Navigation – Plan du site
Université invitée

Littératures e-comparées : trois défis

Silviano Carrasco

Résumés

Le but de cet article est d’identifier et d’analyser les changements que le comparatiste doit affronter aujourd’hui en raison de l’intégration d’outils électroniques à son travail de recherche et d’enseignement. Nous prendrons en considération trois défis qui, quantitativement et qualitativement, concernent des domaines comme la disponibilité des matériaux littéraires sur support électronique, la lecture et l’écriture sur écran et l’enseignement en ligne. Nous essaierons de montrer comment ces outils et leurs méthodologies mettent en question les prémisses nationales et les pratiques binaires qui ont permis, à l’origine, le développement de la littérature comparée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les trois environnements sont développés par le philosophe espagnol Javier Echevarría, Los señores (...)
  • 2 Dolores Romero López, « From analogue to hypermedia texts in Hispanic Literatures », Neohelicon (20 (...)
  • 3 Littératures Européennes du Texte à l’Hypermédia.

1L’Humanité a ajouté à un premier environnement (celui du corps et de la nature) un deuxième environnement (celui de la ville et de sa sociabilité). Les littératures et les nations, telles qu’on les a conçues pendant les derniers siècles, sont nées ensemble et avec l’imprimerie dans ce deuxième environnement. Pourtant, il est temps de reconnaître un troisième environnement : l’environnement numérique, outil pour la communication, l’information, la mémorisation, les affaires, le loisir1... et il nous faudrait y ajouter la culture, c’est-à-dire la production artistique et littéraire. Voilà la raison pour laquelle notre collègue Dolores Romero revendique l’expression « TICC » : Technologies de l’Information, de la Communication et de la Culture2. C’est dans ce domaine que le groupe LEETHY3 fait sa recherche.

  • 4 En ce sens, il est décevant que même David Damrosch, dans The Princeton Sourcebook in Comparative L (...)

2Epur si muove : aujourd’hui, tout est numérique, la télévision et le téléphone, les billets d’avion et la déclaration d’impôt sur le revenu, les crédits bancaires et le courrier, etc. Les textes qu’on lit sur papier deviennent de plus en plus rares ; tous nos livres sont d’abord numériques, ils sont écrans avant de devenir pages. À l’instar des héros dont la vocation et le triomphe consistent à mettre fin à leur existence de héros et à enfin régner, l’innovation a pour but de cesser d’être périphérique et de devenir centrale, disparaissant une fois que le changement social est accompli. C’est pour cela que, si à un moment donné nous avons besoin de légitimer notre travail dans le domaine numérique à propos des littératures, les sciences humaines dans leur ensemble ont besoin de devenir numériques pour être considérées comme légitimes et être légitimées par nos sociétés. Les littératures seront numériques ou ne seront pas. Il n’y a qu’à attendre4.

3On fera ensuite le point sur ces changements qualitatifs dont le groupe LEETHY étudie trois dimensions fondamentales :

  • La disponibilité des matériaux littéraires sur des fichiers électroniques.

  • Les possibilités et les réalisations de la lecture électronique.

  • Les formules de travail collaboratif aussi bien en matière de recherche que de processus d’enseignement-apprentissage des littératures.

E-fichiers

4Le premier défi provient de la multiplication exponentielle des textes en ligne dont on peut disposer aujourd’hui. Les institutions et plus encore les entreprises spécialisées font de plus en plus d’investissements en temps et en capital pour mettre en ligne le patrimoine de leurs bibliothèques virtuelles sous la forme de collections de textes et de revues, de bases de données, d’encyclopédies. Cela nous force à repartir pour n’importe quelle recherche, non pas d’un canon, mais d’une métaréflexion sur les fichiers et à partir de ces fichiers électroniques. La constitution d’un corpus de travail à l’ère numérique doit reposer sur une base étendue, à laquelle il nous faut réfléchir. Il faut que cette métaréflexion à propos des e-fichiers que nous proposons en tant que prémisse initiale, soit :

5Cependant, les bases de données concernant les littératures partout dans le monde souffrent des mêmes défauts : celles qui offrent le plus de ressources sont fermées, tandis que celles qui sont gratuites ou dépendantes de subventions publiques ponctuelles sont pauvres et montrent de tels manques qu’elles sont peu utiles.

