Navigation – Plan du site

Editorial

Émilie Lucas-Leclin

Texte intégral

1À l’occasion de la parution du dixième numéro de la revue Trans—, la rédaction a choisi de s’interroger sur les notions d’événement et de non-événement dans la littérature et les études littéraires. L’événement dans l’écriture interroge les notions de représentation et de fictionnalisation. Comment l’événement participe-t-il à la dynamique d’un texte narratif, théâtral ou poétique ? L’ensemble des articles du dossier prend pour objet d’étude les littératures des XXe et XXIe siècles, quels que soient les genres analysés, la poésie, le théâtre, la nouvelle ou le roman : à la transversalité générique des axes de réflexion répond ainsi une unité en terme de périodisation qu’il est intéressant d’interroger. La question du traitement de l’évènement semble se poser avec une acuité singulière dans les littératures et les théories critiques modernes et contemporaines.

2Cette remarque rejoint l’un des premiers constats établi par Marc Courtieu dans l’article qui ouvre le dossier : passant en revue différentes théories de la narrativité, il montre combien l’évènement est resté un phénomène « largement impensé » avant la récente multiplication des parutions sur le sujet, imposant l’idée qu’aujourd’hui seulement « l’évènement fait évènement ». L’article propose une (re)lecture singulière de l’histoire critique de l’évènement à partir de l’opposition de deux grands paradigmes du récit, reliés à deux visions du monde qui se sont constituées au XIXe siècle dans les sciences naturelles notamment : à la conception de l’évènement comme « catastrophe » dans l’histoire naturelle de Cuvier répondrait ce qui constitue aujourd’hui encore « l’archétype du récit » fondé sur une succession d’évènements-péripéties, et incarné par l’écriture de Balzac. Pensée au niveau de l’histoire, la rupture de l’évènement se trouve neutralisée dans une « configuration » qui l’intègre au « fil » téléologique de l’intrigue. Le second paradigme renvoie à la théorie adverse d’une « continuité sans rupture », défendue par Darwin : « la situation de l’évènement dans l’économie narrative change alors radicalement », selon deux perspectives. La première voie, représentée par Flaubert, cherche à dire « le continu de la vie » en effaçant l’idée même d’évènement dans « le livre sur rien ». La seconde, illustrée par Faulkner ou Simon, « se concentre sur l’évènement en le détachant de toutes ses hypothétiques déterminations » : « aucune élaboration narrative ne permet [plus] de lui donner sens ». C’est autour de cet axe de réflexion que s’organise la première partie du dossier : la force césurante de l’évènement est au cœur d’une mise en question des pouvoirs de l’écriture, et notamment de sa capacité à « comprendre » l’évènement, dans les deux acceptions du terme.
Le second axe du dossier s’attache moins à la question : comment dire l’évènement ? qu’à la manière dont l’écriture fait évènement, en écho au glissement évoqué par Marc Courtieu à partir de l’analyse des œuvres de Chevillard, Vila-Matas ou Puech : à la représentation de faits intramondains intégrés dans le déroulement d’une fable se substituerait la production d’évènements discursifs qui s’inscrivent au niveau de la narration. L’évènement n’est plus expliqué par l’histoire, mais impliqué dans l’écriture et le langage.

3La tension entre évènement et sens constitue l’enjeu principal de la première partie du dossier, dont l’un des fils conducteurs est la pensée de Claude Romano : le philosophe distingue ainsi la dimension évènementielle du « fait » explicable par son contexte, de l’évènement au sens évènemential,irréductible à son contexte explicatif.
L’article d’Anne Bourse s’intéresse à cette dimension de l’évènemential dans l’écriture de Faulkner et Simon : l’évènement est défini dans ces œuvres comme un « monstre » dont la « dialectique contradictoire », entre l’immémorial et le contemporain, le jaillissement inouï et la répétition, entraîne une dislocation des temps dans une forme d’ « hypnose brumeuse des sens » et du sens. Les articles d’Aurore Peyroles et de Claire Colin problématisent à leur tour cette question de la perte du sens de l’évènement qui subit une sorte d’« évidement » dans le récit. A partir de la trilogie monumentale composée par Döblin en exil, November 1918, Aurore Peyroles montre comment l’écrivain parvient à une « démystification radicale » de la révolution allemande : la légende historique se délite en « une suite hétéroclite de moments dépourvus de sens ». Döblin se refuse à glorifier les vaincus de l’Histoire : le non sens de l’évènement, ramené à un « non-évènement », est ici indexé à une crise profonde de la croyance en l’avenir et à une mise en question radicale de l’efficacité politique du roman, qu’incarnait de façon paradigmatique l’écriture d’André Malraux. C’est à travers la nouvelle contemporaine que Claire Colin étudie cet « évidement » de l’évènement : l’écriture des nouvellistes R. Carver, G. Celati, R. Jauffrey et A. Nove est ressaisie à partir de deux stratégies en apparence opposées, « la réserve » et « l’excès », qui aboutissent pourtant à l’expression d’une même perte de sens. Qu’elle traite d’évènements minimes ou au contraire très violents, la nouvelle « travaille sur un manque volontairement accentué par l’auteur, soit que l’intrigue n’apporte pas une signification complète aux événements relatés, soit que le récit se tarisse une fois l’événement annoncé ». A travers le travail de l’ironie, les textes de Jauffrey et Nove pointent les dysfonctionnements du monde, tandis que ceux de Caver et Celati s’en tiennent à « l’énigme sans réponse que constitue l’existence humaine ».
Si nombre d’œuvres contemporaines « évident » l’évènement de ses composantes « narratologiques, historiques et idéologiques » (A. Peyroles), refusant de faire de l’écriture une « riposte » (P. Ricoeur) face à la discordance d’une expérience dépourvue de sens, d’autres semblent rechercher une « résolution » de la tension entre évènement et sens. Nadja Djuric formule cette tension à partir d’un article de Paul Ricoeur qui constitue le fil conducteur de sa réflexion : « comment penser cette sorte de concurrence entre l’évènement et le sens, où le retour de l’évènement procèderait de sa soumission même à l’ordre du sens » ? A partir de deux romans serbes traitant de la mort du père, Jardin, cendre de Danilo Kiš et Tsing de David Albahari, la rédactrice démontre que le « retour spectral » de l’évènement dans l’écriture, entre différence et répétition, permet une forme de « résolution » de « la problématique évènement-sens », à travers le mouvement d’une « révélation ». La difficulté, et le désir, de dire l’évènement sont aussi au cœur de la poésie d’Yves Bonnefoy : Layla Roesler étudie l’épisode de la salamandre qui traverse l’oeuvre du poète. L’article montre que l’évènement de cette « rencontre » avec la salamandre est « reconstruit » dans l’écriture où l’animal devient « allégorie » de la présence : la rédactrice souligne ainsi l’impossibilité de dire l’évènement comme pur surgissement, sans que l’écriture ne le transforme en « trope » ou « symbole ». L’évènement n’est cependant pas réduit ou annihilé par « l’ordre du sens » : bien au contraire, il semble dans cette poésie « reconnu et exalté comme crête du sens », pour reprendre les propos de Paul Ricœur.

