Navigation – Plan du site
Université invitée

Présentation : l’Université Complutense de Madrid

Marcos Eymar

Texte intégral

1Héritière des Écoles Générales d’Alcala crées en 1293 par le roi Sancho IV de Castille, puis de la célèbre université Complutum fondé par le Cardinal Cisneros en 1499, l’Université Complutense de Madrid est l’une des institutions culturelles les plus anciennes de l’Espagne. D’importantes figures intellectuelles comme le philosophe José Ortega y Gasset ou les prix Nobel Severo Ochoa et Santiago Ramón y Cajal ont enseigné dans des locaux qui, de 1936 à 1939, sont devenus la ligne de front de la sanglante Guerre civile qui a déchiré l’Espagne. Aujourd’hui la guerre de tranchées a été remplacée par les inévitables conflits entre des départements confrontés au défi de la démocratisation de l’enseignement supérieur et des coupes budgétaires. Or, si le temps où elle était pompeusement affublée du titre d’ « Université Centrale » est bel et bien révolu, celle que les étudiants appellent aujourd’hui « la Complu » demeure l’une des plus importantes universités d’Espagne, avec plus de 75.000 étudiants inscrits, 21 facultés et 179 diplômes offerts.  

2Le comparatisme a mis du temps à se faire une place dans cet ensemble aussi imposant que labyrinthique. Un xixe siècle provincial et un xxe siècle tourmenté n’ont guère favorisé en Espagne l’ouverture académique aux cultures étrangères. Pour preuve, le diplôme de « Théorie de la littérature et littérature comparée » n’a été proposé aux étudiants qu’au milieu des années 1990. Heureusement aujourd’hui le comparatisme et la théorie littéraire se développent aussi en marge des carcans institutionnels, dans des groupes de recherche dynamiques associés à d’autres départements de langue et littérature – qu’on continue d’appeler en Espagne avec un nom quelque peu effrayant pour les Français : « filologías ».

3Le présent dossier aspire à donner un aperçu – forcement lacunaire – des multiples visages du comparatisme à l’UCM. Ainsi, en même temps que le travail des jeunes chercheurs associés au département de LGC (Marta Espinosa, Rocío Badia, Rocío Peñalta), on présente aussi des échantillons de la recherche réalisée au sein des groupes tels qu’AMALTEA, équipe de recherche sur les mythes dans la littérature contemporaine dirigée par José Manuel Losada ( Ester Navío) ; le HLGE, Historiographie de la littérature gréco-latine en Espagne, dirigé par Francisco García Jurado (Ana González-Rivas) et le LEETHI, Littératures espagnoles et européennes du texte à l’hypertexte, dirigé par Amelia Sanz (Begoña Regueiro et Silviano Carrasco). Nous avons voulu aussi réserver une place à la diaspora intellectuelleque toute université génère. De nombreux étudiants formés à l’UCM, poursuivent aujourd’hui leur carrière d’enseignants-chercheurs à l’étranger, notamment aux Etats-Unis (Pedro Larrea et Andrés Pérez-Simón).

4Plusieurs axes de recherche se dégagent de ce corpus salutairement hétéroclite. Un premier groupe d’articles explore le vaste domaine des relations intertextuelles. Pedro Larrea analyse deux sonnets du Siècle d’Or espagnol qui mettent en scène le motif insolite d’une gifle donnée à la femme aimée. Les théories de Bloom et Freud permettent à l’auteur d’interpréter ce geste violent comme une tentative de s’affranchir de l’influence écrasante de la tradition pétrarquiste représentée par Garcilaso de la Vega. Le poids de l’héritage – historique et littéraire – est aussi au centre du travail d’Ester Navío qui offre une éclairante lecture en parallèle de The Aspern’s papers de Henry James et Beatus ille de l’écrivain espagnol contemporain Antonio Muñoz Molina, deux textes narratifs avec de très nombreux points en commun mais qui débouchent sur des conceptions différentes du génie littéraire et du passé. La façon dont un écrivain comme Poe s’approprie la tradition gréco-latine est analysée avec érudition par Ana Gonzalez-Rivas qui montre comment l’auteur développe une attitude complexe à l’égard des auteurs classiques, à mi-chemin entre convention et réélaboration personnelle.

5En dépit des critiques dont elle a pu faire l’objet, l’étude des genres littéraires continue d’attirer l’attention des jeunes chercheurs espagnols. Andrés Pérez-Simón explore certains concepts clés des théories de Bühlet, Mukarovsky et Jakobson afin d’élucider la notion contestée de « méta-théâtre » appliquée à l’œuvre de dramaturges modernistes tels que Pirandello ou Brecht. La dimension méta-poétique est également au cœur du travail de Rocío Badia, laquelle dresse un inventaire des principales caractéristiques formelles et thématiques des textes contemporains où les poètes espagnols réfléchissent sur leur propre pratique artistique. Un autre croisement générique – celui du lyrisme avec la narrativité – est à l’œuvre dans le « récit lyrique », sujet de l’article de Marta Espinosa, laquelle se sert des apports de la rhétorique pour justifier la place que tient le fantastique dans un genre hybride qui dépasse l’événementiel pour s’approcher du domaine du mythe.

6Rocío Peñalta, pour sa part, nous rappelle la place importante que la métaphore classique de la ville en tant que corps continue d’occuper dans les descriptions littéraires des auteurs contemporains, y compris lorsqu’il s’agit de refléter la déshumanisation des mégapoles post-modernes. La littérature elle-même ne peut-elle être comparée à une ville infinie ? Si telle est le cas, les articles de Silviano Carrasco et Begoña Regueiro nous invitent à explorer de nouveaux quartiers dont on a encore du mal à saisir les enjeux et les limites. Loin de tout enthousiasme naïf, le premier énonce lucidement quelques-uns des principaux défis que le développement vertigineux du numérique pose au comparatiste d’aujourd’hui. La seconde, quant à elle, s’attache à l’étude de trois manifestations de la poésie numérique et montre comment les nouveaux médias enrichissent la création littéraire non seulement en créant de nouveaux objets esthétiques mais aussi en reformulant de vieilles questions qui accompagnent la littérature depuis ses origines.

7En préparant ce dossier, j’ai découvert des perspectives de recherche dont je n’étais pas conscient pendant mes cinq années d’études à l’UCM. La distance amène la nostalgie, mais aussi la lucidité. Que ces articles puissent offrir aux lecteurs d’autres enseignements et de belles découvertes.

8Je tiens enfin à remercier la professeur Amelia Sanz Cabrizo pour son aide irremplaçable dans l’élaboration de ce dossier.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marcos Eymar, « Présentation : l’Université Complutense de Madrid », TRANS- [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 08 février 2011, consulté le 23 août 2017. URL : http://trans.revues.org/432 ; DOI : 10.4000/trans.432

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page