Navigation – Plan du site
Dossier central

Les premiers romans noirs français : simples exercices de style ou trahisons littéraires complexes ?

Anne Cadin

Résumés

Les premiers romans noirs français, imités des hard-boiled novels, ont été écrits sous pseudonyme : Malet devient Harding ; Vian, Sullivan ; Queneau, Mara et Arcouët, Stewart. Quelle part de trahison anime ces auteurs ? Sert-elle à faire vendre ou à dénoncer l’invasion de la culture américaine et le goût du scandale ? Si stratégie publicitaire et séduction du lecteur entrent en jeu, le processus de trahison est néanmoins volontairement miné par ces romanciers : il devient source de réflexion sur la lecture et l’écriture.

Haut de page

Texte intégral

1Frank Harding, Vernon Sullivan, Sally Mara, Terry Stewart sont les pseudonymes que Léo Malet, Boris Vian, Raymond Queneau et Serge Arcouët vont choisir pour écrire leurs imitations de hard-boiled novels, romans américains qui mettent en scène un détective « dur à cuire » (traduction littérale de l’adjectif hard-boiled). Le genre, né au début des années 1920, en particulier grâce à la revue Black Mask, a pour maîtres fondateurs Dashiell Hammett, père de Sam Spade, et Raymond Chandler, créateur de Philip Marlowe. Ces œuvres, mettant en scène gangsters, femmes fatales et policiers corrompus, brisent trois tabous : la marginalité, la violence et la sexualité. Cette propension à la provocation justifie à elle seule un changement de nom, mais l’adoption de pseudonymes est motivée, chez nos quatre auteurs, par une autre raison commune : pendant la Seconde Guerre mondiale et encore plus à la Libération, l’Amérique fait vendre. Adopter un nom américain, c’est acquérir la certitude d’être lu et payé. C'est la première trahison à l’égard du lecteur : persuadé d'acheter un roman américain, il ne sait pas qu'il lit en réalité un texte français. Mais cette trahison est plus qu’une simple tromperie engendrée par l’intérêt : le lecteur est placé face au piège de romans qui révèlent tous une tendance au pastiche. Les romanciers ne trahissent pas le lecteur averti – leur complice – mais le lecteur novice, incapable de déceler les attaques contre les facilités du hard-boiled, genre qui s'essouffle déjà aux États-Unis. Cette trahison est complexe car elle a pour fin une véritable réflexion sur la lecture. Enfin, ce détournement du roman noir est révélateur d'une nécessité d'écrire plus librement – les romans américains étant alors considérés comme le lieu d'épanouissement d'une prose sans limites et provocante. Écrire masqué, c’est trahir sa production habituelle : une fois la supercherie dévoilée, ces auteurs ont continué à employer leur pseudonyme. Ces mécanismes de trahison sont moins transparents qu’il n’y paraît : si une part indéniable de stratégie publicitaire et de séduction du lecteur entre en jeu, la supercherie est le plus souvent volontairement minée de l’intérieur par Malet, Vian, Queneau et Arcouët.

Une trahison brutale du lecteur : le roman noir sous pseudonyme américain, un moyen de survie.

  • 1 « C'était mon premier roman, et c'est celui qui m'a donné le plus de mal. Certains chapitres ont ét (...)

2L'écriture est déclenchée par la volonté d'acquérir argent et célébrité. La trahison du lecteur, trompé à cause de son goût pour le scandale, ouvre la voie du succès. Johnny Metal est le premier roman de Léo Malet1, qui survivait jusque-là comme crieur de journaux ou chansonnier. En 1941, à son retour de captivité en Allemagne, Louis Chavance, qui, pour survivre, dirige une collection de faux romans policiers américains chez Georges Ventillard, propose à Malet d’en écrire un pour trois mille francs :

  • 2  Interview de Léo Malet par Noël Simsolo pour l'émission « Mémoires du siècle » sur France Culture (...)

Il faudra prendre un pseudonyme anglo-saxon parce que l'éditeur prévoit que, dans quelque temps, il n'y aura plus sur le marché de romans américains ou anglais, la place est à prendre. Nous allons fabriquer de faux romans anglais ou américains, de préférence américains, parce que le cinéma nous a appris à voir les choses vives, dynamiques, très agitées2.

  • 3 Le décret du 6 mai 1939 ordonne l’interdiction administrative des livres de provenance étrangère et (...)
  • 4  Léo Malet, La Vache enragée, Paris, Julliard, 1988, p. 167-168.
  • 5   Léo Malet, Johnny Metal (1941), Paris, Nouvelles éditions Oswald, 1981, p. 15.
  • 6   Léo Malet, La Vache enragée, Paris, Julliard, 1988, p. 168.
  • 7  La toile de fond sociale choisie par Malet n’est pas sans rappeler le point de départ de la Moisso (...)

3Johnny Metal aura en effet du succès à cause de l’interdiction des ouvrages anglo-saxons3. Malet écrit L'Ordre est de tuer, rebaptisé Johnny Metal, qui se passe à New York, alors qu'il n'a jamais mis les pieds en Amérique. Chavance lui demande de prendre un nom comme Remington ou Underwood : « Il m'a proposé Harding, le nom d'un président des États-Unis mort mystérieusement. Ça tombait d'autant mieux que Harding c'était aussi le nom de l'actrice Ann Harding, qui jouait dans Peter Ibbetson4 ». Le roman, tiré à quarante mille exemplaires, paraît en décembre 1941, Malet touchera sept mille francs. Johnny Metal est journaliste au New York World pour « Little Bob, dit le Barbichu5 ». Le roman est écrit à la première personne car Malet avait remarqué « en lisant La Moisson rouge de Dashiell Hammett et L’Adieu aux armes d'Hemingway, combien cela donnait un style plus spontané, plus direct6 ». Ce choix narratif, caractéristique du roman hard-boiled, contribue à la trahison du lecteur. L'intrigue du roman est novatrice : une blonde blessée d'une balle dans la poitrine s'introduit chez Johnny Metal et expire en prononçant le mot « Alcatraz ». Il s'agit en fait de Jacqueline Selneuves, compagne de El Inglès, bras droit d'un indépendantiste mexicain, Zarapa. Johnny Metal découvrira qu'un trust pétrolier a commandité ce meurtre et celui d’El Inglès afin de récupérer les puits mexicains7. Mais Zarapa avait un autre successeur, le colonel Sorello (d’où une référence au Rouge et le Noir dans le roman qui aurait pu trahir Malet), retiré aux États-Unis et en fait de connivence avec le trust. Sorello, démasqué, se suicide sous les yeux de Johnny Metal. Cette trame ne résume que trop rapidement un roman complexe, qui met en scène gangsters (Teddy Brown, le Kid), leurs compagnes vengeresses, trafiquants de drogues (Eddie Anderson, Max le Borgne) et journalistes corrompus (Walter, qui travaille pour le trust et tente de faire accuser Johnny Metal d’homicide). Ces éléments d'intrigue secondaire sont imités du roman hard-boiled et suggèrent que Malet s'est plié à la demande de Chavance, sans sciemment chercher à trahir le lecteur. La complexité de l’avancée narrative de Johnny Metal fait penser à celle de la Moisson rouge, roman animé par de multiples péripéties qui se succèdent, se croisent et se complexifient afin de créer un brouillage des pistes perturbant pour le lecteur, ainsi tenu en haleine et captivé. Le succès de Johnny Metal convaincra d'ailleurs Malet d'écrire sous son vrai nom. Nul ne se demandera si Harding était un autre nom de Malet. La trahison prend une autre dimension lorsqu'il y a construction autour du pseudonyme, création d'une nouvelle identité, d'une fiction d'auteur.

