Navigation – Plan du site
Dossier central

Exhibition de la marginalité et déviance du discours : les récits de la prostituée des années 1880 en France et en Espagne

Marjorie Rousseau

Résumés

Les années 1880 voient se multiplier en France et en Espagne les récits sur la prostitution. Ils provoquent les habitudes du lectorat, ainsi que la tolérance de la censure en exhibant la marginalité : intérieur des maisons closes, quotidien d’une fille des rues, mise en scène de la sexualité… Ces romanciers ébranlent les normes littéraires. Mais qu’en est-il de leur positionnement sur ce phénomène social, politique et sexuel que constitue la prostitution ? Écrire la marginalité implique-t-il une déviance du discours ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir à ce sujet la thèse de Noëlle Benhamou, Filles, prostituées, courtisanes dans l’œuvre de Maupa (...)

1Les publications de romans et nouvelles sur la prostitution connaissent leur apogée à la suite de la parution de Nana en 1879, autour de laquelle se cristallise le genre. C’est en 1876 que s’amorce ce tournant en littérature. Huysmans et Edmond de Goncourt se sont alors tous deux attelés à la rédaction de ce qui deviendra le « récit de filles », aussi bien en France qu’en Espagne. Sonnant le glas de la courtisane romantique de la première moitié du siècle, Huysmans publie Marthe, histoire d’une fille dès l’automne 1876 en Belgique, et Edmond de Goncourt, La Fille Élisa, l’année suivante en France. Zola s’était déjà penché sur le sujet en 1865, à travers La Confession de Claude, qui met en scène le personnage de Laurence, mais son roman de la prostitution reste bien évidemment Nana, qui devient un véritable « best-seller » dès sa publication en 1879. Maupassant, de son côté, fait des filles publiques les héroïnes privilégiées de ses nouvelles entre 1880 et 18911. Alphonse Daudet, Paul Adam, Paul Alexis et bien d’autres les rejoindront et s’essaieront à leur tour à ce nouveau sujet d’étude romanesque. Le personnage marginal de la prostituée envahit la littérature du temps pour devenir un véritable phénomène littéraire.

  • 2 Jean-François Botrel, « España, 1880-1890 : el naturalismo en situación », in Yvan Lissorgues (éd.) (...)

2En Espagne, l’on considère souvent que 1881 marque l’entrée du naturalisme en Espagne avec La desheredada de Pérez Galdós, qui retrace l’histoire d’Isidora, jeune fille du peuple qui devient femme entretenue, puis prostituée. La Fille Élisa a été rapidement traduit en espagnol sous le titre de La joven Elisa, dès 1878. Jean-François Botrel estime que cette œuvre d’Edmond de Goncourt est la véritable source des nombreux romans à tendance médico-sociale qui fleuriront dans l’Espagne de cette fin de siècle2. L’importance de cette traduction est souvent occultée par le début retentissant des traductions zoliennes en 1880. Nana et L’Assommoir sont alors traduits en espagnol, apportant avec eux toute l’intensité des débats sur le naturalisme. Un groupe de naturalistes radicaux se forme autour de la personnalité d’Eduardo López Bago et s’approprie à son tour ce personnage littéraire en se revendiquant du naturalisme zolien : López Bago en tête avec sa tétralogie qui lui est entièrement consacrée, comme l’affiche le titre La prostituta, à partir de 1884, José Ortega Munilla et Cleopatra Pérez la même année, José Vivó Zahonero et La carnaza en 1885, Enrique Sánchez Seña et Las rameras de salón en 1886, ou encore Alejandro Sawa. Marthe, Nana, Élisa ne cessent de faire des émules. La marge gagne le centre de l’attention.

3La prostituée symbolise la déviance féminine par excellence en matière de sexualité. Allant à l’encontre de la morale bourgeoise et des habitudes de leur lectorat, ces écrivains témoignent d’une fascination pour la marginalité qui ne va pas de soi. En témoignent les remous qui accompagnent souvent leurs publications : une impression en Belgique pour Huysmans afin d’éviter, vainement, la saisie de son livre, les scandales suscités par diverses parutions, qu’il s’agisse de la polémique journalistique autour de Nana, des différents procès des éditions Kistemaeckers, ou encore de ceux affrontés par López Bago en Espagne. Amener la prostituée sur le devant de la scène littéraire ébranle les habitudes des lecteurs. La déviance du sujet semble avérée au regard des réactions de résistance suscitées par ces publications. La norme littéraire s’en trouve clairement bousculée. Mais ce sujet marginal provoque-t-il pour autant d’autres normes, qu’elles relèvent du domaine médical, moral, social, politique, voire sexuel ? En prenant appui sur les littératures française et espagnole des années 1880, nous nous interrogerons sur le positionnement des écrivains de la prostituée à l’égard de leur sujet. Ce choix d’écriture ne semble pas impliquer de manière systématique, loin de là, une volonté de faire bouger les lignes de partage entre le centre et la marge, deux pôles relatifs qui entretiennent le plus souvent des relations complexes et ambiguës. La mise en récit d’un sujet que l’on dira jusque-là tabou ne se révèle pas toujours synonyme d’un discours déviant.

