Navigation – Plan du site

Éditorial

Émilie Lucas-Leclin
Traduction(s) :
Editorial
Introducción

Texte intégral

1Le dossier central de ce numéro se propose d’interroger la littérature à partir de la catégorie du « faux ». Sans qu’il soit besoin de faire référence à la dévaluation platonicienne des poètes « qui ne savent rien des choses dont ils parlent », dévaluation que l’on peut rattacher à un « régime éthique » et historiquement daté de l’art (J. Rancière), force est de constater que de multiples stratégies d’écriture jouent avec cette catégorie : impostures littéraires, falsification des identités auctoriales ou narratives, brouillage des catégories épistémologiques et génériques de l’œuvre. Quel sens donner à cet attrait pour le travestissement, voire la mystification ? Dans quelle mesure le faux constitue-t-il un élément nécessaire de la vérité propre à l’expérience littéraire ?

2Les articles du dossier s’organisent autour de trois axes d’analyse : le premier s’attache à étudier diverses stratégies de détournement qui se concrétisent par de « trompeuses amorces », d’ordre iconographique ou générique. Ces seuils en « trompe-l’œil » convoquent un horizon d’attente que l’écrivain s’emploie à déconstruire afin de subvertir les codes et conventions en place. Le « faux » désigne ici une stratégie de l’« écart » qui passe par la citation captieuse d’une norme qu’il s’agit de déjouer.

3Hidoteshi Nakamura analyse ainsi la subversion d’une iconographie traditionnelle : le « faux » Jugement de Pâris qui constitue le frontispice de La Philosophie dans le boudoir de Sade. Cette image liminaire, accompagnée d’une légende tirée de la tragédie de Voltaire, Oreste, joue un rôle de captatio benevolentiae en suggérant un contenu de l’ouvrage à la fois « galant » et philosophique, dans la tradition des Lumières. Ce « trompe-l’œil » ne résiste cependant pas à l’analyse du rédacteur qui en déchiffre le « logogriphe » : aux figures mythologiques de la tradition se substitue l’image d’un couple de sodomites, alors que la citation écornée d’Oreste opère un renversement de la pensée des Lumières en remplaçant l’éloge voltairien de la nature par le fantasme sadien du matricide.

4Daniela Tononi et Roger Tro Dého explorent quant à eux d’autres « amorces trompeuses » concernant cette fois la catégorie du genre, essentielle à la constitution de l’horizon d’attente du lecteur. Le Vol d’Icare de Raimond Queneau, dont le titre suggère à lui seul une esthétique du déplacement et de la dérobade, est un « pseudo roman » miné par « la forme-pièce » qui met en scène « un roman en train de s’écrire ». L’enjeu, explique Daniela Tononi, est une réflexion critique sur le roman, ses canons et ses limites dans une forme qui concrétise le concept derridien de « participation sans appartenance » : une sorte d’« anarchie de l’espace littéraire ». C’est encore par un procédé de contamination générique, puisant cette fois dans les formes de la tradition orale, que le texte d’Adiaffi malmène le genre du roman : le « genre sans genre » du n’zassa, terme quirenvoie à la métaphore de la couture, travaille à invalider « l’identité-roman » indiquée par le paratexte, en convoquant toutes les formes issues de l’oralité africaine. Cette oralité, commente le rédacteur, ne fait cependant que reconduire la « feinte » dans la mesure où elle se rapporte à une tradition que le texte écrit subvertit doublement, sur les plans esthétiques et politiques : si le texte enrôle la figure du griot comme narrateur, il inverse sa fonction « politique » en le plaçant au service du peuple et des opprimés dans un engagement socio-politique qui ouvre sur les problèmes de l’Afrique contemporaine.

5Le deuxième axe d’analyse se développe autour du lien complexe entre écriture et vérité historique : ces articles explorent la fragile ligne de partage entre « écrire l’histoire » et « écrire des histoires » et abordent la question de la falsification de la mémoire par une vérité officielle que la fiction s’emploie à démasquer.

6À partir d’une analyse du roman de García Marquez, Cien años de soledad (Cent ans de solitude), Vera Elisabeth Gerling interroge les postulats de l’historiographie traditionnelle et souligne la part de « faux » dans tout récit historique. Face aux tentatives de manipulations de la mémoire collective, la littérature se définit comme un espace de résistance où d’autres récits peuvent avoir lieu. Guido Furci explore quant à lui les frontières entre document et fiction à travers une œuvre de Melania Mazzucco, Lei cosi amata, biographie romanesque d’Annemarie Schwarzenbach. Se confrontant à la pensée de J. Rancière selon laquelle « écrire l’histoire et écrire des histoires relèvent d’un même régime de vérité », il analyse comment la documentaliste écrivain « légende l’Histoire » dans une remise en cause du partage entre réalité et fiction.

7C’est à travers un tout autre univers romanesque, celui du monde virtuel du post-exotisme, que Sarah André propose quant à elle de lire les procédés de falsification identitaires et génériques comme « un regard oblique sur la vérité historique ». La « fabulation de l’Histoire » chez Volodine, comme la pratique de l’hétéronymie, renvoie à « une volonté de subversion » et permet de confronter le lecteur à des « vérités non officielles » qui dérangent.

8Enfin, l’article d’Anne-Laure Rigeade permet d’ouvrir la perspective sur la scène de la lecture. La rédactrice étudie l’intertexte shakespearien, et plus précisément « la pièce de l’imposture », Othello, dans Les Mendiants de Louis-René Des Forêts et Orlando de Virginia Woolf. De l’époque baroque à l’époque moderne s’opère un déplacement de la sphère éthique à la sphère esthétique : la puissance du faux n’est plus moralement condamnée, mais célébrée en tant qu’elle suggère une « vision métamorphique de la littérature ». La lecture (celle de Shakespeare par Woolf et Des Forêts, mais aussi bien toute lecture) est à son tour associée à cette puissance créatrice du faux, comme espace d’un « contresens » productif. Et l’on pense à la définition par Paul de Man de la « bonne » lecture comme « misreading » : « By a good misreading I mean a text that produces another text which can itself be shown to be an interesting misreading, a text which engenders additional texts. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Lucas-Leclin, « Éditorial », TRANS- [En ligne], 7 | 2009, mis en ligne le 06 février 2009, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://trans.revues.org/279

Haut de page

Auteur

Émilie Lucas-Leclin

Emilie Lucas-Leclin est agrégée de Lettres Modernes, et A.T.E.R. en littérature générale et comparée à l’université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Sa thèse de doctorat, soutenue sous la direction de Philippe Daros en décembre 2011, s’intitule "L’ouverture de l’image dans les œuvres de Claude Simon, Peter Handke et Richard Powers". Cofondatrice de la revue TRANS-, elle en est actuellement la rédactrice en chef. Elle est membre de la Société Française de Littérature Générale et Comparée depuis 2005.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page