  • 8 « Car voilà le problème : il s'agit de vendre sa salade ! Le truc est simple : vous écrivez une coc (...)
  • 9 Un bulletin de commande du Scorpion clamera d'ailleurs : « Prix du Tabou/ Un roman irlandais dans l (...)

4C'est ce qui se passe avec Boris Vian, propulsé sur le devant de la scène littéraire avec J'irai cracher sur vos tombes, écrit sous le pseudonyme de Vernon Sullivan (comme son ami saxophoniste Patrick Vernon et le pianiste de jazz Joe Sullivan). L'histoire de la naissance du roman est connue : Jean d'Halluin cherchait un roman scandaleux pour lancer sa maison d'édition, le Scorpion, Vian prend le pari d’écrire ce faux américain. En 1946, Vian est un autre Malet, ce roman était un moyen de gagner de l'argent, de « vendre sa salade8 », selon l'expression de la préface de J'irai cracher sur vos tombes. Queneau envisagera d’abord, encouragé par d'Halluin9, de suivre l'exemple de Vian, mais il écrira en fait un roman noir irlandais, On est toujours trop bon avec les femmes. Il garde pourtant un pseudonyme à consonance américaine :

  • 10 Gilbert Pestureau, « Le marquy et le bison : fable pataphysique vécue », Temps Mêlés, documents Que (...)

Raymond est lui aussi tenté par les retombées juteuses d’un tel pastiche, désireux selon Michelle de « gagner beaucoup de fric » pour sa Janine habituée au luxe ! Il veut faire quelque chose de salé, mais ne se sent pas une plume pour le thriller américain. Ce sera donc irlandais et parodico-épique […]. Du sang et du sexe encore, mais un comique plus appuyé que chez Sullivan, de l’humour anglais pour remplacer le style tough, […] la guerre à Dublin à la place de la chasse au crime dans le Deep South10.

  • 11  C'est ainsi que le roman est présenté par les encarts publicitaires que d'Halluin fait paraître po (...)
  • 12  C’était aussi le cas de Joe Christmas dans Light in August de William Faulkner.
  • 13  « Alors, j’ai répondu [à Lou] que les Blancs avaient descendu mon frère, et que je serais plus dur (...)
  • 14  Dans Pas d’orchidées pour Miss Blandish, de James Hadley Chase.

5Ces deux romans sont nés d'idées éditoriales, le rôle joué par Ventillard, d'Halluin et Duhamel dans la trahison commerciale du lecteur est non négligeable. Vian écrit en quinze jours de vacances le « roman que l'Amérique n'a pas osé publier11 », ce n'est pour lui qu'un exercice de style et d'imitation. Malgré son souhait initial de pasticher le roman hard-boiled, Vian est emporté par la puissance du genre, il se prend au jeu et devient trop convaincant. J’irai cracher sur vos tombes s’empare de tous les tabous propres au genre hard-boiled et les impose de manière extrêmement brutale au lecteur. La marginalité est incarnée par le héros, Lee Anderson, un Noir qui a passé la ligne (c’est-à-dire qu’il a la peau blanche12) et qui veut venger son frère, victime d’un lynchage. Le sexe est omniprésent dans le roman et est souvent lié à une violence proche de l’insoutenable : les meurtres de Joan Asquith et surtout celui de sa sœur Lou13 dépassent en intensité ce qui avait été lu jusque-là par les Français, même la séquestration de Miss Blandish14, que l’on tenait alors pour le comble de l’abomination. La trahison sullivanesque est réelle et – même si ce constat est trop facile – il faut admettre qu'elle se retourne contre Vian, qui sera traîné en justice pour outrage aux bonnes mœurs et qui verra son roman interdit de 1949 à 1973. Il y a trahison quand le lecteur se sait piégé, découvre qu'il a été dupé. Tant que cette révélation n'est pas faite, on reste dans la supercherie qui peut ne jamais être décryptée. C'est quand les masques tombent que l'on peut parler de trahison. La violence de la mise à nu est proportionnelle à l'efficacité de la mystification. C'est pour cela que Vian peut sembler le grand traître car il a été le plus vite et le plus brutalement identifié. Éditeurs, critiques et lecteurs ont été trompés, même les plus avertis, comme Marcel Duhamel :

  • 15 Marcel Duhamel, Raconte pas ta vie, Paris, Mercure de France, 1972, p. 555.

Boris me remet un jour un manuscrit et me demande de lui dire si, à mon avis, il s’agit d’un original ou d’une traduction de l’américain. Je le lis ; c’est censé se passer à Harlem et la violence systématique, une certaine attitude envers les Noirs me paraissent fabriquées et me rebutent un peu. Mais pour moi, Vernon Sullivan, l’auteur, est bien un Américain. Boris semble assez content et le livre paraît un peu après aux Éditions du Scorpion. Gros succès : J’irai cracher sur vos tombes. Il m’a eu15.

  • 16  La Dépêche de Paris, 21 novembre 1946, dans Noël Arnaud, Le Dossier de l'affaire J'irai cracher su (...)
  • 17  Michel Rybalka, Boris Vian, Essai d'interprétation et de documentation (1969), Paris, Minard, 1984 (...)
  • 18 « Nul n'apprécie plus que moi une invention, une fantaisie, un canular imposant », Boris Vian, Manu (...)
  • 19 Roger Picard, Artifices et mystifications littéraires, Montréal, Dussault et Péladeau, 1945, p. 161
  • 20  Boris Vian, Romans, nouvelles, œuvres diverses, op. cit., p. 791.
  • 21  Boris, Vian, Œuvres romanesques complètes, édition publiée sous la direction de Marc Lapprand, Par (...)

