Navigation – Plan du site
Dossier central

« Mais où sont les neiges d’antan ? ». Questionnement des auteurs italiens et français aux XVIe et XVIIe siècles devant la rareté des traces des premières femmes écrivains

Anne Debrosse

Résumés

Pendant la Querelle des Femmes en Italie et en France (XVIe-XVIIe s.), la controverse portait souvent sur la capacité des femmes dans les domaines réputés masculins. La rareté des textes des autrices antiques en était l’un des ressorts. Pour les ennemis des femmes, elle traduisait leur incapacité intrinsèque à bien écrire. Pour leurs « champions », elle était le fruit de la méchanceté des hommes ou, curieusement, de la supériorité des femmes, argumentations que nous analysons dans notre article.

Haut de page

Notes de l’auteur

« Mais où sont les neiges d’antan ? » s’interrogeait François Villon dans sa « Ballade des Dames du temps jadis », où il se demandait ce qu’étaient devenues Thaïs, Héloïse, Jeanne d’Arc et d’autres femmes célèbres.

Texte intégral

  • 1  Dionisotti traduit et cité par Marie-Françoise Piéjus, dans « La création au féminin dans le disco (...)
  • 2  Tullia d’Aragona (1547), Isabella di Morra (1552), Veronica Gambara (1553), Gaspara Stampa (1554), (...)
  • 3  Mais la tradition littéraire féminine est bien différente en France. Christine de Pizan fut un mod (...)
  • 4  Selon Linda Timmermans, dans L’Accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, Champion, 1993, c (...)

1En Italie au XVIe siècle, les femmes investissent soudainement et massivement le domaine littéraire, comme un « feu de paille1 ». En 1538, Vittoria Colonna fait paraître le premier recueil de poèmes publié en Italie par une femme sous son nom. Après ce coup d’éclat, l’Italie vit fleurir quantité d’œuvres lyriques féminines, entre 1545 et 15602. Le phénomène se propage également en France3. Au XVIIe siècle ensuite naît la « femme auteur4 », vivant de l’écriture, en France et en Italie notamment.

  • 5  Il en donne la liste au chant XXXVII.

2Le contexte paraît plus favorable que jamais : l’Arioste, dans son Roland Furieux, souligne que la Renaissance produit de nombreux écrivains prêts à défendre les « Dames5 ». Bien plus, le Ferrarais invite les femmes à abandonner toute réserve et à prendre part à l’immortalité que confère la pratique des lettres :

  • 6  Chant XXXVII : « Ne cessez, ô dames qui aimez les beaux travaux, de suivre votre voie, et que ne v (...)

Non restate però, donne, a cui giova
il bene oprar, di seguir vostra via ;
né da vostra alta impresa vi rimuova
tema che degno onor non vi si dia
6.

  • 7  « Sappho et Corinne, parce qu’elles furent savantes, brillent, fameuses, sans jamais disparaître d (...)
  • 8  Nous employons ce terme parce qu’il était courant dans les ouvrages du XVIe siècle. Il se trouve e (...)

3Il donne deux poétesses grecques en exemple, en manière de référence et d’encouragement : « Safo e Corinna, perché furon dotte, splendono illustri, e mai non veggon notte7. » Pendant la Querelle des femmes, alors que les femmes essaient d’accéder à la gloire littéraire malgré l’impératif de modestie qui échoit à leur sexe, les autrices8 du passé sont très naturellement recherchées comme caution auctoriale, ce qui conduit à une quête des traces d’un passé féminin. Les auteurs des traités philogynes lisent avec ardeur les lexicographes et encyclopédistes antiques pour nourrir leurs listes de noms de femmes célèbres, qui se succèdent en nombre toujours croissant pour illustrer et prouver la capacité des femmes à se distinguer par des hauts faits et par des écrits aussi éclatants que ceux des hommes.

  • 9  Pour reprendre l’expression du XVe siècle, devenue le titre de l’ouvrage de Marc Angenot, Les Cham (...)

4Cette recherche de traces légitimantes aboutit à une aporie, la plupart du temps passée sous silence par les « champions des femmes9 » mais aussi, plus curieusement, par leurs adversaires : que les hauts faits des femmes aient disparu, soit. Le phénomène s’explique généralement par la jalousie des hommes, qui se sont attachés à amoindrir et surtout à taire le mérite des femmes, ces dernières ayant négligé d’assurer elles-mêmes, par des écrits, leur gloire :

  • 10  Roland furieux, op. cit., chant XXXVII, p. 645 : « Mesdames, je conclus qu’en tous les âges Bien d (...)

Donne, io conchiudo in somma, ch’ogni etate
molte ha di voi degne d’istoria avute ;
ma per invidia di scrittori state
non sète dopo morte conosciute :
il che più non sarà, poi che voi fate
per voi stesse immortal vostra virtute
10.

  • 11  Horace, Odes et épodes, Livre III, ode XXX, texte établi et traduit par F. Villeneuve, Paris, Les (...)
  • 12  Pour donner deux exemples, à cette époque seuls cinq fragments restaient de la célèbre Corinne, le (...)