6Les bases de données font référence à des espaces littéraires nationaux ; elles sont construites dans les langues nationales (avec de très rares traductions vers l’anglais) ou exclusivement en anglais puisqu’elles concernent des littératures anglophones.

7Ces bases de données ne peuvent pas échanger d’informations entre elles, non seulement parce que certaines sont fermées, mais aussi parce qu’elles sont construites avec des langages informatiques qui ne se servent pas de normes communes.

8Nous voudrions maintenant développer la portée de ces trois défis. Tout d’abord, pourquoi est-ce que les e-fichiers ne sont pas globaux ? En effet, cette mise à disposition universelle ne l’est pas vraiment. Comme pour Ceci n’est pas une pipe de Magritte, l’Internet (le réseau) n’est pas un réseau, ce n’est pas un objet concret, défini par sa cohérence et sa cohésion de fils et de nœuds, comme l’image pourrait nous le faire croire. L’Internet est à la fois brisé et plus ou moins fermement tissé, grâce à des nœuds forts ou faibles, mais souvent avec des fils si fins qu’ils ne sont pas perçus. De plus, il est extrêmement hiérarchisé et la position occupée à l’intérieur de celui-ci se révèle être d’une valeur considérable. Deux réflexions nous occuperont :

The World Of Internet – June 2008:
21.1% of world population with access to the Internet: 1,407,720,000 individuals online

The World Of Internet – June 2008:21.1% of world population with access to the Internet: 1,407,720,000 individuals online

Internet users per 100 inhabitants 1997-2007 (Source: ITU)

Internet users per 100 inhabitants 1997-2007 (Source: ITU)
8

10Effectivement, nous connaissons tous le coût abusif des publications scientifiques, résultat de la concentration économique du marché mondial de l’édition scientifique, auquel ne peuvent accéder que les universités les plus riches (autant dire, pas les espagnoles) ou les grands consortiums.

  • 9 http://whc.unesco.org.
  • 10 Cela grâce à des employés en Inde, salariés à 0,40 euros de l’heure à tourner des pages, pour une p (...)
  • 11 Pierre Lévy, op. cit., p. 105-160, prouve que cette catégorisation sémantique des données (loin des (...)

11Mais il est un fait qu’aujourd’hui le comparatiste ne peut plus ignorer : on dispose de grands corpus littéraires, de World Heritage de l’UNESCO9 à Million Book Digital Library Project de l’université Carnegie Mellon à Pittsburg10, et il va sans dire que Google Books-Google Print-Schoogle est devenu un espace de travail fondamental. Il est temps maintenant de nous demander ce que la façade de la bibliothèque va conserver, tout en craignant que cette façade ne se réduise à la page d’accueil de Google. Mais au-delà, si tout ce matériel nous est inaccessible, introuvable parce qu’il n’est pas disponible, alors il n’existe tout simplement plus11. Dans le cas où il serait possible à n’importe quel être humain (quel que soit son profil économique, social et politique) d’accéder à toutes les informations stockées (et ce n’est pas le cas, comme nous l’avons déjà remarqué), on aurait besoin d’une réorganisation des contenus, laquelle nous permettrait d’accéder à toutes ces informations augmentées.

12Nous avons besoin de cadres supranationaux pour notre travail : les listes de ressources, telles que Fabula.org nous sont fondamentales, mais également des instruments comme la Literary Research de la ICLA12.

