Navigation – Plan du site
Dossier central

Images du temps et inscription de l’événement dans les œuvres de William Faulkner et de Claude Simon

Anne Bourse

Résumés

C’est archéologiquement que les romans de Faulkner et de Simon cherchent à faire surgir un événement à la fois fondateur et oublié. Dans ce jeu constant entre la transmission et le brouillage des informations, le jaillissement et la répétition des motifs, il s’agit non seulement d’endurer une temporalité disloquée mais de faire, en tant que lecteur-héritier, une expérience de mémoire inédite. Témoignant d’un tissage infini de souvenirs et de relectures, l’écriture simonienne nous invite à interroger la sidération exercée par l’œuvre faulknérienne sur l’histoire littéraire du XXe siècle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  « Le passé n’est jamais mort. Il n’est même jamais le passé. » William Faulkner, Requiem pour une (...)
  • 2  William Faulkner, Absalom, Absalom !, New York, Random House, 1936, p. 7 : « C’était là-dedans qu’ (...)

1Condensation du temps narratif, désarticulation de la chronologie diégétique, durée souvent éprouvante de la lecture : tels sont les phénomènes ambivalents qui caractérisent les temporalités faulknérienne et simonienne. Enlisés dans un passé qui refuse obstinément de passer (« The past is never dead ; it is not even past »1, martèle Gavin Stevens au premier acte de Requiem for a Nun), les textes nous (mal-)mènent de brusques accélérations en longues stases, « of notpeople in notlanguage », brouillant les catégories familières du temps, du récit et de l’identité : « Quentin had grown up with that ; the mere names were interchangeable and almost myriad […]. He was a barracks filled with stubborn backlooking ghosts still recovering, even forty-three years afterward, from the fever which had cured the disease2. » Avec les romans de Faulkner, le présent prend la forme d’un incommode vestibule où bruissent furieusement les spectres des vaincus, et où le doute s’instaure quant à la réalité des événements effectivement vécus.

2Tandis que les personnages cherchent à conquérir une forme d’« autorité » sur leur propre parole, le lecteur se retrouve chargé de démêler l’écheveau du temps et d’interpréter les événements qui lui sont présentés comme autant de témoignages incertains. Son égarement dans la fabrique de l’histoire (familiale, nationale, scripturale) est encore accentué par une horde d’enchâssements et d’effets d’annonce. Certains critiques ont relevé à juste titre la dimension policière de cette économie narrative instaurée par Faulkner, mais il faut préciser que les relectures qu’elle impose procèdent avant tout d’une expérimentation très nietzschéenne de l’oubli (« das Vergessen-können »). Car ce n’est jamais « en soi » ou « immédiatement » que se présente l’événement faulknérien et simonien. Qu’il s’agisse de la défaite de l’armée sudiste à Gettysburg ou de l’image fugace du fond de culotte de Caddy Compson (The Sound and the Fury, Absalom, Absalom !), de l’invasion allemande de 1940 ou du « cavalier-chargeant-sabre-au-clair » (la Route des Flandres, le Jardin des plantes), l’événement fondateur de ces romans n’acquiert de consistance et de signification qu’au cours d’un lent travail de « rumination » : obscur tâtonnement de la remémoration, laborieux agencement d’éléments disparates, fantasmés et ressassés parfois jusqu’à l’effacement.

3Portant notre attention sur la dialectique des contradictions propre aux romans de Faulkner et de Simon (immémorial et contemporain, transmission et brouillage des informations, jaillissement inouï et répétition sempiternelle des motifs), nous examinerons en détail cette étonnante « archéologie » littéraire de l’événement. Il s’agit non seulement de mesurer les effets d’une temporalité disloquée (puisque l’événement s’invente d’abord à l’épreuve des corps sensibles) mais de faire à son tour, en tant que lecteur-héritier, une expérience de mémoire inédite. Témoignant elle-même d’un tissage infini de souvenirs et de relectures des textes faulknériens, l’écriture simonienne nous invite à questionner la sidération exercée par l’œuvre de Faulkner sur l’histoire littéraire du XXe siècle.

En marge de l’événement : une poétique du contrecoup

Sauf qu’en réalité le colonel n’a été tué qu’environ deux – ou trois : ma montre était cassée – heures plus tard.
Claude Simon, Le Jardin des plantes.

Après la bataille

4C’est au cœur du cinquième chapitre du monumental Absalom, Absalom ! (1936) que le personnage de Rosa Coldfield énonce la loi générale de contrecoup (« aftermath ») qui ordonne l’inscription des événements faulknériens :

  • 3  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 121 : « Ce fut tout. Ou plutôt pas tout, puisqu (...)

That was all. Or rather, not all, since there is no all, not finish; it not the blow we suffer from but the tedious repercussive anti-climax of it the rubbishy aftermath to clear away from off the very threshold of despair. You see, I never saw him. I never saw him dead. I heard an echo, but not the shot; I saw a closed door but did not enter it3.

  • 4  « Se souvenir d’un rêve ancien, c’est se réveiller soudain de l’oubli dans lequel ce rêve était to (...)

5La vieille pythie, « embastillée dans sa virginité » et dans l’outrage autrefois infligé par le terrible Thomas Sutpen, semble nous donner ici la clé de l’éternel retour : tout a toujours déjà eu lieu, tout a déjà été vécu par d’autres et nous arrivons systématiquement trop tard, condamnés à demeurer pantelants et désœuvrés « sur le seuil même du désespoir ». Comme dans la fable du réveil tardif contée par Nietzsche en avant-propos de la Généalogie de la morale, nous ne percevons des « douze coups » de la connaissance authentique que les lointaines répercussions, improbables échos rendus semblables aux souvenirs d’un « rêve ancien » qui nous arracherait subitement à « l’oubli dans lequel ce rêve était tombé4 » :

  • 5  Friedrich Nietzsche, Zur Genealogie der Moral (1887), Nietzsche Werke Volume 2 ; Volume 6 de Werke (...)

Wir sind uns unbekannt, wir Erkennenden, wir selbst uns selbst : das hat seinen guten Grund. Wir haben nie nach uns gesucht, – wie sollte es geschehen, dass wir eines Tags uns fänden […] ? Vielmehr wie ein Göttlich-Zerstreuter und In-sich-Versenkter, dem die Glocke eben mit aller Macht ihre zwölf Schläge des Mittags ins Ohr gedröhnt hat, mit einem Male aufwacht und sich fragt “was hat es da eigentlich geschlagen ?” so reiben auch wir uns mitunter hinterdrein die Ohren und fragen, ganz erstaunt, ganz betreten, “was haben wir da eigentlich erlebt ?” mehr noch : “wer sind wir eigentlich ?” und zählen nach, hinterdrein, wie gesagt, alle die zitternden zwölf Glockenschläge unsres Erlebnisses, unsres Lebens, unsres Seins – ach ! und verzählen uns dabei5...

  • 6  William Faulkner, Absalom Absalom !, op. cit., p. 180-182 : « une (on ne pouvait appeler cela une (...)

6À l’image de la léthargie de l’« apprenti-chercheur », l’événement faulknérien (surgissement de Sutpen « homme-cheval-démon » dans la petite ville de Jefferson, le déchirement de ses descendants, l’outrage infligé à Rosa, etc.) s’est produit en un temps si immémorial que l’origine du récit s’en trouve totalement engourdie : « a (you couldn’t call it a period because as he remembered it or as he told Grandfather he did, it didn’t have either a definite beginning or a definite ending. Maybe attenuation is better) – an attenuation from a kind of furious inertness and patient immobility6. »

  • 7  Claude Simon, La Route des Flandres, Paris, Minuit, « Double », 1960, p. 296.
  • 8  « Why do you hate the South ? », lui demande Shreve, compagnon de chambrée en compagnie duquel Que (...)

7On retrouve intacts cet enlisement et ce sentiment d’hébétude dans les romans de Simon – en particulier dans la Route des Flandres (1960) où le personnage principal (Georges) finit par avouer, à propos de la mort de son lointain cousin, le capitaine de Reixach : « Mais l’ai-je vraiment vu ou cru le voir ou tout simplement imaginé après coup ou encore rêvé, peut-être dormais-je, n’avais-je cessé de dormir les yeux grand ouverts en plein jour […]7. » De même que la dénégation de Quentin Compson, spectaculairement fichée à l’extrême clausule d’Absalom, Absalom !8, signale dans un dernier sursaut la difficulté du processus par lequel les derniers maillons de la chaîne historique tentent de se défaire d’un trop pesant héritage, les derniers mots de Georges livrent à nouveau la mort de Reixach au doute et à l’épaisse caution du rêve. Au terme des deux romans, rien n’est dit qui ne soit su depuis le début : la désolation d’un éternel après-guerre, l’échec (du dessein dynastique de Sutpen, de la charge héroïque de Reixach) et la disparition plus ou moins tragique de tous les protagonistes. L’échange lapidaire entre Quentin et Henry (le fils légitime qui survit cloîtré dans la maison fantôme de Sutpen’s Hundred), que Faulkner déplace stratégiquement du chapitre V (sa place chronologique) à l’excipit d’Absalom, Absalom !, ne fait ainsi qu’exhiber la plasticité du langage et le jeu de ses infimes modulations :

  • 9  Ibid., p. 298 et Absalon, Absalon !, op. cit., p. 411.