5Dès lors et en toute logique, ces Sappho et Corinne que citait l’Arioste devraient avoir échappé au temps pour avoir pu prendre soin de leur propre gloire. En effet, l’écriture est par définition ce qui reste quand tout a disparu, une fois les actions achevées, les témoins directs morts, les glorieux monuments anéantis par le temps, selon les célèbres vers d’Horace : « exegi monumentum aere perennius / regalique situ pyramidum altius, / quod non imber edax, non Aquilo inpotens / possit diruere aut innumerabilis / annorum series et fuga temporum. / Non omnis moriar11. » Or, la plupart des textes des modèles littéraires féminins les plus anciens et les plus brillants (Sappho, Corinne, Aspasie, Hypatia...) n’ont pas atteint la Renaissance, ou seulement sous forme de fragments minuscules et fortement corrompus12.

L’enjeu et les doutes

6L’enjeu idéologique était primordial. De l’absence d’écrits découlaient en effet deux problèmes principaux : soit ils n’avaient jamais existé (parce que les femmes sont incapables d’écrire), soit ils avaient existé, mais ils étaient tellement médiocres qu’ils avaient fini par disparaître. Dans les deux cas, les autrices étaient disqualifiées.

  • 13  Ferville, La Méchanceté des femmes, Paris, Rocolet, 1618, p. 53-54.

7Partisan de la première hypothèse, le sieur de Ferville, auteur en 1618 de La méchanceté des femmes13, ne laisse aucune ambiguïté sur ses opinions : « quid est Femina ? Nihil. » Il en veut pour preuve que rien ou presque n’a été conservé des femmes antiques. Après avoir énuméré Homère, Ovide, etc., Ferville conclut :

Bref nous avons des Jazons, des Alexandres, des Achilles, Hectors, Aenées, Cesars, Scipions, Pompées, Camilles, Rolands, Regnauds, Rogers, Perses, Parthes, Armeniens, Medes, Grecs, Afriquains & François, Cavaliers, Capitaines & Docteurs, qui ont eu & ont encore tout ce que la perfection peut heureusement souhaiter, & de qui la splendeur brille encor à nos yeux. Mais de ces femmes, ou en sont les vestiges, ni les mouvemens ? Où sont les escrits d’Hermine, Archenasse, Clorinde, Sapho, Carmenta, Dioris, & autres ? Ils sont trop gros, l’Imprimeur n’a peu encor les achever pour le travail qu’il y a, cela faict que les œuvres des modernes ne peuvent subir la presse, puis que celles des antiques sont encor au ciel, qui ne le croit n’est pas damné : Si quelqu’une d’elles mérite tant soit peu de loüange, c’est Sapho, on sçait pourtant bien le mesnage qu’elle fit avec Phaon, bien que ce Sixain icy soit sorti de sa bouticque, [marg. « vers de Sapho »] Ils ont, à les ouir dire, Sur nous un entier Empire, Ils triomphent de nos cœurs, Et s’en rendent vainqueurs, Mais ce n’est rien que par songe Et par folastre mensonge.

  • 14  Epist., XIXX, lib. I, ad Maecenatem.
  • 15  L’expression est polysémique. Pierre Bayle s’attache déjà à l’expliciter, dans son Dictionnaire hi (...)

8Ferville s’attaque frontalement aux traditionnelles listes de femmes célèbres, la machine de guerre de prédilection des auteurs philogynes. Les textes des autrices antiques constituent donc une pierre d’achoppement au sein des discussions : ils subsistent, et sont donc des preuves de la capacité intellectuelle des femmes, Sappho étant l’archétype de la grande poétesse, incontournable même pour un Ferville. Mais ils sont trop peu nombreux, ce qui constitue une faille où s’engouffrent leurs adversaires pour montrer que Sappho était l’exception qui confirme la règle. Après tout, Horace ne l’avait-il pas surnommée « mascula Sappho14 », lui ôtant ainsi sa féminité15 ? Et surtout, sa conduite de vie était définie        comme honteuse, ce qui disqualifie in fine la Lesbienne. En effet, la vertu comptait autant   que la qualité littéraire, sinon plus, dans l’appréciation de la valeur des autrices. La plupart   du temps, dans les traditionnels parallèles entre Antiques et Modernes (Sappho et         Gaspara Stampa ou Louise Labé, pour prendre deux exemples très connus), les Modernes l’emportent par leur conduite de vie plus vertueuse, les productions littéraires étant jugées de qualité égale.

  • 16  Delle famiglie nobili Napoletane, parte prima, Firenza, 1580 et parte seconda, Firenze, 1651, p. 1 (...)

9La deuxième hypothèse qui naissait de l’absence d’écrits des femmes antiques pose tout autant la question de la capacité intellectuelle des femmes. Seuls les témoignages des écrivains antiques soulignaient la qualité des vers de Corinne ou de la pensée d’Hypatia. Il faut les croire sur parole. Dès lors, le doute sur la valeur réelle des productions de ces autrices est permis, puisqu’il n’y a aucun moyen ou presque d’en juger sur pièces. Ainsi, Scipione Ammirato, dans son ouvrage Delle Famiglie nobili napoletane16 (1580) où il dresse des portraits élogieux des grandes familles de Naples, vante l’épouse du marquis de Pescara, Vittoria Colonna. Il recourt notamment à un rapprochement avec Sappho et Corinne, dans la veine des parallèles entre Antiques et Modernes :

  • 17  « Le marquis avait pour épouse Vittoria Colonna, célèbre non seulement pour la noblesse de sa fami (...)