Récit de la prostituée et vulgarisation du discours savant sur la prostitution

4En 1836, Alexandre Parent-Duchâtelet publie son étude intitulée De la prostitution dans la ville de Paris, qui deviendra une référence en la matière. Le médecin y expose les résultats d’une enquête menée sur les prostituées parisiennes, développe les causes principales de la prostitution, les mœurs et habitudes des prostituées ainsi que celles de leurs souteneurs. Cette étude imprègne en profondeur les esprits du temps en France comme en Espagne, par le biais de traducteurs ou d’imitateurs, à tel point qu’aucun écrivain ne semble en cette fin de siècle véritablement se détacher de la vision de la prostitution exposée dans cet ouvrage. Un consensus s’établit sur les causes de ce phénomène, qui se répartissent entre déterminisme social (la misère, une situation familiale difficile, une vie dissipée) et déterminisme intérieur en soulignant le rôle de la paresse et de la vanité des femmes s’engageant dans cette voie. Ainsi Estrella, dans le premier tome de la tétralogie de López Bago, arrive-t-elle dans la maison close de Mari Pepa misérablement vêtue, affamée et analphabète. Mineure, elle sera vendue au bordel par son père alcoolique. Chaque héroïne littéraire est un bon exemple de cette influence du milieu.

  • 3 À titre d’exemples ponctuels, je retiendrai la thèse récente de Barbara Giraud consacrée à la const (...)

5Cependant, si les écrivains sont parfaitement imprégnés du discours sociologique de Parent-Duchâtelet, ils ont beaucoup moins retenu ses observations médicales sur la physiologie des prostituées. Parent-Duchâtelet reconnaît, en effet, que le corps de la prostituée ne diffère guère de celui des autres femmes. Sur ce point-là, les romanciers s’attachent davantage à un tout autre discours savant, qu’il s’agisse de celui de Lombroso sur le profil du criminel dans L’Uomo delincuente, paru en 1876, ou bien des nombreuses études médicales en cours sur l’hystérie. Les personnages des romanciers viennent nourrir et illustrer les thèses alors soutenues par la médecine. Les prostituées en littérature sont souvent exhibées dans leur « anormalité », présentées comme des cas pathologiques et étudiées, disséquées comme tels, même chez les auteurs les plus « progressistes ». À la suite de Germinie Lacerteux, la fille Élisa d’Edmond de Goncourt est étudiée comme un cas clinique exemplaire de l’hystérie misandrine. La Isidora de Pérez Galdós souffre d’une propension héréditaire et pathologique à déformer le réel. De son côté, López Bago donne à ses œuvres le sous-titre de « novela médico-social ». Et aujourd’hui, nombreuses sont désormais les études de romans naturalistes signées par des médecins, ou tout au moins s’intéressant à la mise en roman du discours médical3. La médecine envahit le romanesque, qui se fait de plus en plus le reflet du discours médical du temps, alors très normatif. Marginalité et pathologie sont clairement associées.

6Le spectre des maladies vénériennes vient renforcer ce rapprochement. La prostituée ne meurt plus d’une maladie de poitrine, telle la dame aux camélias de Dumas. C’est la syphilis qui vient désormais mettre un terme à la descente aux enfers de nombreuses héroïnes prostituées. Que l’on se souvienne de La Fin de Lucie Pellegrin de Paul Alexis en 1874 et, à sa suite, de celle de Nana, ou encore de Lucie Thirache dans Chair molle de Paul Adam, qui se conclut sur le billet de salle de l’héroïne hospitalisée diagnostiquant une ostéite et une hépatite syphilitiques. Si la lente dégradation psychique d’Élisa est imputée par l’auteur à l’inhumanité du système carcéral, celle-ci n’en présente pas moins de nombreux symptômes observés par l’auteur chez son frère Jules, atteint de la syphilis. La littérature espagnole suit la même voie : Estrella, l’héroïne des deux premiers tomes de la tétralogie de López Bago, fait plusieurs séjours à l’hôpital pour se soigner. Elle est aussi élue reine de l’année par un cercle très fermé appelé « La Botica », « la Pharmacie », composé uniquement d’aristocrates syphilitiques refusant tout traitement autre que la poursuite de leur débauche.

  • 4 Jean Borié, Zola et les mythes ou de la nausée au salut, Paris, Seuil, 1971, p. 26 : « [L]e mal vie (...)