13On ne travaille plus dans des cadres nationaux : pour les chercheurs du monde entier, Voltaire n’est plus français. On croit que Voltaire est une propriété nationale de la France, mais l’université de Virginia a bien son Voltaire électronique avec quelques 1079 entrées et documents13. Nous avons toujours la possibilité (très démocratique) d’acheter une édition en livre de poche de Candide ou d’obtenir un financement pour un séjour à la Bibliothèque nationale à Paris. Mais il est mieux d’avoir accès aux éditions de Chadwick14 et à tous les services offerts par la Voltaire Foundation de l’université d’Oxford15.

  • 16 On se fait ici l’écho des réflexions de Brigitte Juanals, La Culture de l’information du livre au n (...)

14Ce qui est vraiment démocratique est la nouvelle tournure encyclopédique que les humanités acquièrent dès lors qu’elles deviennent numériques. Nous ne devrions nous laisser piéger ni par l’utopisme universaliste (ou nationaliste), ni par le positivisme naïf confiant dans les données, qui plaisent tant aux pouvoirs politiques et aux sponsors : il n’y a pas un seul projet de recherche (national et surtout européen) qui ne doive comprendre sa composante de numérisation d’un patrimoine identitaire afin d’être politiquement correct et, par conséquent, d’obtenir un financement. On oublie les leçons de l’encyclopédisme de Diderot, à savoir la responsabilité historique des décisions de l’éditeur et la subjectivité qui va avec. Effectivement, les encyclopédies16 sont des grammaires essentialistes de savoirs qui imposent une image du processus de savoir liée à une modalité d’exposition ; elles sont une pause figée d’une pensée en action. Ces cartographies et ces combinaisons relativement simples des blocs de savoir assurent ainsi une permanence de ces territoires scientifiques qui deviennent compatibles, traduisibles, faciles à enseigner.

  • 17 Il n’est plus possible de se passer de J. Derrida, Archive Fever : A Freudian Impression, Chicago a (...)

15Après l’ère du soupçon et ses principes d’incertitude propres au xxe siècle, il n’est plus possible de revenir à la croyance idéologique propre à la science du xixe siècle. Les fichiers, avec leur évidence matérielle, leur autorité, leur caractère, sont connotatifs17. À l’époque des virtualisations massives, ce « nouvel encyclopédisme » doit être problématique et abandonner ainsi progressivement la tentation totalisatrice et stable d’un savoir accessible et vulgarisé.

  • 18 M. Lebert, « Les mutations du livre à l’heure de l’Internet », in Net des études françaises, http:/ (...)

16Concernant la croissance quantitative des matériaux littéraires disponibles, il faut préciser qu’elle génère un changement qualitatif dans la lecture. En effet, la modalité de circulation du littéraire entraîne d’autres modalités de lecture et d’écriture littéraires. La disponibilité des textes fait émerger de nouveaux horizons d’attente chez les usagers : la majorité des épisodes de Star Trek citent des livres qui sont inclus dans le Projet Gutenberg et non pas dans nos bibliothèques18.

E-lectures / E-ecritures

  • 19 Vid. Transforming Culture in the Digital Age. International Conference in Tartu 14-16 April 2010, i (...)

17Les écrans sont aujourd’hui partout et on n’y fait même plus attention. Si l’ars de la reproduction artificielle de l’écriture fut employé il y a cinq siècles et suscita la transformation la plus radicale des conditions de la vie intellectuelle dans l’histoire de la civilisation occidentale, quelque chose de semblable arrive de nos jours19.

  • 20 Stephen King a interrompu la publication de The Plant sur amazon.com lorsqu’il rédigeait le cinquiè (...)

18Les conditions de la vie intellectuelle varient, dans le domaine de l’édition (du livre ou du journal, comme les éditeurs le savent bien20) et dans le domaine académique. C’est bien là ce qui effraye les pouvoirs liés à la production et à la distribution du livre, à la production et à la conservation du savoir, bien plus que la révolution dans les modalités de lecture qui ne parvient pas à attirer l’attention des comparatistes. Epur si muove : ce que nous appelons une transformation dans les rituels et les contrats de lecture est arrivée.

  • 21 Ainsi que Sven Birkerts l’a prédit, d’après le modèle de MacLuhan, dans The Gutenberg Elegies. The (...)