Ebbe il Marchese per moglie Vittoria Colonna illustre non solo per la grandezza della famiglia ma eziandio per la grandezza delle lettere e della poesia, nella quale con onorata lode dell’età passata e con incredibile lode di lei e del sesso suo valse tanto, che non molto si debbano invidiare l’antiche Saffo e Corinne delle quali forse con miglior ventura che verità fecer gli antichi tanti rumori17.

10Il est question de la « grandezza delle lettere e della poesia » plutôt que de la vertu des trois protagonistes, ce qui est moins fréquent. Sappho et Corinne servent simplement d’arrière-plan pour mieux mettre Colonna en valeur, comme souvent dans ce type de parallèles. Mais de façon originale, Ammirato utilise l’ancienneté des deux poétesses grecques pour souligner que Colonna l’emporte : il est impossible de savoir réellement ce que valaient Sappho et Corinne, puisque seules les « antichi rumori » circulent à leur sujet, et qu’on ne peut savoir si elles sont véridiques. Ammirato doute de la qualité des textes des femmes antiques, et soupçonne que les Anciens ont loué de façon indue les poétesses qu’il met en parallèle avec Colonna. Pourtant, Ammirato n’était pas un ennemi déclaré des femmes, au contraire.

11Quelle réponse les champions des femmes pouvaient-ils apporter au problème si épineux de la quasi-absence des textes ? La question, dangereuse, reste cependant souvent tacite. En effet, les noms égrenés dans les traités philogynes, tirés des discours des Antiques sur les femmes, supplantent l’interrogation sur les preuves issues des femmes elles-mêmes. Ammirato est l’un des rares à poser la question de la fiabilité des testimonia. Pourtant, de loin en loin le problème ressurgit.

  • 18  Fulvio Orsini, Carmina novem illustrium feminarum..., op. cit.

12Deux conséquences en découlent. Tout d’abord, certains ont recherché les traces des premières femmes de lettres, parfois en visant l’exhaustivité. Ainsi, Fulvio Orsini recueille en 1568 toutes les œuvres restantes – bien maigres – des neuf poétesses canoniques de l’Antiquité grecque et tous les témoignages antiques à leur sujet18. En 1690, Gilles Ménage propose à son tour une Mulierum philosopharum historia, qui ressemble davantage à un catalogue des philosophes antiques qu’à un recueil de leurs textes. Et pour cause : leurs textes sont encore plus rares que ceux des poétesses. Ces érudits auteurs ne sont pas forcément partie prenante dans la Querelle des femmes. Néanmoins, l’atmosphère générale a indéniablement contribué à ces publications. Ainsi, Gilles Ménage était un ami de Madeleine de Scudéry et il se fit son champion contre les coups souvent misogynes de ses adversaires.

13Ensuite, les champions des femmes ont cherché à expliquer la rareté des traces de ces autrices du passé. Plusieurs théories, certaines méconnues aujourd’hui, sont nées aux XVIe et XVIIe siècles, avec des points de vue parfois différents entre auteurs français et italiens. Les raisons les plus fréquemment évoquées sont historiques et, si l’on peut dire, épicènes : les incendies et destructions diverses ont, comme pour n’importe quel corpus, considérablement réduit le nombre de textes. Pourtant, d’autres explications nous intéressent davantage parce qu’elles prennent d'abord en compte le sexe des auteurs, conformément aux problématiques de la Querelle des femmes. Aux XVIe et XVIIe siècles en France et en Italie, dans le droit fil de l’Arioste, l’explication qui retiendra notre attention est la plus courante et la plus logique : la jalousie globale des écrivains s’est étendue aux écrits des femmes, sciemment négligés voire détruits.

La jalousie des écrivains : un raisonnement inachevé ?

  • 19  Chant XXXVII : « Ils ne supporteraient pas qu’elles s’élèvent et pour les rabaisser font leur poss (...)
  • 20  « Ensuite, si vous considérez les histoires anciennes (encore que les hommes, aient toujours été t (...)
  • 21  « Il me semble [...] que vous racontez de façon trop brève ces actions vertueuses faites par des f (...)
  • 22  Œuvres poétiques. Premiers recueils. 1549-1553, D. Aris et F. Joukovsky (éds), Paris, Bordas, 1993

14Le thème de la jalousie des écrivains, plus précisément des écrivains antiques, est fréquent. Selon l’Arioste, les auteurs anciens étaient particulièrement envieux des femmes, si bien qu’ils les ont fait disparaître de l’histoire : « Non le vorrian lasciar venir di sopra, / e quanto puon, fan per cacciarle al fondo : / dico gli antiqui19. » Castiglione se fait le vecteur d’idées semblables dans le Courtisan : « Se considerate poi l’historie antiche (benche gli huomini sempre siano stati parcissimi nello scrivere le laudi delle donne) & le moderne, trovarete che continuamente la virtù è stata tra le donne cosi come tra gli huomini20. » Le cercle du Courtisan compte parmi ses membres des amis des femmes soucieux de rappeler leurs mérites, et les auditeurs s’empressent de demander des précisions et des ajouts : « Parmi che voi narrate troppo brevemente queste oprer virtuose fatte da donne : che se ben questi nostri nimici l’hanno udite & lette, mostrano non saperle, & vorriano che se ne perdesse la memoria : ma se fatte che noi altre le intendiamo, almen ce ne faremo honore21. » Ces thèmes ont cours en France à la même époque. Dans une ode encomiastique adressée à la comtesse de Tonnerre, Joachim Du Bellay, visiblement émule de l’Arioste, les reprend et, après avoir donné une liste de guerrières et de poétesses antiques célèbres, souligne la chance qu’a la comtesse de vivre à une époque où les écrivains sont moins envieux22 :