7Le corps syphilitique de la prostituée reflète la maladie du corps social. Oscillant entre justification et condamnation, le discours romanesque cultive l’ambiguïté à l’image du discours scientifique de l’époque à l’égard des prostituées. Ces dernières restent des objets d’étude relevant d’une observation attentive de la société tendant à les justifier, tout en continuant d’incarner des objets de désir fascinants et terrifiants, porteurs d’un risque d’infection du corps social, au sens propre comme au sens figuré. Le corps féminin de la prostituée est une menace contre l’ordre social ; sa maladie devient emblématique d’une corruption généralisée. Pour reprendre une formule de Jean Borié résumant les contradictions constatées dans la représentation du peuple au sein de l’univers zolien, « le mal vient de la prostituée, et il est imposé à la prostituée4 ».

Vers une prise de position sur la prostitution ?

  • 5 David Baguley, « L’indicible de la sexualité dans l’œuvre d’Émile Zola », Nineteenth-Century French (...)

8Entre illustration du savoir médical et provocation de la morale bourgeoise, comment comprendre l’entreprise que constitue la rédaction d’un récit de filles ? Comme une simple mise en garde vis-à-vis de cette catégorie sociale ? Ce serait là très réducteur. Simple provocation de jeunes écrivains cherchant à se faire remarquer, pour se frayer une voie vers le succès ? Miser sur le scandale de la publication peut être une stratégie, et ce n’est sans doute pas un hasard si La Confession de Claude, Marthe, La Fille Élisa, Chair molle, La mujer de todo el mundo d’Alejandro Sawa sont les premiers romans de leurs créateurs respectifs. Il n’en reste pas moins que les carcans de la représentation romanesque éclatent en cette fin de siècle : le corps féminin et la sexualité sont mis en avant à travers des scènes de séduction, de racolage, des récits suggérant des relations sexuelles, voire des pratiques lesbiennes. On entre dans les maisons closes, on assiste au choix de la prostituée, mais un peu plus difficilement à ce qui se passe dans la chambre. Edmond de Goncourt, par exemple, évite les descriptions des clients aux prises avec les filles, par peur de la censure. Le lecteur assiste au quotidien, non plus seulement de la courtisane évoluant dans des sphères proches du beau monde, mais aussi à celui de la vulgaire fille des rues. Même si la description de la sexualité proprement dite reste encore très souvent voilée, David Baguley l’a bien montré dans l’écriture de Zola5, le voile se fait désormais beaucoup plus transparent. En cela, les romanciers de la prostitution apportent un regard nouveau sur la société et font bouger les lignes politiques. Qu’ils en soient ou non conscients, ils accompagnent les progrès des idées républicaines dans l’opinion. L’ouverture du discours en littérature se double de l’ouverture de la sphère politique.

9Il n’en reste pas moins que la représentation littéraire de la prostitution révèle bien souvent un discours moral traditionnel et conservateur, parfois clairement misogyne, sur la femme. Les Goncourt, Huysmans ne passent pas pour être des féministes. Et même Zola, que l’on peut considérer sur certains points comme un réformateur, véhicule une image de la femme très convenue. S’il a pu défendre un projet de législation sur le travail féminin à l’extérieur du foyer, la seule image positive et apaisée de la femme dans son œuvre reste celle de la mère, pilier de la famille. En dehors de la procréation, la représentation zolienne de la sexualité est avant tout angoissante et mortifère. L’exhibition de la prostitution n’a en aucun cas pour but sa régulation au sein de la société. La marge doit rester à sa place.

  • 6 Barbara Giraud, op. cit., p. 211.

10 Maupassant, les Goncourt, Huysmans étaient de fins connaisseurs de l’univers prostitutionnel. Cependant, la prostitution en soi est rarement l’objet d’une réflexion politique réfléchie et argumentée dans leurs récits, comme si à être trop exposé, exhibé, le phénomène en lui-même passait aux oubliettes. Et pourtant, ces récits de la prostituée fleurissent dans un contexte qui voit naître et s’épanouir la contestation du système réglementariste tout droit venue d’outre-Manche en la personne de Joséphine Butler. En 1876, Albert Caise lance une pétition pour l’abolition de la prostitution en France et la suppression de la police des mœurs. En 1879, Yves Guyot fonde une association pour l’abolition de la prostitution réglementée. Le débat est relayé par les journaux. Des voix s’élèvent contre les persécutions des filles de rue, contre les arrestations parfois violentes et abusives de la police des mœurs. Des personnalités comme Victor Hugoou Victor Schœlcher prennent clairement position sur le sujet. Mais il n’en va pas de même pour les auteurs français des récits de filles, qui ne peuvent pourtant pas ignorer le débat. On peut être surpris qu’ils n’abordent le sujet ni dans leurs œuvres, ni dans leurs contributions journalistiques, à tel point que ce lourd silence semble pouvoir se comprendre comme un refus de prendre position. Faut-il le mettre sur le compte de l’esthétique suspensive du naturalisme, qui souhaite avant tout observer, donner à réfléchir, mais ne pas conclure et laisser à ses lecteurs le soin de trouver et d’apporter le remède ? Même La Fille Élisa, qui s’annonce pourtant comme un roman à thèse, comme un « plaidoyer », semble à première vue passer à côté du débat sur la prostitution pour se concentrer non sur la prostituée, mais sur la prisonnière à qui l’on impose le silence continu, sur le système Auburn contre lequel s’élève l’auteur. Le roman ne suscitera pas le débat attendu sur le système carcéral. Toutefois la longue mise en parallèle créée par la composition romanesque entre la prison et la prostitution, deux systèmes semblant aboutir à un même assujettissement et abêtissement des femmes, donne à réfléchir sur l’oppression sociale du genre féminin au sein du roman. Comme l’a montré Barbara Giraud, les Goncourt cautionnent les discours médicaux sur la femme, « tout en se faisant inconsciemment les porte-parole des femmes contre les discours normatifs qui veulent les assimiler à des malades, des marginales6 ».