19Il n’y a pas et il n’y a jamais eu une seule modalité de lecture. À l’origine, la lecture était orientée vers la production de sons (oralité), puis elle s’est orientée essentiellement vers la production de sens (compréhension). Il est certain que, dans la littérature électronique, c’est la lecture instantanée, superficielle, rhizomatique et fragmentée qui prend le dessus, comme pour n’importe quelle consultation rapide d’un annuaire téléphonique (dont on ne se sert plus) ou d’une monographie (dont les étudiants ne se servent plus), de sorte qu’il est impossible d’opposer une lecture profonde (sur papier) à une lecture superficielle (sur écran), de la même façon que l’instantanéité ne va pas non plus effacer l’expérience intérieure de la lecture21.

20On apprend la lecture au cours d’un processus scolaire qui nous permet de nous approprier l’écriture. Apprendre à lire aujourd’hui ne signifie donc plus entrer dans les livres, bien que le livre soit toujours, pour la majorité des lecteurs, la forme la plus élaborée qu’ils connaissent pour accéder au texte écrit et, par conséquent, au savoir. Cela va sans dire, il n’en est plus ainsi ni pour l’employé de banque ni pour le médecin, pour lesquels le savoir le plus profond réside dans leurs graphiques, leurs codes et leurs banques de données sur écran, ni même pour les spécialistes en littérature parce qu’ils disposent d’autres instruments d’accès au savoir : les banques de données, la représentation en réseaux (de concepts, de circulation, de rapports), les analyses quantitatives, etc.

21Dans le domaine des études littéraires, la résistance est forte non seulement parce que l’objet par excellence de la lecture littéraire, ainsi qu’on l’a conçue, est le livre et non pas la pierre (de Rosette), ni le parchemin (d’Alexandrie), ni le codex (de Liébana), mais aussi parce qu’on éprouve une réticence à accepter qu’il y ait d’autres langages formels (celui des logiciels informatiques, celui des étiquetages des ontologies) qui nous permettent de gérer l’information et, par conséquent, une création de connaissances différente de celle propre au langage naturel, et, en ce qui concerne sa capacité de stockage, bien supérieure au langage humain. Nous n’allons pas nier la capacité de connaître que véhicule un vers de Rimbaud, mais nous ne nierons pas non plus qu’avec ce langage, nous ne parvenons pas à stocker ni à récupérer le vaste ensemble des connaissances humaines dont nous disposons aujourd’hui.

  • 22 Il nous faut être vraiment attentifs à l’évolution de la lecture due aux livres électroniques et de (...)

22Nous sommes obligés de nous impliquer dans la transition d’une instruction bibliographique à une alphabétisation numérique pour nos nouveaux lecto-écrivains. Aujourd’hui, nous devons faire en sorte que nos nouveaux étudiants, à partir des rituels de lecture électronique qu’eux-mêmes génèrent, apprennent à utiliser les instruments électroniques qui leur permettent d’augmenter leurs capacités de lecture et, surtout, d’établir de nouveaux contrats de lecture électronique qui concernent la présentation des textes électroniques (lisibilité, efficacité, formatage), autant que le travail d’interpré-tation et d’appropriation des textes (la condamnation du plagiat par le biais d’un simple copier-coller)22.

23Ces dernières années, le groupe LEETHY a travaillé essentiellement sur la méthodologie pour l’enseignement de la littérature sur support électronique, ainsi que nous l’avons publié dans notre ouvrage collectif, Enseñanza virtual y presencial de las literaturas (2008), coordonné par Pilar García-Carcedo, où nous étudions tout particulièrement les compétences informationnelles et technologiques que nos étudiants de littérature doivent posséder. Actuellement, nous analysons les problèmes en rapport avec la lecture littéraire sur écran pour notre prochain livre, Alicia a través de la pantalla : lecturas literarias para el s.xxi, coordonné par María Goicoechea et Pilar García-Carcedo, livre destiné aux enseignants du primaire, du secondaire et du supérieur. Les objectifs spécifiques de cet ouvrage sont les suivants :