O plumes trop envieuses,
Qui es eaux oblivieuses
Laissez noyer le renom
De tant de celestes dames,
D’ont ores les tristes lames
Couvrent le corps et le nom !
Combien sont mieulx fortunées,
Qui en cet age sont nées,
Où maint gentil ecrivain
A bien osé entreprendre
Par ses doctes vers de rendre
Leur hault honneur survyvant ?

15Les femmes étaient donc victimes d’une conspiration du silence fomentée par les hommes jaloux de leurs prérogatives et envieux de la qualité des œuvres et des exploits féminins. Les poétesses grecques, leurs noms ayant survécu, témoignaient qu’il était possible, par l’écriture, de passer au-dessus de cette barrière masculine. En effet, leur renommée a surmonté les obstacles, preuve de son rayonnement intense :

  • 23  « Mais ni langue ni main n’ont jamais pu, formant des mots ou noircissant des pages (gonflant, exa (...)

Ma non ebbe e non ha mano né lingua,
formando in voce o discrivendo in carte
(quantunque il mal, quanto può, accresce e impingua,
e minuendo il ben va con ogni arte),
poter però, che de le donne estingua
la gloria sì, che non ne resti parte ;
ma non già tal, che presso al segno giunga,
né ch’anco se gli accosti di gran lunga
23.

16Dès lors, l’absence ou la présence du texte n’a plus aucune importance. L’important, pour les défenseurs des femmes, c’est principalement qu’elles aient écrit et que leurs noms, grâce à leurs écrits – quels qu’ils aient été – aient traversé le temps, malgré la malveillance obscurantiste qui aurait tout particulièrement touché les ouvrages féminins. Le problème est manifestement contourné.

17En effet, malgré cette belle logique de façade, l’Arioste n’expose pas le schéma dans toute son entièreté, pas plus que Castiglione ni Du Bellay. La jalousie des hommes reste globale, la question des textes et de l’immortalité personnelle qu’ils sont censés conférer n’étant que très fugitivement évoquée et sans s’intégrer dans l’ensemble. Chez Du Bellay et Castiglione, ce sont le « renom » et les « virtuose fatte » qui ont été précipités dans l’oubli, les textes n’étant pas évoqués. Le lecteur doit donc reconstituer le schéma, achever le raisonnement en l’appliquant aux textes.

  • 24  Le Livre du Courtisan, op. cit., p. 262.
  • 25  Quel qu’il soit, plusieurs se font les champions des femmes dans ce livre III (l’Arétin, Julien le (...)

18Symbole de cette lacune étrange, il y a souvent un hiatus dans les ouvrages que nous avons brièvement évoqués. Le Courtisan présente, conformément à la tradition des ouvrages philogynes, des listes de femmes célèbres. La plus importante cite les Sibylles, Aspasie, Diotime, et s’achève par Corinne et Sappho24. Elle se trouve dans le livre III, qui est un pur produit de la Querelle des femmes. L’orateur25 est pressé d’allonger la liste par ses auditeurs, non pas d’entrer dans le détail ou de citer un seul texte écrit par une femme dans le passé. Le thème de la jalousie des hommes apparaît en lien avec la disparition des noms, mais pas des textes, des femmes antiques. La question n’est en fait jamais soulevée.

19Chez Du Bellay, la liste des femmes célèbres précède l’idée de la jalousie qui a obscurci leurs exploits, ce qui met sur le même plan celles qui ont écrit et celles qui ne l’ont pas fait, comme si l’écrit ne garantissait pas plus de l’oubli que les hauts faits de guerre. Ensuite, la bonne volonté des écrivains de la Renaissance est soulignée, mais Du Bellay achève son ode en affirmant que la comtesse saura de toute façon prendre soin de sa renommée elle-même : « ton renom se peut rendre / Par toymesmes immortel ». À aucun moment Du Bellay n’évoque la possibilité d’une différence de statut entre les différents types de femmes célèbres. Bien plus, il passe sans ciller de l’évocation des poétesses grecques à leur disparition et à l’idée que la comtesse, elle, peut se rendre immortelle par ses propres écrits. L’argumentation n’est pas logique.