  • 7 L’expression est d’Ernest Raynaud dans son article intitulé « Les écrivains de fille », Mercure de (...)

11Si la prostitution n’apparaît pas dans le récit français comme un objet de réforme explicite, il n’en va pas de même en Espagne. Contrairement aux romanciers français, les écrivains espagnols de la prostituée sont des auteurs restés en marge de l’histoire littéraire espagnole, exception faite de Benito Pérez Galdós. Ils ne sont pas traduits, et leurs œuvres, pour la grande majorité d’entre eux, n’ont pas été rééditées depuis le xixe siècle, si ce n’est depuis une quinzaine d’années où l’on tend à les redécouvrir. Ces « écrivains de filles7 » espagnols se revendiquant du naturalisme radical se sont bien davantage engagés sur le plan politique que leurs homologues français. López Bago, par exemple, est romancier, mais il est aussi, dans les années 1883-1884, rédacteur à La Reforma política y militar, un journal de la gauche républicaine dont le titre met clairement en avant le désir de réformes. La littérature devient pour eux un moyen d’action politique. Le roman se fait militant et la prostitution devient le symbole de l’oppression sociale. Ainsi, dans Carne importada (Costumbres de Buenos Aires)  Chair importée (mœurs de Buenos Aires)  paru en 1891, López Bago dénonce non pas tant la prostitution en elle-même que l’exploitation humaine dont elle est un témoignage. Les immigrés deviennent l’objet d’un nouvel esclavage, comme l’explique le personnage de Don Rodolfo, grand organisateur de cette exploitation dans le roman :

  • 8 Eduardo López Bago, Carne importada (Costumbres de Buenos Aires). Novela médico-social. Primera par (...)

La trata de negros, ya no existe ; la inmigraciión la sustituye. [...] Aquí hace falta hombres para la agricultuta, para la industria, y para todo lo manual y mecánico, y lo traen. Hacen falta mugeres para los hombres y también la muger se importa, como una máquina de placer y de reproduccion. [sic]8

  • 9 Je renvoie pour plus de détails sur le sujet à l’ouvrage de Jean-Louis Guereña, La prostitución en (...)
  • 10 Francisco de Sales Mayo, La chula. Historia de muchos, Madrid, Oficina tipográfica del hospicio, 18 (...)
  • 11 Pura Fernández dans sa préface de la réédition de La prostituta, Sevilla, Editorial Renacimiento, 2 (...)

12Avec La prostituta, ce romancier espagnol fait une entrée fracassante en littérature par un récit de filles qui vise précisément à stigmatiser le régime réglementé de la prostitution. L’auteur se montre proche des cercles abolitionnistes qui ont fait entrer le débat en Espagne depuis les années 18839. La critique du système réglementariste couvait cependant depuis plusieurs années. Déjà en 1870, avant le naturalisme, Francisco Sales Mayo écrivait La Chula. Historia de muchos  « chula » désignant une jeune femme des quartiers populaires madrilènes un peu dévergondée –, où l’auteur retrace l’itinéraire de Casilda, jeune prostituée qui devient une grande courtisane. Tout en s’appuyant sur l’histoire et l’actualité, le romancier réfléchit sur les causes de la prostitution, et s’élève déjà contre la réglementation par laquelle la prostitution a désormais reçu la protection du législateur. Il dénonce la persécution des prostituées, mais surtout l’injustice et la discrimination existant désormais entre la fille en carte sur laquelle est jeté l’opprobre, et la courtisane protégée par l’opinion10. Ces critiques font suite aux différentes réformes du règlement de Madrid sur la prostitution en 1865, puis en 1869. Eduardo López Bago reprend le flambeau en 1884 à travers son roman. Déjà en 1876, il s’adressait au gouverneur civil de Madrid dans un article11 daté du 7 août, paru dans El Parlamento. Diario Monárquico-liberal, et lui demandait des explications sur les causes des nouvelles interdictions de circulation pesant sur les prostituées au sein de la capitale. Dans sa tétralogie, la maison close occupe l’univers du premier tome où il dénonce l’hypocrisie de la réglementation. Le récit de la prostituée donne ici lieu à des prises de position tranchées sur le phénomène social décrit, dont on pourra sans doute regretter le didactisme trop affirmé.