4Les articles de Laure Née, Gaëlle Théval et Valentina Karampagia explorent quant à eux l’idée de l’écriture ou du langage comme évènement corporel, dans un singulier rapprochement entre écriture et danse. A partir de l’analyse du travail de deux poètes contemporains, Patrick Bouvet et Christophe Fiat, sur « l’évènement absolu » que fut le 11 septembre, Gaëlle Théval souligne combien l’écriture aujourd’hui s’affronte moins à l’irreprésentable qu’au sur-représenté. Pour « faire trouée dans cet amas de discours et d’images », l’écriture poétique tente de faire évènement, à travers un travail sur la langue qui redonne sa place au corps, absenté par la mise à distance de la société du spectacle. La danse devient alors le paradigme d’une écriture qui cherche à « remettre le corps en action par le biais de la ritournelle », à « convoquer l’ordre du pulsionnel et du désir » pour que « quelque chose ait lieu dans le temps même de la lecture ». Valentina Karampagia s’appuie quant à elle sur le rapprochement entre écriture poétique et improvisation dansée pour interpréter la singularité poétique du travail de Ghérasim Luca. Le poème fixe « une parole en train de se dire », où le bégaiement et les jeux de résonance phonétique retranscrivent l’instantanéité illocutoire d’une « parole qui se construit au fur et à mesure de ses propres métamorphoses ». Composés comme « des partitions », ces textes sont d’emblée destinés à « l’évènement scénique » : la rédactrice propose ainsi l’étude de deux adaptations chorégraphiques, Tierce de Nathalie Tacchella et Le chant de la carpe de Lila Greene, qui actualisent sur scène l’évènement gestuel de l’écriture poétique. C’est aussi en tant qu’« évènement scénique » que Laure Née aborde le théâtre de Novarina et son refus de représenter les évènements du monde. Face à une société « hébétée de réel », « saoule du trop plein d’évènements » dont la télévision la repaît, le rôle du théâtre est de « faire table rase », de produire « un grand débarrassement du monde ». Dans une opposition radicale au « théâtre documentaire » qui se saisit de l’actualité immédiate comme d’un cheval de bataille, le théâtre novarinien tente de capter à travers la langue et le geste le mouvement d’un perpétuel « devenir », ouvert à tous les vents du sens. « A l’inverse de la saisie de l’évènement accompli », le dramaturge déploie « un théâtre de “l’acte inconnu” », « déjà là, mais toujours à venir » : la scène devient alors l’espace d’un « pur présent » où s’invente une nouvelle « grammaire » soumise à « un ordre rythmique » et non plus logique, qui apparente la pièce à une chorégraphie en mouvement.

5Nous tenons à remercier chaleureusement la responsable du dossier « Université invitée », Ildikó Józan, qui nous présente dans ce numéro le travail des jeunes chercheurs de l’université Eötvös Loránd (ELTE) de Budapest.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Lucas-Leclin, « Editorial », TRANS- [En ligne], 10 | 2010, mis en ligne le 08 juillet 2010, consulté le 21 août 2017. URL : http://trans.revues.org/76

Haut de page

Auteur

Émilie Lucas-Leclin

Emilie Lucas-Leclin est agrégée de Lettres Modernes, et A.T.E.R. en littérature générale et comparée à l’université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Sa thèse de doctorat, soutenue sous la direction de Philippe Daros en décembre 2011, s’intitule "L’ouverture de l’image dans les œuvres de Claude Simon, Peter Handke et Richard Powers". Cofondatrice de la revue TRANS-, elle en est actuellement la rédactrice en chef. Elle est membre de la Société Française de Littérature Générale et Comparée depuis 2005.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page