6La virulence de certaines critiques est le signe que la trahison a fonctionné : « Il paraît que nul éditeur américain n'a osé publier cette élucubration maladive d'un métis. C'est à l'honneur de l'édition américaine, et il faut déplorer qu'il se soit trouvé en France un traducteur et une firme pour diffuser cette incivilité sénile et malhonnête. C'est sur le livre qu'on peut cracher16. » Le succès de J'irai cracher sur vos tombes est aussi la preuve d'une trahison réussie : « plus de 30 000 exemplaires étaient déjà vendus en février 1947 et il semble que le volume ait été le best-seller de l'édition française pour l'année 194717 ». Boris Vian, rédacteur des Chroniques du Menteur, sait piéger le lecteur18. Rien n’est laissé au hasard et, avec la préface de son roman, il met en place une « supposition d’auteur19» : « C'est vers juillet 1946 que Jean d'Halluin a rencontré Sullivan, à une espèce de réunion franco-américaine. Deux jours après, Sullivan lui apportait son manuscrit20. » Il faut justifier la première parution en France d’un texte américain. La fiction de genèse et de publication renforce la mystification : le magazine américain Newsweek est berné puisqu'il consacre en février 1947 un article à Sullivan (« Watch and Ward in Paris »), qui résiderait à New York et serait très populaire en France. Très vite, cependant, le Tout-Paris littéraire établit le lien entre Vian et Sullivan. La critique de Vercoquin et le Plancton par Jean-Jacques Sorel dans le numéro 31 de La Nef en juin 1947 est claire : « À tout prendre, sa traduction de J'irai cracher sur vos tombes, commentaire pornographique sur la lutte des blancs et des noirs aux États-Unis d'un certain Vernon Sullivan (que j'ai de bonnes raisons de confondre avec M. Boris Vian, étant donné que les deux ne font qu'un) – à tout prendre, disais-je, J'irai cracher sur vos tombes était d'un autre brio. » Pourtant Vian nie : face aux attaques de la presse, à la plainte déposée par Daniel Parker, il se défend. Au moment de l'affaire Anne-Marie Masson, assassinée par son amant Edmond Rougé qui laisse sur la table de nuit un exemplaire de J'irai cracher sur vos tombes, Vian, accusé par France-Dimanche (4 mai 1947) d'être un « assassin (par procuration) », écrit le 8 mai dans Point de vue : « Je suis le premier désolé de ne pas être Sullivan [...]. En général quand on nous confond, je ne proteste pas [...] Qu’on nous confonde donc, c’est une preuve de plus que l’on ne sait pas lire ou qu’on ne veut pas lire21. »Vian continue à vouloir faire croire en l'existence de Sullivan avec son second roman sous pseudonyme, Les Morts ont tous la même peau (suivi de la nouvelle « Les chiens, le désir et la mort », unconcentré de hard-boiled, hommage et adieu de Vian au roman noir), et sa postface, virulente attaque contre les critiques. Avec ce roman noir classique, qui traite du thème racial de manière radicale et sombre, la trahison est vraiment à l'œuvre. Vian écrit aussi I Shall Spit on your Graves, un faux original qui est plus une tentative de défense durant les poursuites judiciaires qu'une volonté de trahir le lecteur. Vian abandonne la défense de son alter ego quand il s'aperçoit que les ventes du second Sullivan sont mauvaises. En novembre 1948, Vian avoue au juge Baurès qu’il est l'auteur du roman. L'interview « Boris Vian veut se sacrifier pour sauver Vernon Sullivan », réalisée par J.F. Devay pour Combat (24 novembre 1948, n° 1364), montre que Vian prend cette affaire avec humour et distance :

–  Vernon Sullivan existerait-il ?
– Évidemment, la preuve c’est que mes livres sont écrits dans un style tout différent.
– Pourquoi vous accuser ?
– Pour le sauver. S’il était poursuivi en France, il aurait de mauvais moments à passer Outre-Atlantique [...].
– Me présenterez-vous Vernon Sullivan ?
–Avec plaisir. Il sera à Paris à Noël. Ne le répétez pas.

7Vian reste cependant le meilleur exemple de trahison brutale du lecteur, déçu d'avoir cru lire un roman américain qui n’en était pas un. Vian a atteint son but : ouvrir les yeux sur le goût du public pour la littérature de scandale.

Des trahisons littéraires porteuses d'une réflexion sur la lecture : « Si vous n'êtes pas en état de reconnaître un canular quand on vous le met sous le nez, vous avez quelques progrès à faire22

  • 22 Boris, Vian, « Courrier des Lecteurs », Jazz-Hot, n° 99, mai 1955, cité dans David Noakes, Boris Vi (...)
  • 23 « Dans l’usine à romans noirs, le téléphone sonne sans arrêt. Les machines à écrire crépitent. Aux (...)

8Ces romans tendent vers le pastiche, qui est une trahison du genre puisque le hard-boiled est détourné grâce à des indices permettant de rétablir l’identité des auteurs. Seuls certains lecteurs seront trahis, car les romanciers tendent un piège en pensant que le lecteur saura y échapper. Deux voies de lecture sont possibles : celle du lecteur novice, piégé, et celle du lecteur complice, averti, qui n'est pas trahi. Il y a donc trahison potentielle mais pas obligatoire. La volonté de trahison est tempérée par une certaine foi en l'aptitude du lecteur à déceler le vrai et le faux. Plus que de trahison, il faudrait parler de pari sur la lecture. C’est le cas pour Serge Arcouët, qui affirme ne se salir les mains avec l'écriture d'un roman noir que pour ouvrir les yeux du lecteur (l'absence d'ouvrage critique sur Arcoüet pose ici problème). Agacé par un mauvais titre de la Série Noire, il décide d’en écrire un sous le nom de Terry Stewart. Partant du postulat qu’il est facile de tromper le lecteur, il écrit La Mort est dans le coup (Le Portulan, collection La Mauvaise chance, 1948) et se sert de l'outil classique de persuasion du lecteur, la préface. Mais à la différence de Vian, il ne l'écrit pas lui-même en tant que traducteur du roman, il la confie à Thomas Narcejac. Ce choix confirme la volonté de se servir de son roman comme d’une réflexion sur la lecture : on sait que Thomas Narcejac, fervent défenseur du roman policier classique, écrira un virulent pamphlet contre le roman noir américain, La Fin d'un bluff23. La collaboration entre les deux hommes est révélatrice, d’autant qu’elle se poursuivra avec Faut qu'ça saigne (Le Scorpion, collection Gants Noirs, 1948), roman noir écrit en commun, qui est aussi un pastiche. Avec cette préface, Narcejac participe à la trahison du lecteur :

  • 24 Serge Arcouët, La Mort est dans le coup (Death and I), Paris, Le Portulan, collection La Mauvaise C (...)