20Il y un hiatus encore plus visible entre les deux chants du Roland furieux qui traitent largement de la question de la gloire des femmes. Dans le chant XXXVII, la question de la jalousie des hommes est évoquée et l’Arioste exhorte les femmes de son temps à écrire. Il proclame le changement de mentalités et égrène une liste de femmes célèbres qui ont traversé les siècles malgré l’obstacle. Mais nulle trace d’autrice dans cette liste. C’est au chant XX qu’apparaissent Corinne et Sappho, alors qu’il n’est absolument pas question de la jalousie des hommes mais de la gloire impérissable des femmes. L’Arioste escamote discrètement ces deux noms encombrants dans la liste de femmes célèbres du chant XXXVII, alors que Sappho et Corinne sont habituellement des noms incontournables dans ce type d’énumération. Le problème est peut-être plus complexe et plus profond en réalité : l’Arioste promettait aux Modernes l’immortalité littéraire à travers des figures antiques idéales qui avaient été largement dépouillées de leurs compositions. Le phénomène était si paradoxal et la promesse sonnait si faux que la question de la survivance des textes n’était pas posée frontalement, mais se lisait en creux dans ce centre tacite du raisonnement.

  • 26  Cristofano Bronzini, Della dignità e nobiltà delle donne, dialogo di Cristofano Bronzini d’Ancona. (...)

21Même quand les textes sont évoqués de façon plus évidente, la question de ceux des autrices antiques est évitée. Bronzini, dans un traité philogyne écrit sous forme de dialogues26, aborde évidemment la question de la « sapience » des femmes. Il commence par exposer la matière du passage :

  • 27  Op. cit., p. 31 de la deuxième journée : « Je dirai donc, […] que la femme a une intelligence plus (...)

Diro dunque, [...], che la Donna ha più nobile intelletto, e più moderato appetito, con più libero volere, dell’Huomo : Onde chi considera con animo libero, l’opere delle Donne, vedrà quanto sia il loro spirito, il quale chiaramente hanno dimostrato nelle lettere, quando a gli studi si sono date ; & uditene per adesso alcuni essempi27.

22S’ensuit, comme neuf fois sur dix dans les traités philogynes, une liste de femmes célèbres, énumérant d’abord les antiques (Sappho, les Sibylles...), puis les modernes (Vittoria Colonna, Laura Terracina...). Bronzini s’attarde ensuite longuement sur Moderata Fonte et reproduit un long passage de son poème épique intitulé Floridoro, où Moderata Fonte développe l’idée que les femmes sont les égales des hommes, pour peu que l’on veuille bien les éduquer comme eux. À la suite de ce passage, Bronzini cite intégralement deux morceaux choisis de l’Arioste en faveur des femmes, l’un tiré du chant XXXVII (la liste des femmes célèbres), l’autre du chant XX, à l’appui de son raisonnement et de sa longue liste et en écho à l’extrait du Floridoro. Mais alors qu’il cite Moderata Fonte, il ne fait que donner les noms des autrices antiques, sans parler de leurs textes, comme si la question ne se posait pas.

Un modèle qui a échoué est-il valable ?

23La Vénitienne Lucrezia Marinella, en 1642, entreprend d’élucider ce hiatus. Elle soupçonne que la disparition des textes des autrices antiques a partie liée avec ses propres difficultés à faire imprimer ses ouvrages. Selon elle, l’imprimerie, plutôt que de favoriser les femmes, leur est résolument contraire, et l’ère d’opposition aux femmes est loin d’être terminée. Dès lors, au lieu d’un schéma progressif mais lacunaire apparaît une situation linéaire, plus logique. Marinella souligne que le sort des Modernes sera malheureusement bien semblable à celui des Antiques, qu’on leur vante tant :

  • 28  Essortationi alle donne et a gli altri, Venetia, Francesco Valvasense, 1642, p. 60-61 : « Si vous (...)

Se haurete alcuna opera buona, e perfetta & laudata non vedrete lungamente stamparla, di questo si possiamo facilmente assicurare. Considerate per vostre se quanti libri di huomini antichi si sono conservati, & si conservano, e di Donne non ne veggiamo alcuno ? Parlo di quelle antiche. Pur possiamo credere esserne state almeno alcune, se non molte, c’habbiano composte opere, degne di eterna fama : nondimeno di quelle non si ritrova memoria ne poca ne assai, se non appresso gli Historici, liquali sovente vanno aggiungendo alle loro narrationi alcune cose, benche poco vere per argumentar l’opere loro. Da ciò cognoscerete che gli huomini non volgiono favorire le vostre compositioni o buone, o non buone. Bramano di queste, e quelle lo inferito. Non vogliono, che la Donna gareggi seco, hanno acquistato la tirannide del Regno della gloria ; onde tutte le opere vostre corrono nel grembo dell’oblivione28.

  • 29  Ibid., p. 28 : « certains liront vos ouvrages, et par jalousie ils ne voudront pas les louer » (no (...)

24Ce passage de Marinella est particulièrement remarquable en ce qu’il expose frontalement et pleinement la question précise de l’absence des textes des femmes, sans en éviter le problème fondamental : elle est la preuve de la malveillance des hommes, si tenace qu’il faut aller chercher dans les livres des historiens pour trouver traces des femmes célèbres d’antan, dépouillées de leurs textes, réduites à de simples silhouettes. Comment les Anciens ont-ils réussi à faire en sorte que les œuvres féminines ne traversent pas le temps ? Grâce à un parallèle qu’elle trace entre les autrices antiques et elle-même, la question du support s’avère essentielle. Les œuvres féminines ne sont pas réimprimées, quelle que soit leur qualité, si bien qu’elles finissent par disparaître. Le raisonnement est ici achevé. L’invidia semble chevillée au corps des hommes, selon Marinella, puisque entre l’Antiquité et 1600 les choses n’ont pas évolué : « Alcuni legeranno le vostre compositioni, e per invidia non vogliono laudarle29. »

