Navigation – Plan du site
Université Invitée

Belgrade, lieu de croisements : La Faculté de Philologie de Belgrade

Nadja Djuric

Texte intégral

1Ce numéro du dossier Université Invitée présente la Faculté de Philologie de l’Université de Belgrade, établissement incontournable dans la vie académique et intellectuelle de la capitale serbe. Située au cœur même de la ville, la Faculté de Philologie est le centre de l’enseignement et de la recherche en matière de langues et littératures. Inscrite dans une longue tradition, lieu de partage et de multiples croisements, elle joue un rôle essentiel dans le domaine de la recherche en littérature comparée. Dans le cadre de ce dossier, nous avons pourtant choisi de faire connaître un de ses atouts particuliers. À Belgrade, le cadre propice au développement des recherches comparatistes est assuré en premier lieu par l’existence du Département de littérature comparée et théorie littéraire au sein de la Faculté de Philologie.

2La création des études en littérature comparée à Belgrade remonte au XIXe siècle. Le premier cours de littérature comparée eut lieu en 1852 à la Grande École, établissement prédécesseur de l’Université actuelle ; notons qu’il était conçu comme une mise en relation des littératures française et slave. Envisagée d’abord comme un séminaire supplémentaire, la littérature comparée acquit le statut de département en 1873. Vers le tournant du siècle Bogdan Popović, diplômé de la Sorbonne, conféra la primauté à l’enseignement de la théorie littéraire, accordant en même temps un rôle beaucoup plus actif à l’étudiant. Dans les années trente, bien que la discipline ait perdu le statut de département, l’enseignement se poursuivit normalement, facilitant la création d’autres départements de langues et littératures étrangères. Par contre, aucun enseignement de littérature comparée ne fut dispensé pendant la Seconde Guerre mondiale. Lors de la reprise des cours dans l’après-guerre, le comparatisme connut un nouvel essor durant les années cinquante. Le Département fut reconstitué en 1954, et le premier étudiant à obtenir le diplôme de Littérature comparée et théorie littéraire fut l’écrivain Danilo Kiš.

3Selon l’idée originale de Vojislav Djurić, qui avait conçu le nouveau programme d’études dans les années cinquante, le Département proposait alors une formation parallèle dans deux matières principales, la théorie littéraire et l’histoire générale de la littérature. Cette conception, maintenue jusqu’à nos jours, donne aux étudiants la possibilité d’étudier les œuvres les plus importantes de l’histoire littéraire, d’Homère à Borges et de l'Épopée de Gilgamesh à Claude Simon, complétant l’étude des textes par la connaissance des approches théoriques. L’accent est mis sur l’autonomie du domaine littéraire et l’œuvre littéraire est abordée pour sa valeur spécifique ; il s’agit d’une méthode qui se situe dans le droit fil de l’approche traditionnelle humaniste. Le Département de littérature comparée à Belgrade n’a pourtant rien de conservateur : grâce au profil des études proposées, il incarne naturellement le cosmopolitisme et l’ouverture vers l’extérieur. Cet esprit d’ouverture était gravement contesté par le Régime dans les années quatre-vingt-dix et c’est pourquoi le Département fut supprimé en 1998-1999 sous prétexte d’une réorganisation de la Faculté de Philologie.

4Aujourd’hui, le parcours de huit semestres réunit les cours d’histoire et de théorie littéraire, d’esthétique et de méthodologie de la recherche littéraire. D’autres matières s’y ajoutent, obligatoires ou optionnelles : histoire de l’art, langue serbe et langues étrangères, études de culture et histoire de la philosophie. Les étudiants de littérature serbe suivent aussi les cours de littérature générale durant quatre ou six semestres, ce qui leur donne la possibilité d’envisager la littérature nationale dans un contexte comparatiste dès le premier cycle. L’enseignement de la théorie littéraire est également proposé en première année aux étudiants des autres départements. Dans les dernières années, en raison de la réforme de l’Université de Belgrade, plusieurs changements ont été mis en œuvre afin que l’enseignement de la littérature réponde aux objectifs fixés par la Déclaration de Bologne. Le programme d’études a été aménagé, une cinquième année de master ajoutée, la proportion de matières optionnelles augmentée. En dehors de ces tâches d’enseignement, le Département de littérature comparée reste toujours un centre de recherche littéraire, et son activité se déploie dans l’organisation de colloques et la réalisation de projets scientifiques.

5Les articles de notre dossier traduisent ce trait caractéristique de la Faculté de Philologie : le comparatisme existe au sein de la littérature générale et comparée proprement dite, mais se construit en même temps à travers des recherches visant à établir des rapports et créer des liens entre la littérature serbe et les autres littératures. Ce dossier, sans prétendre dresser un état des lieux exhaustif, reflète bien la diversité de la recherche dans la mesure où les textes inclus traitent de la littérature serbe, française, anglaise, russe ou japonaise ; dessinent un parcours d’études qui va de l’antiquité à l’époque contemporaine ; incarnent des manières diverses d’explorer la méthode comparatiste, parmi lesquelles l’intertextualité, la traduction, les correspondances entre les poétiques, ou encore la relation entre la littérature et la philosophie.