24À coups de transformations sociales et de modèles théoriques, la catégorie du littéraire s’est élargie tout au long du xxe siècle, afin d’accueillir tout l’éventail qui va des arts les plus populaires aux plus élitistes, du Vieux Monde au « Tout-monde », d’une littérature pour les hommes à une littérature qui inclut aussi les femmes, de formes strictement dramatiques, poétiques ou narratives à celles qui viennent du cinéma, de l’animation, de la B.D., des jeux vidéo. Cela a permis de légitimer la lecture critique des romans policiers, des séries télévisées, des écritures féminines et maintenant de la littérature numérique, ou, du moins, en va-t-il ainsi dans le cadre anglo-saxon. Mais est bien indifférent ce qui nous arrive en Ibérie ou en Hispanie : epur si muove, l’élargissement des frontières du littéraire est un fait.

  • 24 Ainsi que le fait María Goicoechea dans son programme de littérature anglaise.

25On ne peut plus travailler en parallèle, il est maintenant temps d’intégrer les littératures numériques en tant que littératures du monde dans l’histoire littéraire, bien que leur inclusion dans les programmes universitaires soit encore rare : c’est aux comparatistes d’aujourd’hui d’incorporer Patchwork girl de Shelley Jackson (1999) et son « technoromantisme » dans n’importe quel développement sur la fiction gothique24 ; ils devront inclure les e-romans de Jean-Pierre Balpe ou de Michael Joyce lorsqu’ils voudront enseigner la fragmentation de la narration contemporaine, ou les derniers romans de Doménico Chiappe pour l’étude de tous les réalismes magiques. C’est seulement de cette façon que nous pourrons observer comment les modèles d’écriture et de lecture de l’imprimerie s’intègrent aux modèles de lecture digitale, selon différents degrés de synthèse, si importants à notre époque. Mais nous nous préparons aussi pour l’étape suivante qui est imminente : rappeler et enseigner aux étudiants du (juste) lendemain comment l’écriture et la lecture sur papier fonctionnaient, où lire un journal des débuts du xxe siècle...

26C’est également le moment d’observer ce qui arrive, comment on construit les nouvelles communautés de lecture dans notre monde, c’est le temps de voir si les nouvelles modalités de circulation créent de nouvelles modalités de lecture, de nouvelles écritures.

27Il y a un cas que le groupe LEETHY observe avec une attention particulière : il s’agit de la formation d’une communauté hispanique de lecture/écriture. Dans le groupe25, nous avons analysé l’ensemble des narrations numériques qui ont été publiées sur le web Literatura electrónica de la Biblioteca Virtual Cervantes26. Ce qu’on peut y trouver, ce sont les ouvrages d’écrivains cosmopolites et diasporiques, appartenant à tout l’ensemble hispanique, qui habitent en Argentine et en Espagne (Hernán Casciari), entre le Pérou et l’Espagne (Doménico Chiappe), d’abord en Colombie et après aux États-Unis (Juan Gutiérrez). Il s’agit du même phénomène que nous avions déjà repéré dans notre suivi des blogs littéraires en espagnol27 : des écrivains en dehors de la zone géographique hispanique, qui écrivent pour une communauté espagnole répandue partout dans le monde.

  • 28 A l’opposé du phénomène qu’Angel Rama étudie dans La ciudad letrada (1984) ou dans Transculturación (...)

28Plus encore, ce qui nous surprend dans ces œuvres, c’est la distance que le lecteur doit observer comme condition de lecture : opposés à une lecture ethnographique, ces textes proposent une « lecture distante »28, définie par l’absence de forts référents sociaux et par un langage non marqué par les traits d’une identité nationale ou d’une autre, d’un côté de l’Atlantique ou de l’autre, et cela particulièrement dans les e-romans, qui travaillent sur l’expérience de la lecture collective. En ce sens, la narration électronique hispanique pourrait montrer comment une modalité de circulation marque de nos jours une modalité de lecture, une écriture électronique.