And you are…?
Henry Sutpen.
And you have been here…?
Four years.
And you came home…?
To die. Yes
To die ?
Yes. To die.
And you have been here…?
Four years.
And you are… ?
Henry Sutpen.

Et vous êtes…?
Henry Sutpen
Et vous êtes ici… ?
Depuis quatre ans.
Et vous êtes revenu chez vous… ?
Pour mourir. Oui
Pour mourir ?
Oui. Pour mourir.
Et vous êtes ici… ?
Depuis quatre ans.
Et vous êtes… ?
Henry Sutpen9.

  • 10  André Bleikasten, William Faulkner : Une vie en romans, Biographie, Croissy-Beaubourg, Aden, 2007, (...)
  • 11  « L’archéologie cherche à définir non point les pensées, les représentations, les images, les thèm (...)

8Si, pour les narrateurs Quentin et Shreve (son camarade de chambrée à Harvard), il importe d’enquêter sur un sombre secret de famille en « exhumant » certains événements passés à la faible lueur du présent et en en retraçant les enchaînements logiques, le questionnement des lecteurs d’Absalom, Absalom ! revêt, comme pour ceux de la Route des Flandres, une dimension beaucoup plus épistémologique : « Comment, résume André Bleikasten, sous quelles conditions et par quelles opérations, une histoire – n’importe quelle histoire et toute l’Histoire – devient-elle récit, et d’où un récit, quel qu’il soit, quel qu’en soit l’objet et quels qu’en soient les auteurs, peut-il tirer sa légitimité10 ? » À l’instar de la « description archéologique » des « monuments » prônée par Michel Foucault, destinée à saisir le jaillissement de la pensée, l’écriture est pour Faulkner et Simon une perpétuelle réécriture, « une transformation réglée de ce qui a été déjà écrit11 » :

  • 12  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 80 : « Eh bien, c’est tout simplement incroyabl (...)

It’s just incredible. It just does not explain. Or perhaps that’s it: they dont explain and we are not supposed to know. We have a few old-mouth-to-mouth tales; we exhume from old trunks and boxes and drawers letters without salutations or signature, in which men and women who once lived and breathed are now merely initials or nicknames out of some incomprehensible affection which sounds to us like Sanskrit or Chocktaw […]; impervious to time and inexplicable – Yes, Judith, Bon, Henry, Sutpen: all of them. They are there, yet something is missing; they are like a chemical formula exhumed along with the letters from that forgotten chest […]; you bring them together again and again nothing happens; just the words, the symbols, the shapes themselves, shadowy inscrutable and serene, against that turgid background of a horrible and bloody mischancing of human affairs12.

  • 13  « Entre la langue […] et le corpus […], l’archive définit un niveau particulier : celui d’une prat (...)
  • 14  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 4 : « Quentin eut l’impression de les voir […] (...)
  • 15  Ibid., p. 37.

9Dans cette approche particulière de « l’archive13 » et l’attention si forte accordée par Faulkner comme Simon aux potentialités du langage, se joue une double conception de l’événement, à la fois irruption (« out of the soundless Nothing »14) et ressassement interminable, « dispersion temporelle qui lui permet d’être répété, su, oublié, transformé, effacé jusque dans ses moindres traces, enfoui, bien loin de tout regard, dans la poussière des livres15 ».

Twice upon a time…: ruminer, reprendre, repriser

  • 16  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 210-211 : « Peut-être ce qui arrive ne le fait- (...)

10Il était donc toujours au moins une seconde fois. Parce qu’il est livré à la confusion foucaldienne des « discours », l’événement, bien que définitivement manqué, ne cesse de nous confronter à ses innombrables résurgences dans le « torrent du devenir » (Walter Benjamin). Il n’est en effet jamais trop tard pour subir avec Georges ou le jeune Quentin la « crise du temps » romanesque. Tout a déjà eu lieu mais tout continue de se répercuter au sein d’une temporalité amniotique: « Maybe happen is never once but like ripples maybe on water after the pebble sinks, the ripples moving on, spreading, the pool attached by a narrow umbilical water-cord to the next pool which the first pool feeds […]16. » Ou autrement dit avec cet extrait de Old Man, l’un des deux récits alternés de Wild Palms, le passé fangeux n’en finit jamais de « refluer » à la manière d’un fleuve en crue :

  • 17  William Faulkner, « Old Man », The Portable Faulkner, éd. Malcolm Cowley, New York, Penguin Books, (...)

Here they both saw and heard the movement – the slow profound eastward and upstream (“It’s running backward”, one convict said quietly) set of the still rigid surface, from beneath which came a deep faint subaquean rumble which (though none in the truck could have made the comparison) sounded like a subway train passing far beneath the street, and which suggested a terrific and secret speed. It was as if the water itself were in three strata, separate and distinct, the bland and unhurried surface bearing a frothy scum and a miniature flotsam of twigs and screening, as though by vicious calculation, the rush and fury of the flood itself, and beneath this in turn the original stream trickle, murmuring along in the opposite direction, following undisturbed and unaware of its appointed course […]17.

11La catastrophe familiale et nationale n’existant pas en dehors des réécritures, des récits et des relectures, il n’y a plus qu’à repriser le tissu du Temps à l’endroit de l’accroc, reprendre les événements pout tenter d’introduire un mouvement, une circulation au sein de la narcose moite dans laquelle tout – hommes, bêtes, paysages, saisons – semble embourbé. Ainsi s’expliquent la polyphonie des romans de Faulkner et Simon, la transmission des documents et la dépossession dont font preuve certains personnages, telle Judith Sutpen dans Absalom, Absalom ! :

  • 18  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 100-101 : « Car on laisse si peu de trace, voye (...)

Because you make so little impression, you see. You get born and you try this and you don’t know why only you keep on trying it and you are born at the same time with a lot of other people, all mixed up with them, like trying to, having to, move your arms and legs with strings only the same strings are hitched to all the other arms and legs and the other all trying and they don’t know why either except that the strings are all in one another’s way like five or six people all trying to make a rug on the same loom only each one wants to weave his own pattern into the rug […]; and then all of a sudden it’s all over and all you have left is a block of stone with scratches on it […]18.

  • 19  Friedrich Nietzsche, La Généalogie de la morale, op. cit., p. 17.
  • 20  Maurice Blanchot, L’Entretien infini, Paris, Gallimard, « NRF », 1969, p. 460.
  • 21  Friedrich Nietzsche, « De l’utilité et des inconvénients de l’histoire pour la vie », Considératio (...)

12C’est ce que Nietzsche appelle « ruminer19 », ce que Blanchot nomme « la mémoire comme abîme », « cette grande mémoire impersonnelle qui est le souvenir sans souvenir de l’origine20 » et au moyen de laquelle on peut néanmoins tenter de transformer le cauchemar de l’histoire en « force plastique de l’individu21 ».

Disjonction temporelle et sidération faulknérienne : l’événement est un monstre

Les comètes ne sont jamais apparues sans produire quelque mauvais effet, et laisser un sinistre événement.
Ambroise Paré, Des monstres célestes.

Le déboîtement du temps

  • 22  Gilles Deleuze, Proust et les signes (1964), Paris, P.U.F., « Quadrige », 1998, p. 197.

13Brutale « irruption » en même temps que lente « attrition » (usure provoquée par le frottement des matières, qui évoque aussi le va-et-vient de l’aiguille), l’événement des romans de Faulkner et de Simon peut également être considéré comme un monstre au sens étymologique du terme (monstrum, de monere « avertir, éclairer, inspirer », désigne à l’origine « le prodige qui avertit de la volonté des dieux »), dans la mesure où il « fait montre » de la dislocation des niveaux temporels et de la tragique brisure du Temps. Selon Tiphaine Samoyault, le motif de la montre cassée cristallise ainsi ce que le « chaosmos » deleuzien avait permis de nommer : soumis à la « durée » bergsonienne ainsi qu’à la violence guerrière, le monde moderne n’est plus représentable comme Logos et l’art doit trouver les moyens de créer des œuvres qui ne soient « ni logiques ni organiques, c’est-à-dire qui ne seraient ni présupposées par les parties comme unité perdue ou totalité fragmentée, ni formées ou préfigurées par elles au cours d’un développement logique ou d’une évolution organique22 ».

  • 23  Tiphaine Samoyault, La Montre cassée, Paris, Verdier, « Chaoïd », 2004, p. 17.

14Mécanique dérangée, motif transversal à la littérature, aux arts plastiques et au cinéma, la montre cassée donne ainsi à voir « comment le temps de la fiction se grippe lorsque se rencontrent non seulement la durée intime et le temps extérieur, mais ces trois temporalités contradictoires que sont le temps chronologique de la vie, la conscience intime du temps et le temps historique du monde23 ». En elle s’entrechoquent exemplairement la spontanéité douloureuse de l’événement et l’itérabilité « sans affect ni auto-affection » de la machine, union contradictoire à l’aune de laquelle Derrida jauge l’avenir de la philosophie et dont il met précisément en exergue l’aspect monstrueux :

  • 24  Jacques Derrida, Papier machine, Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 2001, p. 34-37.

Pourrons-nous un jour, et d’un seul mouvement, ajointer une pensée de l’événement avec une pensée de la machine ? Pourrons-nous penser, ce qui s’appelle penser, d’un seul et même coup et ce qui arrive (on nomme cela un événement), et, d’autre part, la programmation calculable d’une répétition automatique (on nomme cela une machine) ? Il faudrait alors dans l’avenir (mais il n’y aura d’avenir qu’à cette condition), penser et l’événement et la machine comme deux concepts compatibles, voire indissociables […]. Cela reste une monstruosité à venir, un événement impossible. Donc, le seul événement possible24.

