où ça ? », (Trad. Claro, La Maison des Feuilles, op. cit., p. 95), Ibid., p. 94.

4  « Tout ce qu’il reste c’est la dalle noire de cendre sur laquelle il se tient, apparemment supportée désormais par rien : l’obscurité en dessous, au-dessus, et bien sûr l’obscurité au-delà », (Trad. Claro, La Maison des Feuilles, op. cit., p. 478), Ibid., p. 464.

5  « Je n’ai plus d’autre sens que celui de moi-même », (Trad. Claro, La Maison des Feuilles, op. cit., p. 485), Ibid., p. 471.

6  Pierre Bergé, « Chaos, hasard et prédictibilité », Revue “Études” no Octobre, Institut du management EDF/GDF, 1994, http://im.edfgdf.fr/im/html/fr/agora/a2.htm, consulté le 23 mars 2008.

7  « La maturité, s’aperçoit-on, est intimement liée au fait de reconnaître “qu’on ne sait pas”. Bien sûr, ne pas savoir n’empêche en rien le chaos d’advenir », (Trad. Claro, La Maison des Feuilles, op. cit., p. 35), House of Leaves, op. cit., p. 34.

8  « Tom se tourne vers les étagères de Karen et tend la main vers le plus gros volume qu’il peut trouver. De même qu’avec Karen, le livre enlevé entraîne un effet de dominos immédiat. Sauf que cette fois, alors que les livres basculent les uns contre les autres, les derniers ne s’arrêtent pas au mur comme ils l’avaient fait auparavant mais tombent au lieu de ça par terre, révélant au moins 30 cm entre l’extrémité de l’étagère et le plâtre. […] Et c’est exactement à ce moment que Karen pousse un cri. », (Trad. Claro, La Maison des Feuilles, op. cit., p. 40), Ibid., p. 40.

9  « Au centre de la théorie du chaos réside la découverte que, cachées au sein de l’imprédictibilité du système chaotique, se trouvent de profondes structures d’ordre. », (notre traduction, ci-après notée nt), N. Katherine Hayles, “Introduction : Complex Dynamics in Literature and Science”, Chaos and Order : Complex Dynamics in Literature and Science, N. Katherine Hayles (ed.), Chicago and London, The University of Chicago Press, 1991, p. 1.

10  « Les espaces fractaux ne sont pas des grilles cartésiennes mais des formes complexes, caractérisées par des niveaux de similarité multiples ou infinis. », (nt), N. Katherine Hayles, Chaos Bound, Ithaca & London, Cornell University Press, 1990, p. 288.

11  « Une métaphore matérielle est un terme qui met en relief la relation entre les mots et les objets physiques. », (nt), N. Katherine Hayles, Writing Machines (Mediaworks Pamphlets), Cambridge & London, MIT Press, 2002, p. 22.

12  « L’interaction dynamique entre les mots, les marques non verbales, et les propriétés physiques de la page, travaillent à la construction de la matérialité du livre, de manière à ce que ce dernier fonctionne comme un miroir de l’énigmatique maison, renversant, reflétant et inversant ses caractéristiques en même temps qu’il met en relief son propre rôle de contenant de l’univers fictionnel dans lequel un tel objet impossible peut exister. », (nt), Ibid, p. 124.

13  Gilles Deleuze et Félix Guattari, Capitalisme et schizophrénie 2 : Mille Plateaux, Paris, Éd. de Minuit, 1980, p. 79.

14  « La non-linéarité peut produire un ordre à partir du chaos des processus fondamentaux et pourtant, dans certaines circonstances, être responsable de la destruction de ce même ordre, produisant finalement une nouvelle cohérence par delà les bifurcations. », (nt), Ilya Prigogine et Isabelle Stengers, Order out of Chaos : Man’s New Dialogue with Nature, Toronto, Bantam Books, 1984, p. 206.

15  Robert Sasso et Arnaud Villani, « Le vocabulaire de Gilles Deleuze », Les Cahiers de Noesis n° 3, Printemps 2003, p. 358.

16  Gilles Deleuze et Félix Guattari, Capitalisme et schizophrénie 2 : mille plateaux, Paris, Éd. de Minuit, « Coll. Critique », 1980, p. 13.

17  « […] affirment que nous devons abandonner les systèmes conceptuels fondés sur les idées de centre, de marge, de hiérarchie et sur la linéarité pour les remplacer par la multi-linéarité, les liens nodaux et les réseaux. », (nt), George P. Landow, Hypertext 2.0 – The Convergence of Contemporary Critical Theory and Technology, The John Hopkins University Press, Baltimore & London, 1997, p. 2.

18  « Un réseau distribué de manière chaotique (le rhizome) plutôt qu’une hiérarchisation régulière de troncs et de branches. », (nt), Stuart Moulthrop, “Rhizome and Resistance : Hypertext and the Dreams of a New Culture”, Hypertext and Literatury Theory, George P. Landow (ed.), The John Hopkins University Press, Baltimore and London, 1994, p. 301.

19  « Dès le début du Navidson Record, nous sommes entraînés dans un labyrinthe, et errons d’une cellule de celluloïde à l’autre, nous efforçant d’apercevoir le plan suivant dans l’espoir de trouver une solution, un centre, un sens global, pour ne découvrir qu’une autre séquence, menant dans une direction complètement différente, un discours qui ne cesse de se déboîter et de nous faire miroiter l’éventualité d’une découverte tout en dissolvant en chemin dans des ambiguïtés chaotiques trop brouillées pour qu’on puisse jamais les embrasser complètement. » (Trad. Claro, La Maison des feuilles, op. cit., p. 116), House of Leaves, op. cit., p. 114.

