Navigation – Plan du site
Université invitée

Présentation du dossier « Budapest »

Ildikó Józan

Texte intégral

1L’école doctorale de littérature de l’Université Eötvös Loránd de Budapest a le plaisir de vous offrir ici quelques études récentes de ses jeunes docteurs et doctorants : il s’agit de la plus grande école doctorale de littérature en Hongrie. Si elle tient cette première place parmi les universités hongroises offrant une formation similaire, ce n’est pas seulement grâce au nombre de ses doctorants et à leurs résultats, mais aussi parce que son histoire remonte à une longue tradition d’enseignement universitaire : l’université fête cette année le 375e anniversaire de sa fondation.
L’École doctorale de littérature offre vingt-quatre programmes d’études et de recherches aux étudiants, axés sur les littératures de différentes langues (anglais, américain, allemand, français, espagnol, italien, hollandais, russe, portugais etc.) et de différentes époques (renaissance, baroque, romantisme, modernité etc.). Les programmes de littérature générale et comparée comptent parmi les plus recherchés et produisent chaque année d’excellents résultats. Grâce à leurs dimensions nationale et internationale, ces formations de doctorat donnent régulièrement lieu à l’organisation de conférences, accueillent des conférenciers hongrois et étrangers et publient des ouvrages (recueils d’études, actes de conférences, monographies, éditions de textes etc.). Dans les programmes de littératures étrangères, la langue d’enseignement est la langue même de la littérature étudiée.
Parmi les sujets de recherches très variés des doctorants, les sujets généralistes ou comparatistes sont largement présents et ne se regroupent pas seulement autour des deux programmes de littérature générale et comparée. Les auteurs de ces articles suivent ou ont suivi des formations différentes et se rattachent à des écoles qui suivent les diverses orientations de l’histoire littéraire : les études témoignent de la variété des points de vue et des approches qui ne peut être que fructueuse pour tous les domaines de recherche.