15C’est bien cet événement « impossible » et dramatique que réalisent les romans de Faulkner et de Simon. Dans The Sound and the Fury, conçu sept ans avant Absalom, Absalom !, le même Quentin Compson brise violemment sa montre le matin de son suicide, seule façon d’affronter le temps en réfléchissant sa propre mort dans l’objet. L’hybridité monstrueuse entre organique et inorganique se lit alors dans la personnification de la montre. La mécanique implacable que torture Quentin est dotée d’attributs spécifiquement humains, aiguilles-hands et cadran-face résistant à l’assaut par le son obsédant des rouages :

  • 25  William Faulkner, The Sound and the Fury, New York, Cape & Smith, 1929 : « Je me suis dirigé vers (...)

I went to the dresser and took up the watch, with the face still down. I tapped the crystal on the corner of the dresser and caught the fragments of glass in my hand and put them into the ashtray and twisted the hands off and put them in the tray. The watch ticked on. I turned the face up, the blank dial with little wheels clicking and clicking behind it, not knowing any better25.

16Reprenant directement à Faulkner le motif de la montre cassée, Simon prolonge en de nombreuses occurrences et en de multiples échos cette disjointure catastrophique du temps, toujours intimement liée chez lui à la « drôle de guerre » :

  • 26  Claude Simon, Le Jardin des plantes, Paris, Minuit, 1997, p. 167.

Après avoir mis en batterie sur une table de cuisine le fusil mitrailleur, le brigadier qui commande l’escouade sort pour uriner. Comme il se reboutonne, il entend le sifflement d’un obus. Au lieu de se jeter à terre, il saute stupidement à l’intérieur du bâtiment par une fenêtre du rez-de-chaussée. Le souffle de l’explosion le projette à plat ventre parmi une pluie de plâtras et de verre brisé. En se relevant, il jette un coup d’œil à sa montre-bracelet dont le verre est étoilé d’une cassure. Les aiguilles se sont arrêtées à 17 h 4526.

  • 27  Ibid., p. 217.

17Exposée pour la première fois dans la Route des Flandres, la scène du cavalier devenu fou est évoquée à nouveau dans le Jardin des plantes (1997), l’un des derniers romans de Simon, le plus kaléidoscopique de tous ainsi qu’en témoigne sa disposition typographique. Au cours du long entretien de « S. » avec un journaliste, sans cesse interrompu par une foule de souvenirs désordonnés, l’événement réemprunte la forme de la montre cassée (« le colonel n’a été tué qu’environ deux – ou trois : ma montre était cassée – heures plus tard27 ») et la syntaxe détraquée pétrifie l’événement en même temps qu’elle marque l’impossibilité de sa ressaisie.

  • 28  David Zemmour, « Présence stylistique de Faulkner dans les romans de Claude Simon », La Revue des (...)

18Démultipliant la puissance « analogique et spéculative » de l’horloge brisée, l’« arrêt sur événement » ou la « stase » (frozen moment) qui caractérise les romans de Faulkner et de Simon se marque aussi par les temps verbaux et l’usage compulsif des participes présents. Ainsi que le rappelle David Zemmour dans son étude de stylistique comparée, l’indétermination du participe présent en fait un opérateur privilégié de « tableau vivant ayant pour effet de dramatiser la signification d’un événement » : « ni tout à fait verbe, ni véritable adjectif, [il] se situe entre procès et propriété, entre action et qualité, entre un devenir et un état28 », tels que le sont également les moments cruciaux des romans de Faulkner et de Simon. On citera pour mémoire les instants suspendus précédant les morts de Sutpen et de Reixach :

  • 29  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 231 : « […] et peut-être était-il [Wash Jones] (...)

[…] and maybe still standing there and holding the stallion’s reins after Sutpen had entered the cabin, still hearing the galloping, watching the proud galloping image merge and pass, galloping through avatars which marked the accumulation of years, time, to the fine climax where it galloped without weariness or progress, forever and forever immortal beneath the brandished sabre and the shot-torn flags rushing down a sky in color like thunder […]29.

  • 30  Claude Simon, La Route des Flandres, op. cit., p. 12. Nous soulignons.

Un moment j’ai pu le voir ainsi le bras levé brandissant cette arme inutile et dérisoire dans un geste héréditaire de statue équestre que lui avaient probablement transmis des générations de sabreurs […], le soleil miroitant un instant sur la lame nue puis le tout – homme cheval et sabre – s’écroulant d’une pièce sur le côté comme un cavalier de plomb commençant à fondre par les pieds et s’inclinant […], disparaissant le sabre toujours tenu à bout de bras derrière la carcasse de ce camion brûlé effondré là […], les pneus crevés se consumant lentement exhalant cette puanteur de caoutchouc cramé […], flottant ou plutôt stagnant visqueuse et transparente […]30.

19Si Simon refuse d’accorder une fonction épique aux participes présents – distanciation très sensible à la lecture des deux extraits : Simon fait subir à l’emphase faulknérienne la même déchéance qu’à la figure héroïque du cavalier –, il réinvestit cependant la dialectique instaurée par Faulkner entre le participe présent de la mémoire volontaire (lorsque Quentin ou Georges cherchent péniblement à exhumer le peu d’éléments qui pourraient éclairer ces morts absurdes) et le participe présent de la mémoire involontaire, venant suggérer le flot des sensations qui submergent le sujet et qui distendent indéfiniment le temps de la remembrance (Quentin lors de son entretien avec Shreve se souvenant du trajet en buggy avec Rosa Coldfield ; Georges s’abandonnant corps et âme pendant la nuit de l’étreinte avec Corinne). Temps brisé, temps figé, temps prolongé – ces trois modalités de l’événement sont ainsi réunies par la syntaxe :

  • 31  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 43 : « […] le nuage de poussière où se mouvait (...)

[…] the dustcloud in which the buggy moved not blowing away because it had been raised by no wind and was supported by no air but evoked, materialized about them, instantaneous and eternal […], moving on, enclosing them […], he (Quentin) agreeing to this, sitting in the buggy beside the implacable doll-sized, old woman clutching her cotton umbrella, smelling the heat-distilled old-woman flesh, the heat-distilled camphor in the old fold-creases of the shawl, feeling exactly like an electric bulb blood and skin […], thinking Good Lord yes, let’s don’t find him or it […]31.

  • 32  Claude Simon, La Route des Flandres, op. cit., p. 242-243.

[…] mes mains aveugles rassurées la touchant partout courant sur elle son dos son ventre avec un bruit de soie rencontrant cette touffe broussailleuse poussant comme étrangère parasite sur sa nudité lisse, je n’en finissais pas de la parcourir rampant sur elle explorant dans la nuit découvrant son corps immense et ténébreux […]32.

20C’est à l’aune de la similitude des traitements d’une temporalité à la fois disjointe et dilatée, extatique et horrifiée, que l’on peut mesurer le prodigieux impact de Faulkner sur le roman du XXe siècle. En dépit de la distance critique revendiquée par Simon vis-à-vis du romantisme échevelé de son maître, la Route des Flandres offre un exemple tout à fait saisissant de « persistance » rétino-faulknérienne.

Le « phénomène » Faulkner

  • 33  Jacques Lambert, « Quand les “phénomènes” changent de sens : Monstres et comètes, des présages aux (...)
  • 34  « Parmi les phénomènes reconnus comme des prodiges au sens fort du terme, les comètes et les monst (...)
  • 35  « L’origine astrologique de l’influence est restée par exemple dans les langues où celle-ci désign (...)

21Il faut entendre le mot « phénomène » au sens ancien que lui conférait la science avant que ne s’engage la révolution newtonienne : non comme l’« effet sensible, perceptible et mesurable d’une cause dont le physicien, par les mesures qu’il en prend, établit l’existence, et dont il tente de connaître la nature », mais comme un événement littéralement extra-ordinaire, l’événement par excellence, « synonyme de prodige et de merveille, [héritant] des mirabilia du Moyen Âge et des portenta de l’Antiquité33 ». Le philosophe Jacques Lambert a remarquablement analysé l’intime relation nouée jusqu’au XVIIe siècle entre les monstres et les comètes34, consacrée par la discipline « tératoscopique » (art divinatoire basé sur l’examen des « phénomènes ») ainsi que par l’équivalence sémantique entre « influence » et « sidération » (de sideratio : « position des astres pour interpréter la destinée » ; « action funeste des astres et surtout du soleil, insolation35 »). C’est précisément en ces termes astrologiques, rappelant l’imaginaire simonien de la Méduse, qu’il faut analyser l’emprise des textes faulknériens sur l’œuvre de Simon.