Le roman de Terry George Stewart [...] ressemble un peu à un roman policier ; par les personnages il rappelle Mac Coy, par la brutalité, il se situe dans la ligne du fameux livre Pas d'orchidées pour Miss Blandish [...] Au fond, l'auteur a voulu peindre la pègre américaine […] C'est pourquoi le livre de Terry George Stewart est un document avant d'être un roman. D'où son intérêt ! […] Le livre de Terry George Stewart n'est nullement destiné à chatouiller les instincts inavouables d'un public en quête d'émotions interdites. Comme Scarface, il vise au contraire à instruire par l'image. Lisons... et réfléchissons24.

  • 35  « Le meilleur roman américain de l'année a été écrit par un Français. Il a été publié à la NRF dan (...)

9Les critiques apprendront rapidement que, derrière Terry Stewart, se cache Arcoüet35, mais aucun scandale semblable à celui de Vian-Sullivan ne se déclenchera. Pourtant, le lecteur est tout autant trahi par La Mort et l'ange que par J'irai cracher sur vos tombes. Il l'est même plus à causede la crédibilité dont jouit la Série Noire, qui est une garantie aux yeux du lecteur. Le nom américain, associé à la célèbre couverture noir et jaune, fait mécaniquement son effet :

  • 36  Frank Lhomeau, « Le véritable lancement de la Série Noire », Temps noir. La Revue des littératures (...)

Dans France Dimanche du 13 février 1949, un journaliste qui ne signe pas son article, révèle que « le meilleur roman noir américain de l’année a été écrit par un Français. Il a été publié, à la NRF, dans la Série Noire que dirige Marcel Duhamel sous la simple mention « Traduit de l’américain ». Or, il paraît établi que l’auteur de ce roman, intitulé L’Ange et la Mort [sic] s’appelle en réalité Arcouët. C’est un personnage discret, mais de nationalité française. Il a une écriture curieuse et, de plus, il n’est jamais allé aux USA. Marcel Duhamel a, suivant sa propre expression, « bluffé ». Il a pour principe de ne publier que de « vrais » romans anglo-saxons. Mais M. Arcouët lui a remis un manuscrit plus vrai que nature. – J’en viens à me demander, dit Marcel Duhamel, si la seule façon de faire « américain » ne serait pas de n’avoir jamais séjourné en Amérique36.

  • 37 « Les visées de Boris sont tout autres : amateur passionné de littérature américaine, et de la meil (...)

10Avec La Mort et l'ange, Arcouët renonce à critiquer le roman noir. Pour Vian, au contraire, la trahison du lecteur devait faire naître une réflexion sur la littérature37. Vian réalise un tour de force : faire passer pour un authentique roman noir une œuvre qu’il concevait avant tout comme un exercice de style, et qui, selon lui, dissimulait très mal son statut de pastiche. Les passages qui trahissent Vian ne manquent pas : certains relèvent d’un dessein net d’abuser le lecteur, d’autres d’une imitation trop irréprochable. Vian sait qu'une partie de son lectorat ne lit qu’en surface, mais il interpelle également les lecteurs initiés, qui se livreront à une distanciation critique. Certains passages regorgent d’indices, en particulier la discussion entre Lee, le héros, et Hansen, le libraire chez qui il travaille. Hansen précise que ce qu'il vend le plus, ce sont les mauvais romans, et ses propos renvoient au vécu de Vian :

  • 38  Boris Vian, Romans, nouvelles, œuvres diverses, op. cit., p. 795.

– Eh bien, encore cinq et je me retire de ce travail.
– Pour quoi faire ?
– Écrire, dit [Hansen]. Écrire des best-sellers. Rien que des best-sellers. […]
– Vous y arriverez, dis-je.
– Sûrement, j'y arriverai. J'en ai déjà six de prêts.
– Vous n'avez jamais essayé de les placer ?
– Je ne suis pas l'ami ou l'amie de l'éditeur, et je n'ai pas assez d'argent à y mettre38.

11La référence aux refus de Gaston Gallimard de publier Vercoquin et le Plancton et L'Écume des jours est limpide. La virtuosité de Vian pasticheur réside dans le fait que son imitation est à la fois dissimulée et ostensible. Il souhaite en même temps tromper le lecteur et lui donner les moyens de découvrir la supercherie. Queneau partage avec Vian cette volonté de mettre à distance le modèle du roman noir : On est toujours trop bon avec les femmes est un jeu littéraire créatif. Peut-on alors encore parler de trahison du lecteur ? Prendre un pseudonyme peut simplement être un moyen d'écrire sans contrainte.

L'adoption d'un pseudonyme comme nécessité de se trahir en tant qu'écrivain : « J'ai créé Johnny Metal, journaliste américain, parce que ça me permettait toutes sortes de libertés, sans avoir à m'emmerder avec le décor ».39

  • 39  Interview de Léo Malet par François Guérif, Polar, n° 8, janvier 1980, reprise dans Léo Malet sous (...)
  • 40  « C’est dans l’ombre du sulfureux Sullivan que Boris Vian continue de produire les romans qu’il si (...)
  • 41 « Encore une fois, J’irai cracher sur vos tombes (je l’ai dit et redit publiquement) ne relève pas (...)
  • 42 « Elles se rendent pas compte sonne donc le glas de la carrière de Vernon Sullivan. […] Le roman es (...)
  • 43  Queneau avait récupéré le prix du Tabou au nom de Sally Mara, absente de Paris.
  • 44 Les épreuves de l'introduction de 1947 à On est toujours trop bon avec les femmes montrent que Quen (...)

