Navigation – Plan du site
Université invitée

Présentation du dossier consacré à l’Université de l’État de Pennsylvanie

Sara Armengot

Texte intégral

  • 1 Pour en savoir plus sur l’histoire des études supérieures de littérature comparée à la Pennsylvania (...)

1Ce dossier présente une brève sélection des travaux de recherche de jeunes comparatistes titulaires d’un doctorat au Département de Littérature Comparée de la Pennsylvania State University. Fondée en 1855 en tant qu’école agricole, ce n’est qu’en 1952 que l’université décerne le premier doctorat en littérature comparée. Le programme s’est développé progressivement depuis les années cinquante jusqu’en 1986, année durant laquelle cette filière d’études a obtenu sa désignation actuelle de département1. Bien que ce département soit relativement jeune, il est devenu au cours des dernières décennies du vingtième siècle une force indiscutable en matière de formation de jeunes chercheurs comparatistes.

  • 2 La bibliothèque Pattee porte le nom de Fred Lewis Pattee (1863-1950), ancien chef du département d’ (...)
  • 3 On peut lire quelques mots sur les points forts du programme à l’adresse http://complit.la.psu.edu/ (...)
  • 4 En 2011, il y avait 96 519 étudiants inscrits selon le « Fall to Fall Enrollment Comparison 2011 an (...)

2Aujourd’hui, le département ainsi que la faculté des arts libéraux, qui comprend l’école des langues et littératures parmi lesquelles figure la littérature comparée, se distinguent par leurs nombreux chercheurs et leurs enseignants éminents, un personnel administratif exceptionnel et d’excellentes bibliothèques de recherche. À présent les trente-six bibliothèques de l’université recèlent presque cinq millions de documents. Parmi les deux bibliothèques centrales, la bibliothèque Pattee constitue une véritable caverne aux trésors pour les étudiants en littérature2. Le campus principal, situé au centre de l’État à University Park, est le siège de la recherche et des programmes doctoraux. University Park a été et continue d’être la base de départ de nombreuses promotions de comparatistes qui sont venus de divers pays et continents, souvent avec le soutien du programme « Fulbright », pour poursuivre leurs études3. En tout, ce campus regroupait plus de quarante-cinq mille étudiants en 2011. Quand on inclut les étudiants des autres campus répandus à travers l’État et ceux du campus virtuel, le chiffre total approche les cent mille étudiants inscrits en 2011, ce qui représente un des systèmes universitaires les plus grands des États-Unis4.

3Tous les chercheurs qui ont participé à ce dossier partagent l’expérience d’avoir pris part à la riche communauté intellectuelle formée par les pairs, professeurs, et nombreux chercheurs invités de l’université représentant diverses disciplines. Nous nous sommes formés non seulement lors des cours, colloques et conférences, mais aussi dans les couloirs, les cafés, et surtout lors des indispensables luncheons, ces déjeuners hebdomadaires lors desquels un lecteur invité, de Penn State même ou d’ailleurs, présente ses travaux5. Les questions qui ont soutenu nos recherches pendant les années d’étude à University Park continuent de nourrir dans une grande mesure nos recherches actuelles où que nous soyons allés dans le monde. En somme, il n’y a rien de surprenant à ce que ces articles reflètent certains atouts du département en matière d’engagements intellectuels variés envers les littératures de régions aussi diverses que l’Afrique, les Amériques, l’Asie ou l’Europe. Á l’Université de l’État de Pennsylvanie, les comparatistes partagent donc la vision de la revue TRANS- envers la littérature comparée comme discipline ouverte sur le monde et allant au-delà de frontières géographiques et linguistiques.

4Le premier article, « Father Africa on a Pedestal ? Women’s Men in Mariama Bâ’s Une si longue lettre and Leila Abouzeid’s ‘Am al-fīl » examine l’image des personnages masculins et féminins dans l’écriture des femmes africaines des deux côtés du Sahara. Á travers une lecture de deux romans de la seconde moitié du vingtième siècle, l’auteur Ziad Bentahar démontre que ces textes, en plus de compléter l’image des femmes véhiculée auparavant par les littératures africaines masculines, remettent également en question l’image stéréotypée de l’homme africain. Le deuxième article, « Novelistic Nostalgia : The Pleasure and the Pain » de Lenka Pánková, examine de près la représentation de la nostalgie dans des romans de Mircea Cărtărescu et Milan Kundera. Alors que l’un s’occupe des éléments restaurateurs de la nostalgie, l’autre parvient à la rejeter vivement au fil des années.