  • 36  Elias Canetti, Die Blendung (1935), d’abord paru en français sous le titre la Tour de Babel (trad. (...)
  • 37  Cf. James L. W. West (éd.), Conversations with William Styron, Jackson, University Press of Missis (...)
  • 38  Richard Ford, « The Three Kings : Hemingway, Faulkner, and Fitzgerald », Esquire, no 100, décembre (...)
  • 39  Jim Harrison, Just Before Dark : Collected nonfiction, Livingston, Clark City Press, 1991, p. 154 (...)
  • 40  Louise Erdrich, Michael Dorris, Conversations with Louise Erdrich and Michael Dorris, Jackson, Uni (...)
  • 41  Cf. Carol A. Kolmerten, Stephen M. Ross, Judith Bryant Wittenberg, Unflinching Gaze : Morrison and (...)
  • 42  Cf. Helen Oakley, The Recontextualization of William Faulkner in Latin American Fiction and Cultur (...)
  • 43  Kenzaburô Ôé, « Reading Faulkner from a Writer’s Point of View », Faulkner Studies in Japan, dir. (...)
  • 44  Michiko Yoshida, « Kenji Nakagami as Faulkner’s Rebellious Heir », Faulkner, His Contemporaries, a (...)
  • 45  Pierre Michon, « Le Père du texte », Trois auteurs, Paris, Verdier, 1997, p. 77-88, et « L’éléphan (...)
  • 46  Pierre Bergounioux, Jusqu’à Faulkner, Paris, Gallimard, « L’un et l’autre », 2002 ; Mahigan Lepage (...)
  • 47  Zahia Rahmani, France, récit d’une enfance, Paris, Sabine Wespieser, 2006, p. 64-65.

22À l’instar de la duplice « Blendung36 » qui donnait originellement son titre au roman de Canetti (Auto-da-fé), l’éblouissement solaire suscité par l’œuvre de Faulkner peut également se muer en problématique aveuglement. Comment écrire après Faulkner ? Comment en hériter ? Comment s’en distancier ? La question se pose pour des générations d’écrivains de par le monde : ainsi William Styron37, Richard Ford38, Jim Harrison39, Louise Erdrich40 et Toni Morrison41 aux États-Unis, Gabriel Garcia Márquez, Mario Vargas Llosa, Carlos Juan Onetti et Juan Rulfo42 en Amérique latine, Kenzaburô Ôé43 et Kenji Nakagami44 au Japon, Pierre Michon45, Pierre Bergounioux46 ou encore Zahia Rahmani47 en France. Parmi ces écrivains contemporains ayant explicitement revendiqué l’influence de Faulkner sur leur propre travail d’écriture, Claude Simon présente certainement le cas le plus emblématique de « sidération », tant dans son intensité que dans sa variété d’expression.Une première partie de l’œuvre simonienne, de la fin des années cinquante (le Vent, 1957) jusqu’à celle des années soixante (la Route des Flandres et Histoire (1967), ainsi que le Palace (1962) dont la composition arbitraire rappelle la structure alternée de Wild Palms), témoigne de l’omniprésence étouffante du modèle faulknérien, qu’elle soit thématique, stylistique, syntaxique, structurelle ou strictement citationnelle.

  • 48  « Le paradigme est un cas singulier qui n’est isolé du contexte dont il fait partie que dans la me (...)
  • 49  Gérard Genette, Palimpsestes : la Littérature au second degré, Paris, Seuil, « Points essais », 19 (...)

23La Route des Flandres constitue ainsi un véritable « paradigme », si l’on se réfère à la définition qu’en donne Giorgio Agamben48, de la relation des héritiers de Faulkner à son œuvre. Ce roman semble en effet porter comme tissé en son revers la totalité des éléments caractéristiques d’Absalom, Absalom !, nous conduisant avec Genette à déplacer la relation entre les œuvres de Faulkner et de Simon du domaine de la stricte intertextualité (« une relation de coprésence entre deux ou plusieurs textes […], la présence effective d’un texte dans un autre » sous la forme de la citation, du plagiat ou de l’allusion49) vers celui, plus complexe et plus organique, de l’« hypertextualité » :

  • 50  Ibid., p. 13-16.

J’entends par là toute relation unissant un texte B (que j’appellerai hypertexte) à un texte antérieur A (que j’appellerai bien sûr hypotexte) sur lequel il se greffe d’une manière qui n’est pas celle du commentaire […]. Cette dérivation peut être soit de l’ordre descriptif et intellectuel, où un métatexte « parle » d’un texte. Elle peut être d’un autre ordre, tel que B ne parle nullement de A, mais ne pourrait cependant exister tel quel sans A, dont il résulte au terme d’une opération que je qualifierai, provisoirement encore, de transformation […]. J’appelle donc hypertexte tout texte dérivé d’un texte antérieur par transformation simple ou par transformation indirecte : nous dirons imitation50.

  • 51  « L’hypertextualité, à sa manière, relève du bricolage. » Ibid., p. 556. Claude Simon lui-même se (...)
  • 52  Voir les développements de Genette sur l’« imitation », qui requiert « la maîtrise au moins partie (...)
  • 53  Stuart Sykes, « The Novel as Conjuration : Absalom, Absalom ! and La Route des Flandres », Revue d (...)
  • 54  Jacqueline de Labriolle, « De Faulkner à Claude Simon », Revue de Littérature Comparée, vol. LIII, (...)
  • 55  Evelyn Cobley, « Absence and Supplementary in Absalom, Absalom ! », Revue de littérature comparée, (...)
  • 56  Claude Simon a d’abord eu accès aux textes de Faulkner dans les traductions de Maurice-Edgar Coind (...)
  • 57  « […] les paroles qu’il (de Reixach) avait lui-même dites » (Claude Simon, la Route des Flandres, (...)
  • 58  David Zemmour, « Présence stylistique de Faulkner dans les romans de Claude Simon », op. cit., p.  (...)

24Texte médusé, palimpseste autant que ventriloque, la Route des Flandres « bricole51 » non seulement les thèmes et les « visions » (les désastres causés par la guerre, la démystification de l’héroïsme guerrier, le pourrissement généralisé induit par la défaite, les figures de l’ancêtre fondateur, de la femme « invaincue » porteuse de mémoire, etc.), mais aussi la construction hétérochronique, le stream of consciousness rétrospectif et la complexité énonciative du roman de Faulkner. L’ombre de la « Dark House » s’étend aussi pleinement sur la phrase simonienne, vouée de façon incroyablement « mimétique52 » à une prolifération exorbitante – ainsi que l’ont très bien analysé Stuart Sykes53, Jacqueline de Labriolle54, Evelyn Cobley55 et plus récemment David Zemmour. La langue elle-même apparaît dans ses moindres détails toute imprégnée (rongée, hantée, débordée) par celle de Faulkner, préalablement traduite de l’anglais56. La contamination opère jusque dans le système déréglé de la ponctuation, l’usage hétérodoxe des pronoms personnels redoublés par les référents entre parenthèses57, de la conjonction de coordination « et » (embrayeur privilégié des dialogues), de la préposition « avec », de la locution « pouvoir voir » et des fameux participes présents, « le roman se faisant, à travers cette tentative de restitution, une réflexion critique sur l’aptitude mimétique du langage à reproduire une expérience d’essence extra-verbale58 ».

  • 59  « Tom Wolfe essayait de tout dire, de tout saisir, le monde, plus son moi, ou le monde filtré par (...)
  • 60  « J’aime à me représenter le monde que j’ai créé comme une sorte de clé de voûte de l’univers ; au (...)
  • 61  Tiphaine Samoyault, Excès du roman, Paris, Maurice Nadeau, 1999, p. 36.

25Le roman simonien lui-même se met à ressembler à un monstre, en vertu de l’anthropophagie hypertextuelle qui le pousse à accumuler et à régurgiter tous les matériaux faulknériens (forme, langage et contenu) sans nécessairement les « digérer » (du moins en apparence). Il faut souligner la démesure du geste simonien : alors que Faulkner entendait condenser démiurgiquement le monde et le temps sur une seule « tête d’épingle59 », vouée à devenir ainsi la « clé de voûte de l’univers60 », Simon s’emploie à réengloutir la cosmogonie faulknérienne jusqu’à l’exténuation des intertextes. Tiphaine Samoyault a d’ailleurs défini la forme romanesque par cette dévoration que rien ne parvient à rassasier ; si « la quantité y est [également] emboîtement61 » :

  • 62  Ibid., p. 27.

Le premier mode par lequel l’excès dispose du roman vient de ce que sa quantité est [d’abord] mélange, détermination qualitative de la quantité. L’économie du roman monstre est une économie déréglée, qui pourrait ressembler à celles instaurées par le Minotaure ou par le Sphinx […]. Elle défait les structures existantes en absorbant indifféremment leurs contenus et sa capacité d’absorption n’offre pas en elle-même une structure62.

26L’excès quantitatif et qualitatif de la réécriture simonienne est d’autant plus symptomatique qu’il rend visible, en le reproduisant à l’échelle macrostructurale de l’histoire littéraire du XXe siècle, le fonctionnement intime de l’événement faulknérien : contrecoup, différance, ressassement, hantise éternelle de ce qu’on n’a jamais directement vécu mais qui nous est transmis par lettres, souvenirs, témoignages, documents à moitié effacés, relectures, etc. Dans cette partie de l’œuvre simonienne, l’influence de Faulkner se manifeste exactement de la même manière paradoxale que « l’apparition » de Sutpen à Jefferson, le meurtre de Charles Bon ou la charge folle de Reichax : monstre terrifiant et comète aveuglante, événement fondateur de toute parole, de tout récit, de toute écriture, le texte faulknérien est aussi « originaire » au sens que Derrida confère à ce mot : ne cessant de faire reculer l’origine, il va jusqu’à brouiller les concepts d’« origine » et de « source », l’emprise continuant de s’exercer bien après « l’heure de midi ».