29Ce sera le domaine des nouveaux hispanistes et, par conséquent, des nouveaux comparatistes.

E-comparaisons

30L’information n’est pas connaissance et ce sont des connaissances, des lectures, des lecteurs que nous devons générer. Les hypermédias vont nous permettre plus que jamais de générer ces lectures transversales, transculturelles, transmédiales.

31Et, plus que jamais, cela ne sera possible que si l’on apprend à collaborer dans des espaces virtuels, autant pour la réflexion que pour l’enseignement de la lecture. En ce sens, notre expérience de groupe de recherche depuis presque dix ans nous a montré que dans notre travail, 1 + 1 fait 11, et c’est aussi cette expérience que nous développons dans les projets européens auxquels nous collaborons en travaillant sur des espaces partagés.

32En outre, il faut se servir des outils électroniques pour faire de la lecture cette expérience partagée dont l’on a besoin. Tel est le but de notre projet, Collaborative Annotation of Digitalized Literary Text29, qui a obtenu le Google’s Digital Humanities Research Award. Le catalogue des fonds anciens de la UCM comprend 3 000 manuscrits et plus de 100 000 volumes que Google a numérisés et mis en ligne à la disposition de tous. Pourtant, ils ont besoin (nous avons besoin) de lecteurs. Dans notre projet, nous avons l’intention de créer une méthode innovatrice d’annotation, dans un environnement agréable, qui transforme ces textes en objets d’apprentissage, en lecture critique, utilisant toujours les technologies disponibles en code ouvert.

  • 30 Conversations de Goethe avec Eckermann, Paris, Gallimard, 1988, p. 206.

33Sans doute était-il trop tôt lorsque, le mercredi 31 janvier 1827, Goethe dit à table, en finissant de lire un roman chinois : « Le mot littérature nationale ne veut pas dire grand-chose aujourd’hui ; nous allons vers une époque de littérature universelle et chacun doit se consacrer à accélérer l’arrivée de cette époque30. » Peut-être qu’aujourd’hui, il n’est pas trop tard.

Haut de page

Notes

1 Les trois environnements sont développés par le philosophe espagnol Javier Echevarría, Los señores del aire : Telépolis y el Tercer Entorno, Barcelona, Destino, 1999, même si, en raison de la date de la réflexion (1999), il n’envisage pas et il n’arrive pas à comprendre l’étendue de l’espace digital.

2 Dolores Romero López, « From analogue to hypermedia texts in Hispanic Literatures », Neohelicon (2009), 36, p. 463-475.

3 Littératures Européennes du Texte à l’Hypermédia.

4 En ce sens, il est décevant que même David Damrosch, dans The Princeton Sourcebook in Comparative Literature, Princeton University Press, 2009, ne dédie aucun chapitre à la transformation digitale et finisse le dernier volume avec un chapitre signé par Emily Apter à propos de la traduction. Epur si muove : les principales revues de littérature comparée publient des monographies sur les littératures digitales (Neohelicon en 2009, Poetics Today en 2011) et les congrès des Sociétés réservent un espace significatif au phénomène digital : le dernier International Congress of ICLA (Séoul, août 2010) a accueilli dans ce domaine un nombre de communications et de participants aux ateliers dix fois supérieur à celui relevé au congrès de Rio de Janeiro (août 2007).

7 Image tirée de www.researchreinvented.blogspot.com.

8 Image tirée de http://en.wikipedia.org/wiki/Digital_divide.

9 http://whc.unesco.org.

10 Cela grâce à des employés en Inde, salariés à 0,40 euros de l’heure à tourner des pages, pour une production dans ce pays en 1500 langues et avec 17 graphies. Cf. http://www.ulib.org/ et particulièrement http://www.rr.cs.cmu.edu/mdbl.htm.