12Il faut s'interroger sur la réutilisation des pseudonymes car il est difficile de continuer à parler de trahison du public une fois les auteurs démasqués. Terry Stewart sera le pseudonyme le plus exploité par Serge Arcouët (dix-huit titres en tout) : il le conservera jusqu’en 1955 pour la Série Noire (La belle vie, Pas de vieux os, La Soupe à la grimace, La Sueur froide). Mais il adoptera aussi un autre pseudonyme américain : John Lee Silver, nom collectif qui permet à Narcejac, Arcouët, et parfois Léo Malet, d’écrire la série des aventures d'espionnage de Slim. Dissimuler son nom est donc un moyen d'expérimentation littéraire. Le même mécanisme est à l'œuvre chez Malet, jusque-là poète surréaliste : le nom d’Harding lui permet de cacher la rédaction d’un roman, genre peu prisé par le groupe de Breton. De nombreux titres (parmi lesquels Aux mains des réducteurs de têtes, Miss Chandler est en danger ou Le Dé de jade)qu'il hésitera d'ailleurs à laisser republier, les considérant comme de mauvais romans, seront signés Harding. Malet expliquera avoir utilisé certaines de ces intrigues dans ses Nestor Burma : les Johnny Metal sont un laboratoire permettant de tracer des ébauches de romans. On retrouve cette duplicité littéraire chez Vian et on a beaucoup écrit sur Sullivan comme double diabolique de Vian40. Celui-ci considèrera aussi ses romans sous pseudonyme comme de la littérature facile41. Dans ce cas, pourquoi ne pas avoir cessé d’en écrire ? Sans doute parce que les deux derniers Sullivan sont des pastiches assumés : Et on tuera tous les affreux opère une fusion entre hard-boiled et science-fiction. Elles se rendent pas compte42 est un détournement systématique des clichés du genre (gang de lesbiennes, Francis Deacon, le héros, se déguise sans cesse en femme). Le pseudonyme n’est plus qu'une coquille vide, mais l'écriture sous pseudonyme reste une possibilité de création romanesque libérée. La trahison du lecteur s'atténue au fil des publications de Sullivan. Vian passe d'une trahison du lecteur pour lui ouvrir les yeux, à une écriture sous pseudonyme divertissante et purgée de tout objectif. L’envie de trahir le genre, qui était présente dès le premier Sullivan, l’emporte. Le cas le plus frappant de trahison limitée du lecteur est toutefois celui de Queneau, chez qui l'écriture sous pseudonyme est outil ludique de création. L'adoption d'un double masque (Sally Mara, jeune femme irlandaise, et Michel Presle, son traducteur) est un cas unique dans son œuvre. Au moment où il écrit On est toujours trop bon avec les femmes, il est déjà connu et respecté. Tout le monde savait que Queneau et Sally Mara n'étaient qu'une seule et même personne43, il est difficile de parler de trahison. En outre, Queneau est prudent, inquiet de la tournure que prend le scandale causé par J'irai cracher sur vos tombes (il sera d'ailleurs l'un des seuls à défendre Vian lors de son procès) : il ne se présente pas comme le traducteur du texte, et la préface du roman est signée Michel Presle44. Les contemporains ont donc oublié le roman, mais aussi le fait que Queneau était Sally Mara. C'est Queneau qui, en 1962, refera parler de ces écrits en composant un recueil, signé de son nom, des Œuvres complètes de Sally Mara. Il réunit dans un ordre différent de celui de la chronologie des premières publications Journal intime (1950), On est toujours trop bon avec les femmes (1947), Sally plus intime (textes parus depuis 1944 sous le titre de Foutaises). L'organisation de ce volume est le signe que Queneau se réapproprie ces textes et les considère comme une partie de son œuvre. Il propose même au lecteur une préface parodique et complexe, signée Sally Mara. Queneau est présenté par l’Irlandaise comme celui qui a tenu à ce que le recueil Sally plus intime soit publié :

  • 45  Raymond Queneau, Les Œuvres complètes de Sally Mara, Paris, Gallimard, collection « L’Imaginaire » (...)

Les éditions Gallimard ont absolument tenu à joindre cette production, toute truffée de mots malséants, à mes deux œuvres authentiques. Un personnage attaché à cette maison, un certain Queneau (est-ce le même que l’autre) m’a écrit : « Vous en faites pas, des inédits c’est au poil pour faire avaler une réimpression, notre clientèle adore ça » et autres niaiseries ejusdem farinae45.

  • 46  La préface contient d’ailleurs une notice biographique fictive de Sally Mara, signée Michel Presle (...)
  • 47  Leur mot de passe est « Finnegan’s Wake », ce qui rappelle que Queneau, en plaçant son roman en Ir (...)

13Cette prise de parole de Sally Mara redonne vie à cet auteur imaginaire46 et confirme la vocation de jeu littéraire qui habitait déjà On est toujours trop bon avec les femmes : Queneau avait choisi comme narratrice une femme, alors que le roman noir est un genre masculin ; il gardait l'érotisme et la violence propre au hard-boiled, mais les détournait grâce à un humour omniprésent. Le roman décrit l’attaque du bureau de poste d’Eden Quay à Dublin par des « Républicains irlandais en veine d’insurrection47 ». Le lecteur assiste, dès la scène d’ouverture, à un meurtre violent, celui d’un huissier royaliste qui, conscient qu’il va être tué, répète « Dieu sauve le Roi ! » :

  • 48  On est toujours trop bon avec les femmes, dans Raymond Queneau, Les Œuvres complètes de Sally Mara(...)

—Dieu sauve le Roi ! murmura-t-il pour la troisième fois.
Il ne fit que murmurer, cette fois-ci, car il avait fait tant et si bien, avec ses manifestations de loyalisme, que Corny Kelleher, pressé, lui avait injecté une balle dans le citron. L’huissier, mort, vomit sa cervelle par un huitième trou de la tête et s’étala, tout plat, sur le plancher48.

14Le jeu de mots sur « citron » et « pressé » donne le ton du roman et révèle que l’on a bien affaire à un pastiche de roman hard-boiled. De même, les termes anglais francisés peuvent être un autre indice du fait que Queneau se cache derrière Sally Mara : « vatère-prouf », « smokinge », « ouisqui », « darligne », pour n’en citer que quelques-uns. De plus, en alternance avec une focalisation omnisciente, Queneau n’hésite pas à se servir du point de vue interne (celui de Gertie Girdle, une jeune Anglaise séquestrée lors de l’attaque, par exemple) afin de parodier cette facile création du suspense dont les auteurs de hard-boiled sont de grands amateurs :

  • 49  Ibid., p. 203.

Je ne vais tout de même pas rester là jusqu’à la fin de mes jours, se dit Gertie. Dieu gracieux, ce sont des bandits, des Républicains qui ont pillé le bureau. […] Mais ils n’enfonceront pas la porte. Mais non. Mais non. Ils n’oseront pas. Ce sont les lavatories DAMES. Ah ah ah. Ils n’oseront pas entrer dans les lavatories DAMES. Ah ah ah. […] À moins qu’il n’y ait une femme parmi eux. Une femme qui viendra fatalement ici, qui essaiera d’ouvrir. Et… et… Ils enfonceront la porte49.

15Enfin, l’érotisme proposé par Queneau est un pastiche amusé de celui que l’on trouve dans les romans hard-boiled :

  • 50  Ibid.,p. 242.