Un renouveau dans la représentation de la sensualité féminine ?

  • 12 Marie-Claire Petit, Les Personnages féminins dans les romans de Benito Pérez Galdós, Paris, Les Bel (...)
  • 13 Akiko Tsuchiya, « The Female Body under Surveillance: Galdós’s La desheredada », in Intertextual Pu (...)

13Qu’en est-il de l’image de la femme dans les romans espagnols abordant la prostitution ? Nous nous arrêterons tout d’abord sur La desheredada de Pérez Galdós. Contrairement à López Bago, Sawa, Sánchez Seña et d’autres, Pérez Galdós est un romancier espagnol reconnu, qui ne s’est jamais revendiqué du naturalisme radical, mais qui a pu être influencé par les œuvres de Zola. Les personnages féminins dans l’œuvre du romancier reflètent une vision traditionnelle de la femme12. Les femmes s’adonnant aux travaux d’aiguilles sont associées à des figures positives, qui parviennent à trouver leur place dans la société. Par contraste, Isidora, la desheredada, la « déshéritée », est celle qui refuse les travaux d’aiguilles, qui refuse sa situation sociale modeste ainsi que les sages conseils de son ami médecin Miquis, porte-parole bien connu du romancier. Elle sera entretenue par des hommes divers tout au long du récit et finit par se décider à se prostituer dans la rue à la dernière page de l’œuvre. Ce personnage est l’objet de la condamnation morale du narrateur et de nombreux personnages du roman. Cependant, Tsuchiya Akiko13 a récemment souligné l’ambiguïté de la fin de l’œuvre, en dépit du chapitre moralisateur qui la clôt. Isidora s’engouffre dans la nuit de la prostitution. Elle meurt symboliquement, comme le suggère le titre de l’avant-dernier chapitre (« Muerte de Isidora. Conclusión de los Rufetes » / « Mort d’Isidora. Conclusion des Rufete »), mais en même temps, elle continue par là même à résister à la société, se refusant toujours à rentrer dans le rang et restant fidèle à elle-même. Cette ultime décision peut se lire comme un geste de désespoir, mais aussi comme un dernier acte de résistance au système et à l’image de la femme que l’on veut lui imposer. Si la représentation d’ensemble de la femme reste traditionnelle, le personnage d’Isidora semble cependant l’ébranler quelque peu. Le sujet de la prostitution y est traité avec beaucoup de pudeur, le terme n’est jamais mentionné dans l’ensemble du roman.

  • 14 Erika Sutherland, « La muerte de “la muñeca de a borde”. El orgasmo femenino en la España del XIX » (...)

14À l’inverse, les naturalistes radicaux espagnols ayant abordé le sujet de la prostitution ont souvent été critiqués pour l’obscénité et la crudité des scènes mises en récit. Ils abordent les causes de l’insatisfaction féminine et s’emparent de la « question sexuelle », qu’ils relient étroitement à la « question sociale ». López Bago, dans La prostituta, relate ce qui constitue l’unique récit d’un orgasme féminin dans la littérature naturaliste espagnole. Il s’agit du premier orgasme de Mari Pepa, la tenancière du bordel. Celle-ci a connu auparavant une longue carrière de fille de maison, réputée pour son insensibilité qui lui permettait de conserver son indépendance vis-à-vis des hommes. « El chulo » Aristide, le souteneur, sera celui qui lui fera découvrir le plaisir, qui ne se révèle pas ici synonyme d’une libération de la sensualité féminine, bien au contraire. Je rejoindrai ici les analyses d’Erika Sutherland14. Alliant, fait rarissime, prostitution et plaisir féminin, cette découverte du plaisir marque le début de l’assujettissement de Mari Pepa à Aristide, qui la fera quitter sa place de fille à numéro pour l’installer à la tête de son propre établissement. Elle sera dorénavant fidèle maîtresse de maison, respectant son souteneur autant qu’un époux légitime. La modernité de la scène se révèle en tension avec une conception finalement assez habituelle des rapports entre hommes et femmes.

  • 15 Alejandro Sawa, « Feminismo », Los Lunes de El Impardal, 13 de julio de 1908.

