Navigation – Plan du site
Université Invitée

Présentation du dossier ”Université invitée”: Université de Linköping, Suède

Ann-Sofie Persson

Texte intégral

1D’abord spécialisé dans les formations techniques et médicales, l’établissement qui en 1975 va devenir l’université de Linköping comporte déjà à la fin des années soixante une filière de Lettres, étroitement liée à l’université de Stockholm. Au cours de son développement, l’université de Linköping s’est distinguée grâce à ses recherches trans- et pluridisciplinaires organisées dans des unités de recherche thématique. Cette histoire explique la distribution entre différents départements des chercheurs en littérature ainsi que l’appartenance des contributeurs de ce volume à deux départements séparés : le « Departement of Culture and Communication » et le « Departement for Studies of Social Change and Culture ». Afin d’obtenir une licence ou une maîtrise en littérature générale et comparée, les étudiants doivent suivre des cours organisés par le Département de Culture et Communication, où se trouve l’unité de littérature comparée à proprement parler. Après la maîtrise, les étudiants peuvent poursuivre leurs études au niveau du Master et du doctorat en Langue et Culture, combinant les études littéraires avec des cours de linguistique et de culture. Le recrutement pour le Master et le doctorat se fait aussi parmi les étudiants en langues modernes (allemand, anglais, espagnol, français, suédois), spécialisés en linguistique ou en littérature, ayant également fait leurs études dans le Département de Culture et Communication.

2Les deux départements représentés dans ce volume organisent des séminaires de recherche parallèles avec des invitations réciproques. Bien que dispersés dans plusieurs unités de recherche sur les deux campus, l’un situé à Linköping et l’autre dans la ville voisine de Norrköping, les possibilités de rencontres et de collaborations entre les chercheurs en littérature existent bien : le présent volume en témoigne. Au vu des contributions de ce dossier, on pourrait croire que la littérature suédoise est mal représentée à l’université de Linköping, plutôt tournée vers les littératures européennes et américaines. Cette impression n’est pas fausse, étant donné le profil européen et multilingue du Département de Culture et Communication. Cependant, tous les chercheurs du département n’ayant pas participé au volume, il ne constitue pas un échantillon parfaitement représentatif de l’ensemble de la recherche en littérature de l’université de Linköping. La majorité des articles sont écrits par des représentants de la littérature comparée, bien que Maria Strääf et Jenny Malmqvist appartiennent à l’unité d’anglais et Ann-Sofie Persson, à l’unité de français.

3Un point commun entre les contributions est le souci d’étudier la littérature dans ses relations avec le contexte historique, culturel et littéraire. Ainsi, on pourrait regrouper les articles de Gustaf Marcus et d’Emma Eldelin, qui se penchent sur le rôle de l’écrivain dans ses rapports avec, dans le premier cas, un discours scientifique, et dans le deuxième avec des precurseurs littéraires. Gustaf Marcus étudie la manière dont James Joyce, Émile Zola et August Strindberg se positionnent par rapport à un certain discours scientifique, essayant de différentes manières de se l’approprier en fonction de leurs buts littéraires. Emma Eldelin, de son côté, part de deux épigraphes utilisées par Jenny Diski pour diriger la lecture de son œuvre et montre comment Diski entre en dialogue avec Samuel Taylor Coleridge et Michel de Montaigne sur le mythe de l’auteur tel qu’il est représenté chez l’essayiste de la Renaissance et dans la tradition romantique.

4De manière semblable, Johanna Vernqvist étudie comment Gaspara Stampa s’approprie une forme poétique dans la lignée de Pétrarque, mais en l’adaptant à ses propres fins de poète femme dans un monde dominé par les hommes et au sein d’un modèle masculin. L’article de Kristina Fjelkestam place la romancière Vicki Baum côte à côte avec Willa Cather, analysant deux romans d’une part en relation avec le concept du Neue Sachlichkeit et d’autre part dans un rapport intertextuel, explorant ainsi les dépassements et les subversions des modèles littéraires de la part de Baum. Jenny Malmqvist plonge encore plus profondement dans le champ de l’intertextualité et de la ré-écriture en analysant de près les relations intertextuelles entre deux poèmes du poète contemporain Ciaran Carson et leurs intertextes shakespeariens. Elle analyse ainsi comment la méthode du recyclage en elle-même contribue à la signification des poèmes.

5Les trois dernières contributions ont comme dénominateur commun le fait d’explorer les genres (auto)biographiques. Solveig Daugaard analyse deux portraits littéraires de Gertrude Stein représentant Pablo Picasso et Henri Matisse et la poétique dialogique employée dans ce genre souvent méprisé et ignoré. Ann-Sofie Persson puise dans la correspondance de Nancy Huston avec Leïla Sebbar pour s’interroger sur la perspective de Huston sur les notions de maternité et de création, et la relation qui les oppose et les unit tout à la fois. Cette prise de position est constamment mise en rapport avec le contexte féministe fourni par Virginia Woolf et Simone de Beauvoir. Maria Strääf, finalement, étudie une biographie d’Edith Wharton écrite pour un public de jeunes lecteurs, en essayant de débrouiller les différentes images données de l’écrivain et les normes et valeurs qui orientent le contenu et la forme du geste biographique lorsqu’il vise un lecteur spécifique.

6Quelques remarques de clôture à ce dossier s’imposent concernant la manière dont les contributions se situent dans le temps et dans l’espace, font appel à des langues différentes. Les œuvres représentées s’inscrivent dans des époques différentes depuis la Renaissance jusqu’à nos jours, ainsi que dans des contextes culturels et linguistiques variés : allemand, anglais, suédois, français, italien, irlandais, canadien, américain. Cette variété linguistique, culturelle et temporelle est accompagnée par une aussi grande diversité dans les genres littéraires explorés, allant de la poésie à l’essai et aux pièces de théâtre, du roman au texte théorique, du portrait à la biographie et au genre épistolaire. C’est notre plus grand souhait que cette diversité d’approches parvienne à intéresser nos lecteurs divers réunis autour d’une question qui nous tient tous à cœur : la littérature générale et comparée.

7Ne reste en fin de parcours qu´à remercier Thibaut Chaix-Bryan pour l’invitation à compiler ce dossier et pour son aide et soutien au cours du travail préparatoire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ann-Sofie Persson, « Présentation du dossier ”Université invitée”: Université de Linköping, Suède », TRANS- [En ligne], 15 | 2013, mis en ligne le 24 février 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://trans.revues.org/791 ; DOI : 10.4000/trans.791

Haut de page

Auteur

Ann-Sofie Persson

Ann-Sofie Persson is Assistant professor of Language and Culture at Linköping University. She holds a Master’s degree in Comparative Literature from the University of Paris III, La Sorbonne Nouvelle (1995) and a Ph.D. in French literature from Ohio State University (2001). Her doctoral dissertation investigated the poetics of autobiographical childhood narratives by Maria Wine, Patrick Chamoiseau and Nathalie Sarraute. Her main research interest lies within autobiographical writing, gender- and postcolonial studies, and she has published on Simone de Beauvoir, Marie Cardinal, Maryse Condé, Nina Bouraoui, Leïla Sebbar and Nancy Huston. She is currently working on post 2010 Haitian literature as well as the representation of dementia in contemporary Swedish fiction.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page