Les hommes s’aplatirent et rampèrent vers leurs armes. La chaise de Gertie fut renversée et la jeune fille se mit à gigoter dans son inconfortable position. Elle découvrit ainsi des jambes minces, mais substantielles et moulées dans une matière précieuse qui était de la soie. Larry ayant saisi son flingue, revint vers elle à quatre pattes et rabattit sa jupe sur ses mollets. Puis il alla combattre. Alors Gertie comprit qu’il y en avait déjà un qui l’aimait50.

  • 51  « Ô doux émois d’un cœur de jeune fille, ô charmants frissons du printemps d’une sensibilité, ô ch (...)
  • 52  On est toujours trop bon avec les femmes, dans Raymond Queneau, Les Œuvres complètes de Sally Mara(...)
  • 53 « Le roman de Queneau, à forte charge érotique mais exempt de toute scène de stupre ou de sadisme e (...)

16Le geste de Larry O’Rourke, préservant la vertu de Gertie, représente ce détournement de la brutalité et de la provocation sexuelles que l’on trouve dans les romans hard-boiled. Il ne faut pas oublier que le roman est censé être écrit par une jeune femme encore vierge, Sally Mara51. De même, la scène érotique entre Gertie et Callinan s’ouvre sur une curieuse explication du goût de la jeune femme pour les nombrils : « Elle fut charmée par celui de Callinan qu’elle trouvait aussi agréable à chatouiller que le sien52. » On peut aussi interpréter ces passages de feinte pudeur comme des pieds de nez aux censeurs dont les espoirs de poursuites pour outrage aux bonnes mœurs sont ainsi contrariés. Tous ces indices attestent que, dépassant l’imitation, Queneau réalise une expérience littéraire qui n’est pas destinée à piéger le lecteur53. Il s'agirait plutôt de lui proposer de décrypter les clichés du roman noir, du journal intime et du recueil d'aphorismes. Le but est de faire réfléchir le lecteur, pas seulement d'exprimer des fantasmes inavouables. Dès son coup d'essai, Queneau réussit son pastiche et fait de On est toujours trop bon avec les femmes un véritable roman quenien.

Conclusion

17La naissance du roman noir français s’appuie sur une série de trahisons littéraires, reposant sur la tromperie du lecteur par l’adoption d'un pseudonyme américain et la construction d'une identité auctoriale factice. Cependant, ces trahisons ne sont pas totales car le lecteur peut déceler le piège. Malet, Vian, Queneau et Arcouët parviennent, dès leurs premières œuvres hard-boiled, à dépasser le genre qu'ils imitent. C'est l'originalité du roman noir à la française, la tendance au pastiche des stéréotypes américains. Ces romanciers, en particulier Vian et Queneau, trahissent le genre et ouvrent ainsi la voie au roman noir français,qui aura un argot et des clichés bien à lui (que l’on pense à Touchez pas au grisbi ! d'Albert Simonin). Cette double trahison – du lecteur et du genre – est bénéfique car, grâce aux expérimentions littéraires que sont l'écriture sous pseudonyme et le pastiche, le roman noir passe de la copie du hard-boiled à l'expression d'une réelle singularité française.

Haut de page

Bibliographie

Léo Malet sous pli discret, ouvrage édité à l'occasion de l'exposition de Mons (15 avril-2 mai 1988), Paris, édition Séries B, collection 10/18, p. 20.

Arcouët, Serge, La Mort est dans le coup, Paris, Le Portulan, collection La Mauvaise Chance, 1948.

________, La Mort et l'ange (1948), Paris, Gallimard, collection Le Carré Noir, 1972.

Arnaud, Noël, Le Dossier de l'affaire J'irai cracher sur vos tombes, Paris, Christian Bourgois, 2006.

________, Les Vies parallèles de Boris Vian (1966), Paris, Librairie générale française, 1998.

Bouchard, Gladys et Gudin de Vallerin, Gilles, Léo Malet revient au bercail, Montpellier, Actes Sud, 2007.

Bourdier, Jean, Histoire du roman policier, Paris, Éditions de Fallois, 1996.

Duhamel, Marcel, Raconte pas ta vie, Paris, Mercure de France, 1972.

Fouché, Pascal, L’Édition française sous l’Occupation 1940-1944, Paris, Bibliothèque de littérature française contemporaine de Paris VII, 1987.

Jeandillou, Jean-François, Supercheries littéraires, la vie et l’œuvre des auteurs supposés, Paris, ÉditionsUsher, 1989.

Lhomeau, Frank,  « Le véritable lancement de la Série Noire », Temps noir. La Revue des littératures policières, Nantes, Joseph K., n° 4, 2e semestre 2000.

Malet, Léo, Johnny Metal (1941), Paris, Nouvelles éditions Oswald, 1981.

________, La Vache enragée, Paris, Julliard, 1988.

Narcejac, Thomas, La Fin d’un bluff, essai sur le roman policier noir américain, Paris, Le Portulan, 1949.

Noakes, David, Boris Vian, Paris, Éditions universitaires, collection Classiques du XXe, 1964.

Picard, Roger, Artifices et mystifications littéraires, Montréal, Éditions Variétés, 1945.

Pierre, David, Dictionnaire des personnages de Queneau, Limoges, PULIM, 1994.

Queneau, Raymond, Œuvres complètes III, Romans (II), édition publiée sous la direction d'Henri Godard, Paris, Gallimard, collection Bibliothèque de la Pléiade, 2006.

Rybalka, Michel, Boris Vian, Essai d'interprétation et de documentation (1969), Paris, Minard, 1984.

Vian, Boris, Manuel de Saint-Germain-des-Prés (1951), Paris, Librairie générale française, 2001.

________, Œuvres romanesques complètes, édition publiée sous la direction de Marc Lapprand, Paris, Gallimard, collection Bibliothèque de la Pléiade, 2010.

________, Romans, nouvelles, œuvres diverses, édition établie par Gilbert Pestureau, Paris, Librairie générale d’édition, collection La Pochothèque, 1991.

Haut de page

Notes

1 « C'était mon premier roman, et c'est celui qui m'a donné le plus de mal. Certains chapitres ont été refaits plusieurs fois », Léo Malet, La Vache enragée, Paris, Julliard, 1988, p. 167.

2  Interview de Léo Malet par Noël Simsolo pour l'émission « Mémoires du siècle » sur France Culture (1986), reprise  dans Léo Malet sous pli discret, ouvrage édité à l'occasion de l'exposition de Mons (15 avril-2 mai 1988), Paris, Éditions Séries B, collection 10/18, p. 64.

3 Le décret du 6 mai 1939 ordonne l’interdiction administrative des livres de provenance étrangère et leur saisie à la frontière. À ce texte s’ajoute la seconde liste Otto du 24 mars 1942 : « Traductions de l’anglais : en principe toutes les traductions de l’anglais, excepté les ouvrages des classiques anglais, seront retirées de la vente », Pascal Fouché, L’Édition française sous l’Occupation 1940-1944, Paris, Bibliothèque de littérature française contemporaine de Paris VII, 1987, p. 29.