15C’est peut-être Alejandro Sawa qui va le plus loin dans ce domaine en mettant en scène une autre découverte de la sensualité féminine à travers une scène d’auto-érotisme. La mujer de todo el mundo, que l’on assimile souvent abusivement à un roman de la prostituée de par son titre, relate en réalité les entreprises de séduction multiples d’une aristocrate nymphomane voulant éviter la ruine de sa famille. Luisa, la belle-fille de la comtesse, s’est vue obligée d’épouser le fils de cette dernière bien qu’il soit impuissant. Dans cette scène, Luisa, devant un miroir, contemple et caresse ses formes, découvrant ses désirs et prenant conscience de sa propre beauté. C’est une scène topique de la jeune fille devenant femme et prenant conscience de ses atouts. Ce type de scène prépare souvent le devenir d’une jeune femme vaniteuse et séductrice, dont la sensualité exacerbée est condamnée. Ici, il n’en est rien. La scène ne porte aucun jugement moral. Alejandro Sawa laisse poindre de manière assez avant-gardiste et novatrice la nécessité de l’épanouissement de la sensualité féminine, impossible pour Luisa faute d’un époux « fonctionnel », ce qui la conduira à la folie. Le plaisir des sens est reconnu comme faisant pleinement partie des besoins de la femme, des conditions de son épanouissement, au sein de l’institution sociale et religieuse du mariage. Sensualité et mariage ne semblent plus antinomiques : Sawa donne ici à découvrir une image moderne de la femme. Cet engagement se confirme à travers d’autres prises de position, notamment quelques années plus tard dans un article15 où il appelle de ses vœux l’ouverture du monde professionnel aux femmes espagnoles, un tournant déjà pris dans bien d’autres pays d’Europe.

  • 16 Octave Mirbeau, L’Amour de la femme vénale [1908-1913 ?], texte présenté et annoté par Pierre Miche (...)
  • 17 Ibid., p. 82.

16Associant intimement question sociale et question sexuelle, les naturalistes espagnols, et plus particulièrement López Bago et Sawa, mettent en scène l’oppression sociale subie par la femme. Ils évoquent le plaisir féminin sans le condamner à la perversion ou au dérèglement des sens, autant d’idées modernes qui restent cependant dans le cadre social et idéal attendu d’un mariage heureux et équilibré. En focalisant son attention sur la marge, le roman se fait lieu de questionnement des normes bourgeoises, l’occasion d’écarts que l’on ramène cependant sans cesse à un discours resté dans l’ensemble très normatif. Norme et déviance entretiennent des relations étroites, tout en nuances et contradictions. En France comme en Espagne, ces récits sur la prostituée accompagnent, qu’ils le veuillent ou non, les débuts du féminisme à la toute fin du siècle, témoignant à la fois des angoisses masculines conservatrices et de réflexions plus ou moins conscientes sur l’assujettissement féminin. Ce rapide panorama de différents récits de la prostituée des années 1880 permet de mesurer la modernité extrême que représentent les idées développées par Octave Mirbeau trente ans plus tard dans son essai méconnu, L’Amour de la femme vénale. Les aventures peu ordinaires de cette brochure l’amènent à être redécouverte par les Français en 1992 dans une version bulgare. La paternité du texte est cependant confirmée : Mirbeau l’aurait écrit dans les années 1910. Tout en partageant différents préjugés de son époque sur la prostitution, l’auteur reconnaît dans cet ouvrage le courage de la prostituée et la dignité de sa profession : « À sa façon, la prostituée est une ouvrière. […] Elle travaille de tout son corps. Peu d’ouvriers possèdent une morale digne de ce nom16. » Mais surtout, il conclut son ouvrage en appelant de ses vœux « l’acceptation ouverte de la prostitution – en tant que fonction sociale, débarrassée de tout mépris – [qui] ferait disparaître tous ces vices et tous ces personnages choquants17 ». En demandant la reconnaissance publique de la fonction sociale de ces « ouvrières du sexe », Mirbeau dépasse la simple demande de l’abolition de la réglementation et se montre d’une actualité saisissante pour le lecteur du xxie siècle. López Bago ne s’exprimait guère sur le statut de la prostitution une fois l’encadrement légal aboli, ni sur la fonction de ce phénomène social. Mirbeau, lui, réclamait déjà, il y a un siècle, à haute voix, l’intégration au cœur de la société de ce qui représente encore aujourd’hui une marginalité.

Haut de page

Bibliographie

Adam, Paul, Chair molle, roman naturaliste [1885], in Mireille Dottin-Orsini et Daniel Grojnowski (éds), Un joli monde, romans de la prostitution, Paris, Éd. Robert Laffont, 2008, p. 365-467.

Alexis, Paul, La Fin de Lucie Pellegrin [1874], in Mireille Dottin-Orsini et Daniel Grojnowski (éds), Un joli monde, romans de la prostitution, Paris, Éd. Robert Laffont, 2008, p. 191-212.

Baguley, David, « L’indicible de la sexualité dans l’œuvre d’Émile Zola », Nineteenth-Century French Studies, vol. 27, n° 1-2, p. 108-116.

Benhamou, Noëlle, Filles, prostituées, courtisanes dans l’œuvre de Maupassant. Représentation de l’amour vénal, thèse de doctorat de Lettres modernes soutenue sous la direction de Philippe Hamon, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III, 1996.