5Dans le troisième article, « An Unnatural History : Borges, Tlön, and the Myth of Self », Kerri Pierce reprend le concept d’histoire naturelle de Walter Benjamin, expliqué dans « Der Erzähler » (Le Conteur), pour développer le concept d’une histoire « anormale » ou « non naturelle ». Pierce procède à l’explication de la célèbre nouvelle de Jorge Luis Borges comme dramatisation de ce concept et analyse comment l’idée du soi peut se rendre mythologique devant une fiction « totalisante ». La quatrième contribution, « Creatures of Habit : Emergency Thinking in Alejandro Brugués’ Juan de los Muertos and Junot Díaz’s ’Monstro’«  représente ma contribution au dossier. Il s’agit d’un rapprochement du premier film cubain sur les zombis et d’un conte qui situe des évènements pareillement apocalyptiques sur l’île d’Hispaniola (Saint Domingue). Ces narrations irrévérentes et intentionnellement abrasives nous fournissent des critiques sociales opportunes et proposent des idées bien fondées afin de faire face aux crises multiples et complexes qui menacent notre monde actuel.

6Le dernier article, « Toward Eden : Three Post Nuclear Crisis Reconstruction Strategies » de Ayumi Clara Ohmoto-Frederick relie les sujets apocalyptiques du précèdent article avec le sujet du dossier central, les utopies contemporaines. Ohmoto-Frederick illustre les diverses stratégies narratives de représentation et de reconstruction dans trois œuvres traitant des conséquences de la violence atomique. Le premier texte, Nagasaki no kane (Les Cloches de Nagasaki) de Takashi Nagai, articule une narration sur la destruction dans un cadre catholique. Maria no kubi (La Tête de Marie), pièce de théâtre écrite par Tanaka Chikao et située à Nagasaki, engage aussi des éléments d’idéologie catholique occidentale dans un contexte japonais. Le dernier, dans l’ordre de publication, est Yes, Peut-être de Marguerite Duras sur le bombardement d’Hiroshima et la guerre du Viêt Nam. Tout au long de l’article, Ohmoto-Frederick développe le concept du « textimony » ou texte-témoignage pour analyser ces trois œuvres qui comprennent la quête d’une catharsis et la recherche d’une nouvelle utopie.

7Pour conclure, les travaux qui paraissent dans ce dossier offrent une tout petite ouverture sur la variété des intérêts de recherche et des approches comparatistes des jeunes chercheurs qui ont fait leurs études dans un département dynamique et très actif dans les domaines de la recherche et de l’enseignement. Nous tenons également à remercier vivement toute l’équipe éditoriale de la revue TRANS- et son comité de lecture. Il nous revient aussi de remercier l’ensemble des comparatistes et du personnel administratif du département de littérature comparée de la Pennsylvania State University. Nous remercions spécialement le Professeur Caroline D. Eckhardt, chef du département, le Professeur Sophia A. McClennen, directrice du programme de doctorat, le Professeur Thomas O. Beebee, rédacteur en chef de la revue Comparative Literature Studies et conseiller en insertion professionnelle, et le Professeur Thomas A. Hale, membre fondateur et ancien président d’ALA (African Literature Association). Pour finir, nous demeurons extrêmement reconnaissants envers le Professeur Djelal Kadir, président fondateur d’IASA (International American Studies Association), pour tous ses encouragements.

Haut de page

Note de fin

1 Pour en savoir plus sur l’histoire des études supérieures de littérature comparée à la Pennsylvania State University, voir le bref document « the Graduate Program » (http://complit.la.psu.edu/graduate.shtml).

2 La bibliothèque Pattee porte le nom de Fred Lewis Pattee (1863-1950), ancien chef du département d’anglais. Il est reconnu comme le premier professeur à avoir enseigné la littérature des États-Unis (1895–1928).

3 On peut lire quelques mots sur les points forts du programme à l’adresse http://complit.la.psu.edu/grad-prosp.shtml et des témoignages de jeunes diplômés sur la page http://complit.la.psu.edu/grad-students.shtml .

4 En 2011, il y avait 96 519 étudiants inscrits selon le « Fall to Fall Enrollment Comparison 2011 and 2010 » (http://www.budget.psu.edu/FactBook).

5 Des renseignements sur les « Comparative Literature Luncheons » (http://complit.la.psu.edu/news-luncheon.shtml) s’ajoutent à des vidéos des présentations récentes : http://cnet.pegcentral.com/index.php .

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sara Armengot, « Présentation du dossier consacré à l’Université de l’État de Pennsylvanie », TRANS- [En ligne], 14 | 2012, mis en ligne le 23 juillet 2012, consulté le 19 septembre 2014. URL : http://trans.revues.org/561

Haut de page

Auteur

Sara Armengot

Sara Armengot is an Assistant Professor of Spanish in the Department of Modern Languages and Cultures at Rochester Institute of Technology in Rochester, New York. She holds a Ph.D. in Comparative Literature from the Pennsylvania State University and works in the areas of Inter-American literature and film, Caribbean studies and Women’s and Gender studies. Her doctoral work investigated the ways literature and films from the Americas continue to employ typological discourses to corroborate, contest and complicate the idea of America as Promised Land. Her current project is a study of the intersection between environmental and testimonial discourses in Dominican cultural production.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page