20  « […] Les labyrinthes sont simples (il n’existe qu’une seule structure physique) et doubles : ils incorporent simultanément l’ordre et le désordre, la clarté et la confusion, l’unité et la multiplicité, l’art et le chaos », (Trad. Claro, La Maison des feuilles, op. cit., p. 115), Ibid., p. 113-114.

21  « Grâce au léger tremblement de l’endolymphe sur la crête ampullaire dans le canal semi-circulaire ou le mouvement ascendant/descendant des cils sur la maculae dans l’utricule et le saccule, la gravité parle un langage compréhensible bien avant que les mots qui la décrivent soit un jour prononcés ou appris. », (Trad. Claro, La Maison des feuilles, op. cit., p. 115), Ibid., p. 113.

22  « Par exemple il n’y a rien dans la maison qui ressemble même de loin aux ouvrages du XXe siècle que ce soit dans le style post-moderne, moderne tardif, […] pour n’en citer que quelques-uns, avec les exemples suivant : le Western Savings et la Loan Association à Superstition, Arizona, Animal Crackers à Highland Park, […] de la Vénus taillée dans la roche préhistorique de Laussel ou de l’idée de la hutte Terra Armata, un bon endroit là aussi pour s’arrêter même si bien sûr ça ne peut pas non plus s’arrêter là. », (Trad. Claro, La Maison des Feuilles, op. cit., p. 122-140), Ibid., p. 120-134.

23  Christian Vandendorpe, Du papyrus à l’hypertexte essai sur les mutations du texte et de la lecture, Paris, Édition Paris, La Découverte, 1999, p. 128.

24  Ibid., p. 218.

25  « Étant donné que le texte est ouvert à une infinitude de lectures et que le sens devient équivoque ou disparait totalement, le chaos apparemment règne en maître. », (nt), Chaos Bound, op. cit., p. 175.

26  « Le vertige caractéristique de la déconstruction apparait quand nous réalisons que les textes sont toujours déjà ouvert à une dissémination infinie, loin d’être des séries ordonnées de mots, liées par une couverture de livre, ils sont des réservoirs de chaos. », (nt), Ibid., p. 180.

27  Gille Deleuze, Différence et Répétition, Paris, PUF, 1968, p. 382

28  « En littérature comme en science, le chaos a été conceptualisé comme une information extrêmement complexe plutôt qu’une absence d’ordre. », (nt), “Introduction : Complex Dynamics in Literature and Science”, Chaos and Order : Complex Dynamics in Literature and Science, op. cit., p. 1.

29  Capitalisme et schizophrénie 2 : mille plateaux, op. cit., p. 12.

30  L’ilinx est un type de jeu défini par Roger Caillois. Il est caractérisé par la disruption momentanée et brusque de la réalité, produisant un sentiment de vertige. Roger Caillois, Les jeux et les hommes, Paris, Gallimard, 1958.

31  « Cf. “Le mécanisme du cœur”, par Francis Leiderstahl, in Science, v. 265, 5 août 1994, p. 741 ; “Boîte à bijoux, parfum et cheveux”, par Joel Watkins, in Mademoiselle, v. 101, mai 1995, p. 178-181 ; ainsi que l’article plus ironique de Hardy Taintic, “Lettres d’adultes et Bijoux de famille”, in The American Scholar, v. 65, printemps 1996, p. 219-241 », (Trad. Claro, La Maison des feuilles, op. cit., p. 11), House of Leaves, Londres, op. cit., p. 11.

32  André Siganos, Le Minotaure et son mythe, Paris, PUF, 1993, p. 143.

33  Manguel Alberto, « Internet, c’est le cauchemar de Babel », L’Express, 28 mars 2005, propos recueillis par Olivier Le Naire, http://www.lexpress.fr/info/high-tech/dossier/google/dossier.asp ?ida =432337, consulté le 10 mars 2008.

34  Jorge Luis Borges, « La bibliothèque de Babel », Fictions, Paris, Folio Gallimard, 1965.

35  Edgar Morin, « Pour une réforme de la pensée », Entretiens Nathan, 25 et 26 novembre 1995, Éditions Nathan, 1996.

36  « Si le langage est reconnu non comme une occasion neutre pour le déplacement direct du sens, mais comme un générateur chaotique de signification dont les interprétations sont multiples, alors la détermination du texte occasionné devient quelque peu perturbée. En réalité le texte cesse de transmettre le monde extérieur pour interroger son propre medium de transmission à la place. », (nt), Stoicheff Peter, “The Chaos of Metafiction”, Chaos and Order : Complex Dynamics in Literature and Science, op. cit., p. 87.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Guilet, « Du chaos domestique à l’impossible domesticationdu chaos dans House of Leaves de Mark Z. Danielewski », TRANS- [En ligne], 6 | 2008, mis en ligne le 07 juillet 2008, consulté le 24 mars 2017. URL : http://trans.revues.org/263 ; DOI : 10.4000/trans.263

Haut de page

Auteur

Anaïs Guilet

Actuellement allocataire de recherche en première année de doctorat. Sous la direction de Denis Mellier et de Bertrand Gervais, elle prépare une thèse en cotutelle entre l’université de Poitiers (laboratoire FoReLL, EA 3816 : Formes et représentations en littérature et en linguistique) et l’université du Québec à Montréal (laboratoire NT2 : Nouvelles Technologies, Nouvelles Textualités), avec pour sujet : Le livre et sa textualité à l’ère de l’hybridation : Impact des nouvelles technologies sur la littérature contemporaine. Elle a consacré ses deux mémoires de Master à "House of Leaves" de Mark Z. Danielewski

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page