11 Pierre Lévy, op. cit., p. 105-160, prouve que cette catégorisation sémantique des données (loin des langages naturels) est l’objectif le plus important de nos jours, à la fois des grandes entreprises de l’information et de n’importe quelle initiative scientifique digitale. La catégorisation est au cœur même des processus cognitifs humains, qui sont des systèmes symboliques d’origine culturelle.

12 http://www.fabula.org ; http://rl.aicl-icla.org.

13 Un produit de Pro-Quest, qui est la représentation américaine de Chadwyck-Healy : http://www.proquest.co.uk/en-UK

14 Literatures online. The home of literature and criticism : http://lion.chadwick.co.uk/marketing/index.jsp.

15 http://www.voltaire.ox.ac.uk/www_vf/default.ssi.

16 On se fait ici l’écho des réflexions de Brigitte Juanals, La Culture de l’information du livre au numérique, Paris, Hermès Science, 2003, chap. 2 : « L’encyclopédie, du livre aux réseaux numériques », p. 31-55 ; voir aussi « De l’émergence de nouvelles technologies intellectuelles », in Brigitte Juanals et Jean-Max Noyer (dir.), Technologies de l’information et intelligences collectives, Paris, Hermès Sciences, 2010, p. 25-73. La question encyclopédique est ancienne et elle est au cœur même de la science en Europe : de la grammaticalisation des savoirs au xve siècle aux projets de synthèse de Leibniz, de Diderot, de d’Alembert. Elle apparaît dans les premières réflexions de Paul Otlet, de Théodore Nelson ou de Tim Berners Lee, et bien sûr de Vannevar Bush. Effectivement, H.G. Wells (1866-1946) formule déjà une hypothèse d’encyclopédie universelle dans un chapitre de Work, Wealth and Happiness of Mankind (1931). Paul Otlet, lui aussi, créateur du CDU, propose un Mundaneum comme centre scientifique du savoir mondial à Genève. Vid. Lucien X. Polastron, op. cit., p. 26-35. Elle est au cœur de toutes les ontologies qui permettront (ou pas) le développement d’une intelligence collective, ainsi que Pierre Lévy l’expose dans « L’espace sémantique IEML. Vers une réflexivité de l’intelligence collective sur le web », in Brigitte Juanals, op. cit., p. 105-159.

17 Il n’est plus possible de se passer de J. Derrida, Archive Fever : A Freudian Impression, Chicago and London, University of Chicago Press, 1996.

18 M. Lebert, « Les mutations du livre à l’heure de l’Internet », in Net des études françaises, http://www.etudesfrançaises.net/dossiers/mutations.htm, p. 13.

19 Vid. Transforming Culture in the Digital Age. International Conference in Tartu 14-16 April 2010, in http://hdl.handle.net/10062/14768.

20 Stephen King a interrompu la publication de The Plant sur amazon.com lorsqu’il rédigeait le cinquième chapitre, au grand désespoir de ses lecteurs. Brandon Massey (Thunderland), Victoria Christopher Murray (Temptation), Travis Hunter (The Hearts of Men) ont annoncé des œuvres publiés en totalité sur Internet : vid. M.J. Rose, “Self Publish Stigma is perishing”, Wired News, 23 juillet 2004 : http://wired-vig.wired.com/news/culture/0,1284,53996,00.html.

21 Ainsi que Sven Birkerts l’a prédit, d’après le modèle de MacLuhan, dans The Gutenberg Elegies. The fate of reading in an electronic age, Boston-London, Faber and Faber, 1994, œuvre polémique s’il en est. On a abordé ces problèmes dans les derniers articles publiés par le groupe LEETHY : Maria Goicoechea et Amelia Sanz, “What (cyber)literatures for what (cyber)classroom ?”, in Neohelicon, 2, 2009, p. 533-550, et Amelia Sanz, “Otras e-lecturas son posibles”, in Texto digital, 9, 2009, p. 1-20 (ISSN 1807-9288) in http://textodigital.ufsc.br/num09/amelia.htm.