Botrel, Jean-François, « España, 1880-1890 : el naturalismo en situación », in Yvan Lissorgues (éd.), Realismo y naturalismo en España en la segunda mitad del siglo XIX : Actas del Congreso internacional celebrado en la Universidad de Toulouse-Le Mirail del 3 al 5 de noviembre de 1987, Barcelona, Anthropos, 1988, p. 183-197.

Caise, Albert, Abolition de la prostitution en France et suppression de la police des mœurs (pétition), Paris, Imprimerie P. Worms, 1876.

Fernández, Pura, « Moral social y sexual en el siglo XIX : la reivindicación de la sexualidad feminina en la novela naturalista radical », in Iris M. Zavala (éd.), La mujer en la literatura española (Del s. XVIII a la actualidad, vol. 3 de Breve historia feminista de la literatura española (en lengua castellana), Barcelona, Anthopos, 1996, p. 81-115.

Giraud, Barbara, L’héroïne goncourtienne. Entre hystérie et dissidence, Berne, Peter Lang, 2009.

Goncourt, Edmond de, La Fille Élisa [1877], présenté et annoté par Gérard Delaisement, Paris, La Boîte à documents, 1990.

Guereña, Jean-Louis, La prostitución en la España contemporánea, Madrid, Marcial Pons, 2003.

Guyot, Yves, La Prostitution, étude de physiologie sociale, Paris, Charpentier, 1882.

Huysmans, Joris-Karl, Marthe, histoire d’une fille [1876] suivi de Sac au dos, Paris, Les Éditions de Paris, 2002.

López Bago, Eduardo, La prostituta [1884], édition, introduction, notes et appendices de Pura Fernández, Sevilla, Editorial Renacimiento, 2005.

——, La buscota. Novela médico-social (Tercera parte de La prostituta), Madrid, Juan Muñoz y Compañia, s.d., [1885].

——, La pálida, novela medico-social [1884], segunda parte de La prostituta, Madrid, M. Nuñez Samper, 1910.

——, La querida. Novela médico-social (Cuarta y última parte de La prostituta), Madrid, Juan Muñoz y Compañía, s.d. [1885].

——, Carne importada (Costumbres de Buenos Aires). Novela médico-social. Primera parte de La trata de blancos, Buenos Aires, Urbano Rivero « La Maravilla Literaria », s.d. [1891].

Mirbeau, Octave, L’Amour de la femme vénale [1908-1913 ?], texte présenté et annoté par Pierre Michel, préface d’Alain Corbin, trad. par Alexandre Lévy, Paris, Indigo et Côté-femmes, 1994.

Ortega Munilla, José, Cleopatra Pérez. Relación contemporanea [1884], Madrid, Catédra, Letras hispanicas, 1976.

Pérez Galdós, Benito, La desheredada [1881], présenté et annoté par Germán Gullón, Madrid, Ediciones Cátedra, Letras Hispánicas, 2003.

Petit, Marie-Claire, Les Personnages féminins dans les romans de Benito Pérez Galdós, Paris, Les Belles Lettres, 1972.

Raynaud, Ernest, « Les écrivains de fille », Mercure de France, juillet 1890, p. 231-238.

Sales Mayo, Francisco de, La chula. Historia de muchos, Madrid, Oficina tipográfica del hospicio, 1870.

Sánchez Seña, Enrique, Las rameras de salón (páginas de la deshonra y vicios sociales), Madrid, s.d. [1886].

Santiago Obeso, Julio (Dr.), « Tomás e Isidora Ruefete : dos personajes galdosianos para entender une época de la asistencia psiquiátrica en España », Isidora, revista de estudios galdosianos, 2005, n° 1, p. 55-63.

Santiánez-Tió, Nil, « En el umbral de las Vanguardias : deseo y subversión en la novela naturalista española », Bulletin Hispanique, juillet-décembre 1995, vol. 97, n° 2, p. 583-604.

Sawa, Alejandro, La mujer de todo el mundo [1885], Madrid, Moreno-Avila Editores, 1988.

——, « Feminismo », Los Lunes de El Impardal, 13 de julio de 1908.

Tsuchiya, Akiko, « The Female Body under Surveillance: Galdós’s La desheredada », in Intertextual Pursuits. Literary Mediations in Modern Spanish Narrative, Brownlow and Kronik Ed., Lewisburg, Brucknel University Press, 1997, p. 201-222.

Zahonero, José Vivó, La carnaza, Madrid, F. Bueno y Cía, 1885.

Zola, Émile, Nana [1879], in Les Rougon-Macquart : histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, vol. 2, p. 1093- 1485.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce sujet la thèse de Noëlle Benhamou, Filles, prostituées, courtisanes dans l’œuvre de Maupassant. Représentation de l’amour vénal, thèse de doctorat de Lettres modernes soutenue sous la direction de Philippe Hamon, Université de la Sorbonne Nouvelle, Paris III, 1996.