4  Léo Malet, La Vache enragée, Paris, Julliard, 1988, p. 167-168.

5   Léo Malet, Johnny Metal (1941), Paris, Nouvelles éditions Oswald, 1981, p. 15.

6   Léo Malet, La Vache enragée, Paris, Julliard, 1988, p. 168.

7  La toile de fond sociale choisie par Malet n’est pas sans rappeler le point de départ de la Moisson Rouge d’Hammett : Elihu Willsson, patron d’une corporation minière, règne en maître sur Personville (appelée « Poisonville » par ses habitants) et a fait engager des gangsters pour briser une grève sur le point d’éclater dans une de ses mines. Le lien de corruption entre les hommes de pouvoir et la pègre est un des thèmes récurrents du roman hard-boiled, Malet n’hésite donc pas à l’exploiter : il est par exemple précisé au sujet du gangster Teddy Brown-Smiles qu’il était auparavant un escroc ayant fomenté une grève, pour ensuite négocier son arrêt avec les patrons.

8 « Car voilà le problème : il s'agit de vendre sa salade ! Le truc est simple : vous écrivez une cochonnerie quelconque, vous y semez quelques termes de couleur locale (whisky, drugstore, bobby-soxers) deux ou trois idées à prétention sociale […], vous choisissez un titre raccrocheur et ajoutez “traduit de l'américain”. Car l'américain s'achète, la vente est garantie », Bertrand d'Astorg, « Les faussaires de l'obscénité », Esprit, n° 130, février 1947.

9 Un bulletin de commande du Scorpion clamera d'ailleurs : « Prix du Tabou/ Un roman irlandais dans la veine de J'irai cracher sur vos tombes, inédit dans la chaste Irlande », dans Raymond Queneau, Oeuvres complètes III, Romans (II), édition publiée sous la direction d'Henri Godard, Paris, Gallimard, collection Bibliothèque de la Pléiade, 2006, note 4, p. 1725.

10 Gilbert Pestureau, « Le marquy et le bison : fable pataphysique vécue », Temps Mêlés, documents Queneau,  Bruxelles, Verviers, n° 36, 1987, p. 216.

11  C'est ainsi que le roman est présenté par les encarts publicitaires que d'Halluin fait paraître pour sa sortie.

12  C’était aussi le cas de Joe Christmas dans Light in August de William Faulkner.

13  « Alors, j’ai répondu [à Lou] que les Blancs avaient descendu mon frère, et que je serais plus dur à avoir, mais qu'elle, en tout cas, allait y passer, et j'ai refermé ma main sur un des seins jusqu'à ce qu'elle manque de s'évanouir, mais elle ne disait rien. Je l'ai giflée à mort. […] J'ai senti le sang me pisser dans la bouche, et ses reins s'agitaient malgré les cordes.  […] À la fin, je me suis mis à lui taper dessus, juste avec mon poing droit d'abord, sur la mâchoire, j'ai senti ses dents se casser et j'ai continué, je voulais qu'elle s'arrête de crier. J'ai tapé plus fort, et puis j'ai ramassé sa jupe, je la lui ai collée sur la bouche et je me suis assis sur sa tête. Elle remuait comme un ver. Je n'aurais pas pensé qu'elle ait la vie aussi dure », Boris Vian, Romans, nouvelles, œuvres diverses, édition établie par Gilbert Pestureau, Paris, Librairie générale d’édition, collection La Pochothèque, 1991, p. 870.

14  Dans Pas d’orchidées pour Miss Blandish, de James Hadley Chase.

15 Marcel Duhamel, Raconte pas ta vie, Paris, Mercure de France, 1972, p. 555.

16  La Dépêche de Paris, 21 novembre 1946, dans Noël Arnaud, Le Dossier de l'affaire J'irai cracher sur vos tombes, Paris, Christian Bourgois, 2006, p. 10.

17  Michel Rybalka, Boris Vian, Essai d'interprétation et de documentation (1969), Paris, Minard, 1984, p. 134.

18 « Nul n'apprécie plus que moi une invention, une fantaisie, un canular imposant », Boris Vian, Manuel de Saint-Germain-des-Prés, Paris, Librairie générale française, 2001, p. 31-32.

19 Roger Picard, Artifices et mystifications littéraires, Montréal, Dussault et Péladeau, 1945, p. 161.

20  Boris Vian, Romans, nouvelles, œuvres diverses, op. cit., p. 791.

21  Boris, Vian, Œuvres romanesques complètes, édition publiée sous la direction de Marc Lapprand, Paris, Gallimard, collection Bibliothèque de la Pléiade, 2010, p. 338.

22 Boris, Vian, « Courrier des Lecteurs », Jazz-Hot, n° 99, mai 1955, cité dans David Noakes, Boris Vian, Paris, Éditions universitaires, collection Classiques du XXe, 1964, p. 25.

23 « Dans l’usine à romans noirs, le téléphone sonne sans arrêt. Les machines à écrire crépitent. Aux murs, de grands tableaux noirs quadrillés de jaune permettent de voir d’un seul coup d’œil où en est chaque livre de la série, à quel stade il se trouve de la lecture, de la traduction, de la relecture, de la fabrication, du tirage, de la vente. C’est vraiment la littérature élevée à la hauteur d’une industrie de chaîne », Thomas Narcejac, La Fin d’un bluff, essai sur le roman policier noir américain, Paris, le Portulan, 1949, p. 164.

24 Serge Arcouët, La Mort est dans le coup (Death and I), Paris, Le Portulan, collection La Mauvaise Chance, 1948, p. 7-8.

25  En 1951, Marcel Duhamel écrit à Léo Malet pour lui expliquer son refus d'éditer Le Froid dans le dos : « que veux-tu, chaque fois que j'essaie de donner sa chance à un bon bouquin français, c'est une catastrophe au point de vue de la vente. Dans la Série Noire, les gens ne veulent strictement que des traductions », Gilles Gudin de Vallerin et Gladys Bouchard, Léo Malet revient au bercail, Montpellier, Actes Sud, 2007, p. 91.

26 Serge Arcouët, La Mort et l'ange (1948), Paris, Gallimard, collection Le Carré Noir, 1972, p. 39.

27  Serge Arcouët, La Mort et l'ange (1948), Paris, Gallimard, collection Le Carré Noir, 1972, p. 75.

28  Le personnage du journaliste intègre, sans peur et sans reproche, qui finit par faire éclater la vérité, appartient aux types peuplant le roman hard-boiled. On le retrouve aussi chez Malet (Johnny Metal) ou chez Vian (Gary Killian dans Et on tuera tous les affreux).