27C’est à partir des années soixante-dix que Simon change de cap et s’arrache à la fascination faulknérienne en concentrant notamment son attention sur les rapports entre le texte et l’image. Vingt ans plus tard, le Jardin des plantes expose ainsi une tout autre manière d’intégrer les hypotextes et les références. Dans la troisième partie du roman, Simon entretisse par exemple de longs extraits de Sodome et Gomorrhe en en faisant apparaître visuellement la couture : les citations proustiennes ne sont pas coulées dans le texte comme la Route des Flandres travaillait à une fusion vertigineuse avec Absalom, Absalom !, mais elles sont clairement distinguées par des sauts de paragraphe. Si le matériau intertextuel est toujours placé au cœur de l’œuvre simonienne, il n’est plus soumis à l’économie dévorante de la sidération.

Événement, sensation et mémoire du présent

Puis je pensais que tout nous arrive précisément, précisément maintenant. Des siècles et des siècles et c’est seulement dans le présent que les faits se produisent.
Jorge Luis Borges, Le Jardin aux sentiers qui bifurquent.

  • 63  La critique s’accorde généralement à départager Faulkner et Simon autour de la question sarrautien (...)

28Au-delà ou plutôt en-deçà des jugements critiques qui visent à évaluer les différences entre Faulkner et Simon (en tant que « Nouveau Romancier », Simon serait nécessairement plus « moderne », « pessimiste » et « radical » que Faulkner63), on insistera en guise de conclusion sur leur commune redéfinition de la mémoire. Comme en témoigne cet extrait du Discours de Stockholm, la conception simonienne de la mémoire est liée au fantastique dessein de donner scripturalement corps aux perceptions qui nous assaillent :

  • 64  Claude Simon, Discours de Stockholm, Paris, Minuit, 1986, p. 25 et 28.

Lorsque je me trouve devant ma page blanche, je suis confronté à deux choses : d’une part le trouble magma d’émotions, de souvenirs, d’images qui se trouve en moi, d’autre part la langue, les mots que je vais chercher pour le dire, la syntaxe par laquelle ils vont être ordonnés et au sein de laquelle ils vont en quelque sorte se cristalliser […]. Les mots ne sont pas seulement « signes » mais nœuds de signification ou encore […], carrefours de sens, de sorte que déjà par son seul vocabulaire la langue offre la possibilité de « combinaisons » en « nombre incalculable »64.

  • 65  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 115 : « Telle est la substance de la remembranc (...)
  • 66  William Faulkner, Absalon, Absalon !, op. cit., p. 169. Résonne ici l’argument de Berkeley selon l (...)
  • 67  Claude Simon, La Route des Flandres, op. cit., p. 16.

29Après Proust (autre grand modèle simonien), Faulkner a magistralement détaillé la manière dont les événements du passé continuent, au moyen des sensations, d’exercer leur emprise sur le présent. La totalité de son œuvre offre ainsi un provocant désaveu de la mémoire « intellectuelle » au profit de la chair machinalement percevante du souvenir: « That is the substance of remembering – sense, sight, smell: the muscles with which we see and hear and feel – not mind, not thought, assène Rosa à Quentin: the brain recalls just what the muscles grope for: no more, no less: and its resultant sum is usually incorrect and false and worthy only of the name of dream. »65La mémoire s’inscrit dans un corps sensible (voire souffrant : « pain », « grief », « weep » ponctuent le discours faulknérien) et hermétique à tout savoir immédiat. Rosa évoque ainsi l’« enfance qui [lui] avait enseigné (mais guère plus) à écouter avant que de pouvoir saisir [to listen before [she] could comprehend]66 ») de la même manière que le premier chapitre de la Route des Flandres nous confronte au brouillage des épisodes vécus et remémorés par Georges dans une sorte d’hypnose brumeuse des sens (la fusillade, le boiteux jaloux, les disputes des soldats), « comme si non pas une armée mais le monde lui-même tout entier […] était en train de se dépiauter se désagréger s’en aller en morceaux en eau en rien […]67. »

  • 68  Gilles Deleuze et Félix Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Minuit, 2005, p. 158-159.
  • 69  Gilles Deleuze, Différence et répétition, Paris, P.U.F., « Épiméthée », 1968, p. 111.
  • 70  « On s’installe d’emblée dans le passé, on saute dans le passé comme dans un élément propre […]. C (...)

30Ainsi, la mémoire faulknérienne et simonienne n’est pas à proprement parler un travail de commémoration mais bien plutôt de « fabulation » de l’événement, qui, pour reprendre l’expression deleuzienne, permet aux deux écrivains d’« extraire un bloc de sensations, un pur être de sensation », « d’élever le roman au percept68 » en faisant s’interpénétrer les sensations et les strates de temporalités. C’est ce qui explique que le passé ne puisse jamais passer. L’obscur passé dans lequel se débattent les personnages de Faulkner et de Simon n’appartient pas à une dimension antérieure du temps, il constitue en fait la « synthèse » du temps tout entier : « On ne peut pas dire : il était. Il n’existe plus, il n’existe pas, mais il insiste, il consiste, il est. Il insiste avec l’ancien présent, il consiste avec l’actuel ou le nouveau. Il est l’en-soi du temps comme fondement dernier du passage69. » Se souvenir de l’événement ne consiste donc pas pour Faulkner et Simon à remonter chronologiquement le cours de l’histoire mais à « sauter dans l’être pur du passé70 » au moyen d’une mémoire-percept et à « fabuler » la matière temporelle pour nous offrir de fascinantes images-souvenirs.

Haut de page

Bibliographie

Agamben Giorgio, Signatura rerum : Sur la méthode, trad. Joël Gayraud, Paris, Vrin, « Textes philosophiques », 2008.

Bergounioux Pierre, Jusqu’à Faulkner, Paris, Gallimard, « L’un et l’autre », 2002.

Blanchot Maurice, L’Entretien infini, Paris, Gallimard, « NRF », 1969.

Bleikasten André, William Faulkner : Une vie en romans, Biographie, Croissy-Beaubourg, Aden, 2007.

Canetti Élias, Auto-da-fé, trad. Paule Arhex, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1968.

Cobley Evelyn, « Absence and Supplementary in Absalom, Absalom ! », Revue de littérature comparée, vol. LXII, n° 245, Didier, 1988, p. 23-44.

Dégremont Roselyne, Berkeley : l’Immatérialisme, Paris, Ellipses, « Philo-philosophes », 1999.

Deleuze Gilles, Proust et les signes (1964), Paris, P.U.F., « Quadrige », 1998.

—, Le Bergsonisme, Paris, P.U.F., « Quadrige », 1966.

—, Différence et répétition, Paris, P.U.F., « Épiméthée », 1968.

Deleuze Gilles et Guattari Félix, Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Minuit, 2005.

Derrida Jacques, Papier machine, Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 2001.

Erdrich Louise, Conversations with Louise Erdrich and Michael Dorris, Jackson, University Press of Mississippi, 1994.

Faulkner William, The Sound and the Fury, New York, Cape & Smith, 1929.

—, Absalom, Absalom!, New York, Random House, 1936.

—, The Wild Palms, New York, Random House, 1939.

—, Requiemfor a Nun, New York, Random House, 1951.

—, Lion in the Garden: Interviews with William Faulkner 1926-1962, éd. James B. Meriwether et Michael Millgate, New York, Random House, 1968.

—, Le Bruit et la fureur, trad. M.-E. Coindreau, Paris, Gallimard, « Folio », 1972.

—, The Portable Faulkner, éd. Malcolm Cowley, New York, Penguin Books, 1977.

—, Lettres choisies, trad. D. Coupaye et M. Gresset, éd. J. Blotner, Paris, Gallimard, « Du monde entier », 1981.

—, Absalon, Absalon !, trad. F. Pitavy, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 2000.

—, Si je t’oublie Jérusalem, (Les Palmiers sauvages), trad. M.-E. Coindreau revue par F. Pitavy, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 2001.

Ford Richard, « The Three Kings: Hemingway, Faulkner and Fitzgerald », Esquire, no 100, décembre 1983, p. 577-87.

Forest Philippe, Sarinagara, Paris, Gallimard, « Folio », 2004.

Foucault Michel, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1969.

Genette Gérard, Palimpsestes : la littérature au second degré, Paris, Seuil, « Points essais », 1982.

Gresset Michel et Ohashi Kenzaburo (dir.), Faulkner After the Nobel Prize, Kyoto, Yamaguchi Publishing House, 1987.

Harrison Jim, Just Before Dark: Collected nonfiction, Livingston, Clark City Press, 1991.

Inge Thomas, Faulkner, Sut, and Other Southerners: Essays in Literary History, West Cornwall, Locust Hill, 1992. 

Kolmerten Carol A., Ross, Stephen M., Bryant Wittenberg, Judith, Unflinching Gaze: Morrison and Faulkner Re-envisioned, Jackson, University Press of Mississippi, 1997.

Labriolle Jacqueline, « De Faulkner à Claude Simon », Revue de Littérature Comparée, vol. 211, n° 3, Didier, 1979, p. 358-388.

Lambert Jacques, « Quand les “phénomènes” changent de sens : Monstres et comètes, des présages aux archives », La Vie et la mort des monstres (dir. Jean-Claude Beaune), Paris, Champ Vallon, « Milieux », 2004, p. 99-112.

Lepage Mahigan, « Michon et Bergounioux lecteurs de Faulkner », Études françaises, vol. 43, no 1, 2007, p. 123-138.