25Nul autre que Lucrezia Marinella n’a, nous semble-t-il, souligné avec autant d’implacable lucidité l’impasse où se trouvaient les amis des femmes : promettre l’immortalité littéraire à travers les modèles littéraires antiques ne faisait que souligner la difficulté des autrices modernes à accéder à la gloire véritablement littéraire. Dès lors, les autrices modernes devaient se fier au pari formulé par l’Arioste, à savoir que les hommes de la Renaissance avaient enclenché une véritable révolution qui conduirait à la pérennisation des textes féminins. Et après tout, peut-être est-ce grâce à l’envie de croire que l’immortalité littéraire est possible après des siècles d’obscurantisme, finalement grâce au hiatus présent dans la majorité des ouvrages des XVIe et XVIIe siècles en France et en Italie, que le « feu de paille » a pu se propager. Des figures antiques, il fallait conserver la force de légitimation, mais escamoter le problème de la survivance des textes, qui aurait pu décourager plus d’une autrice moderne.

Haut de page

Bibliographie

Sources primaires

Ammirato, Scipione, Delle famiglie nobili Napoletane, parte prima, Firenza, 1580, et parte seconda, Firenze, 1651.

Ariosto, Lodovico, Orlando Furioso secondo la princeps del 1516, a cura di Marco Dorigatti con la collaborazione di Gerarda Stimato, Firenze, Leo S. Olschki, 2006 [1516, quarante chants], et Roland furieux, éd. bilingue, traduction Michel Orcel, présentation Italo Calvino, Paris, Seuil, 2000 [1532, quarante-six chants].

Bronzini, Cristofano, Della dignità e nobiltà delle donne, dialogo di Cristofano Bronzini d’Ancona. Diviso in Quattro Settimane ; E ciascheduna di esse in Sei Giornate, Firenze, per Zanobi Pignoni, 1622.

Du Bellay, Joachim, Œuvres poétiques. Premiers recueils. 1549-1553, D. Aris et F. Joukovsky (éds), Paris, Bordas, 1993.

Ferville, Sieur de, La Méchanceté des femmes, Paris, Rocolet, 1618.

Marinella, Lucrezia, Essortationi alle donne et a gli altri, Venetia, Francesco Valvasense, 1642.

Ménage, Gilles, Mulierum philosopharum historia, Lugduni, apud Anissonios, Joan. Posuel & Claudium Rigaud, 1690.

Orsini, Fulvio, Carmina novem illustrium feminarum Sapphus Erinnae Myrus Myrtidis Corinnae Telesillae Praxillae Nossidis Anytae et lyricorum Alcmanis Stesichori Alcaei Ibyci Anacreontis Simonidis Bacchylidis. Elegiae Tyrtaei et Mimnermi. Bucolica Bionis et Moschi. Latino versu a Laurentio Gambara expressa. Cleanthis Moschionis aliorumque fragmenta nunc primum edita. Ex bibliotheca Fuluii Ursini Romani, Antverpiae, ex officina Chr. Plantini, 1568.

Protestations et revendications féminines. Textes oubliés et inédits sur l’éducation féminine, XVIe-XVIIe siècle, Colette H. Winn (éd.), vol. 50 de Textes de la Renaissance, série « L’éducation féminine, de la Renaissance à l’Âge classique », Champion, 2002.

Sources secondaires

Angenot, Marc, Les Champions des femmes. Examen du discours sur la supériorité des femmes, 1400-1800, Montréal, 1977.

Chemello, Adriana, « La donna, il modello, l’immaginario. Moderata Fonte e Lucrezia Marinella », coll. Nel cerchio della luna. Figure di donne in alcuni testi del XVI secolo, M. Zancan (dir.), Venise, Marsilio, 1983, p. 95-160.

Clément, Michèle, et Incardona, Janine (dir.), L’Émergence littéraire des femmes à Lyon à la Renaissance 1520-1560, université de Saint-Etienne, 2008.

Daenens, Francine, « Superiore perchè inferiore : il paradosso della superiorità della donna in alcuni trattati italiani del Cinquecento », dans Trasgressione tragica e norma domestica. Esemplari di tipologie femminili dalla letteratura europea, a cura di Vanna Gentili, Roma, Edizioni di Storia e Letteratura, 1983, p. 11-50.

DeJean, Joan, Les Fictions du désir 1546-1937, Paris, Hachette, 1994.

Kelso, Ruth, Doctrine for the Lady of the Renaissance, Illinois, 1956.

MacLean, Ian, Women Triumphant: Feminism in French Literature 1610-1652, Oxford Clarendon Press, 1977.

McLeod, Glenda, Virtue and Venom. Catalogs of Women from Antiquity to the Renaissance, Ann Arbor, The University of Michigan Press, 1991.

Nativel, Colette (dir.), Femmes savantes, savoirs des femmes : du crépuscule de la Renaissance à l’aube des Lumières, Actes du colloque de Chantilly (22-24 septembre 1995), vol. 11, Travaux du Grand Siècle, Genève, Droz, 1999.