6Le dossier s’ouvre sur l’article en français de Jelena Pilipović qui analyse la poésie de Virgile dans une perspective réceptive, à partir du concept de la polysémie graduelle simultanée. Parmi les trois grades qui se distinguent par le type de délectation offert, son attention est retenue par le troisième, grade où l’on découvre le système noétique intra-fictionnel de Virgile, qui le rapproche de Platon. L’article montre que l’anagogie platonicienne, recréée chez Virgile comme une ascension double par le texte et par le lecteur et reflétée dans la structure autant que dans le corpus thématique, représente un des principes créatifs de son œuvre. Le mécanisme réceptif caractéristique de l’œuvre virgilienne est envisagé dans cette étude comme le lieu même du renversement de la position platonicienne sur l’insuffisance de la poésie, et comme le dispositif qui mène vers une conception dynamique de la beauté-harmonie antique.

7Passant de l’antiquité grecque et romaine au huitième siècle japonais, la lecture de notre dossier se poursuit par l’étude parallèle que Danijela Vasić propose du Kojiki, l’œuvre la plus ancienne de la littérature japonaise, et des contes de fée serbes, visant ainsi à mettre en relation deux littératures nationales qui appartiennent aux cadres culturels éloignés. Représentatif de l’approche thématique, cet article compare en anglais les deux univers mythologiques et fait appel en même temps aux autres mythologies, pour y chercher les motifs internationaux propres à la représentation littéraire du monde des morts. L’intérêt est porté surtout aux motifs internationaux de la transformation et de la fuite magiques.

8Les textes analysés dans l’article suivant du dossier n’évoquent plus un monde imaginaire, mais donnent une image distordue de la réalité. Tanja Popović aborde, aussi en anglais, les enjeux de l’absurde dans la littérature du XXe siècle et s’interroge sur la façon dont la représentation de la réalité exprime une position idéologique. Dans un premier temps, sont étudiés le discours absurde dans les œuvres de Gogol et de Kharms, et les procédés analogues qu’ils utilisent pour construire un monde littéraire où le réel n’est pas reflété mais interprété de manière à rendre visible la distorsion de la réalité moderne. L’étude passe ensuite au problème du genre : se rapportant aux textes de Dostoïevski, Camus et Sabato, elle montre comment le choix des héros et des problèmes auxquels ils se trouvent confrontés (liberté, crime, rapport à l’Autre) traduit l’expérience moderne de l’absurde, et comment cette expérience influence et modifie la forme et le fond idéologique du récit traditionnel.

9Nous restons dans le domaine de la littérature du XXe siècle, mais nous nous tournons ensuite vers la poésie. Dans une analyse riche et détaillée, Jelena Novaković se penche en français sur l’œuvre de l’écrivain serbe Jovan Hristić, et explore le jeu de citations qui fait résonner dans ses poèmes les voix de poètes français, tels que Baudelaire, envisagé comme l’héritier de Pascal, Paul Valéry, Saint-John Perse ou Henri Michaux. Présentant la poésie de Hristić dans ses deux mouvements principaux – mouvement de clôture symbolisé par la chambre et la bibliothèque, mouvement d’ouverture incarné par la mer et le vent – son analyse montre comment le texte cité et le texte qui cite se transforment mutuellement. Ce jeu de citations donne à voir les visions du monde et de la littérature qui se répondent et s’opposent, et s’inscrivent dans un mouvement dialectique qui va de l’époque symboliste à l’époque moderne, déplaçant la poésie de la sphère esthétique à la sphère existentielle.

10Nous invitons le lecteur à consulter en annexe de l’article un choix de traductions de poèmes de Jovan Hristić, révisées par Karine Samardzija, que nous remercions pour sa relecture consciencieuse et inspirée.

11L’article en anglais de Biljana Dojčinović-Nešić clôt le dossier en abordant un autre aspect fondamental de la relation entre les textes et les cultures : la traduction. Ayant défini la traduction comme inspiration, elle pose la question des contextes et se réfère aux trois cas qui concernent Virginia Woolf. Dans les deux premiers, l’enjeu réside dans la manière dont la traduction a influencé la lecture de l’œuvre de Virginia Woolf en Serbie, surtout dans le contexte de l’arrivée de la théorie féministe dans les pays de l’Europe de l’Est. Ces exemples montrent comment les traductions émanent d’un contexte ou en créent un autre, et renforcent l’idée que la traduction n’échappe jamais à la dimension politique de son contexte. Alors que les deux premiers cas exposent les limites de la traduction, le troisième, relatif aux relations modernistes entre l’Est et l’Ouest, lui ouvre l’espace de la liberté. Dans cet espace, la traduction peut aspirer à dépasser l’opposition du centre et de la périphérie, pour s’affirmer justement comme inspiration.

12Avant de laisser le lecteur découvrir ces articles, nous tenons à remercier vivement nos professeurs de la Faculté de Philologie de Belgrade de nous avoir soutenue dans cette entreprise. Notre gratitude va spécialement à Mlle Jelena Pilipović pour son aide généreuse et continue dans la constitution de ce dossier. Finalement, nous souhaitons que cette découverte du paysage comparatiste serbe puisse donner envie au lecteur de TRANS- d’y revenir à nouveau.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadja Djuric, « Belgrade, lieu de croisements : La Faculté de Philologie de Belgrade », TRANS- [En ligne], 9 | 2010, mis en ligne le 01 février 2010, consulté le 28 mars 2017. URL : http://trans.revues.org/552 ; DOI : 10.4000/trans.552

Haut de page

Auteur

Nadja Djuric

ATER en Littérature générale et comparée à l’Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Elle prépare une thèse sous la direction de Philippe Daros, portant sur les modes d’actualisation du passé dans les œuvres de Marguerite Yourcenar et de Danilo Kiš.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page