Matthieussent Brice, Jim Harrison, de A à W, Paris, Bourgois, « Fictives », 1995.

Michon Pierre, « Le Père du texte », Trois auteurs, Paris, Verdier, 1997, p. 77-88.

—, « L’éléphant », Corps du roi, Paris, Verdier, p. 55-68.

Nietzsche Friedrich, Zur Genealogie der Moral (1887), Nietzsche Werke Volume 2 ; Volume 6 de Werke : kritische Gesamtausgabe, Berlin, Walter de Gruyter, 1996.

—, La Généalogie de la morale, trad. I. Hildenbrand et J. Gratien, Paris, Gallimard, « Folio essais », 1971.

—, Considérations inactuelles I et II (1874), trad. P. Rusch, Paris, Gallimard, « Folio essais », 1990.

Oakley Helen, The Recontextualization of William Faulkner in Latin American Fiction and Culture, Lewiston, Edwin Mellen Press, 2002.

Ôé Kenzaburô, « Reading Faulkner from a Writer’s Point of View », Faulkner Studies in Japan (dir. Thomas McHaney), Athens, University of Georgia Press, 1985, p. 62-75.

Rahmani Zahia, France, récit d’une enfance, Paris, Sabine Wespieser, 2006.

Ricardou Jean (dir.), Nouveau roman : Hier, aujourd’hui,Colloque de Cerisy, vol. 2, Paris, U.G.E., « 10/18 », 1972.

Samoyault Tiphaine, Excès du roman, Paris, Nadeau, 1999.

—, La Montre cassée, Paris, Verdier, « Chaoïd », 2004.

Simon Claude, La Route des Flandres, Paris, Minuit, « Double », 1960.

—, Discours de Stockholm, Paris, Minuit, 1986.

—, Le Jardin des plantes, Paris, Minuit, 1997.

Sykes Stuart, « The Novel as Conjuration : Absalom, Absalom ! and La Route des Flandres », Revue de Littérature Comparée, vol. LIII, no 211, Didier, 1979, p. 348-357.

West James L. W. (éd.), Conversations with William Styron, Jackson, University Press of Mississippi, 1985.

Yoshida Michiko, « Kenji Nakagami as Faulkner’s Rebellious Heir », Faulkner, His Contemporaries, and His Posterity (dir. Waldemar Zacharasiewicz), Tubingen, Francke, 1993, p. 350-360.

Zemmour David, « Présence stylistique de Faulkner dans les romans de Claude Simon », La Revue des lettres modernes,n° 4(« Claude Simon »), Paris, Lettres modernes Minard, 2005, p. 175-193.

Haut de page

Notes

1  « Le passé n’est jamais mort. Il n’est même jamais le passé. » William Faulkner, Requiem pour une nonne, trad. M.-E. Coindreau, Paris, Gallimard, « Folio », 1957, p. 108.

2  William Faulkner, Absalom, Absalom !, New York, Random House, 1936, p. 7 : « C’était là-dedans qu’avait grandi Quentin ; les noms mêmes étaient interchangeables et presque sans nombre. Son enfance en était pleine. Il était une caserne vide remplie de fantômes têtus aux regards tournés en arrière, pas encore remis, même au bout de quarante-trois ans, de la fièvre qui avait guéri leur maladie. » (Absalon, Absalon !, trad. François Pitavy, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 2000, p. 34.)

3  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 121 : « Ce fut tout. Ou plutôt pas tout, puisqu’il n’y a pas de tout, pas de fin ; ce n’est pas du coup lui-même que nous souffrons, mais de sa fastidieuse répercussion, du contrecoup, des sales conséquences qu’il nous faut balayer du seuil même du désespoir. Vous comprenez, je ne le vis jamais. Je ne l’ai même pas vu mort. J’ai entendu un écho, mais pas le coup de feu ; j’ai aperçu une porte close, mais je ne l’ai pas ouverte. » (trad. op. cit., p. 181.)

4  « Se souvenir d’un rêve ancien, c’est se réveiller soudain de l’oubli dans lequel ce rêve était tombé et dont le rappel donne à toute sa vie l’apparence somnolente d’un long sommeil depuis toujours agité des mêmes images […]. Il n’y a rien de plus étrange que le souvenir d’un rêve lorsque, inexplicablement, vous revient tout à coup ce souvenir, des années et des années après la première nuit où ce rêve a été rêvé. Rien de plus étrange sinon peut-être le rêve d’un souvenir, quand, cette fois, c’est un événement depuis longtemps oublié qui se rappelle à vous sous la forme infiniment fraîche du rêve le plus récent, le plus vivant. Et l’on ne sait plus alors si ce redoublement – du rêve par le souvenir, du souvenir par le rêve – irréalise davantage l’image qui vous vient ou bien la rétablit paradoxalement dans son scintillant statut d’évidence. » Philippe Forest, Sarinagara, Paris, Gallimard, « Folio », 2004, p. 321. Nous soulignons.

5  Friedrich Nietzsche, Zur Genealogie der Moral (1887), Nietzsche Werke Volume 2 ; Volume 6 de Werke : kritische Gesamtausgabe, Berlin, Walter de Gruyter, 1996, p. 259 : « Nous, chercheurs de la connaissance, nous sommes pour nous-mêmes des inconnus, – pour la bonne raison que nous ne nous sommes jamais cherchés… Quelle chance avions-nous de nous trouver quelque jour […] ? Bien plus, comme un homme divinement distrait, absorbé en lui-même, aux oreilles duquel viennent de retentir à grand bruit les douze coups de midi, et qui, brusquement éveillé, se demande « qu’est-ce donc qui vient au juste de sonner ? » – ainsi arrive-t-il que nous nous frottions les oreilles après coup en nous demandant, tout étonnés, « qu’est-ce donc que nous avons au juste vécu ? », ou même « qui sommes-nous au juste ? » et nous essayons alors – après coup, comme je viens de le dire – de faire le compte des douze sons de cloche vibrants, de notre expérience, de notre vie, de notre être – hélas ! sans trouver de résultat juste… » (Friedrich Nietzsche, La Généalogie de la morale, trad. Isabelle Hildenbrand et Jean Gratien, Paris, Gallimard, « Folio essais », 1971, p. 7-8.)

6  William Faulkner, Absalom Absalom !, op. cit., p. 180-182 : « une (on ne pouvait appeler cela une période, car d’après ce qu’il se rappelait ou dit à grand-père qu’il se rappelait, cela n’eut ni commencement ni fin bien définis. Peut-être vaut-il mieux dire une accalmie) – une accalmie issue d’une sorte de furieuse inertie et de patiente immobilité […]. »(trad. op. cit., p. 259-261.) Nous soulignons.

7  Claude Simon, La Route des Flandres, Paris, Minuit, « Double », 1960, p. 296.

8  « Why do you hate the South ? », lui demande Shreve, compagnon de chambrée en compagnie duquel Quentin recrée les méandres de l’histoire Sutpen dans les quatre derniers chapitres : « I dont hate it, he said. I dont hate it, he thought, panting in the cold air, the iron New England dark : I dont. I dont ! I dont hate it ! I dont hate it ! » William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 303 : « Pourquoi est-ce que tu hais le Sud ? […] Je ne le hais pas, dit-il. Je ne le hais pas, pensa-t-il, haletant dans l’air glacé, dans l’implacable obscurité de la Nouvelle-Angleterre ; Non. Non ! Je ne le hais pas ! Je ne le hais pas ! » (trad. op. cit., p. 417.)

9  Ibid., p. 298 et Absalon, Absalon !, op. cit., p. 411.

10  André Bleikasten, William Faulkner : Une vie en romans, Biographie, Croissy-Beaubourg, Aden, 2007, p. 393.

11  « L’archéologie cherche à définir non point les pensées, les représentations, les images, les thèmes, les hantises qui se cachent ou se manifestent dans les discours ; mais ces discours eux-mêmes, ces discours en tant que pratiques obéissant à des règles […]. Ce n’est pas le retour au secret même de l’origine ; c’est la description systématique d’un discours-objet. » Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, Paris, Gallimard, « Bibliothèque des sciences humaines », 1969, p. 182-183.

12  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 80 : « Eh bien, c’est tout simplement incroyable et tout simplement inexplicable. Ou peut-être est-ce ainsi : c’est inexplicable et nous ne sommes pas censés comprendre. Nous possédons quelques vieilles histoires que nous nous repassons de bouche en bouche ; nous exhumons de vieilles malles, boîtes et tiroirs des lettres sans formule de politesse ni signature, dans lesquelles des hommes et des femmes qui ont autrefois existé et vécu sont réduits à de simples initiales ou à de petits noms familiers nés de quelque affection maintenant incompréhensible et qui nous paraît du sanscrit ou du choctaw […], impénétrables au temps et inexplicables. Oui, Judith, Bon, Henry, Sutpen, tous autant qu’ils sont. Les voilà tous, mais il manque quelque chose : on dirait une formule chimique exhumée en même temps que les lettres de ce coffre oublié […] ; on mélange de nouveau et, de nouveau, rien ne se produit : rien que les mots, les symboles, les formes elles-mêmes, indistinctes et énigmatiques et sereines, sur cette toile de fond déclamatoire d’une atroce et sanglante mésaventure humaine. » (trad. op. cit., p. 172.) Nous soulignons.