Piéjus, Marie-Françoise, « La création au féminin dans le discours de quelques poétesses du XVIe siècle », dans D. Budor (éd.), Dire la création. La culture italienne entre poétique et poïétique,  Presses universitaires de Lille, 1994, p. 85-90.

Robin, Diana Maury, Publishing Women: Salons, the Presses, and the Counter-Reformation in Sixteenth-Century Italy, University of Chicago Press, 2007.

Timmermans, Linda, L’Accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, Champion, 1993.

Verrier, Frédérique, « L’or enfoui », Clio, n° 5/1997, Guerres civiles, [En ligne], mis en ligne le 1er janvier 2005, consulté le 22 juin 2011, URL : http://clio.revues.org/document420.html.

Haut de page

Notes

1  Dionisotti traduit et cité par Marie-Françoise Piéjus, dans « La création au féminin dans le discours de quelques poétesses du XVIe siècle », dans D. Budor (éd.), Dire la création. La culture italienne entre poétique et poïétique, Presses universitaires de Lille, 1994, p. 85-90.

2  Tullia d’Aragona (1547), Isabella di Morra (1552), Veronica Gambara (1553), Gaspara Stampa (1554), Chiara Matraini (1555), Laura Battiferri (1560), Veronica Franco (1576).

3  Mais la tradition littéraire féminine est bien différente en France. Christine de Pizan fut un modèle pour les Italiennes et trouva sa place dans les listes des traités philogynes.

4  Selon Linda Timmermans, dans L’Accès des femmes à la culture (1598-1715), Paris, Champion, 1993, chap. 3, p. 177.

5  Il en donne la liste au chant XXXVII.

6  Chant XXXVII : « Ne cessez, ô dames qui aimez les beaux travaux, de suivre votre voie, et que ne vous détourne de l’emprise la peur que digne d’honneur on ne vous rende », trad. M. Orcel. Les chants XX et XXXVII traitent ce thème. Le premier date de 1516, le second de 1535. Voir Orlando Furioso secondo la princeps del 1516, a cura di Marco Dorigatti con la collaborazione di Gerarda Stimato, Firenze, Leo S. Olschki, 2006 [1516, quarante chants], et Roland furieux, éd. bilingue, traduction Michel Orcel, présentation Italo Calvino, Paris, Seuil, 2000 [1532, quarante-six chants].

7  « Sappho et Corinne, parce qu’elles furent savantes, brillent, fameuses, sans jamais disparaître dans la nuit », chant XX, notre traduction.

8  Nous employons ce terme parce qu’il était courant dans les ouvrages du XVIe siècle. Il se trouve encore dans ceux du XVIIe siècle et même au-delà. Voir à ce sujet le site de la SIEFAR, consulté le 22 juin 2011, http://www.siefar.org/la-guerre-des-mots-dictionnaire/les-mots-de-a-a-z-lettre-a,180.html.

9  Pour reprendre l’expression du XVe siècle, devenue le titre de l’ouvrage de Marc Angenot, Les Champions des femmes. Examen du discours sur la supériorité des femmes, 1400-1800, Montréal, 1977.

10  Roland furieux, op. cit., chant XXXVII, p. 645 : « Mesdames, je conclus qu’en tous les âges Bien d’entre vous sont dignes de mémoire, Mais c’est la seule envie des écrivains Qui vous priva d’outrepasser la mort, Ce qui n’adviendra plus, puisque vous-mêmes Vous immortalisez vos grand’s vertus. » Voir à ce sujet l’article de Frédérique Verrier, « L’or enfoui », Clio, n° 5/1997, Guerres civiles, URL : http://clio.revues.org/document420.html.

11  Horace, Odes et épodes, Livre III, ode XXX, texte établi et traduit par F. Villeneuve, Paris, Les Belles Lettres, 1944, p. 147 : « J’ai achevé un monument plus durable que le bronze, plus haut que la décrépitude des royales Pyramides, et que ne sauraient détruire ni la pluie rongeuse, ni l’Aquilon emporté, ni la chaîne innombrable des ans, ni la fuite des âges. Je ne mourrai pas tout entier. »

12  Pour donner deux exemples, à cette époque seuls cinq fragments restaient de la célèbre Corinne, le plus volumineux d’entre eux étant constitué de trois vers (voir Fulvio Orsini, Carmina novem illustrium feminarum Sapphus Erinnae Myrus Myrtidis Corinnae Telesillae Praxillae Nossidis Anytae et lyricorum Alcmanis Stesichori Alcaei Ibyci Anacreontis Simonidis Bacchylidis. Elegiae Tyrtaei et Mimnermi. Bucolica Bionis et Moschi. Latino versu a Laurentio Gambara expressa. Cleanthis Moschionis aliorumque fragmenta nunc primum edita. Ex bibliotheca Fuluii Ursini Romani, Antverpiae, ex officina Chr. Plantini, 1568, p. 46). Pour Hypatia, qui dirigea l’école néo-platonicienne de Plotin à Alexandrie et écrivit selon Suidas bon nombre de traités, restait un fragment peu représentatif, une courte phrase qui est en réalité une parole rapportée qu’on lui attribue (voir Gilles Ménage, Mulierum philosopharum historia, Lugduni, apud Anissonios, Joan. Posuel & Claudium Rigaud, 1690, p. 52 et suiv.).