2 Jean-François Botrel, « España, 1880-1890 : el naturalismo en situación », in Yvan Lissorgues (éd.), Realismo y naturalismo en España en la segunda mitad del siglo XIX : Actas del Congreso internacional celebrado en la Universidad de Toulouse-Le Mirail del 3 al 5 de noviembre de 1987, Barcelona, Anthropos, 1988, p. 189.

3 À titre d’exemples ponctuels, je retiendrai la thèse récente de Barbara Giraud consacrée à la construction d’un discours littéraire du pathologique dans l’œuvre des Goncourt (L’héroïne goncourtienne. Entre hystérie et dissidence, Berne, Peter Lang, 2009), ou bien l’article du Dr Julio Santiago Obeso, chef de service d’une unité psychiatrique, sur La desheredada de Pérez Galdós (« Tomás e Isidora Ruefete : dos personajes galdosianos para entender une época de la asistencia psiquiátrica en España », Isidora, revista de estudios galdosianos, 2005, n° 1, p. 55-63).

4 Jean Borié, Zola et les mythes ou de la nausée au salut, Paris, Seuil, 1971, p. 26 : « [L]e mal vient du peuple, et il est imposé au peuple. »

5 David Baguley, « L’indicible de la sexualité dans l’œuvre d’Émile Zola », Nineteenth-Century French Studies, vol. 27, n° 1-2, p. 108-116.

6 Barbara Giraud, op. cit., p. 211.

7 L’expression est d’Ernest Raynaud dans son article intitulé « Les écrivains de fille », Mercure de France, juillet 1890, p. 231-238.

8 Eduardo López Bago, Carne importada (Costumbres de Buenos Aires). Novela médico-social. Primera parte de La trata de blancos, Buenos Aires, Urbano Rivero « La Maravilla Literaria », s.d. [1891], p. 138-139 : « La traite des noirs, elle n’existe plus ; l’immigration la remplace. […] Ici nous avons besoin d’hommes pour l’agriculture, pour l’industrie, pour toutes les tâches manuelles et mécaniques, et on les apporte. Nous avons besoin de femmes pour les hommes, et la femme aussi s’importe comme une machine à plaisir et à reproduction. » [Je traduis.]

9 Je renvoie pour plus de détails sur le sujet à l’ouvrage de Jean-Louis Guereña, La prostitución en la España contemporánea, Madrid, Marcial Pons, 2003.

10 Francisco de Sales Mayo, La chula. Historia de muchos, Madrid, Oficina tipográfica del hospicio, 1870, p. 32-41.

11 Pura Fernández dans sa préface de la réédition de La prostituta, Sevilla, Editorial Renacimiento, 2005, p. 81.

12 Marie-Claire Petit, Les Personnages féminins dans les romans de Benito Pérez Galdós, Paris, Les Belles Lettres, 1972, p. 321.

13 Akiko Tsuchiya, « The Female Body under Surveillance: Galdós’s La desheredada », in Intertextual Pursuits. Literary Mediations in Modern Spanish Narrative, Brownlow and Kronik Ed., Lewisburg, Brucknel University Press, 1997, p. 201-222.

14 Erika Sutherland, « La muerte de “la muñeca de a borde”. El orgasmo femenino en la España del XIX », in Mulheres Más. Percepção e Representações de Mulher transgressora no Mundo Luso-Hispânico, Ana Maria da Costa, Shelley Godland, Porto, Edições Universidade Fernando Pessoa, vol. 2, p. 107-125.

15 Alejandro Sawa, « Feminismo », Los Lunes de El Impardal, 13 de julio de 1908.

16 Octave Mirbeau, L’Amour de la femme vénale [1908-1913 ?], texte présenté et annoté par Pierre Michel, préface d’Alain Corbin, trad. par Alexandre Lévy, Paris, Indigo et Côté-femmes, 1994, p. 78.

17 Ibid., p. 82.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marjorie Rousseau, « Exhibition de la marginalité et déviance du discours : les récits de la prostituée des années 1880 en France et en Espagne », TRANS- [En ligne], 13 | 2012, mis en ligne le 24 février 2012, consulté le 29 mai 2017. URL : http://trans.revues.org/541 ; DOI : 10.4000/trans.541

Haut de page

Auteur

Marjorie Rousseau

Agrégée de Lettres modernes depuis 2006, et actuellement A.T.E.R. à l’université de Tours, Marjorie Rousseau est en troisième année de doctorat de littérature comparée sur le roman de la prostituée dans la seconde moitié du XIXe siècle, sous la direction de Philippe Chardin. Elle a participé à différentes journées d’étude, colloques, et publié plusieurs articles sur le sujet : « Le personnage de la prostituée dans Crime et châtiment, La Fille Elisa et La desheredada » dans Littérature et Nation, « L’entrelacement entre destinée féminine et destinée historique dans Nana » dans Les Cahiers naturalistes, « La prostituée au XIXe siècle : vers une vacance du personnage romanesque » pour la revue E-lla.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page