2Le dossier s’ouvre avec trois études qui, chacune à leur manière, touchent à la question de la relation entre la société et l’identité sexuelle ou à celle de la sexualité comme origine de l’identité humaine.
A travers l’analyse du roman Dracula de Bram Stoker, Eszter Muskovits décrit les effets que ce roman a pu avoir sur les habitudes sexuelles de la société. L’étude tente de montrer comment les pulsions sexuelles qui se dévoilent dans ce roman ont été accueillies et interprétées à la fin du XIXe siècle, et comment le roman gothique, conte des désirs interdits, a contribué au renversement des normes sexuelles, notamment la monogamie hétérosexuelle.
Le questionnement de Gabriella Ágnes Nagy introduit un autre registre. La rédactrice analyse comment le trauma pré- ou périnatal s’inscrit dans les oeuvres de Beckett et dans leurs représentations théâtrales. Il est connu que Beckett s’intéressait beaucoup aux questions de la naissance et des expériences prénatales. La psychanalyse ne s’identifiait pas seulement pour lui à la cure qu’il dut suivre pendant deux ans, mais représentait bien plus. Ses personnages psychotiques, ses images, la représentation du corps comme un espace et son language sont fortement influencés par ces questions et son écriture peut être comprise comme une forme de thérapie à ces problèmes.
L’article d’Annamária Fábián étudie Le Roi Lear de Shakespeare et sa “préquelle”, Lear’s Daughters,mise en scène en coopération avec le Women’s Theatre Group et Elaine Feinstein. La rédactrice tente de comprendre comment, d’une part, ce type d’adaptation reforme, déforme ou recrée la pièce de Shakespeare, et d’autre part comment elle modifie notre perception de l’origine. Lear’s Daughters en tant que pièce féministe n’interprète et ne retient que les aspects du Roi Lear qui mettent en question la société patriarcale.
Dans l’étude de Katalin Szlukovényi, la question de l’identité est bien présente, mais sous un autre angle : celui du changement de pays et de culture. La rencontre des cultures dans un contexte binaire culture majoritaire – culture minoritaire, le changement de pays et de langues des auteurs ou de l’individu sont de plus en plus étudiés en Hongrie, aussi bien dans les oeuvres de la littérature hongroise qu’en histoire littéraire. Mais cette fois l’article de Katalin Szlukovényi nous conduit ailleurs. Elle analyse quatre oeuvres importantes de la prose juive américaine Eli, the Fanatic de Philip Roth, Envy, or Yiddish in America de Cynthia Ozick, Maus I et II d’Art Spiegelman et The Book of Illusions de Paul Auster, qui présentent la problématique de l’identité juive en Amérique à travers le dialogue des générations et proposent en même temps une interprétation de l’Holocaust.
L’expérience – ou comme le dit Antoine Berman – l’épreuve de l’étranger est l’un des enjeux principaux de la traduction. Abordant ce sujet, Gábor Mezei interroge, de Benjamin ou de Derrida à Günter Figal ou à Hans-Jost Frey, quelques-unes des théories les plus importantes de la traduction du XXe siècle. Il souligne que la différence qui se produit entre le texte traduit et le texte-source ne signifie pas forcément un défaut. La traduction occupe une position entre le propre et l’étranger : elle ne peut être simplement comprise comme un transfert univoque, et apparaît comme une nouvelle production de sens.
Prolongeant le registre théorique, l’article de Anikó Radvánszky propose une réflexion sur l’essai fameux du sémioticien Tzvetan Todorov, Théorie du symbole. Anikó Radvánszky interroge à travers cet ouvrage le point de vue de Todorov, afin d’en évaluer la pertinence plus de trente ans après la première édition de l’essai et après tant de changements d’accents intervenus dans les théories de la littérature et de la philosophie.
L’article de László Kajtár, tout en poursuivant le questionnement théorique, retrouve le chemin de l’analyse des textes littéraires. László Kajtár examine le roman intitulé Eyeless in Gaza (La Paix des profondeurs) d’Aldous Huxley afin de mettre en question le genre qu’on a coutume d’appeler « roman d’idées ». Il analyse notamment l’interaction entre l’oeuvre et le lecteur à travers les aspects du temps et de la narration. Il va ainsi au-delà d’un questionnement simple sur la mimésis et la représentation, et montre comment l’identité narrative du personnage principal se forme à travers l’oeuvre mais aussi dans la lecture.
La littérature hongroise fait son apparition dans le dossier à travers deux articles une fois de plus consacrés à la prose, mais selon une perspective pleinement comparatiste rapprochant des oeuvres littéraires de langues différentes. Zsuzsanna Szalai étudie deux nouvelles, Lejana de Julio Cortazar et A halál kilovagolt Perzsiából (La muerte salió cabalgado de Persia) de l’auteur hongrois Péter Hajnóczy. Elle montre comment les deux oeuvres traitent la question du changement de personnalité, ou de l’autodestruction de l’identité, qui vont de paire avec la multiplication des niveaux du texte, du temps et de l’espace.
Revenant un peu en arrière dans le temps et dans l’histoire littéraire, Anna Fuchs analyse les oeuvres de l’un des auteurs hongrois majeurs du début du XXe siècle, Dezső Kosztolányi qui, tout en étant un auteur exceptionnellement fécond, a travaillé tout au long de sa vie comme journaliste. Ses articles de journaux passent pourtant pour des oeuvres littéraires et, comme le prouve Anna Fuchs, ont des caractéristiques que l’on rencontre dans la littérature du tournant du siècle européen comme par exemple le culte de l’artificiel, le perfectionnisme, l’esthétisme et un penchant pour les objets de la culture matérielle. Ils offrent ainsi un parallèle avec les oeuvres de Mallarmé, d’Oscar Wilde ou de Huysmans.
Toujours grâce à la méthode de l’analyse des motifs textuels à laquelle nous a ouvert l’article d’Anna Fuchs, nous poursuivons notre recul dans le temps à travers l’étude d’un autre ouvrage fameux de Todorov, l’Introduction à la littérature fantastique. Dans son article, Dániel Végh interroge cette interprétation du fantastique à travers le conte d’E.T.A. Hoffmann, La Princesse Brambilla. Végh analyse la structure du récit et observe les éléments qui servent d’ornement : il s’agit des fils, des structures ou des motifs qui s’entrecroisent, se redoublent et se métamorphosent dans la narration. Le rédacteur finit par s’interroger sur ce qu’on peut appeller la prose ornementale.
Le dossier se termine par deux études dont la pierre de touche est la question de la visualité dans les oeuvres d’art, aussi bien en littérature qu’en peinture. L’article de Réka Takács-Tóth compare la représentation de la relation entre l’homme et la nature dans les oeuvres du peintre anglais William Turner et dans Moby Dick, le roman de l’écrivain américain Herman Melville. Zita Turi de son côté, en partant du motif de la nef des fous, retrace brièvement l’histoire des traductions latines et anglaises et des adaptations picturales et littéraires de l’oeuvre de Sebastian Brandt intitulée Narrenschiff. Elle montre comment ce motif a influencé la formation de la satire et quels étaient le rôle et la place du fou dans la littérature anglaise du XVIe siècle.

3Les articles de ce dossier ne proposent évidemment qu’un petit échantillon des études et des recherches dans lesquelles nos jeunes docteurs et doctorants se sont engagés ces dernières années. Loin de s’arrêter à un point de vue, ils poursuivent ou revivifient le débat qu’a ouvert sur ces questions l’histoire littéraire. A vous, maintenant, de reprendre le fil où ils vous l’ont laissé.
Mais avant de laisser le lecteur découvrir ces articles, ce qu’il fera, nous l’espérons vivement, avec plaisir, nous tenons à remercier les directeurs de recherches de nos auteurs, les professeurs Tibor Fabiny, Ákos Farkas, Judit Friedrich, István Géher, Géza Kállay, György Kálmán C., Ernő Kulcsár Szabó, Ágnes Péter, Natália Pikli, László Rónay, László Scholz, Mihály Szegedy-Maszák et Ferenc Takács. Nous sommes en outre redevables envers Madame Réka Tóth pour son encouragement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ildikó Józan, « Présentation du dossier « Budapest » », TRANS- [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://trans.revues.org/389 ; DOI : 10.4000/trans.389

Haut de page

Auteur

Ildikó Józan

Maître de conférences au Département de littérature comparée à l’Université Eötvös Loránd (ELTE) de Budapest. Sa thèse, réalisée en cotutelle entre l’Université Paris 3 - Sorbonne nouvelle et l’Université Eötvös Loránd, soutenue en 2005, est parue en 2009 aux Presses de la Sorbonne nouvelle (Baudelaire traduit par les poètes hongrois. Vers une théorie de la traduction) dans la collection "Page ouverte" dirigée par Stéphane Michaud

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page