13  Ferville, La Méchanceté des femmes, Paris, Rocolet, 1618, p. 53-54.

14  Epist., XIXX, lib. I, ad Maecenatem.

15  L’expression est polysémique. Pierre Bayle s’attache déjà à l’expliciter, dans son Dictionnaire historique et critique, Rotterdam, R. Leers, 4 vol. , 1697, article « Sapho ».

16  Delle famiglie nobili Napoletane, parte prima, Firenza, 1580 et parte seconda, Firenze, 1651, p. 104, vol. II .

17  « Le marquis avait pour épouse Vittoria Colonna, célèbre non seulement pour la noblesse de sa famille mais aussi pour sa grandeur dans les lettres et la poésie : elle y excella, obtenant la louange de la génération précédente et un éloge incroyable pour elle et pour son sexe, si bien qu’on ne doit pas beaucoup envier les antiques Sappho et Corinne, dont les anciens font grand bruit, avec peut-être plus de conjectures que de vérité » (notre traduction).

18  Fulvio Orsini, Carmina novem illustrium feminarum..., op. cit.

19  Chant XXXVII : « Ils ne supporteraient pas qu’elles s’élèvent et pour les rabaisser font leur possible. Je parle des Anciens », M. Orcel (trad.), op. cit.

20  « Ensuite, si vous considérez les histoires anciennes (encore que les hommes, aient toujours été très parcimonieux quant à écrire les louanges des femmes) et les modernes, vous trouverez que la vertu a continuellement existé parmi les femmes aussi bien que parmi les hommes », Le Livre du Courtisan, Paris, GF, présenté et traduit de l’italien d’après la version de Gabriel Chappuis (1580) par Alain Pons, 1991 [1528], p. 245.

21  « Il me semble [...] que vous racontez de façon trop brève ces actions vertueuses faites par des femmes ; car bien que nos ennemis les aient écoutées et lues, ils font semblant de ne pas les connaître, et ils voudraient que la mémoire en fût perdue ; mais si vous faites que nous autres, nous les entendions, à tout le moins elles nous feront honneur », ibid., p. 256.

22  Œuvres poétiques. Premiers recueils. 1549-1553, D. Aris et F. Joukovsky (éds), Paris, Bordas, 1993.

23  « Mais ni langue ni main n’ont jamais pu, formant des mots ou noircissant des pages (gonflant, exagérant le mal possible, et réduisant le bien à force d’art), des dames obscurcir toute la gloire au point qu’il n’en demeure quelque chose ; mais sans pourtant, hélas, joindre le but ni même s’approcher de leur tribut », Roland furieux, chant XXXVII, op. cit.

24  Le Livre du Courtisan, op. cit., p. 262.

25  Quel qu’il soit, plusieurs se font les champions des femmes dans ce livre III (l’Arétin, Julien le Magnifique…).

26  Cristofano Bronzini, Della dignità e nobiltà delle donne, dialogo di Cristofano Bronzini d’Ancona. Diviso in Quattro Settimane ; E ciascheduna di esse in Sei Giornate, Firenze, per Zanobi Pignoni, 1622.

27  Op. cit., p. 31 de la deuxième journée : « Je dirai donc, […] que la femme a une intelligence plus noble et un appétit plus modéré, avec plus de libre-arbitre, que l’homme : par conséquent, si l’on regarde sans a priori les œuvres des femmes, on verra la qualité de leur esprit, qu’elles ont clairement fait apparaître en littérature, quand elles se sont adonnées aux études ; entendez-en à présent quelques exemples » (notre traduction).

28  Essortationi alle donne et a gli altri, Venetia, Francesco Valvasense, 1642, p. 60-61 : « Si vous engendrez un bon ouvrage, parfait et loué, vous ne le verrez pas longtemps imprimé, ce qu’on peut facilement prouver. Considérez de vous-mêmes combien de livres d’hommes de l’Antiquité ont été conservés, et sont conservés, et si nous en voyons un seul de femme ? Je parle des antiques. Pourtant nous pouvons croire qu’il y en eut au moins quelques-unes, si pas plus, qui ont composé des œuvres dignes d’une gloire éternelle : néanmoins, de ces dernières impossible de retrouver trace, petite ou grande, si [on n’ouvre pas] les Historiens, qui souvent ajoutent à leurs récits quelques choses, bien que peu en vérité, pour appuyer leur propre ouvrage. C’est de là que vous pouvez connaître que les hommes ne veulent pas promouvoir vos œuvres, qu’elles soient bonnes ou mauvaises. Ils convoitent les premières ; [ils rabaissent] les secondes. Ils ne veulent pas, puisqu’ils ont acquis la tyrannie sur le Royaume de la Gloire, que les femmes rivalisent avec eux ; de là, toutes vos œuvres courent dans le sein de l’oubli » (notre traduction).

29  Ibid., p. 28 : « certains liront vos ouvrages, et par jalousie ils ne voudront pas les louer » (notre traduction).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Debrosse, « « Mais où sont les neiges d’antan ? ». Questionnement des auteurs italiens et français aux XVIe et XVIIe siècles devant la rareté des traces des premières femmes écrivains », TRANS- [En ligne], 12 | 2011, mis en ligne le 08 juillet 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://trans.revues.org/469 ; DOI : 10.4000/trans.469

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page