22 Il nous faut être vraiment attentifs à l’évolution de la lecture due aux livres électroniques et des fonctionnalités que les lecteurs demandent : disposer de plusieurs livres en même temps, sans un poids excessif, chercher des mots dans le texte, utiliser les fonctions de navigation à l’intérieur du texte ou vers Internet, ajouter des notes personnelles ou des remarques sans ruiner le texte, souligner ou mettre en relief certaines parties du texte, consulter un dictionnaire, agrandir les caractères, disposer d’un historique des déplacements afin de pouvoir récupérer les lectures, classer les livres selon différents critères (par auteur, ordre de lecture...). La demande de développement d’un appareil critique pour chaque œuvre est très forte : documentation sur l’auteur, contexte de l’œuvre, bibliographie... seraient importants d’après les lecteurs. Cf. Archives de l’Institut des sciences du document numérique, http://isdn.enssib.fr/archives/etudes.html.

24 Ainsi que le fait María Goicoechea dans son programme de littérature anglaise.

25 Il a été l’objet de deux de nos dernières communications : “Detective Storytelling in the Digital Era”, International Seminar, Western Canon in the Digital Age, University of Tel-Aviv, 30th May-3rd June 2010, and “Rituals for e-readings : what kind of synthesis ?”, Digital Narrative 2.0 : Aesthetics and Criticism beyond Literature, Workshop, XIIth ICLA International Congress, August 2010, Seoul.

26 http://www.cervantesvirtual.com/portal/literaturaelectronica/.

27 Begoña Regueiro, “De diarios y redes sociales a la literatura de masas : los blogs en manos de los escritores”, in Actas del Congreso Internacional Literatura popular y de masas en el ámbito hispánico : de la oralidad al best-seller (siglos XX-XXI), Madrid, CSIC, 2010. You-Jeong Choi, “La literatura en el mundo virtual : los escritores y el ‘blog’ en América Latina”, Espéculo. Revista de estudios literarios, 2006, Universidad Complutense de Madrid. URL : http://www.ucm.es/info/especulo/numero33/blogam.html.

28 A l’opposé du phénomène qu’Angel Rama étudie dans La ciudad letrada (1984) ou dans Transculturación narrativa en América Latina (1982), il y aurait cette lecture que l’on extrait de Franco Moretti, “Conjectures on World Literature”, New Left Review 1, January-February 2000, p. 54-68, http://www.newleftreview.org/PDFarticles/NLR23503.pdf.

29 http://googleblog.blogspot.com/2010/07/our-commitment-to-digital-humanities.html.

30 Conversations de Goethe avec Eckermann, Paris, Gallimard, 1988, p. 206.

Haut de page

Table des illustrations

Titre The World Of Internet – June 2008:21.1% of world population with access to the Internet: 1,407,720,000 individuals online
URL http://trans.revues.org/docannexe/image/461/img-1.png
Fichier image/png, 281k
Titre Internet users per 100 inhabitants 1997-2007 (Source: ITU)
URL http://trans.revues.org/docannexe/image/461/img-2.png
Fichier image/png, 169k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Silviano Carrasco, « Littératures e-comparées : trois défis », TRANS- [En ligne], 11 | 2011, mis en ligne le 08 février 2011, consulté le 24 avril 2017. URL : http://trans.revues.org/461 ; DOI : 10.4000/trans.461

Haut de page

Auteur

Silviano Carrasco

Travaille dans le Département de Français à l’Université Complutense de Madrid en tant que boursier du Ministère de l’Éducation. Il est membre du groupe LEETHY (Littératures Espagnoles du Texte à l’Hypertexte) et fait de la recherche dans les domaines du genre policier comme prétexte sur les formats électronique, romanesque et filmique. Le flou des frontières dans les œuvres policières électroniques hispanophones sur le web a été le sujet de sa dernière communication à l’Université de Tel-Aviv, dans le colloque international Digital Canon in Western Literatures (2010), en collaboration avec Mme Amelia Sanz, directrice du groupe LEETHY

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page