13  « Entre la langue […] et le corpus […], l’archive définit un niveau particulier : celui d’une pratique qui fait surgir une multiplicité d’énoncés comme autant d’événements réguliers, comme autant de choses offertes au traitement et à la manipulation. » Michel Foucault, L’Archéologie du savoir, op. cit., p. 171.

14  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 4 : « Quentin eut l’impression de les voir […] arracher violemment au Néant silencieux […]. » (trad. op. cit., p. 31.)

15  Ibid., p. 37.

16  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 210-211 : « Peut-être ce qui arrive ne le fait-il jamais une fois mais est semblable à des cercles de rides sur l’eau lorsque le caillou a coulé, à des cercles qui vont s’élargissant, leur aire rattachée par un mince filet d’eau, comme par un cordon ombilical, à l’aire voisine qu’elle alimente […]. » (trad. op. cit., p. 298.)

17  William Faulkner, « Old Man », The Portable Faulkner, éd. Malcolm Cowley, New York, Penguin Books, 1977, p. 488-489 : « C’est là qu’ils virent et entendirent le mouvement – la masse lente et profonde sous la surface immobile et rigide qui remontait vers l’est à contre-courant (« Elle coule à reculons », dit un des forçats avec calme) et d’où montait un vague grondement qui (bien que personne dans le camion n’eût pu faire cette comparaison) rappelait le bruit d’un lointain métro sous une rue et indiquait une vitesse terrifiante et secrète. On eût dit que l’eau même se superposait en trois couches, séparées et distinctes : la surface lente et indifférente couverte d’écume floconneuse et de brindilles, ces épaves en miniature occultant comme par quelque calcul pervers la force et la fureur de la crue proprement dite, et enfin, tout en dessous, le cours d’eau, le filet d’eau originel coulant en murmurant dans la direction opposée, suivant sa route prescrite, imperturbable et inconscient […]. » (« Vieux père », Si je t’oublie Jérusalem, (Les Palmiers sauvages), trad. Maurice-Edgar Coindreau revue par François Pitavy, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 2001, p. 84-85.) Nous soulignons.

18  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 100-101 : « Car on laisse si peu de trace, voyez-vous. On naît, on essaye ceci ou cela sans savoir pourquoi, mais on continue d’essayer ; on naît en même temps qu’un tas d’autres gens, tout embrouillé avec eux, comme si on s’efforçait, comme si on était obligé de faire mouvoir avec des ficelles ses bras et ses jambes, mais les mêmes ficelles sont attachées à tous les autres bras et jambes et tous les autres essayent également et ne savent pas non plus pourquoi, si ce n’est qu’ils se prennent dans les ficelles des autres comme si cinq ou six personnes essayaient de tisser un tapis sur le même métier mais avec chacune d’elles voulant tisser sur le tapis son propre dessin […] et puis tout à coup tout est fini et tout ce qui vous reste c’est un bloc de pierre avec quelque chose de griffonné dessus […]. » (trad. op. cit., p. 154-155.) Nous soulignons.

19  Friedrich Nietzsche, La Généalogie de la morale, op. cit., p. 17.

20  Maurice Blanchot, L’Entretien infini, Paris, Gallimard, « NRF », 1969, p. 460.

21  Friedrich Nietzsche, « De l’utilité et des inconvénients de l’histoire pour la vie », Considérations inactuelles I et II (1874), trad. Pierre Rusch, Paris, Gallimard, « Folio essais », 1990, p. 97.

22  Gilles Deleuze, Proust et les signes (1964), Paris, P.U.F., « Quadrige », 1998, p. 197.

23  Tiphaine Samoyault, La Montre cassée, Paris, Verdier, « Chaoïd », 2004, p. 17.

24  Jacques Derrida, Papier machine, Paris, Galilée, « La philosophie en effet », 2001, p. 34-37.

25  William Faulkner, The Sound and the Fury, New York, Cape & Smith, 1929 : « Je me suis dirigé vers la commode et j’ai pris la montre toujours à l’envers. J’en ai frappé le verre sur l’angle de la commode et j’ai mis les fragments dans ma main et je les ai posés dans le cendrier et, tordant les aiguilles, je les ai arrachées et je les ai posées dans le cendrier également. Le tic-tac continuait toujours. J’ai retourné la montre, la blancheur de son cadran avec les petites roues qui, derrière, sans savoir pourquoi, font tic tac, tic tac. » William Faulkner, Le Bruit et la fureur, trad. Maurice-Edgar Coindreau, Paris, Gallimard, « Folio », 1972, p. 104.

26  Claude Simon, Le Jardin des plantes, Paris, Minuit, 1997, p. 167.

27  Ibid., p. 217.

28  David Zemmour, « Présence stylistique de Faulkner dans les romans de Claude Simon », La Revue des lettres modernes, no 4(« Claude Simon »), Paris, Lettres modernes Minard, 2005, p. 179.

29  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 231 : « […] et peut-être était-il [Wash Jones] à tenir l’étalon par la bride lorsque Sutpen fut entré dans la cabane, écoutant toujours le galop, regardant la fière silhouette passer au galop et se fondre, en les traversant au galop, dans les avatars qui marquaient l’accumulation des années, du temps, jusqu’au superbe apogée où elle galopait sans fatigue ni progression, éternellement et pour toujours immortelle sous le sabre brandi et les étendards troués de balles dans un ciel couleur d’orage […]. » (trad. op. cit., p. 324-325.) Nous soulignons.

30  Claude Simon, La Route des Flandres, op. cit., p. 12. Nous soulignons.

31  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 43 : « […] le nuage de poussière où se mouvait le buggy ne se dissipant pas car il n’avait pas été soulevé par le vent et n’était pas soutenu par l’air mais évoqué, matérialisé autour d’eux, instantané et éternel […], se déplaçant sous les échappées d’un ciel noir sans profondeur […], le nuage avançant, les enveloppant […], et lui (Quentin) acquiesçant à cela, assis dans le buggy auprès de l’implacable vieille femme de la taille d’une poupée, se cramponnant à son parapluie de cotonnade, avec son odeur distillée par la chaleur de vieille chair féminine et celle distillée par la chaleur du camphre dans les plis anciens du châle, ayant l’exacte impression d’être sang et peau, une ampoule électrique […], pensant Oui, Seigneur, homme ou chose, faites qu’on ne le trouve pas […]. » (trad. op. cit., p. 209-210.) Nous soulignons.

32  Claude Simon, La Route des Flandres, op. cit., p. 242-243.

33  Jacques Lambert, « Quand les “phénomènes” changent de sens : Monstres et comètes, des présages aux archives », La Vie et la mort des monstres,dir. Jean-Claude Beaune, Paris, Champ Vallon, « Milieux », 2004, p. 99.

34  « Parmi les phénomènes reconnus comme des prodiges au sens fort du terme, les comètes et les monstres ont une valeur exemplaire. Exemplarité si reconnue qu’on dit phénomènes pour parler des comètes et qu’un phénomène désigne aussi un monstre ; plus spécialement le monstre “montré” à la foire […]. En 1665, le grand anatomiste danois Thomas Bartholin publie encore à Copenhague un livre sur l’origine cométaire des monstruosités récemment apparues au Danemark. » (Ibid., p. 100.)

35  « L’origine astrologique de l’influence est restée par exemple dans les langues où celle-ci désigne la grippe. La sidération désigne l’influence attribuée à un astre sur la vie ou la santé d’un individu. Elle se manifestait essentiellement par l’état de prostration et d’anéantissement remarqué dans la paralysie et l’apoplexie notamment. Il n’était pas rare encore au XVIIe siècle de croire que par leur seul regard certains individus pouvaient transformer en pierres ceux qu’ils regardaient. » (Idem.)

36  Elias Canetti, Die Blendung (1935), d’abord paru en français sous le titre la Tour de Babel (trad. Paule Arhex, Paris, Arthaud, 1949) puis Auto-da-fé (trad. Paule Arhex, Paris, Gallimard, « L’Imaginaire », 1968.)

37  Cf. James L. W. West (éd.), Conversations with William Styron, Jackson, University Press of Mississippi, 1985, p. 6-7 et 54-55 ; Thomas Inge, Faulkner, Sut, and Other Southerners : Essays in Literary History, West Cornwall, Locust Hill, 1992 ; Waldemar Zacharasiewicz (dir.), Faulkner, His Contemporaries, and His Posterity, Tubingen, Francke, 1993.

38  Richard Ford, « The Three Kings : Hemingway, Faulkner, and Fitzgerald », Esquire, no 100, décembre 1983, p. 577-87.

39  Jim Harrison, Just Before Dark : Collected nonfiction, Livingston, Clark City Press, 1991, p. 154 et 178 ; Brice Matthieussent, Jim Harrison, de A à W, Paris, Christian Bourgois, « Fictives », 1995.

40  Louise Erdrich, Michael Dorris, Conversations with Louise Erdrich and Michael Dorris, Jackson, University Press of Mississippi, 1994, p. 37-38.

41  Cf. Carol A. Kolmerten, Stephen M. Ross, Judith Bryant Wittenberg, Unflinching Gaze : Morrison and Faulkner Re-envisioned, Jackson, University Press of Mississippi, 1997.

42  Cf. Helen Oakley, The Recontextualization of William Faulkner in Latin American Fiction and Culture, Lewiston, Edwin Mellen Press, 2002.