29 Serge Arcouët, La Mort et l'ange, op. cit., p. 148.

30  « Si Duhamel fait imprimer en page de titre de La Mort et l’ange la mention “traduit de l’américain”, il ne pousse pas au-delà la mystification […]. C’est bien l’américanité du roman qui justifie sa place au sein de la Série Noire », Frank Lhomeau, « Le véritable lancement de la Série Noire », Temps noir. La Revue des littératures policières, Nantes, Joseph K., n° 4, 2e  semestre 2000, p. 82.

31  France Dimanche, 13 février 1949, n° 128, p. 8.

32  Serge Arcouët, La Mort et l'ange, op. cit., p. 46.

33  « On traduit pour l’instant à peu près n’importe quoi, comme si la mention "traduit de l’américain" était une marque de fabrique magique », Robert Kanters, Spectateur, 26 novembre 1946.

34  Jean Bourdier, Histoire du roman policier, Paris, Éditions de Fallois, 1996, p. 214.

35  « Le meilleur roman américain de l'année a été écrit par un Français. Il a été publié à la NRF dans la “Série Noire” que dirige Marcel Duhamel sous la simple mention “traduit de l'américain”. Or, il paraît établi que l'auteur de ce roman, intitulé La Mort et l'ange, s'appelle en réalité Serge Arcouët. C'est un personnage discret, mais de nationalité française », France Dimanche, 13 février 1949, n° 128, p. 8.

36  Frank Lhomeau, « Le véritable lancement de la Série Noire », Temps noir. La Revue des littératures policières, Nantes, Joseph K., n° 4, 2e  semestre 2000, p. 83.

37 « Les visées de Boris sont tout autres : amateur passionné de littérature américaine, et de la meilleure, il assiste à la dégradation rapide du goût des lecteurs […]. Démontrer que le public se délecte de bas morceaux, démontrer que pareille littérature se fabrique industriellement et que c’est pitié d’être aussi crédule et aussi perverti (esthétiquement parlant), voilà ce qu’il a en tête », Noël Arnaud, Les Vies parallèles de Boris Vian (1966), Paris, Librairie générale française, 1998, p. 141-142.

38  Boris Vian, Romans, nouvelles, œuvres diverses, op. cit., p. 795.

39  Interview de Léo Malet par François Guérif, Polar, n° 8, janvier 1980, reprise dans Léo Malet sous pli discret, ouvrage édité à l'occasion de l'exposition de Mons (15 avril-2 mai 1988), Paris, édition Séries B, collection 10/18, p. 20.

40  « C’est dans l’ombre du sulfureux Sullivan que Boris Vian continue de produire les romans qu’il signe de son nom. Ceux-ci resteront éclipsés sa vie durant, et ce n’est qu’après sa disparition que la postérité “réhabilitera” le romancier Boris Vian », Boris Vian, Œuvres romanesques complètes, t. I, op. cit., p. XXVI-XXVII.

41 « Encore une fois, J’irai cracher sur vos tombes (je l’ai dit et redit publiquement) ne relève pas de la littérature, mais du divertissement », Boris Vian, cité dans Noël Arnaud, Les Vies parallèles de Boris Vian, op. cit., p. 155.

42 « Elles se rendent pas compte sonne donc le glas de la carrière de Vernon Sullivan. […] Le roman est d'ailleurs passé totalement inaperçu du vivant de son auteur », Boris Vian, Œuvres romanesques complètes, t. II, op. cit., p. 1261.

43  Queneau avait récupéré le prix du Tabou au nom de Sally Mara, absente de Paris.

44 Les épreuves de l'introduction de 1947 à On est toujours trop bon avec les femmes montrent que Queneau biffe son nom et le remplace par celui de Michel Presle (Raymond Queneau, Œuvres complètes III, Romans (II), édition publiée sous la direction d'Henri Godard, Paris, Gallimard, collection Bibliothèque de la Pléiade, 2006, p. 1503).

45  Raymond Queneau, Les Œuvres complètes de Sally Mara, Paris, Gallimard, collection « L’Imaginaire », 1962, p. 7.

46  La préface contient d’ailleurs une notice biographique fictive de Sally Mara, signée Michel Presle, qui nous apprend que Sally Mara serait morte en 1943 (c’est-à-dire avant la publication de On est toujours trop bon avec les femmes !), ce que dément fermement l’intéressée : « Je serais morte, obscurément à Cork en 1943 ? rien de plus faux : j’écris cette préface dix-huit ans plus tard et je n’ai rien d’un fantôme, à la corpulence près », Ibid., p. 9.

47  Leur mot de passe est « Finnegan’s Wake », ce qui rappelle que Queneau, en plaçant son roman en Irlande, voulait ainsi rendre hommage à James Joyce.

48  On est toujours trop bon avec les femmes, dans Raymond Queneau, Les Œuvres complètes de Sally Mara, op. cit., p. 191.

49  Ibid., p. 203.

50  Ibid.,p. 242.

51  « Ô doux émois d’un cœur de jeune fille, ô charmants frissons du printemps d’une sensibilité, ô chastes curiosités d’une fleurissante pucelle », Journal intime, dans Raymond Queneau, Les Œuvres complètes de Sally Mara, op. cit., p. 20.

52  On est toujours trop bon avec les femmes, dans Raymond Queneau, Les Œuvres complètes de Sally Mara, op. cit., p. 259.

53 « Le roman de Queneau, à forte charge érotique mais exempt de toute scène de stupre ou de sadisme explicite, ne fut jamais voué aux gémonies […]. L’auteur supposé ne cherchait ni à scandaliser, ni à duper le public ; tout se passe comme s’il voulait au contraire l’inciter à repérer les stéréotypes ou les allusions qui émaillent ces textes apparemment disparates », Jean-François Jeandillou, Supercheries littéraires, la vie et l’œuvre des auteurs supposés, Paris, ÉditionsUsher, 1989, p. 348.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Cadin, « Les premiers romans noirs français : simples exercices de style ou trahisons littéraires complexes ? », TRANS- [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 08 février 2011, consulté le 28 mars 2017. URL : http://trans.revues.org/435 ; DOI : 10.4000/trans.435

Haut de page

Auteur

Anne Cadin

Agrégée de Lettres Modernes, doctorante à l’Université Paris-IV Sorbonne sous la direction de M. Michel Murat, Anne Cadin fait une thèse portant sur l’influence de la culture américaine sur le roman français des années 1945-1950. Elle a notamment publié « Ce que peut le roman noir », Chameaux (Université de Laval), n°3, automne 2010

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page