43  Kenzaburô Ôé, « Reading Faulkner from a Writer’s Point of View », Faulkner Studies in Japan, dir. Thomas McHaney, Athens, University of Georgia Press, 1985, p. 62-75 ; cf. Michel Gresset et Kenzaburo Ohashi (dir.), Faulkner After the Nobel Prize, Kyoto, Yamaguchi Publishing House, 1987, p. 326-336.

44  Michiko Yoshida, « Kenji Nakagami as Faulkner’s Rebellious Heir », Faulkner, His Contemporaries, and His Posterity, op. cit., p. 350-360.

45  Pierre Michon, « Le Père du texte », Trois auteurs, Paris, Verdier, 1997, p. 77-88, et « L’éléphant », Corps du roi, Paris, Verdier, p. 55-68.

46  Pierre Bergounioux, Jusqu’à Faulkner, Paris, Gallimard, « L’un et l’autre », 2002 ; Mahigan Lepage, « Michon et Bergounioux lecteurs de Faulkner », Études françaises, vol. 43, no 1, 2007, p. 123-138.

47  Zahia Rahmani, France, récit d’une enfance, Paris, Sabine Wespieser, 2006, p. 64-65.

48  « Le paradigme est un cas singulier qui n’est isolé du contexte dont il fait partie que dans la mesure où, en présentant sa propre singularité, il rend intelligible un nouvel ensemble dont il constitue lui-même l’homogénéité. Prendre un exemple est donc un acte complexe, qui suppose que le terme qui fait fonction de paradigme soit désactivé de son usage normal, non pour être déplacé dans un autre domaine, mais au contraire pour montrer le canon de cet usage, qu’il n’est pas possible de présenter d’une autre manière. » Giorgio Agamben, Signatura rerum : Sur la méthode, trad. Joël Gayraud, Paris, Vrin, « Textes philosophiques », 2008, p. 19.

49  Gérard Genette, Palimpsestes : la Littérature au second degré, Paris, Seuil, « Points essais », 1982, p. 8.

50  Ibid., p. 13-16.

51  « L’hypertextualité, à sa manière, relève du bricolage. » Ibid., p. 556. Claude Simon lui-même se réfère explicitement à la notion forgée par Lévi-Strauss pour désigner son propre travail : « Je ne connais pas en effet de terme qui mette mieux en valeur le caractère tout à fait artisanal et empirique de ce labeur qui consiste à assembler et organiser, dans cette unité dont parle Baudelaire et où elles doivent se répondre en échos, toutes les composantes de ce vaste système de signes qu’est un roman. » Claude Simon, « La fiction mot à mot », Nouveau roman : Hier, aujourd’hui,Colloque de Cerisy,dir. Jean Ricardou, vol. 2, Paris, U.G.E., « 10/18 », 1972, p. 88-89.

52  Voir les développements de Genette sur l’« imitation », qui requiert « la maîtrise au moins partielle » (totale dans le cas de Simon) de l’hypotexte. Gérard Genette, op. cit., p. 96 et passim.

53  Stuart Sykes, « The Novel as Conjuration : Absalom, Absalom ! and La Route des Flandres », Revue de Littérature Comparée, vol. LIII, no 211, Didier, 1979, p. 348-357.

54  Jacqueline de Labriolle, « De Faulkner à Claude Simon », Revue de Littérature Comparée, vol. LIII, no 211, Didier, 1979, p. 358-388.

55  Evelyn Cobley, « Absence and Supplementary in Absalom, Absalom ! », Revue de littérature comparée, vol. LXII, n° 245, 1988, p. 23-44.

56  Claude Simon a d’abord eu accès aux textes de Faulkner dans les traductions de Maurice-Edgar Coindreau (premier traducteur français de Faulkner avec les deux nouvelles Septembre ardent, publiée en janvier 1932 dans la Nouvelle Revue Française, et Une Rose pour Emily, publiée en 1932 dans la revue Commerce) et de René-Noël Raimbault (traducteur de huit romans de Faulkner, dont Sanctuaire, Sartoris, L'Invaincu et Absalon, Absalon !). Cette médiation participe évidemment du processus d’« imitation » et de subtile « transformation » auquel Simon soumet l’œuvre de Faulkner.

57  « […] les paroles qu’il (de Reixach) avait lui-même dites » (Claude Simon, la Route des Flandres, op. cit., p. 232) faisant écho aux « […] he (Quentin) walked out […] and she (Miss Coldfield) » (William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 143-144).

58  David Zemmour, « Présence stylistique de Faulkner dans les romans de Claude Simon », op. cit., p. 176.

59  « Tom Wolfe essayait de tout dire, de tout saisir, le monde, plus son moi, ou le monde filtré par son moi, ou les efforts du moi pour embrasser dans un seul livre le monde où il était né, où il avait marché un court instant et où maintenant il repose. Ceci explique ce que les gens appellent obscurité : style compliqué, informe, phrases interminables. J’essaie de tout dire en une seule phrase, entre la majuscule et le point final. J’essaie toujours de tout mettre sur une tête d’épingle. Je ne sais pas comment faire. Tout ce que je sais faire, c’est d’essayer sans cesse et toujours d’une façon nouvelle. » William Faulkner, Lettres choisies, trad. Didier Coupaye et Michel Gresset, éd. Joseph Blotner, Paris, Gallimard, « Du monde entier », 1981, p. 218-219. Une note éditoriale de The Portable Faulkner en présente la variante suivante : « “My ambition,” he said, “is to put everything into one sentence – not only the present but the whole past on which it depends and which keeps overtaking the present, second by second.” » (William Faulkner, The Portable Faulkner, op. cit., p. 663.)

60  « J’aime à me représenter le monde que j’ai créé comme une sorte de clé de voûte de l’univers ; aussi minuscule soit-elle, si on la retirait, c’est l’univers entier qui s’écroulerait. » William Faulkner, « Entretien avec Jean Stein »(1958), Lion in the Garden : Interviews with William Faulkner 1926-1962, éd. James B. Meriwether et Michael Millgate, New York, Random House, 1968.

61  Tiphaine Samoyault, Excès du roman, Paris, Maurice Nadeau, 1999, p. 36.

62  Ibid., p. 27.

63  La critique s’accorde généralement à départager Faulkner et Simon autour de la question sarrautienne du soupçon : « […] si tout deux s’accordent à constater l’échec des mots pour reconstituer l’Histoire, cela n’empêche pas les personnages faulknériens de broder à partir des éléments dont ils disposent, alors que chez Simon l’événement majeur est bien la défaite du langage […]. En d’autres termes, Simon a assimilé Faulkner sous la forme d’un radicalisme qui est l’expression d’un pessimisme. » David Zemmour, « Présence stylistique de Faulkner dans les romans de Claude Simon », op. cit., p. 189-192. Cf. également Stuart Sykes, « The Novel as Conjuration : Absalom, Absalom ! and La Route des Flandres », op. cit., p. 355 et Jacqueline de Labriolle, « De Faulkner à Claude Simon », op. cit., p. 387-388.

64  Claude Simon, Discours de Stockholm, Paris, Minuit, 1986, p. 25 et 28.

65  William Faulkner, Absalom, Absalom !, op. cit., p. 115 : « Telle est la substance de la remembrance – la sensation, la vue, l’odorat : les muscles avec lesquels nous voyons, entendons et sentons – pas l’intelligence, pas la pensée ; la mémoire n’existe pas : le cerveau ne reproduit que ce que les muscles cherchent en tâtonnant, ni plus, ni moins, et la somme qui en résulte est d’ordinaire incorrecte et fausse et ne mérite que le nom de rêve […] » (trad. op. cit., p. 172-173.)

66  William Faulkner, Absalon, Absalon !, op. cit., p. 169. Résonne ici l’argument de Berkeley selon lequel « à rigoureusement parler, le sens ne connaît rien [Strictly, the sense knows nothing]. Certes, nous percevons des sons par l’ouïe et les lettres par la vue : mais nous ne pouvons pour cela être dits les comprendre. » George Berkeley, Siris (1744), § 253, trad. Roselyne Dégremont, cité dans Roselyne Dégremont, Berkeley : l’Immatérialisme, Paris, Ellipses, « Philo-philosophes », 1999, p. 46.

67  Claude Simon, La Route des Flandres, op. cit., p. 16.

68  Gilles Deleuze et Félix Guattari, Qu’est-ce que la philosophie ?, Paris, Minuit, 2005, p. 158-159.

69  Gilles Deleuze, Différence et répétition, Paris, P.U.F., « Épiméthée », 1968, p. 111.

70  « On s’installe d’emblée dans le passé, on saute dans le passé comme dans un élément propre […]. Ce que [Bergson] décrit ainsi, c’est le saut dans l’ontologie. Nous sautons réellement dans l’être, dans l’être en soi, dans l’être en soi du passé. » Gilles Deleuze, Le Bergsonisme, Paris, P.U.F., « Quadrige », 1966, p. 51-52.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Bourse, « Images du temps et inscription de l’événement dans les œuvres de William Faulkner et de Claude Simon », TRANS- [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 23 août 2017. URL : http://trans.revues.org/367 ; DOI : 10.4000/trans.367

Haut de page

Auteur

Anne Bourse

Enseigne l’esthétique au Centre parisien d’études critiques. Docteur en littérature comparée, elle est l’auteur d’une thèse sur les techniques de la mémoire dans la fiction contemporaine et a publié des articles dans les revues Critique, CCP, Trans-, Epistémocritique ainsi que sur les sites Fabula et Vox Poetica

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page